De la date des écrits – 5

Au cours du printemps et de l’été, quatre billets de ce carnet ont proposé un éclairage sur différentes facettes de la notion de date : la distinction entre date de lieu et date de temps, la référence à un calendrier, l’usage de la date dans l’environnement numérique, la pluralité de dates au sein d’un même document, voire la concurrence entre plusieurs dates, la notion de dates extrêmes, la fiabilité des dates. L’objectif était d’attirer l’attention sur l’importance de la date dans la création et l’exploitation de documents d’archives.

Se pose alors la question de l’absence de date et des conséquences de cette absence pour l’émetteur ou pour l’utilisateur du document.

Manifestation de l’absence de date

La question de l’absence de date n’est pas binaire. Entre l’inscription dans un acte d’une date complète, certaine et authentifiable, et l’absence de tout indice permettant de savoir quand (et éventuellement où) tel écrit a été rédigé et transmis, on peut observer de nombreuses nuances.

Si la date est généralement requise pour donner à un acte une force juridique, il existe de nombreux documents, tels que les notes, la correspondance, les affiches, les photos, dont les auteurs n’ont pas pris soin de préciser la date en considérant l’actualité du message et le fait que, par défaut, la date de l’information est la date de sa réception par le destinataire initial, qu’il s’agisse de soi-même (un mémo personnel), d’une personne précise (un correspondant) ou d’un groupe (le public de la publication). Ainsi, l’absence de date n’est pas à relier systématiquement à un oubli, à une négligence ou à une erreur, mais simplement au fait que, dans l’interaction que soutient cet écrit, la date est superflue ou du moins secondaire. Dans la correspondance privée, il est courant de rencontrer des lettres ou billets portant des « dates immédiates » du type « Ce lundi matin » ou « Aujourd’hui 3 août, 16 heures », formulation suffisante pour l’information du destinataire qui partage le même temps et complètera de lui-même si nécessaire. C’est le cas de l’illustration ci-contre, une lettre de Pierre Louÿs du 30 avril 19031 dont l’expression de la date est limitée à ce que le destinataire ne sait pas.

Bien sûr, un siècle plus tard, Pierre Louÿs aurait envoyé un courriel, réglant automatiquement cette question grâce aux métadonnées gérées par le logiciel de messagerie, mais en soulevant peut-être une autre question, celle de la pérennité des supports numériques : les mails écrits aujourd’hui par les grands écrivains seront-ils conservés jusqu’à 22e siècle ? De la même façon, si l’on prend l’exemple d’une photographie non datée du siècle dernier, sur papier, on peut se dire que la production automatisée de métadonnées par l’appareil numérique règle ce problème de date, tout en se demandant si le fichier qui supporte cette photo sera préservé avec une date fiable dans la durée malgré plusieurs migrations technologiques.

Comme on l’a vu dans un billet précédent, plusieurs éléments peuvent faire l’objet d’une date dans le cycle de vie d’un seul et même document : la rédaction, la validation, la prise d’effet, l’expédition, la réception, le traitement. Si l’une fait défaut, on pourra s’appuyer sur les autres pour préciser l’information recherchée. Du reste, certaines dates, bien formulées, sont fausses, ou bien ne sont pas juridiquement importantes en cas de contentieux. La date de début d’un contrat est plus importante que sa date de signature. La date de réception a souvent plus de poids que la date d’expédition. L’erreur de millésime dans la rédaction d’un document au cours des premiers jours de janvier (2020 au lieu de 2021) est banale et ne prête pas nécessairement à conséquence. Etc.

La question de la date doit également s’envisager au sein de l’unité documentaire que l’on considère : nous avons évoqué un document indépendant, autoportant, mais on doit également envisager la question de la date au sein d’un regroupement de documents, par exemple un dossier. Les pièces non datées d’un dossier deviennent datables, même approximativement, par la proximité d’autres pièces auxquelles elles sont organiquement liées. Dans le traitement archivistique des archives sur papier, il est très fréquent d’être confronté à des documents non datés sans que cela pose de véritables difficultés de compréhension, ni même de preuve quand le lien entre les pièces est évident ou établi par une numérotation des pièces ou un autre système de traçabilité.

La question se pose différemment dans l’environnement numérique car si les outils tracent, à la seconde près, toute action de création de fichier, d’envoi d’un mail ou de connexion à une application, il est devenu plus complexe, notamment avec les trop nombreuses versions de trop nombreux documents, de comprendre clairement l’enchaînement de la constitution d’un dossier qui, du reste, n’a généralement plus d’existence physique dans les serveurs. Finalement, le numérique crée tant de dates pour tant de fichiers que l’identification de la date utile devient un vrai casse-tête.

 

Quelles conséquences pour un écrit sans date ?

L’étude diplomatique des pratiques en matière de datation des écrits est intéressante à deux titres : d’une part, dans une perspective historique, pour comprendre les évolutions de la forme des documents et leurs conséquences sur l’exploitation des archives, tant pour l’histoire des faits que pour l’histoire des pratiques d’écriture et de la perception du temps dans l’usage de l’écrit ; d’autre part, de manière plus prospective, pour formuler des recommandations sur la bonne façon de donner à un écrit plus de force et plus de poids, dans un souci d’amélioration continue et d’efficacité (voir les démarches de records management, de contrôle qualité, de conformité, de sécurité des données, etc.).

Les conséquences de l’absence de date, d’imprécision ou d’approximation dans l’expression de la date touchent à deux domaines qui sont interconnectés : la preuve et la connaissance.

Dans le domaine de la preuve, on a vu que la rédaction d’un contrat faisait encore l’objet de procédures incluant la datation, ou du moins les données de date permettent de prévenir un contentieux. On constate toutefois sur le terrain un relâchement dommageable dans la rédaction des contrats, que ce soit dans l’apposition de la signature2 ou dans l’énoncé de la date. Il faut rappeler deux choses importantes au sujet de la preuve : on a rarement affaire à une preuve unique et de plus en plus à un « faisceau de preuve » qui permet de « racheter » un élément déficient et qui permet au juge, le cas échéant de se forger une conviction.

L’attention portée à la date pour les écrits contractuels ou qui prêtent à contestation est corrélée au risque que cette absence de date clairement exprimée pourrait faire courir à l’émetteur, et parfois aussi au destinataire négligent. Sur ce plan, il faut reconnaître que le risque n’est pas toujours majeur, loin de là, ce qui conduit les utilisateurs à être négligents, comme dans tous les domaines de risque du reste, où la sensibilisation et la prévention doivent pallier l’expérience personnelle négative.

Dans le domaine de la connaissance, la pluralité de dates, le lien logique ou formel établi entre la pièce non datée et d’autres qui le sont, la reconstitution des faits probables à la lumière de faits similaires avec l’analyse de l’écriture, du support, des éléments de langue, de la biographie de l’auteur, d’indices visuels tels que costumes ou objets sur une image, etc. sont autant d’éléments qui, faute d’apporter une date certaine à l’écrit non daté, procurent une date approximative qui peut se révéler satisfaisante pour la compréhension du sujet.

Paradoxalement, les technologies numériques, si traceuses par ailleurs, conduisent dans le même temps, à instrumentaliser l’absence de preuve au service de la désinformation. Le flux d’informations qui circulent sur les réseaux sociaux, même si cela n’est écrit nulle part, s’inscrit dans une présupposée actualité. Ce sont les informations les plus récentes, les plus immédiates qui s’affichent, de sorte que, par défaut, l’internaute est enclin à considérer, si une date plus ancienne n’est pas évoquée ou spécifiée, que l’information partagée est récente. Ainsi, il n’est pas rare de voir la diffusion de textes, d’images ou de montages vidéos sans références non seulement de sources mais encore de date. Or, un énoncé formalisé cette semaine sur tel sujet et un énoncé formalisé il y a 10 ans sur le même sujet ne véhiculent pas la même information. L’aspect visuel de l’écriture, de la mise en page, des logos, des émoticônes et autres signes qui habillent le message, peut alerter l’œil sur la période de l’information consultée. Encore faut-il que le propriétaire de cet œil ait l’expérience des formes d’écritures du passé (même récent) ou soit formé à les reconnaître3.

L’illustration ci-dessous montre un post diffusé sur le réseau LinkedIn en octobre 2020 qui reprend un autre post diffusé quelques jours avant et constitué lui-même d’un extrait d’article de presse relatif à une délégation de sénateurs français en Suisse arrivés « lundi ». Si vous n’avez pas en tête l’agenda précis de tous les membres du Sénat, rien en vous choque au premier abord. Or, les commentaires étant polémiques sur les relations franco-suisses, il serait utile de savoir, pour le lecteur, que cette visite sénatoriale et cet article de presse mordant remontent à 2013. Laisser penser qu’ils viennent d’avoir lieu, pas défaut de datation, déforme par défaut d’information temporelle, le message transmis et, partant, participe d’une certaine désinformation.

 

 

Quel que soit le support et quelle que soit la finalité d’un écrit, la date de temps, demeure un composant essentiel de la crédibilité d’un écrit, de la fiabilité de son usage, de la faisabilité de sa conservation et de sa communication à de futurs utilisateurs.

Les démarches curatives de reconstitution de la date doivent être activées et améliorées. Les actions préventives, c’est-à-dire le respect de la date par respect du lecteur, font partie de la littératie numérique.

Il serait présomptueux de prétendre qu’il existe une « bonne date » dans l’absolu, date qu’il faudrait chercher et trouver sur n’importe quel document. Il est en revanche possible – et souhaitable – de formaliser l’analyse diplomatique à faire subir à tout écrit dans sa dimension de preuve et d’information, à tout message échangé entre un émetteur et un destinataire. L’authenticité diplomatique, rappelons-le, est la capacité d’un document à « prouver qu’il est ce qu’il prétend être, qu’il a été créé ou envoyé par la personne qui prétend l’avoir créé ou envoyé, et qu’il a été créé ou envoyé à la date prétendue »4. La date est donc un composant fort de l’authenticité. CQFD.

 

Marie-Anne Chabin

 

PS Message à l’attention de nos lecteurs : si vous avez des exemples de documents qui peuvent illustrer la complexité de la date, n’hésitez pas à les partager avec nous. De même, si vous avez des anecdotes ou des questions autour de l’analyse de la date et de ses conséquences pour la preuve ou la connaissance, merci d’avance de nous en faire part.

 

 

  1. Extraite du catalogue de la vente aux enchères instrumentée le 4 novembre 2018 à Fontainebleau par Me Osenat []
  2. Voir l’article d’Étienne Papin « De la disparition de la signature et des mutations de la preuve écrite », site Village de la justice, 27 mai 2021 []
  3. Voir à ce sujet le décorticage par Édouard Vasseur d’un faux tweet du Canard enchaîné lors des élections présidentielles de 2017 dans notre billet du 27 juin 2020 « Données vraies, informations fausses : avez-vous pensé à la diplomatique ? » []
  4. Glossaire de la norme ISO 15489 []

Revues d’archivistique étrangères – 6

 

Archivaria, n° 90, 2020

François Dansereau, « The Portrayal of Gender in Health Care: An Examination of Hospital Photographic Archives », p. 6-43.

Cet article examine les collections photographiques conservées au service d’archives du centre hospitalier de l’université McGill de Montréal sous l’angle des études de genre (place des femmes, représentation sexuée des métiers, transposition des relations de pouvoir au sein des organisations). Il se fonde principalement sur une comparaison entre les reportages officiels commandés par les établissements regroupés désormais dans le centre hospitalier et les photographies collectées dans des archives privées (albums personnels), montrant leur complémentarité dans la perception des rapports de genre. Sur la base de ces conclusions, il insiste sur la nécessité de définir des politiques archivistiques – notamment de collecte d’archives privées – permettant d’assurer une pluralité de lecture et d’écriture des relations entre sexes dans les organisations, au risque, à défaut, que la mémoire institutionnelle soit contrôlée par les services producteurs et leurs dirigeants.

Mario H. Ramirez, « Whither the Human in Human Rights? On Misrecognition, Ontology, and Archives », p. 44-69.

Dans cet article, le directeur des archives de l’université d’État de Californie, Mario H. Ramirez, propose de construire un dialogue entre archives, droits de l’Homme et ontologie. S’intéressant aux rapports de pouvoir et de domination dans les archives, il montre que les archives des droits de l’Homme, qui pourtant font une large place à la dimension communautaire, n’échappent pas à ces rapports. Il montre que ces archives présentent une dichotomie « humain » ou « inhumain » et invite à inventer un vocabulaire plus riche que ces concepts qu’il juge violents, en ce qu’ils ne font pas de place à la diversité et à la nuance.

James Roussain, « Pedagogue in the Archive: Reorienting the Archivist as Educator », p. 70-111.

Plaidoyer en faveur de la reconnaissance du rôle pédagogique de l’archiviste, cet article procède à une analyse de toute la littérature professionnelle sur le sujet, depuis « Clio in the Raw », l’article fondateur d’Hugh Taylor paru en 19721. Il présente les retours d’expérience collectés ces dernières années, notamment par la Society of American Archivists, ainsi que l’expérience menée à l’université de Toronto, dans le cadre de l’Undergraduate Book and Media Studies Program qui associe le département des Special Collections de la Kelly Library. Les travaux mis en œuvre dans le cadre de ce programme et présentés en annexe constituent une ressource particulièrement utile et susceptible d’intéresser archivistes et universitaires.

Simon Patrick Rogers, Curtis Sassur, « On Walden’s Fonds: Life on the Frontier of Monetary Appraisal in the Canadian Archival Landscape », p. 112-145.

Cet article se penche sur la question de la valeur marchande des archives et de sa juste évaluation – sujet peu traité depuis les articles publiés dans Archivaria par David Walden en 19802 et Terry Cook en 20063 – et s’interroge sur l’utilité de l’évaluation actuellement menée pour les intérêts de la communauté archivistique canadienne. Pour ce faire, il compare les approches retenues par deux institutions canadiennes, le Canadian Cultural Property Export Review Board et le National Archival Appraisal Board. Il plaide en faveur d’un rôle accru des archivistes dans l’évaluation financière, d’un rééquilibrage en faveur d’autres dispositifs de donation existants au Canada ainsi que d’un élargissement des critères pris en compte (notamment en matière de représentativité géographique ou sociale).

Michelle Caswell, « Feeling Liberatory Memory Work: On the Archival Uses of Joy and Anger », p. 148-164.

Dans un discours tenu le 12 juin 2020 devant l’Association des archivistes canadiens et influencé par le lourd contexte du printemps 2020 – épidémie de Covid-19, mouvement Black Lives Matter aux États-Unis –, Michelle Caswell plaide pour une meilleure prise en compte des émotions dans les politiques d’archivage et dans la théorie archivistique. Selon elle, seule cette prise en compte permettra aux archives de faciliter le travail de mémoire libératoire nécessaire à certaines catégories de populations ne bénéficiant pas de l’identité WEBCCCHAM (white, ethnically European, bourgeois, cis-, citizen, Christian, heterosexual, able-bodied, male).

 

Hilo_s documentales, an 3, vol. 2, 2020 

Gorka Díaz Majada, « AtoM. La irrupción del software libre de descripción normalizada y difusión archivística », p. 7-21.

Cet article revient sur le développement du logiciel Access To Memory (AtoM) développé par le Conseil international des archives (CIA). Après avoir expliqué le concept de logiciel libre et l’architecture d’AtoM, l’auteur présente ses fonctionnalités et termine en présentant le déploiement du logiciel à travers le monde.

María Gabriela Calotti, « El Archivo como reservorio de la Memoria. Investigación sobre la CNU platense », p. 22-33.

À travers le cas de sa thèse de doctorat, l’autrice évoque l’importance des archives comme « réservoir de mémoire » dans un pays, l’Argentine, qui a connu le terrorisme d’État dans les années 1970. Elle centre plus spécifiquement son propos sur une organisation péroniste de la Plata, la Concentración nacional universitaria (CNU), dont les crimes commis entre 1974 et 1976 furent jugés en 2017. Elle analyse ainsi l’importance des archives dans la documentation des crimes et méfaits et dans le travail de la justice, tout en soulignant leur rôle dans l’institutionnalisation de la mémoire.

Melisa Fernández Marrón, « El Archivo Municipal de la Memoria de Viedma (Argentina) : una experiencia de Trabajo Social Obligatorio para contribuir al derecho a saber y el deber de recordar », p. 34-42.

Les archives municipales de la mémoire de Viedma en Argentine ont fait appel à des personnes employées au titre du travail social obligatoire dans le cadre d’un projet de recherche sur la police dans le Rio Negro. L’objectif était de faire travailler les stagiaires sur des fonds d’archives relatifs aux droits de l’Homme. Le projet s’est structuré en trois parties : dans un premier temps, il s’est agi de comprendre la manière dont travaillait le sous-secrétariat aux droits de l’Homme de la municipalité ; puis d’acquérir les principes de base de l’archivistique ; et enfin de réaliser un travail d’identification, de classement et de description d’un fonds d’archives. Les gains du projet sont présentés comme multiples : acquisition de connaissances sur les archives par les travailleurs ; pistes scientifiques de réinsertion professionnelle identifiées par les chercheurs ; meilleure interaction entre la communauté scientifique et les services d’archives.

 

Journal of Contemporary Archival Studies, vol. 7, 2020

Kara Flynn, « Issues of Ownership: Leveraging Accession Documentation and Provenance Research to Improve Collection Access », article 1.

L’autrice présente les résultats d’un projet mené sur les archives institutionnelles et scientifiques de l’université Augusta en Géorgie. Partant du constat que les archivistes se focalisent sur les fonds qu’ils conservent et ont tendance à oublier qu’ils sont eux-mêmes des producteurs, le projet répond à plusieurs objectifs : clarifier la propriété et la provenance des documents collectés, renforcer le partenariat avec la société d’histoire locale, souligner l’importance des documents qui tracent l’entrée des archives et l’impact que ces choix ont sur l’institution de conservation.

Claire L. Taylor, Lucia Brandi, Cecilia A. Acosta Sánchez, Marcelo Díaz Vallejo, « Archives of Human Rights and Historical Memory: An Analysis of Archival Practices  “From Belowˮ in Four NGOs in Colombia », article 3.

Une équipe de recherche s’est penchée sur les archives de quatre organisations non gouvernementales colombiennes qui travaillent pour les victimes des conflits armés. Chacune d’entre elles a produit des archives relatives à ses activités et aux victimes qu’elle représente. Le projet scientifique analyse l’état des archives et les problèmes que ces organisations rencontrent dans leur production et leur conservation. Les auteurs en concluent que chaque ONG adopte un système de classement spécifique et que si leurs archives sont vulnérables, elles sont conservées avec soin dans un objectif mémoriel et de justice.

Anne Daniel, Amanda Oliver, Amanda Jamieson « Toward a competency framework for Canadian archivists », article 4.

L’article présente les résultats d’un projet de recherche visant à établir un cadre de compétences pour les archivistes canadiens, en partenariat avec l’Association des archivistes canadiens. Pour ce faire, les référentiels existants réalisés par d’autres associations4 ont été analysés et ont permis à l’équipe d’étudier la valeur que revêt le professionnalisme au sein de la communauté des archivistes.

Jarrett Martin Drake, « Blood at the Root », article 6.

L’article retrace l’histoire d’un procès opposant l’université d’Harvard à Tamara Lanier, descendante d’une famille d’esclaves dont des daguerréotypes sont conservés par l’institution et qui en demande la restitution. À travers cette histoire, l’auteur invite à la réflexion autour de la notion de pouvoir archivistique (archival power) et souligne l’importance du contexte dans les pratiques mémorielles modernes. Il propose le concept de « dynamique archivistique » (archival dynamics) pour analyser les violences induites dans ces archives.

Jen Hoyer, « Out of the Archives and into the Streets: Teaching with Primary Sources to Cultivate Civic Engagement », article 9.

Archiviste au sein de la bibliothèque publique de Brooklyn, l’autrice pose la question suivante : l’usage d’archives dans un contexte d’enseignement contribue-t-il à l’éducation civique ? Partant d’une étude qui montre des disparités importantes dans la manière dont les jeunes s’approprient les questions civiques, elle présente les résultats d’un projet mené dans son institution en partenariat avec des écoles locales et répond par l’affirmative à sa problématique initiale.

Karl Blumenthal, Peggy Griesinger, Julia Kim, Shira Peltzman, Vicky Steeves, « What’s Wrong with Digital Stewardship: Evaluating the Organization of Digital Preservation Programs from Practitioners’ Perspectives », article 13.

En 2012, la National Digital Stewardship Alliance américaine avait lancé un sondage auprès de ses membres pour analyser l’importance de la préservation numérique dans leurs activités et évaluer leurs besoins. Les mises à jour de l’enquête en 2017 et 2018 montrent une meilleure gouvernance numérique sur le long terme, une volonté des professionnels de relever le défi, malgré la difficulté qu’ont les institutions à s’engager dans des politiques de long terme. Les professionnels bénéficient ainsi d’une autonomie sans l’autorité nécessaire à la mise en place d’une politique de préservation numérique.

Melanie Griffin, « A Methodology for Implementing the Standardized Statistical Measures and Metrics for Public Services in Archival Repositories and Special Collections Libraries », article 14.

En 2018, l’Association of College and Research Libraries (ACRL) et la SAA ont publié un guide pour la conception d’indicateurs et de statistiques à destination des services d’archives publics. L’étude de cas relatée par l’autrice présente la révision des indicateurs existants au sein du service des archives scientifiques de l’Université d’Arkansas suite à la parution de ce guide. Cette mise à jour a été l’occasion pour le service de s’adapter à la fois aux pratiques de son institution et aux préconisations nationales et de réfléchir aux objectifs et conséquences de son travail. La mise en œuvre du guide est ici présentée sous le prisme de huit thématiques : le profil des usagers, le formulaire de demande d’information, la visite en salle de lecture, l’utilisation des collections, les événements liés à la valorisation, les cours, les expositions, et enfin les interactions en ligne.

Marc Kosciejew, « The Concept of Natureculture Document: A Conceptual Exploration of Seeds, Embodied Information, and Unconventional Records », article 15.

Marc Kosciejew, chercheur à l’université de Malte, mobilise le concept de « document nature-culture » pour présenter les banques de graines, qui permettent de collecter, classifier et préserver les graines de la planète pour en préserver le potentiel génétique. Il reprend ce concept de la chercheuse féministe Donna Haraway, qui vise à mieux comprendre l’entrelacement entre les humains et leur environnement, pour évaluer les points communs entre ces banques et les documents d’archives tout en soulignant leurs spécificités et pour questionner la matérialité des archives.

Cyndi Shein, Sarah Jones, Tammi Kim, Karla Irwin, « Perspectives and Practices: Archival Processing Metrics Survey Findings », article 16.

Cet article présente les résultats d’une enquête menée par les archivistes de l’université du Nevada à Las Vegas sur les indicateurs des services d’archives : quelles sont leurs pratiques en matière ? Quels sont les indicateurs les plus importants et pour quelles raisons ? L’analyse des 176 réponses montre le caractère clivant des indicateurs, tantôt considérés comme essentiels, tantôt jugés inutiles, et pointe le besoin d’une littérature professionnelle sur le sujet.

Jenny Jansson, Katrin Uba, Jaanus Karo, « Labor Gone Digital (DigiFacket)! Experiences from Creating a Web Archive for Swedish Trade Unions », article 19.

Si la Suède dispose d’une tradition ancienne d’archivage des mouvements sociaux, le passage au numérique a généré une perte de mémoire. Le projet DigiFacket lancé en 2015 vise à combler en partie ce manque, en collectant de manière automatique les productions des mouvements syndicaux suédois sur le web, en partenariat avec deux services d’archives spécialisés. L’objectif est double : assurer leur préservation tout en créant des sources pour la recherche. L’article présente les archives des mouvements syndicaux suédois, avant d’aborder les problématiques liées à la création d’archives, les questions juridiques et les modalités techniques de la collecte.

 

RESSI, n° 21, 2021

Dans cette livraison annuelle de la revue, seuls trois articles ont été sélectionnés pour recension, en raison de leur proximité avec les problématiques discutées par les archivistes français. Tous trois constituent une synthèse de mémoires de masters soutenus à la Haute École de gestion (HEG) de Genève et s’appuient sur une méthodologie similaire : revue de littérature ; revue de l’existant ; sur cette base, réalisation soit d’une enquête, soit d’un outil d’aide à la décision. Dans tous les cas, ils constituent, notamment via la présentation des concepts et la revue de littérature, d’excellents points d’entrée sur les sujets concernés.

Anna Hug, « Données médicales et dossiers patients comme actifs informationnels : la gouvernance de l’information dans les hôpitaux universitaires suisses ».

L’autrice s’intéresse à la gouvernance de l’information dans les cinq établissements hospitaliers suisses, et plus particulièrement de celle du dossier patient et des données médicales, par l’archiviste principale des Hôpitaux universitaires de Genève. Après une présentation de la problématique de la gouvernance de l’information, des hôpitaux universitaires suisses, de l’évolution des pratiques de gestion des dossiers patients et des conditions juridiques l’encadrant, elle rend compte des cinq entretiens conduits avec des représentants des établissements, afin de mieux appréhender leurs pratiques (médecins, gestionnaires de risques, archivistes, qualiticiens, etc.). À partir de ces matériaux, l’autrice propose un schéma permettant de modéliser les points importants dont toute organisation hospitalière soucieuse de mettre en place une démarche de gouvernance de l’information doit tenir compte. Elle estime cependant que sa démarche nécessite d’être complétée par une approche plus quantitative et par une comparaison avec les pratiques employées dans le secteur libéral.

Marielle Guirlet, Manuela Bezzi, Manon Bari, « Formation en gestion des données de recherche : propositions de dispositifs d’e-learning pour le projet DLCM ».

Le deuxième article s’intéresse à la question de la formation en ligne à la gestion des données de recherche, dans le cadre du projet Data Life-Cycle Management (DLCM). Après avoir étudié à la fois les concepts de données de recherche et de formation en ligne et présenté un inventaire des formations d’ores et déjà existantes et/ou proposées chez les partenaires du projet, il propose aux porteurs du projet DLCM trois scénarios de formations à distance, recommandant en conclusion de se tourner le plus possible vers les nouvelles techniques d’apprentissage (mobile learning, microlearning, adaptative learning, dispositif intelligent collectant des informations mises à jour sur internet).

Marielle Guirlet, « Ouverture des données de recherche dans le domaine académique suisse : outils pour le choix d’une stratégie institutionnelle en matière de dépôt de données ».

Le troisième article s’intéresse aux entrepôts numériques de données de la recherche, à la fois en terme de concept, de fonctionnalités, de service et de certification. Sur la base d’un état des lieux des recommandations, outils et services fournis par plusieurs établissements suisses, il présente les outils décisionnels conçus dans le cadre du travail de recherche pour aider les établissements universitaires suisses à définir leur stratégie : vademecum, guide décisionnel comprenant des arbres de décision.

 

Records Management Journal, vol. 31, n° 1, 2021

Leisa Gibbons, Janine Douglas, « Markers of professional identity: records management jobs advertisments in Australia », p. 1-17.

Cet article retrace une étude qui interroge l’identité professionnelle des records managers et archivistes australiens, partant du constat que, selon les études gouvernementales australiennes, ces professions seraient en déclin, contrairement à celle de gestionnaires de l’information. En se fondant sur une comparaison des compétences mises en avant dans les référentiels métiers des professionnels du records management et des archives, et dans les fiches de postes publiées sur le site australien d’offres d’emploi SEEK (365 fiches), cette étude montre que les employeurs sont davantage en recherche de collaborateurs expérimentés, dotés de compétences génériques et qu’ils prêtent peu d’attention aux compétences spécialisées des records managers et archivistes décrites dans les référentiels métier. Les emplois proposés en matière de records management et d’archives s’avèrent enfin plus opérationnels que stratégiques ou tactiques et plus physiques que numériques, contrairement aux profils de gestionnaires de l’information. La conclusion invite à poursuivre les recherches sur la perception par les records managers et archivistes des demandes des employeurs et des besoins en termes de formation.

Nathan Moles, « Open government data (OGD): challenging the concept of a  “Designated Communityˮ », p. 18-33.

Cet article revient sur le concept de public-cible développé dans la norme OAIS et à la difficulté de son identification à défaut de communauté d’utilisateurs clairement identifiée, ce qui ne peut que conduire à une insatisfaction des utilisateurs. Il présente l’expérience de la ville de Toronto qui, pour redynamiser son programme d’ouverture des données, s’est appuyée de manière participative sur les représentants des communautés favorables à l’ouverture des données et sur les « civic tech groups » (hackers notamment).

Qianqian Yang, Yuqiao Du, Linyu Shi, « Exploring the mechanisms for records management’s digital transformation: a case study from China », p. 34-47.

Cet article rend compte d’une étude menée pour comprendre les mécanismes de dématérialisation des activités de records management, dans un contexte de production numérique, estimer la performance des outils d’Electronic Records Management Systems (ERMS) et pour évaluer les normes existantes. L’étude s’appuie sur une étude de cas menée dans une agence publique de la province du Guangdong, en Chine. Elle propose une modélisation des transformations induites par la transition numérique sur le records management, en identifiant les défis associés et les mécanismes permettant de stimuler cette transition.

Jari Juga, Jouni Juntunen, Timo Koivumäki, « Willingness to share personal health information: impact of attitudes, trust and control », p. 48-59.

Cet article rend compte d’une étude finlandaise sur les facteurs comportementaux qui influent sur la capacité des individus à accepter le partage et la réutilisation de leurs données de santé, par exemple pour la recherche médicale. Reprenant les résultats obtenus par les études antérieures – notamment une menée en Nouvelle-Zélande en 2006 – il montre, en se focalisant sur les questions comportementales et sur des données collectées en 2016 en Finlande par Kantar, la corrélation forte entre cette capacité à accepter le partage des données de santé et l’attitude plus générale à l’égard du partage des informations. D’autres facteurs tels que la confiance dans l’organisation et l’impression de contrôle sur ses propres données jouent également un rôle dans le partage.

Dari Alhuwail, « Information management practices in public tertiary health-care facilities: an empirical investigation from the state of Kuwait », p. 60-73.

Cet article se penche sur les pratiques de gestion de l’information dans le troisième cercle des établissements de santé koweïtien, celui des plateformes spécialisées, dans un contexte de production exponentielle de données médicales et de recherche croissante de performance des systèmes de santé. Il pointe l’hétérogénéité des systèmes de gestion de l’information utilisés par ces établissements et, en se fondant sur les données fournies pour l’accréditation des systèmes informatiques, les défauts de ceux-ci, que ce soit en terme de transmission, d’agrégation et d’exploitation stratégique des données qu’ils manipulent.

Babatunde Oladejo, Sunčica Haždidedić, « Electronic records management – a state of art review », p. 74-88.

Cet article constitue un état des lieux des recherches menées entre 2008 et 2018 sur l’electronic records management (ERM) afin d’identifier les thématiques dominantes de ces recherches, tout comme leurs silences et les problèmes identifiés. Mise en œuvre sur la base d’une collecte effectuée via Google Scholar, DeepDyve and Jstor, il catégorise et résume 55 des 4 000 articles identifiés, tous en anglais. Les catégories retenues sont les suivantes : concepts (théories archivistiques, processus, classification) ; les défis (culture informationnelle, préservation à long terme) ; les études de cas (implémentation, gestion des messages électroniques, recours au logiciel libre) et les technologies (spécifications, big data, classement automatique des documents, fourniture de services). Les auteurs estiment nécessaire un élargissement de l’enquête aux travaux de l’ARMA et de l’Association for Information and Image Management (AIIM) et au Gartner.

Olefhile Mosweu, Mpho Ngoepe, « Trustworthiness of digital records in government accounting system to support the audit process in Bostwana », p. 89-108.

Cet article rend compte d’une étude sur la manière dont les différents acteurs de l’audit au Botswana – archivistes, informaticiens, auditeurs internes et externes – évaluent l’authenticité des documents électroniques engageants gérés dans le Government Accounting and Budgeting System (GABS) administré par les services de l’Auditor-General du Bostwana. L’étude non seulement montre que les approches sont totalement différentes – avec un poids important accordé aux indicateurs techniques comme l’existence de contrôles et vérifications mis en œuvre par les services informatiques voire le recours à des logiciels dédiés pour vérifier les données –, mais aussi regrette qu’aucune recommandation en matière de préservation de documents engageants authentiques n’ait été édictée par les Botswana National Archives and Records Services.

 

Archives & Records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 42, n°1, 2021

Numéro spécial consacré à l’interdisciplinarité dans les archives.

Joanne Evans, Jacqueline Z. Wilson, Sue McKemmish, Antonina Lewis, David McGinniss, Gregory Rolan & Siobhan Altham « Transformative justice: transdisciplinary collaborations for archival autonomy », p. 3-24.

Issu d’un projet de recherche interdisciplinaire sur les archives et les droits de l’enfant, cet article met en lumière les problèmes systémiques de la conservation des archives de la protection de l’enfance. Les auteurs montrent que le système tend à se protéger lui-même avant même de protéger les enfants, alors que ces archives jouent un rôle important dans le développement de l’identité, le lien avec la famille ou dans la possibilité de demander des comptes. Ils plaident pour une autonomie archivistique de ces enfants devenues adultes, pour la reconnaissance d’une capacité à participer à la conservation et la mémoire. Ils ont ainsi développé un prototype d’application permettant aux personnes de gérer leurs informations personnelles, de recenser les archives les concernant détenues par des organisations et de partager l’ensemble s’ils le souhaitent.

Devon Mordell, « Neither physical nor juridical persons: electronic personhood and an evolving theory of archival diplomatics », p. 25-39.

À la suite de l’adoption par le Parlement européen d’une résolution sur les règles de droit civil sur la robotique5 visant à encadrer d’un point de vue légal et éthique l’usage de robots autonomes, l’auteur de l’article s’interroge sur l’impact de ces robots sur la diplomatique. L’identification de l’auteur constituant un élément essentiel de la diplomatique, quel statut accorder à ces robots autonomes et aux systèmes d’intelligence artificielle ? Il préconise de prendre en compte dans la diplomatique l’existence de ces systèmes qui « écrivent » des documents au nom d’un auteur, sans leur accorder la personnalité légale. Un tel statut pourrait correspondre à un type de personne juridique. Il invite à la création d’une diplomatique algorithmique pour éclairer les professionnels de la conservation sur les prérequis de la création de documents authentiques par des systèmes d’apprentissage automatiques (machine learning systems).

Melinda Haunton, Georgie Salzedo, « “A duty, an opportunity and a pleasure”: connecting archives and public history », p. 40-57.

Les deux autrices, qui travaillent aux Archives nationales britanniques, plaident pour une relation constructive entre les archives et l’histoire publique. Elles examinent des concepts-clés de l’histoire publique tels que la démocratisation de l’histoire, des dynamiques de pouvoir et l’authenticité pour souligner leur proximité avec ceux des archives. Enfin, elles proposent des suggestions pour développer une éthique de l’histoire publique dans les archives qui passe par la formation aux enjeux et à l’utilisation des archives.

Martine Barons, Sidhant Bhatia, Jodie Double, Thais Fonseca, Alex Green, Stephen Krol, Hannah Merwood, Alec Mulinder, Sonia Ranade, Jim Q Smith, Tamara Thornhill & David H Underdown, « Safeguarding the nation’s digital memory: towards a Bayesian model of digital preservation risk », p. 58-78.

Cet article présente les conclusions d’un projet de recherche monté par les Archives nationales britanniques avec des statisticiens de l’université de Warwick et des services d’archives pour développer un système d’aide à la décision qui quantifie les risques liés à la préservation à long terme. Les auteurs ont défini des catégories de risques liés à la fragilité des documents numériques, au contexte et à la provenance, à la transparence et à l’authenticité, ou encore à la politique d’archivage pour aboutir à un diagramme reposant sur un réseau bayésien et qui modélise les risques liés à la préservation numérique. L’objectif est de faire de ce DiAGRAM un outil utilisé par les Archives nationales à l’image de DROID, mobilisé pour l’identification des formats, et du registre PRONOM qui recense ces formats.

Arian Rajh, « Records management and archiving in the pharmaceutical industry and regulatory authorities », p. 79-94.

L’auteur s’interroge sur la place du records management et de l’archivage dans l’industrie pharmaceutique, à l’ère de la dématérialisation. Compte tenu de leur importance, les dossiers portant sur les produits pharmaceutiques doivent être conservés sur une longue durée, ce qui demande des compétences spécifiques. Il analyse donc le rôle des différents acteurs de la chaîne documentaire et conclue en proposant un modèle d’archivage pour ces dossiers, reposant sur le modèle OAIS.

Andrew Janes, « Making maps of records: what cartography can teach us about archival description », p. 95-118.

L’auteur explore ici le potentiel de la cartographie pour aider à comprendre et représenter les inventaires d’archives. Il propose ici cinq éléments d’analogie avec la carte, permettant de comprendre la nature des inventaires d’archives comme outils d’orientation et de lien, comme représentations sélectives de l’information, instruments de revendications archivistiques, et pour lesquels les métadonnées et l’interdisciplinarité sont essentielles. Il conclut en soulignant le potentiel des cartes pour faciliter la navigation des non-professionnels dans les instruments de recherche.

 

Archival science, vol. 21, n°1, 2021

Ce numéro spécial examine le développement des pratiques, théories et traditions archivistiques dans différents contextes nationaux et sociaux. Il exprime un besoin de remettre en question l’histoire des idées dans le domaine des archives, en particulier pour ce qui concerne la construction de la science archivistique occidentale.

Sumayya Ahmed, « People of remembrance: archival thinking and religious memory in Sufi communities », p. 9-23.

 Cet article s’intéresse au soufisme et étudie comment la pensée archivistique est utilisée pour construire une tradition des pratiques en utilisant la mémoire religieuse. Par l’utilisation des traces matérielles et immatérielles du passé (tombeaux, textes écrits, récits oraux ou incarnés) la mémoire assure une continuité dans la pratique soufie en permettant aux communautés de s’enraciner dans le passé. L’autrice décrit ici le concept d’« archives rituelles » où l’événementiel et les gestes ont une fonction archivistique, invitant à repenser la définition du document d’archives alors étendu aux pratiques vivantes. Cette façon d’envisager d’autres formes d’archives en patrimonialisant le rituel est selon l’autrice une façon de prendre en compte le patrimoine africain en dehors du modèle théorique occidental.

Jeannette A. Bastian, « Mine, yours, ours: archival custody from transaction to narrative », p. 25-42.

Il est ici question de la conservation des archives et du rôle qu’ont les institutions patrimoniales par rapport aux documents qu’elles préservent alors que la chaîne de conservation des documents a été transformée avec l’ère numérique. L’autrice constate que l’entrée d’un document dans un service d’archives lui octroie une valeur archivistique, faisant de la garde des archives un enjeu de pouvoir. Elle s’appuie alors sur le post-custodialisme pour montrer que la conservation des archives peut s’effectuer de différentes manières, y compris de façon décentralisée et invite à substituer la notion de « stewardship » à celle de « custodianship ». De plus, à l’heure du numérique, l’accès devient un sujet primordial pour l’archivage et la collaboration doit s’ajouter à la chaîne de conservation des archives.

Surya Bowyer « The Wayback Machine: notes on a re‑enchantment », p. 43-57.

Cet article s’intéresse à l’Internet Archive et à son outil d’exploration, la Wayback Machine. Il interroge le langage que nous utilisons pour décrire la technologie et plus particulièrement l’utilisation des métaphores qui permettent d’invoquer le connu pour nous familiariser avec l’inconnu. Néanmoins, pour l’autrice, cela obscurcit notre connaissance car les compréhensions qui ont donné naissance à une métaphore finissent par être oubliées. L’exemple développé dans le texte est celui de l’emploi du terme de « photographie » utilisé pour caractériser l’archivage d’une page web et qui interroge la notion d’authenticité à l’heure où notre expérience du web est de plus en plus individualisée avec des pages produites à la volée.

J. J. Ghaddar, « Total  archives  for  land, law and sovereignty in settler Canada », p. 59-82.

L’autrice aborde ici l’histoire coloniale canadienne au travers des archives pour montrer comment les archives conditionnent le récit de cette histoire. En étudiant le concept d’« archives totales » apparu dans les années 1970 au Canada, elle dénonce une fiction archivistique motivée par un besoin politique liée à la construction de l’État-nation. Le texte replace la Confédération canadienne dans le contexte plus large de l’impérialisme anglo-américain puis décrit l’établissement des Archives nationales au Canada tout en établissant des liens entre le travail des archivistes, les préoccupations historiques des colons et le rôle de l’État. La thèse soutenue est que les archives jouent un rôle dans l’effacement et l’enfermement des traditions juridiques autochtones, en privilégiant par exemple les traditions écrites aux dépens des traditions orales ou encore avec la création au XIXe siècle de documents (registres, lois foncières etc.) pour produire des preuves de la souveraineté impériale.

Juan Ilerbaig, « Archives as sediments: metaphors of deposition and archival thinking », p. 83-95.

L’article établit un lien entre sciences de la terre et archivistique en examinant le terme de « sédiment » employé pour décrire les archives. Il s’appuie sur le Manuel de Muller, Feith et Fruin6 qui assimile l’accumulation des documents d’archives au processus sédimentaire en géologie. Constatant que les deux domaines d’études ont en commun la préoccupation de la preuve pour retracer un processus historique, l’auteur s’intéresse à l’étymologie du mot « sédiment » et à l’histoire de son utilisation, ce qui nous emmène du côté de l’archivistique italienne où cette métaphore est encore discutée. D’abord employé en médecine (urologie) pour caractériser la recherche d’élément solide dans du liquide, l’utilisation du terme « sédiment » s’est ensuite ouverte aux sciences de la Terre puis s’est progressivement élargie à tous les domaines scientifiques étudiant les traces historiques des personnes. Un sédiment nous permet de comprendre le passé avec ce qu’on voit au présent, il est donc logique que l’archivistique et la diplomatique se soient appropriées ce mot.

Zhaogui Qin, Chunmei Qu, Ashleigh Hawkins, « The Three‑Character Classic of Archival Work: a brief overview of Chinese archival history and practice », p. 97-116.

Cet article nous présente une édition critique d’un poème de Zhoogui Quin (2009) rédigé dans un style traditionnel et décrivant l’histoire du développement de l’archivistique en Chine au travers de l’évolution des supports d’archives, des types de documents, des responsabilités ou encore des dépôts et institutions. À travers la traduction en anglais d’une version révisée de ce poème, les auteurs examinent l’histoire de la pratique archivistique en Chine de l’Antiquité à nos jours. Ils expliquent comment les traditions ont été intégrées dans les pratiques actuelles tandis que d’autres ont été abandonnées. Par exemple, la garantie de la sécurité et l’authenticité des documents a été combinée à la pratique consistant à assurer leur intégrité et leur facilité d’utilisation. Ils s’intéressent aussi à l’enseignement de l’archivistique en Chine en montrant comment il a été la clé de sa professionnalisation depuis les années 1930, notamment avec la création d’une école dédiée sous l’égide de l’éducateur Yin Zhougqi.

Sarah Cadorel, Magalie Moysan et Édouard Vasseur

  1. « Clio in the Raw: Archival Materials and the Teaching of History », American Archivist, 35, n° 3-4 (1972), p. 317-330 []
  2. « Stretching the Dollar: Monetary Appraisal of Manuscripts », Archivaria, 11 (Winter 1980-1981), p. 101-113 []
  3. « Bucks for your Bytes: Monetary Appraisal for Tax Credit of Private-Sector Electronic Database Records », Archivaria, 62, n° 1 (2006), p. 121-125 []
  4. Association of Records Managers and Administrators (ARMA), Society of American Archivists (SAA) []
  5. Résolution du Parlement européen du 16 février 2017 contenant des recommandations à la Commission concernant des règles de droit civil sur la robotique []
  6. Handleiding voor het ordenen en beschrijven van archieven, Groningue, Van der Kamp, 1898 ; traduction française : Manuel pour le classement et la description des archives, La Haye,A. de Jager, 1910 []

De la date des écrits – 4

Ce quatrième billet s’attache au lien entre date et écrit dans la description que l’on veut faire d’un document, que ce soit pour le signaler dans un autre écrit ou pour le classer, l’archiver, le mettre à disposition. Je ne parle pas ici de la syntaxe de la date dans le nommage d’un fichier numérique (AAAAMMJJ vs JJMMAAAA) évoquée précédemment, mais du choix de la date la plus pertinente pour informer l’utilisateur.

Lorsque l’on est face à un seul élément (un fichier, une feuille de papier, une photo, etc.) et qu’il n’y figure qu’une seule date, l’exercice est assez facile. Même quand cet écrit est associé à des annexes ou à des pièces justificatives, les dates de ces dernières n’interfèrent pas dans la datation de l’écrit en tant que tel. Il est moins aisé quand on a affaire à plusieurs dates exprimées ou sous-entendues, à plusieurs éléments d’information associés dans la constitution de l’objet que l’on veut décrire, ou à une combinaison complexe de dates et d’écrits.

Avant de développer deux aspects de la question (la concurrence entre plusieurs dates d’un même écrit et la notion de dates extrêmes d’une unité archivistique), en guise de « mise en bouche », je souhaite partager cette image qui a retenu mon attention ; c’était il y a un peu plus de deux ans dans Courrier international.

On voit sur cette photo1 Justin Trudeau et Emmanuel Macron lors de la conférence de presse à l’issue du sommet franco-canadien du 7 juin 2019 à Paris. Ce qui m’a frappée sur cette image est que, sur le pupitre de chacun des deux orateurs, on peut lire la date de l’événement auquel ils participent (date de lieu et date de temps), là où habituellement on lit le nom des personnalités qui s’expriment. Comment mieux dater cette photographie que par cet élément intégré à l’objet photographié ? Je dirais même plus : cette « date intégrée » est un indice d’authenticité et de fiabilité imparable (pour peu que la photo n’ait pas été bidouillée, évidemment). En effet, il apparaît plus facile de retrouver le nom des personnalités figurant sur une photo datée que de chercher la date de prise de vue à partir de l’image « adatée » de personnes dont on connaît le nom (ce sujet mériterait du reste un développement). Face au constat de l’accroissement de l’utilisation, dans les médias en ligne et sur les réseaux sociaux, d’images décontextualisées et détemporalisées, il y a là une bonne pratique à encourager dans la « fabrication » de l’information. Et attention à ne pas tomber dans l’excès inverse qui consiste (on le voit par exemple sur les captures d’écrans de BFMTV) à indiquer à l’arrière-plan l’heure précise, mais ni le jour, ni l’année…

Cette remarque préliminaire est donc une invitation à repenser la description de l’information dont la fiabilité passe de plus en plus par un contexte et une date.

Mais revenons à des cas de figures documentaires et archivistiques plus classiques avec deux situations : d’abord la concomitance de plusieurs dates pour un même écrit, ensuite le regroupement d’écrits et donc de dates.

 

Concomitance de plusieurs dates

Il n’est pas rare, finalement, qu’un simple document (un courrier, un rapport, une décision, un plan, une procédure, un article, un post…) comporte plusieurs dates sans que l’on se pose la question de la concurrence ou de la hiérarchie entre ces différentes dates. Ces dates peuvent être relativement nombreuses: dates renvoyant aux étapes du cycle de vie du document, dates relatives aux gestes de validation par différents acteurs qui engagent leur responsabilité dans la production de l’écrit (approbation, signature, visa), dates liées aux contenus et aux événements décrits, dates indiquant des échéances dans l’application d’une décision (date d’effet, date de prescription), etc.

À ma connaissance, il n’existe pas, du moins en français, de procédure administrative ou archivistique normalisant le choix de la date à retenir lors de la citation ou de la description des documents. Le bon sens peut aider à la manœuvre mais il faut reconnaître que tout le monde n’en fait pas usage de la même façon. La datation des écrits est souvent empirique.

Essayons de catégoriser les cas de figure.

Un premier cas articule la date de décision et la date de notification. On le voit dans l’illustration ci-dessous, la décision d’une commission réunie le 6 juin est notifiée à l’intéressé le 6 juillet (en l’occurrence l’année 2003). Est-il nécessaire de retenir les deux dates dans la désignation du document ? Cela n’apporte rien. La date de notification (ou la date de réception de cette notification) n’est pas sans intérêt car elle peut, le cas échéant, être un élément de preuve mais la date centrale est la date de la décision, qui fonde un droit, donc le 6 juin 2003. Autrement dit, la validation prime a priori la notification.

Un deuxième cas concerne le lien entre date de l’événement et date de la relation de l’événement (relation – du verbe relater). Un exemple très courant est celui des comptes rendus de réunion au format numérique : le nommage du fichier inclut tantôt la date de réaction du compte rendu, tantôt la date de la réunion, rarement les deux. La date de l’événement relaté semble l’emporter (séminaire, rencontre, réunion, visite, manifestation…). Mais on peut imaginer que la date du compte rendu soit ponctuellement plus importante que celle des faits commentés ou dont on rend compte.

Les formulaires de constat d’accident ou de dégâts des eaux mettent en avant la date des faits, la procédure prévoyant par ailleurs un délai maximal pour la déclaration. En revanche, quand il s’agit d’une déclaration d’une personnalité sur des faits d’actualité, la date de la déclaration semble à privilégier (elle est pourtant bien souvent escamotée dans les publications en ligne).

Troisième cas : date initiale et date de mise à jour, qu’il s’agisse de la version d’une procédure ou du texte d’un article en ligne. Dans l’environnement papier, chaque écrit constitue un objet documentaire physique et les modifications apportées à cet écrit initial font l’objet soit d’une annotation (elle-même datée si elle est importante), soit de la production d’un nouvel objet documentaire physique, chaque objet ayant alors sa propre date. Dans le cas d’un document de référence telle qu’une procédure, les bonnes pratiques prévoient une numérotation des versions (V0.1, V0.2, V1…) de sorte que ce qui est daté est la production de la version numérotée ; cela ne soulève pas de difficulté. Mais pour les articles en ligne, on assiste depuis quelque temps à l’indication quasi-systématique de deux dates, à la minute près : la date de publication et la date de modification, parfois séparées par seulement quelques minutes… mais sans indication de ce qui a été modifié, ce qui interroge sur le sens de cette pratique. On voit très bien l’intérêt de la traçabilité des modifications sur une plateforme comme Wikipédia, même si la lecture systématique de l’historique est indigeste, mais cette datation à la minute des informations en ligne a-t-elle un sens pour la description de l’article? Cette pratique est à mettre en parallèle avec celle où des articles scientifiques qui sont remis à telle date à une revue ne sont publiés que deux à trois ans plus tard et sont alors uniquement datés de l’année de publication, alors que les chercheurs s’exprimeraient certainement autrement avec deux ou trois années de recul et de recherches supplémentaires.

D’autres cas seraient à recenser.

 

Extrémités des dates extrêmes

Lorsque l’on a affaire à un ensemble de documents, il est convenu de le décrire en indiquant non pas une date mais deux, autrement dit un laps de temps auquel correspond l’objet documentaire considéré, ces deux dates étant communément désignées par l’expression « dates extrêmes ». Mais la notion archivistique de dates extrêmes s’avère assez floue. Voici les deux définitions les plus courantes en français, plutôt anciennes (respectivement trente et dix-neuf ans) :

  1. Dates d’ouverture et de clôture d’un dossier (le dossier étant lui-même défini comme « ensemble des documents réunis pour la conduite et le traitement d’une affaire »2 )
  2. « Dates, généralement exprimées par référence aux années, du document le plus ancien et du document le plus récent composant une unité de description »3

Ces deux définitions sont fort différentes, pour ne pas dire étrangères l’une à l’autre.

La première se place du point de vue du producteur de l’écrit, autour du dossier d’affaire, et relève du records management. Il n’est pas question de date du document le plus ancien et de date du document le plus récent ; il est question de date d’ouverture et de clôture, c’est-à-dire d’actes de gestion, liés au déroulement d’un projet ou à l’exécution d’une procédure, indépendants du contenu. En effet, on peut décider d’ouvrir un dossier, ou un registre, avant que les écrits qui y seront versés/portés soient eux-mêmes produits. C’est la date de décision d’ouverture qui sera prise en compte. Idem pour la clôture qui peut être décidée bien après la date du dernier document ou de la dernière inscription. Il arrive du reste qu’un dossier ou un registre reste vierge, non pas par négligence ou accident (ce qui peut aussi arriver) mais pas non-existence de contenu à y faire figurer, ce qui constitue en soi une information potentiellement aussi intéressante que le contenu X, Y ou Z.  L’exemple le plus significatif dans l’histoire récente est celui des cahiers citoyens du Grand débat national de 2019, ouverts par des maires qui les ont mis à disposition de leurs administrés mais où aucun administré n’a finalement écrit quoi que ce soit. Ce ne sont pas des documents vierges au sens d’imprimé vierges, de fournitures, ce sont bien des documents d’archives avec un émetteur, une finalité et un contenu « néant », documents d’archives qui ont donc leur propre date.Cette seconde définition n’est pas sans receler une ambiguïté fâcheuse. Bien sûr, elle n’est pas incompatible avec la première définition et les dossiers d’affaire sont de bons candidats pour des « unités de description ». La première se place du point de vue du producteur de l’écrit, autour du dossier d’affaire, et relève du records management. Il n’est pas question de date du document le plus ancien et de date du document le plus récent ; il est question de date d’ouverture et de clôture, c’est-à-dire d’actes de gestion, liés au déroulement d’un projet ou à l’exécution d’une procédure, indépendants du contenu. En effet, on peut décider d’ouvrir un dossier, ou un registre, avant que les écrits qui y seront versés/portés soient eux-mêmes produits. C’est la date de décision d’ouverture qui sera prise en compte. Idem pour la clôture qui peut être décidée bien après la date du dernier document ou de la dernière inscription. Il arrive du reste qu’un dossier ou un registre reste vierge, non pas par négligence ou accident (ce qui peut aussi arriver) mais pas non-existence de contenu à y faire figurer, ce qui constitue en soi une information potentiellement aussi intéressante que le contenu X, Y ou Z.  L’exemple le plus significatif dans l’histoire récente est celui des cahiers citoyens du Grand débat national de 2019, ouverts par des maires qui les ont mis à disposition de leurs administrés mais où aucun administré n’a finalement écrit quoi que ce soit. Ce ne sont pas des documents vierges au sens d’imprimé vierges, de fournitures, ce sont bien des documents d’archives avec un émetteur, une finalité et un contenu « néant », documents d’archives qui ont donc leur propre date.

La seconde définition évoque davantage l’activité archivistique d’inventaire des archives, autour de la notion d’« unité de description », c’est-à-dire – sauf erreur de ma part – ce qu’on appelait naguère un « article », quelque chose de très subtil mi-intellectuel (ce qui mérite une description spécifique) mi-matériel ou logistique (ce qui tient dans un carton). Concept caméléonesque.

Cette seconde définition n’est pas sans receler une ambiguïté fâcheuse. Bien sûr, elle n’est pas incompatible avec la première définition et les dossiers d’affaire sont de bons candidats pour des « unités de description ».

Bien sûr, elle est très pertinente dans le cas de séries chronologiques d’un même type d’écrit (notes, rapports, arrêtés, courriers, factures, etc.) qu’il est nécessaire de regrouper en unités matérielles de gestion qui ne sont en aucun cas des « dossiers d’affaires » mais plutôt des « volumes » pour reprendre le terme de la norme européenne MoReq2 sur le records management. Le contingentement mécanique des archives est une nécessité dans l’environnement papier, mais même dans l’environnement numérique, il est utile d’identifier les suites logiques de gestion.

Mais il y a le reste, les autres organisations de l’information, car tous les écrits ne se présentent pas sous forme de dossiers d’affaire explicites (instruction de telle demande, exécution de tel jugement) ou de suite chronologique. Il y a là un certain flou dans la relation entre l’écrit et la date. Surtout quand la date joue un rôle si important dans la communication des archives.

Comment ne pas évoquer ici un des aspects confus du débat en cours sur la communicabilité des archives classifiées ? Contrairement à ce qu’on entend souvent, il est inexact de dire que la loi sur les archives de 2008 rend communicables les documents relatifs au secret de la défense nationale après cinquante ans. En effet, si les délais de communicabilité sont bien exprimés en années (dont les cinquante ans en cause), ils sont systématiquement suivis (amputés ?) de la mention suivante : « à compter de la date du document ou du document le plus récent inclus dans le dossier »4. Or le mot dossier n’est pas défini dans cette loi, ni ailleurs dans le code du patrimoine. Et la notion de dates extrêmes n’y est pas davantage explicitée. La seule mention qu’on en trouve dans le code est très logistique, à propos d’un dépôt d’archives dans un service d’archives, sans aucun regard sur la nature ou la quantité desdites archives5. Tant qu’on n’a pas défini ce qu’est un dossier, tout peut être dénommé dossier ; alors…

 

Conclusion

J’ai été frappée, en rédigeant ce billet, par la pauvreté de la littérature archivistique sur la question de la date (au-delà des dates extrêmes et de leur objet d’application). Les glossaires archivistiques sont très légers sur la définition de date, plusieurs d’entre eux ne proposant même pas d’entrée au mot date…

Une lacune à combler, assurément.

Peut-être que davantage de travaux de diplomatique permettraient d’enrichir les pratiques archivistiques…

Marie-Anne Chabin

  1. Signée Philippe Wojazer, pour l’AFP []
  2. Dictionnaire des archives, français-anglais-allemand : de l’archivage aux systèmes d’information, Paris : AFNOR, École nationale des chartes, 1991 []
  3. Dictionnaire de terminologie archivistique, Direction des archives de France, 2002 []
  4. Article L213-2 du code du patrimoine []
  5. Articles R212-20 et R212-46 du code du patrimoine []

De la date des écrits – 3

Désormais, correspondances, notes, comptes rendus, procès-verbaux, registres, déclarations, articles, publications et autres écrits soit sont totalement numériques, soit passent, à un moment ou à un autre de leur genèse, par une « phase numérique ». Ce qui n’est pas sans conséquence sur le système de datation des écrits, qu’il vienne en appui de leur gestion, de leur validation, de leur réception ou de leur traitement.

Ce troisième billet s’intéresse donc à la date de temps dans l’environnement numérique, que ce soit en termes de forme, d’apposition et de fiabilité.

De la forme de la date dans l’environnement numérique

Comme nous l’avons vu dans le premier billet, la date de temps peut prendre plusieurs formes, en fonction du système de temps dans lequel s’inscrivent les acteurs de l’élaboration, de la validation, de la réception et traitement de l’écrit. Le système de temps utilisé en France, fondé sur le calendrier grégorien, n’en constitue qu’un parmi d’autres. Dans l’environnement numérique, en revanche, le système de temps fondé sur le calendrier grégorien tient une place centrale. Cet état de fait résulte de la domination, dans la conception et le déploiement des systèmes informatiques, des pays utilisant ce système de temps, et notamment des États-Unis d’Amérique. Les travaux de normalisation menés sous l’égide de l’Organisation internationale de normalisation, l’ISO, ont consacré cette domination : la norme ISO 8601, adoptée en 1988, destinée à remplacer plusieurs normes existantes datant des années 1970, spécifie en effet la représentation numérique de la date sur la base du calendrier grégorien et du découpage d’une journée en 24 heures. La notation de la date, selon cette norme, peut cependant prendre différentes formes, en fonction du degré de précision attendu pour la datation : l’année seule ; le jour ; la seconde voire la fraction de seconde.

Si la norme ISO 8601 domine les pratiques de datation dans l’environnement informatique, il faut  ajouter que plusieurs formes de représentation de la date subsistent, en fonction de l’ordre retenu pour l’organisation des différents éléments qui la composent. Si la France utilise largement la forme AAAA-MM-JJ ou JJ-MM-AAAA, les États-Unis recourent de leur côté fréquemment à la forme MM-JJ-AAAA, ce qui peut prêter à confusion pour peu qu’on ne soit pas habitué à cette façon d’écrire.

De l’apposition de la date dans l’environnement numérique

Comment la date est-elle apposée sur les écrits dans un environnement numérique ? L’être humain y joue-t-il encore un rôle ?

Dans la majorité des cas, non. Que nous élaborions un document avec un fichier bureautique, que nous prenions une photographie avec un appareil photographique numérique, que nous nous connections à un service en ligne ou réalisions une transaction via celui-ci, nous ne nous inquiétons pas d’apposer une date ou de savoir de quelle manière celle-ci est apposée. Tout se fait automatiquement, par le seul fait de l’action que nous sommes en train d’entreprendre et des moyens que nous utilisons pour l’entreprendre. Pour les transactions qui nécessitent d’être associées à une date de manière précise et totalement sûre, existent des services tiers d’horodatage, appelés aussi autorités d’horodatage. Tout repose donc majoritairement sur le paramétrage des outils techniques sur lesquels s’appuient les actions que nous entreprenons dans l’environnement numérique. Encore faut-il que ces outils soient paramétrés comme il faut, et c’est là que le facteur humain devient critique.

Celui-ci n’est ainsi pas totalement absent de l’apposition des dates dans l’environnement numérique. Le paramétrage des outils constitue le premier cas de figure – et sans doute le plus important  –, mais il n’est pas le seul. Combien d’écrits élaborés au moyen de logiciels bureautiques, notamment, comprennent, dans le texte lui-même, une date apposée manuellement par l’utilisateur. Qui n’a par exemple pas réutilisé ultérieurement un fichier bureautique ancien – un support de cours par exemple – en oubliant de modifier la date apposée précédemment, de manière manuelle ? Qui n’a pas non plus effectué une erreur de saisie en apposant une date manuellement dans un fichier bureautique ?

De la fiabilité de la date dans l’environnement numérique

Alors, peut-on se fier systématiquement à la date associée à un écrit dans l’environnement numérique ? Rappelons ce que dit Marie-Anne Chabin : « La date d’un document participe à l’appréciation de son authenticité. L’authenticité diplomatique est définie comme la caractéristique d’un document « qui peut prouver qu’il est ce qu’il prétend être, qu’il a été créé ou envoyé par la personne qui prétend l’avoir créé ou envoyé, et qu’il a été créé ou envoyé à la date prétendue ».1

Si l’inscription de la date est le fait d’un être humain, la situation est la même, que l’écrit soit rédigé au moyen d’un logiciel bureautique et stocké sous forme numérique sur un espace de travail ou qu’il soit produit et géré sur papier. Insérer dans un écrit électronique une date antérieure ou postérieure à celle à laquelle il a atteint son état définitif est en effet aussi facile que le serait la même opération dans un écrit sur papier. Antidater ou postdater numériquement peut même être involontaire, du fait de fautes de frappe ou d’erreurs de saisie. Le cas le plus emblématique de l’erreur involontaire est le recours, dans la rédaction d’un écrit au moyen de logiciels bureautiques, à l’option offerte par les traitements de texte d’insertion automatique de la date et de l’heure. Pratique, elle évite à l’utilisateur les fautes de saisie. Cependant, une mise à jour de cette date est effectuée automatiquement à chaque ouverture et modification du fichier. C’est ce qui s’est passé pour l’écrit ci-dessous, compte rendu d’une réunion organisée en juillet 2018 et consultée sans modification en mars 2020. Comment, dans ces conditions, connaître la date d’élaboration ou de validation de l’écrit de manière certaine, à défaut de version validée au moyen de l’impression (un fichier PDF) ?

Mais l’insertion automatique de la date par la machine (ordinateur ou serveur) peut aussi réserver quelques surprises. Tout en gardant à l’esprit que celui qui prend connaissance d’un écrit au moyen d’un écran ne voit en général qu’une représentation visuelle d’une date enregistrée sous une toute autre forme dans la mémoire de l’application elle-même.

Prenons quelques exemples.

Le premier est celui des écrits élaborés à partir d’outils bureautiques ou imprimés à l’aide d’une imprimante virtuelle (PDF Creator, par exemple). Leur sont associées des propriétés qui enregistrent les différentes actions entreprises sur eux (création, modification). Quand le matériel et le logiciel utilisés pour créer et modifier ces écrits sont bien paramétrés, ils fournissent des datations fiables sur lesquelles s’appuyer, à défaut de date apposée dans les écrits eux-mêmes. Mais ce n’est pas toujours le cas. J’ai encore en tête le cas d’une présentation Powerpoint dont les propriétés indiquaient une date de création de 1798… Je n’avais malheureusement pas eu la présence d’esprit, à l’époque, d’en faire une copie d’écran.

Le deuxième cas est celui des métadonnées associées à l’enregistrement d’un écrit. Dans l’exemple ci-dessous, nous avons affaire à la description associée, dans une GED, à un compte rendu de réunion, telle qu’exportée depuis la GED elle-même. Cette description fournit une date de création (TimeCreated) et une date de modification (TimeLastModified). Mais à quoi correspondent ces dates ? La réunion est supposée avoir eu lieu le 20 octobre 2004 et la date de dernière modification est de 2007. Cela signifie-t-il que l’écrit rendant compte d’une réunion de 2004 a été modifié en 2007 ? Si c’est le cas, peut-on se fier à cet écrit ? Une investigation plus poussée permet en fait de comprendre qu’il s’agit de la date de dernière modification de la description – en fait la date de sa création dans un nouveau système, puisqu’il s’agit dans le cas présent du résultat d’une migration d’un système vers un autre – et non du document lui-même.

Le troisième cas est celui de la date proposée pour un site internet. Le Service interministériel des archives de France a créé, en juin 2020, sur FranceArchives, une page dédiée à la question des mémoires du confinement. La date indiquée en haut et à gauche de la page est le 30 juin. Mais la copie d’écran a été réalisée… le 26 juin, comme l’indiquent les propriétés de l’impression PDF de la page que j’ai réalisée. Était-ce une date prévisionnelle de publication qui a été restituée à l’utilisateur ? L’erreur provient-elle de l’outil de création et d’édition du site ? D’un autre système ? Difficile à dire sans aller consulter l’outil de création, mais cela ne manque pas d’interroger sur la fiabilité des dates présentées aux utilisateurs.

 

Enfin, le dernier cas de figure est celui de la lecture d’une date qui ne tient pas compte de la date de lieu. En décembre 2018, à l’occasion de l’attentat perpétré à Strasbourg, une fausse rumeur a été propagée sur Twitter selon laquelle des médias auraient annoncé l’événement avant que celui-ci ne se produise. Rumeur qui s’appuyait sur un tweet daté en fonction du fuseau horaire paramétré par défaut dans l’application, celui de la côte ouest des États-Unis (9 heures de décalage horaire). Le tweet avait bien été écrit et publié après l’événement, et non avant2.

L’étude de la datation dans l’environnement numérique réserve donc son lot de surprises, dont le présent billet ne donne qu’un aperçu forcément limité. Si nos lecteurs en ont repéré d’autres, qu’ils n’hésitent pas à les partager avec nous.

Édouard Vasseur

  1. Voir le billet publié ici par Marie-Anne Chabin le 16 mai []
  2. Voir l’article de Mathilde Cousin dans 20 Minutes, 12 décembre 2018 []

De la date des écrits – 2

Le concept de date des écrits peut être examiné sous plusieurs angles. On peut analyser sa forme, en lien avec la langue et l’écriture, mais aussi dans la syntaxe propre à l’expression de la date de temps, via le recours à un outil dateur en parallèle ou à la place d’une datation manuscrite. La position de la date dans le document daté est également un point d’attention, selon qu’elle se trouve en tête ou à la fin du document ou encore, pour certaines dates, dans la marge ou au verso. La concomitance de plusieurs dates sur le même objet documentaire mérite aussi un examen plus approfondi, afin de définir les liens de hiérarchie, de complémentarité ou de contradiction entre les différentes dates. Mais une question s’impose avant toute autre investigation : que date la date ?

Ce deuxième billet s’intéresse principalement à la date de temps, pour examiner la finalité de la date et à quoi elle s’applique.

Ce que date la date

En laissant de côté les dates qui font partie du contenu du document (dates des faits rapportés dans le document) et les dates des documents de référence que l’on peut trouver dans certains actes officiels (dates des lois et autres textes visés), on peut identifier trois cas de figure : l’action de gestion, l’engagement écrit et la transmission.

Dans le premier cas, ce qui est daté est une action de gestion au sein d’un processus qui n’est pas achevé. L’exemple typique est la rédaction d’une procédure ou d’un document normatif qui comporte la date de la première rédaction, les dates des versions suivantes, la date de la vérification, la date de l’approbation. Ce peut être également la date d’ouverture d’un dossier, geste qui signifie que l’on va documenter une affaire, même s’il n’y a encore aucune pièce à verser au dossier le jour de l’ouverture. Ce peut être aussi la date d’une étape de traitement de l’affaire ou de consultation d’un dossier. On peut dire que l’inscription de la date sert ici à tracer la construction et la vie d’un objet documentaire. Ces dates ont un rôle de gestion  et d’information ; elles aident à comprendre l’enchaînement des opérations de chacun des acteurs qui interviennent dans la fabrication, dans le traitement de l’affaire puis dans l’utilisation du document.

Le deuxième cas de figure concerne la date associée à la validation d’un écrit, le plus souvent (mais pas uniquement) par une signature. L’émetteur du document assume son contenu. Il s’agit donc d’un engagement. Ce peut être une décision qui impacte des personnes ou des biens (arrêté, jugement). Ce peut être un contrat. Ce peut être tout document qui relate un fait (procès-verbal, minute notariale, constat, attestation, rapport), qui énonce une proposition (déclaration, publication, testament) ou qui revendique quelque chose (réclamation, pétition). La signature engage le signataire vis-à-vis du destinataire ou des destinataires du document. La date qui est portée sur le document émis permet de savoir à partir de quand l’émetteur est engagé, notamment pour les documents de nature contractuelle. Cette date est informative mais est surtout une référence pour l’effet juridique que peut avoir le document émis, à défaut d’autres précisions dans l’acte. La signature peut prouver un engagement et l’absence de date de cet engagement ouvre la porte à des difficultés d’arbitrage en cas de documents contradictoires (si on a deux testaments d’une même personne dont aucun n’est daté, il est délicat de savoir lequel est le plus récent). Pour les documents à contributeurs multiples, comme les pétitions ou les cahiers citoyens dans le cadre du Grand débat national à la suite du mouvement social des Gilets jaunes, il faut distinguer la date « d’ouverture » du document (dans le cas du Grand débat, on trouve des cahiers ouverts à telle date par telle mairie, sans aucune contribution), et les dates de chaque contribution, a priori dans l’ordre des pages du cahier, inscrites par chaque contributeur ou supposées par la comparaison des dates effectives qui encadrent une contribution non datée. Dans le cas des pétitions en ligne (change.org par exemple), c’est le logiciel qui date chaque contribution, via le clic de validation de chaque contributeur.

Le troisième cas de figure est lié au rôle d’un tiers, interne à l’organisation émettrice, interne à l’organisation réceptrice ou extérieur, c’est-à-dire d’une personne qui reçoit et date un document sans prendre part à son contenu, dans un processus d’acheminement, de transmission, d’enregistrement, de contrôle. Ce type de date, étranger au contenu du document donc, se caractérise par deux critères qui sont d’ailleurs liés : la systématicité et la chronologie. Ce qui est daté est le flux, l’échange, soit au début avec l’envoi (enregistrement du courrier départ), soit à l’arrivée chez le destinataire (enregistrement du courrier arrivée) ou chez le dépositaire public (centre des impôts, tribunal de commerce, INPI, etc.). Il faut y ajouter les intermédiaires tels que les transporteurs, la Poste bien sûr, mais également de plus en plus de prestataires de services qui tracent, au moyen de diverses technologies, les dates et lieux de toute « transaction ». La date ne dépend plus ici de l’émetteur qui s’engage sur un contenu, mais de l’entrée dans le périmètre de responsabilité d’un tiers qui s’engage, de son côté, dans l’acheminement du document. Ce qui est daté est le passage de relais entre deux acteurs, la date constituant alors une preuve de l’échange pour chaque acteur. Et c’est souvent cet enregistrement par un tiers qui assure la « date certaine » des actes.

Certains écrits ne comportent qu’une date, généralement celle qui est apposée au moment de la signature, mais il existe bien des documents où la date qui apparaît est celle de l’enregistrement, donc postérieure au moment même de la signature. Quand plusieurs dates se cumulent sur un document, elles permettent de retracer le cycle de vie de ce document.

Lettre de la préfecture de Paris à la RATP portant la date à laquelle elle a été envoyée et les dates d’enregistrement dans les différents services auxquels elle a été successivement attribuée.

Quelle est la fiabilité de la date ?

La date d’un document participe à l’appréciation de son authenticité. L’authenticité diplomatique est définie comme la caractéristique d’un document « qui peut prouver qu’il est ce qu’il prétend être, qu’il a été créé ou envoyé par la personne qui prétend l’avoir créé ou envoyé, et qu’il a été créé ou envoyé à la date prétendue »1. Pour désigner la même qualité, on parle parfois de crédibilité ou de sincérité.

La fiabilité est une notion un peu différente ; elle signifie que les faits exposés dans le document sont conformes à la réalité. De ce point de vue, il n’est pas rare que la date d’un écrit ne soit pas exactement la date à laquelle il a été signé ou validé par son émetteur. Autrement dit, du moins dans l’environnement papier, des documents anti-datés ou post-datés sont fréquents, par exemple quand la date d’un courrier est apposée par le service courrier quelques jours après la signature effective. Autre exemple : les contrats d’achat ou de prestation qui, du fait de la complexité des clauses juridiques, du circuit d’approbation ou simplement de la charge de travail du service juridique, sont signés à une date largement postérieure à la livraison des biens ou à la fin de la mission que le contrat était censé initier. En général, la vraie trace de la validation existe ailleurs, dans une apostille ou dans un message électronique. Ceci n’a du reste guère de conséquence car la date ne joue pas alors un rôle majeur ou du moins ce décalage ne remet pas vraiment le fonctionnement de l’organisation en question.

L’enjeu est de savoir à quoi engage la date du document et d’apprécier les risques d’une possible inexactitude. Est-ce que la date d’applicabilité de la décision, le début de la mise en œuvre de l’engagement, le point de départ de l’effet juridique est lié à la date du document (signature, enregistrement) ou à une autre date exprimée dans le corps du texte, dans le dispositif de l’acte voire dans les clauses ? En présence de plusieurs dates, il faut savoir comment elles sont articulées ou hiérarchisées et quel rôle joue chacune, en fonction de la réglementation ou des conventions prédéfinies. Ainsi, lors de la transmission d’un courrier recommandé, c’est le cachet de la Poste qui fait foi et on se moque, ou presque, de la date du courrier proprement dit.

Cette question de la pluralité des dates et de leur valeur relative mériterait une analyse diplomatique plus approfondie, à une époque de complexification du droit et de régression des bonnes pratiques administratives qui font qu’on mélange volontiers la forme des documents (confusion entre procès-verbal et compte rendu, attestation et déclaration, etc.) ou qu’on produit un document avec un « enregistrer sous » sans modifier les dates, ou qu’on oublie simplement de dater ses écrits.

On pourrait penser que l’environnement numérique, avec la rigueur et la précision de la machine, a remis d’équerre ces approximations rédactionnelles. Oui et non. Certes, la date des écrits numériques (documents bureautiques, messages électroniques, posts sur les réseaux sociaux, etc.) est automatisée et exprimée à la seconde près, de sorte que la marge de manœuvre de l’émetteur est réduite à quasiment rien ; la machine date pour lui et le trace en même temps ! Mais le développement technologique n’étant pas indexé sur la vertu, les faussaires sont simplement contraints à développer leur imagination et leur technicité.

Il convient de distinguer les systèmes de datation contrôlés par des services dédiés, internes ou externes, et l’utilisation d’appareils au niveau individuel ou de petites communautés. Là, les outils numériques apportent également de la confusion au quotidien car si l’horodatage automatique des flux peut décourager les amateurs de date choisie, ils autorisent aussi des perturbations nouvelles de la date, quand un logiciel, adoptant le point de vue de l’utilisateur et non de l’auteur, modifie la date d’un document à sa consultation, ou encore quand une macro vient modifier les métadonnées d’un document (date mais aussi nom d’auteur, nom de fichier, etc.) sans que l’émetteur en soit informé.

Cet aperçu de l’objet de la date d’un écrit, ou plutôt des dates des écrits, avec leurs finalités et conséquences respectives reste à développer.

Marie-Anne Chabin

Pour en savoir plus :
Serge Braudo, « Définition de Date certaine », Dictionnaire du droit privé
Marie-Anne Chabin, « Terminus a quo », Le blog de Marie-Anne Chabin, 28 janvier 2013
Danièle Van de Velde, « La datation des événements », Langue française, n° 179, 2013, p. 49-68

 

 

  1. Voir le glossaire de la norme internationale ISO 15489 sur le records management []

De la date des écrits – 1

Dans un précédent billet, Marie-Anne Chabin et Édouard Vasseur soulignaient l’intérêt que présente la diplomatique pour analyser les écrits à l’ère numérique et formaient le vœu que se poursuive la réflexion sur certaines caractéristiques de ces écrits. Pour commencer, ils ont choisi de s’intéresser aux façons de les dater, qui feront l’objet plusieurs billets.

Pour distinguer un écrit engageant des personnes du tout venant des autres écrits, la présence, aux côtés des signes de validation que constituent les sceaux, cachets, signatures et autres seings, de la date joue un rôle clé. Mais après tout, qu’est-ce qu’une date ?

Définition

Le terme date est emprunté du latin datum qui signifie « donné le », correspondant au participe passé masculin du verbe dare, « donner ». La date est donc le reflet d’une action effectuée par une personne, d’un événement qui a eu lieu. Il est donc naturel qu’elle tienne une place essentielle dans les documents qui résultent d’un engagement entre des personnes, autrement dit de l’enregistrement sur un support des traces d’une action ou d’un événement.

Apposer une date sur un document résultant d’un engagement entre deux ou plusieurs personnes est une pratique qui remonte à la plus haute Antiquité et qui est notamment obligatoire en droit romain. La pratique se maintient dans les chancelleries ecclésiastiques et princières du haut Moyen Âge européen, mais ne se généralise pour les actes privés qu’aux 12e et 13e siècles, sous l’influence justement du droit romain qui connaît alors une renaissance. Depuis lors, l’habitude de dater ne s’est pas perdue.

Dates de lieu et dates de temps : les dates s’enregistrent  au pluriel

Faut-il parler de date au singulier ou de dates au pluriel ? En réalité, pour la diplomatique, c’est plus souvent le pluriel que le singulier qui s’impose et le diplomatiste parle volontiers de « formule de date ».

Pluriel car il n’y a pas qu’un type de date, mais deux : la date dite de lieu et la date dite de temps.

Celle à laquelle on pense spontanément, et que l’on associe au concept de date, c’est la date de temps. Celle-ci permet de situer une action dans le temps, ou plutôt, comme nous allons le voir ensuite, dans un système de temps.

Mais il y a une autre date : la date de lieu. Celle-ci permet de situer dans l’espace l’action ou l’événement qui font l’objet d’un enregistrement. Le plus souvent, le lieu est une ville, mais ce n’est pas systématique. Parfois, il s’agit d’un immeuble, un palais par exemple pour un prince – dans ce cas, le nom de la ville n’est pas nécessairement indiqué, car il peut être estimé connu. Pourquoi parler de date de lieu et pas seulement de lieu ? Tout simplement parce qu’il s’agit d’un élément de la formule de datation (« Donné à … le … »). L’indication du lieu peut se révéler essentielle pour préciser la date de temps, et pour connaître le système de datation de temps utilisé. Au même moment, la date à Paris sera encore le 1er février, tandis qu’à Wellington ou à Sidney, la date sera déjà le 2 février, décalage horaire oblige…

Pluriel également, car plusieurs éléments de référencement temporels peuvent être utilisées concomitamment pour enregistrer une action ou un événement. Cette pratique n’est plus guère utilisée en France, mais elle est encore en vigueur dans les monarchies. C’est le cas dans les pays dont Élisabeth II est la souveraine, comme le Canada, par exemple dans la proclamation ci-dessous, datée de la formule « Fait en Notre ville d’Ottawa, ce dix-septième jour du mois d’avril en l’an de grâce mil neuf cent quatre-vingt-deux, le trente et unième de Notre règne ».

Les systèmes de temps

Pour bien situer une action ou un événement dans le temps et donc interpréter la ou les dates de temps apposées sur le document qui les enregistre, encore faut-il connaître le système de temps utilisé, autrement dit, le mode de calcul des dates de temps au moyen d’un calendrier.

Nous avons l’habitude en France d’utiliser le calendrier dit « grégorien », du nom du pape Grégoire XIII (1502-1585) qui l’a instauré. Ce calendrier, de type solaire car basé sur le cycle du soleil – à la différence d’autres calendriers de type lunaires et basés sur les cycles de la lune –, décompose une année en douze mois, eux-mêmes divisés en vingt-huit à trente-et-un jours, avec un jour supplémentaire tous les quatre ans (les fameuses années bissextiles) pour compenser le léger décalage avec la course du soleil. Le point de départ de ce calendrier est situé de manière coutumière une semaine après la date reconnue comme étant celle de la naissance du Christ.

Le calendrier « grégorien » n’est cependant pas le seul. D’autres calendriers ont existé, voire cohabité, et sont parfois encore utilisés aujourd’hui dans le monde :

  • le calendrier républicain romain, prenant pour point de départ la date estimée de fondation de la ville de Rome, situait les années d’après les noms des consuls en exercice à Rome. Ce système a été utilisé en Italie jusqu’au 9e siècle de notre ère chrétienne ;
  • le calendrier « julien », toujours en vigueur aujourd’hui chez les orthodoxes, adopté d’après la tradition par Jules César, était quasiment similaire à notre actuel calendrier « grégorien ». Le nombre de jours permettant de compenser le léger décalage avec le cycle solaire n’était cependant pas tout à fait identique, ce qui a rendu nécessaire la réforme de Grégoire XIII. En France, elle est entrée en vigueur en décembre 1582, et, en conséquence, le 9 décembre 1582 a été suivi du 20 décembre 1582. Le calendrier « julien » est cependant resté en vigueur dans de nombreux pays – par exemple la Russie – jusqu’au 20e siècle, ce qui explique que la révolution russe de 1917 soit appelée « Révolution d’Octobre » en Russie, alors qu’elle a eu lieu, dans notre calendrier, les 6-8 novembre 1917 (24-26 octobre en Russie) ;
  • le calendrier hégirien ou calendrier islamique, est un calendrier lunaire utilisé dans le monde musulman. Il compte douze mois de vingt-neuf ou trente jours, chaque mois démarrant au moment où le premier croissant de lune est visible. Il est dit hégirien car le point de départ de ce calendrier est fixé au 16 juillet 622 de l’ère chrétienne, date de l’Hégire, c’est-à-dire du départ de Mahomet de La Mecque vers Médine ;
  • le calendrier républicain, prenant pour point de départ l’abolition en France de la monarchie (21 septembre 1792), découpait l’année en 12 mois de 30 jours, avec plusieurs jours complémentaires en fin d’année pour rattraper le cours du soleil. Abandonné en France le 31 décembre 1805, il survit encore dans la mémoire de certains cercles français, comme celui qui anime de manière anecdotique ou idéologique le site herodote.net et publie sa liste de diffusion.

Il existe encore d’autres systèmes de temps, basés par exemple sur les calendriers suivants : calendrier chinois, calendrier hébraïque, calendrier aztèque.

Le système de temps, même basé sur un calendrier unique, peut également connaître quelques variations locales qui rendent d’autant plus indispensable la connaissance de la date de lieu qui lui est associée. Au Moyen Âge, la date de changement d’année a par exemple pu varier selon les lieux. Dans certains lieux, la nouvelle année commençait l’année au 1er janvier, dans d’autres à Pâques, sachant que la date de cette fête religieuse varie d’une année à l’autre, puisqu’elle est basée sur les cycles lunaires. En France, jusqu’en 1582, l’année commençait ainsi à Pâques : aussi le 1er mars 1581 officiel correspond-il, pour nous, au 1er mars 1582, la fête de Pâques étant célébrée le 15 avril en 1582.

On voit que le concept de date présente une certaine richesse et une certaine complexité. Dans un prochain billet, nous nous interrogerons plus précisément sur la finalité et la fiabilité des dates portées sur les écrits, avant d’examiner plus précisément comment le concept de date évolue dans l’univers numérique.

Édouard Vasseur

Pour en savoir plus :

A. Giry, Manuel de diplomatique. Paris : librairie Félix Alcan, 1925. Accessible en ligne sur Gallica.

O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock. Diplomatique médiévale. 3e éd. Turnhout : Brépols, 2006.

Revues d’archivistique étrangères – 5

À défaut de voyager réellement, nous vous proposons dans cette cinquième recension un périple archivistique virtuel aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Afrique du Sud. Au programme de cette recension, des numéros thématiques consacrés à la blockchain, aux archives des guerres et aux cultures populaires et des articles témoignant à nouveau de l’importance de deux sujets majeurs dans la réflexion archivistique anglo-saxonne actuelle : la gouvernance de l’information et les archives des minorités.

 

 

Archives & Records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 41, n°3, 2020

Rüstem Ertuğ Altınay, Olivera Jokić, « Archiving popular culture: editors’ introduction », p. 209-214.

Le troisième numéro de l’année 2020 est consacré au thème de la culture populaire et aux défis auxquels sont confrontés les archivistes et responsables de collections spéciales soucieux d’assurer une conservation d’éléments représentatifs de celle-ci.

Katie Lanning, « Scanner darkly: unpopularization in the Burney Newspapers Collection », p. 215-235.

Le premier article prend pour cas d’étude une collection de périodiques populaires anglais des 17e et 18e siècles, la Burney Newspapers Collection, collectée dans un pub par Charles Burney et conservée à la British Library. L’autrice examine les conséquences des différents traitements successivement subis par cette collection depuis son entrée à la British Library : adjonction des numéros manquants à chaque titre ; microfilmage ne tenant pas compte de la structure chronologique retenue par Burney pour classer les journaux collectés, mais prenant comme logique les titres de journaux eux-mêmes ; numérisation de mauvaise qualité réalisée à partir des microfilms mis à disposition des lecteurs, avec comme conséquence une reconnaissance plein texte de mauvaise qualité. Elle conclut son étude en montrant à quel point le traitement de ce témoignage essentiel de la culture populaire anglaise des 17e et 18e siècles a porté atteinte à son authenticité et à son caractère populaire, d’autant que son accès est désormais principalement réservé à des lecteurs accrédités.

Saygun Gökarıksel, « Beyond transparency: the communist-era secret police archives in postsocialist Eastern Europe », p. 236-253.

Le deuxième article traite de l’accès aux archives héritées des services de police politique des anciens pays de l’Europe de l’Est, via l’exemple de la Pologne. Saygun Gökariksel retrace l’histoire de la conservation des dossiers de surveillance de la population dans la Pologne post-communiste, ainsi que les conséquences de leur prise en charge par l’Institut de la mémoire nationale, chargé officiellement de la réconciliation et de la vérité, mais désormais largement géré par des partisans des partis ultra-conservateurs au pouvoir dans ce pays. Il explique comment ces dossiers sont devenus à la fois un objet de désir et d’angoisse et comment l’État et l’Institut s’en servent pour promouvoir une image systématiquement négative de la période communiste. Il évoque enfin comment ces dossiers de surveillance irriguent aujourd’hui la culture populaire polonaise, par le biais du théâtre et des œuvres de fiction cinématographique.

Christine A. Lutz , Tara Maharjan, Stephanie Crawford, « Going against the archival grain: case studies of pop culture archives of a music scene, regional zines, and local beer », p. 254-273.

Le troisième article se concentre sur l’acquisition, par les Special Collections and University Archives de l’université Rutgers, dans le New Jersey, de trois collections reflétant la culture populaire de cet État de la côte est des États-Unis, dans le cadre d’une politique volontariste de représentation des populations et pratiques marginales, notamment le DIY (Do It Yourself) : la New Brunswick Music Scene Archive, la New Jersey Regional Zine Collection (centrée sur les production des femmes, des artistes, des LGBTQI+ ou des mouvements sportifs), et la  New Jersey Beer Collection (voulant refléter le dynamisme de la brasserie artisanale dans l’État). L’étude examine les stratégies de collecte et de gestion de ces collections, ainsi que l’exploitation pédagogique qui en est faite au sein de l’université.

Anne Peirson-Smith, Ben Peirson-Smith, « Fashion archive fervour: the critical role of fashion archives in preserving, curating, and narrating fashion », p. 274-298.

Le dernier article invite à découvrir la collection d’archives et d’objets de mode (la Fashion Archive) créée par le Hong Kong Design Institute. Après avoir rappelé le regard longtemps méprisant porté par les institutions académiques sur la mode, il évoque les modalités de constitution de cette collection, son exploitation dans un cadre pédagogique et la manière dont elle facilite une meilleure historiographie de la culture et de la société asiatique, dans un contexte postcolonial marqué par de forts liens avec l’Europe et l’Amérique du Nord. Les auteurs estiment que cette collection reflète l’élargissement post-moderne du concept d’archives qui n’est plus limité au périmètre de ce qui a valeur de preuve.

 

 

 

 

Records Management Journal, vol. 30, n° 3, 2020

Sharmila Bhatia, E. Kyle Douglas, Markus Most, « Blockchain and records management: disruptive force or new approach? », p. 277-286.

 Les auteurs de cet article recensent la littérature disponible sur la blockchain et la gestion de l’information. Ils en tirent plusieurs conclusions. Premièrement, la blockchain est une technologie qui permet d’enregistrer des transactions et de vérifier l’authenticité des archives électroniques. La structure distribuée de la blockchain, ensuite, nécessite un changement d’approche et n’est pas adapté au records management centralisé. Comme avec d’autres outils, enfin, il est nécessaire de définir les exigences de conservation avant de développer une application avec cette technologie, d’autant que la nature figée de la blockchain oblige à intégrer ces considérations dès le début des projets.

Patricia C. Franks, « Implications of blockchain distributed ledger technology for records management and information governance programs », p. 287-299.

À partir d’une revue de la littérature, l’autrice analyse la blockchain en tant que technologie de réseau distribué (distributed ledger technology, DLT), sous le prisme du records management. Si chaque projet est spécifique, elle propose une série de questions que les records managers et professionnels de la gouvernance de l’information doivent se poser pour adapter leurs pratiques à cette technologie, de la création des documents à leur utilisation, du stockage à l’archivage.

Victoria L. Lemieux, Chris Rowell, Marc-David L. Seidel, Carson C. Woo, « Caught in the middle? Strategic information governance disruptions in the era of blockchain and distributed trust », p. 301-324.

Les auteurs élaborent un cadre pour conceptualiser le continuum de la gouvernance de l’information centralisée et décentralisée autour de trois dimensions : la durée de conservation, la propriété et les droits d’accès. Ce cadre conceptuel est ensuite appliqué à deux cas concrets d’utilisation de la blockchain : une solution brésilienne d’enregistrement des transferts de propriétés terriennes et un projet canadien de partage de consentements éclairés.

Thomas Sødring, Petter Reinholdtsen, Sven Ølnes, « Publishing and using record-keeping structural information in a blockchain », p. 325-343.

Dans cet article, les auteurs s’interrogent sur les informations d’un système d’archivage qu’il est possible d’intégrer à la blockchain. À partir d’hypothèses théoriques et d’une implémentation logicielle, ils montrent qu’il est possible de séparer la structure du contenu archivé pour intégrer l’information structurée dans la blockchain.

Vladimir Bralić, Hrvoje Stančić, Mats Sengård, « A blockchain approach to digital archiving: digital signature certification chain preservation », p. 345-362.

Les auteurs comparent les exigences requises pour la préservation à long terme des documents signés électroniquement avec les approches actuellement développées. Ils proposent un nouveau modèle à partir de la technologie blockchain, sur la base d’une recherche conduite dans le cadre du projet InterPARES.

Sigal Arie Erez, Tobias Blanke, Mike Bryant, Kepa Rodriguez, Reto Speck, Veerle Vanden Daelen, « Record linking in the EHRI portal », p. 363-378.

Le projet European Holocaust Research Infrastructure (EHRI) a pour objectif de reconstituer virtuellement des collections d’archives transnationales. Cet article interroge la problématique de la fragmentation archivistique d’un point de vue technique et culturel. D’un point de vue technique, il pointe la difficulté d’encoder et de référencer des instruments de recherche en l’absence de vocabulaire contrôlé.  L’article relate cette démarche pionnière à grande échelle, reposant sur la technologie du Linked open data.

Mark Bell, « From tree to network: reordering an archival catalogue », p. 379-394.

L’article relate les résultats d’une expérimentation des Archives nationales britanniques pour organiser ses collections non plus de manière hiérarchique, mais en réseau. L’approche choisie consiste à considérer une notice à n’importe quel niveau de l’arborescence comme le résumé de ses « filles ». Ce faisant, il se crée un réseau de similitudes.

Bernice Ibiricu, Marja Leena van der Made, « Ethics by design: a code of ethics for the digital age », p. 395-414.

Les autrices, respectivement chargée de la gouvernance de l’information à la Banque centrale européenne et déléguée à la protection des données en France, proposent un cadre pour la réalisation d’un code d’éthique dédié au numérique et aux technologies de pointe. Après avoir défini les standards moraux et l’éthique, elles dressent un panorama de la relation entre éthique et nouvelles technologies, interrogeant les risques, la place de l’éthique dans les sciences, ou encore l’articulation entre intelligence artificielle et intelligence éthique. Elles terminent leur analyse sur les technologies déterminantes pour le futur : la blockchain, la 5G ou encore l’intelligence artificielle. Ces constats leur permettent de proposer un code éthique en 10 étapes pouvant être adopté par une organisation.

 

 

Archives and manuscripts, vol. 48, n° 2, 2020.

Special issue: “Engaging with war records: Archival histories and historical practice”

Michael Piggott, « Archives and the Australian Great War centenary: retrospect and prospect », p. 109-122.

L’auteur présente les résultats d’une enquête archivistique sur la relation entre les archives de la Première Guerre mondiale et le Mémorial australien de la guerre. Il décrit quatre périodes : collecter dans un but précis (années 1920 et 1930), détruire (années 1940 aux années 1960), découvrir et redécouvrir (à partir des années 1960), dépasser le Mémorial (fin du 20e siècle). Il souligne le rôle important du Mémorial et ses priorités initiales dans la valorisation de l’histoire de guerre officielle, du front de bataille et des morts de guerre.

Paul Dalgleish, « Recordkeeping in the First Australian Imperial Force: the political imperative », p. 123-141.

L’auteur analyse les procédures de conservation mises en place par le corps expéditionnaire australien (AIF) lors de la Grande guerre et la manière dont elles se sont développées sous l’influence du contexte global. Il décrit plus spécifiquement la manière dont les circonstances ont conduit le gouvernement australien à s’intéresser de près à la conservation des archives constituées par l’AIF en Égypte.

Anne-Marie Condé, « A societal provenance analysis of the First World War service records held at the National Archives of Australia », p. 142-156.

L’autrice propose une analyse de la provenance sociale des états de service de la Première Guerre mondiale conservés aux Archives nationales d’Australie. Elle mobilise ici le « concept de provenance sociale » développé par Tom Nesmith (societal provenance) puis Michael Piggott pour dépasser la provenance archivistique et s’intéresser aux dimensions sociales des archives et montre comment ces archives ont permis de créer des interactions entre les individus, le gouvernement et les communautés. Elle analyse également leur rôle dans la société, à travers leur utilisation dans la construction du Mémorial australien de la guerre ou encore dans la fourniture de pensions aux anciens combattants et à leurs familles. Elle considère enfin que l’accès à ces archives permet la création de nouvelles identités personnelles, de nouvelles communautés d’utilisateurs, qui font désormais partie de l’histoire du fonds.

Sneha Reddy, « Archives and trails from the First World War: repurposing imperial records of North African and Indian soldiers in Palestine and Syria, 1917-1923 », p. 157-170.

S’intéressant aux soldats nord-africains et indiens de la Grande Guerre, l’autrice invite à décolonialiser les archives militaires, à les exploiter en tant qu’expérience de guerre des soldats coloniaux pour répondre à une nouvelle demande historiographique, pour mieux comprendre le contexte colonial de leur production.

Melanie Oppenheimer, « The historian activist and the Gift to the Nation project: preserving the records of the Australian Red Cross », p. 171-185.

Cet article retrace le processus de transfert des archives de la Croix rouge australienne à différentes institutions de conservation à partir de 2014 dans le cadre des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale (Gift to a Nation project). Il interroge leur provenance sociale et montre que la pluralisation des archives est un processus historique.

Elise Edmonds, « Of sentimental value : collecting personal diaries from the First World War », p. 186-199.

Quelques semaines après l’armistice de 1918, le directeur de la Bibliothèque publique de Nouvelle-Galles du Sud demanda que l’on collectât les documents officiels et privés produits pendant la guerre. Dès décembre 1918, des publicités invitèrent ainsi les soldats à vendre leurs journaux intimes à la Bibliothèque. Cet article analyse ce programme de collecte, qui fut le premier de ce type, à l’aune des débats récents sur le rôle de l’archiviste dans l’évaluation, la sélection et la préservation des archives.

María Inés Tato, « Recording the war effort: immigrant communities in Latin America and the memory of the Great War », p. 200-215.

Après la Première Guerre mondiale, les communautés européennes en Argentine, Bolivie, Brésil, Chili et autres pays d’Amérique latine réunirent de nombreux documents sur leurs activités pendant la guerre, donnant lieu à des livres commémoratifs offerts à leurs gouvernements respectifs comme preuve de leur loyauté. L’autrice analyse ces publications comme des traces de l’effort de guerre, leur rôle en tant que documents commémoratifs, mais aussi en tant qu’archives.

Delphine Lauwers, « From Belgium to The Hague via Berlin and Moscow: documenting war crimes and the quest for international justice, 1919-2019 » p. 216-236.

Delphine Lauwers propose une analyse du « fonds de Moscou » belge, c’est-à-dire des archives belges confisquées par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et rapatriées de Russie en Belgique en 2002, considérant qu’elles offrent de nouvelles sources pour l’étude des crimes allemands et de la vie sous l’occupation, mais aussi de l’histoire du droit pénal international. Elle s’interroge également sur les problématiques archivistiques et historiques de ce rapatriement.

Archives & Manuscripts, vol. 48, n° 3, 2020

Michael Smith, Janet Villata, « Applying user centred design to Archives », p. 239-249.

Retour d’expérience sur le déploiement par la ville de Sydney d’un nouveau système d’archivage créé selon une conception centrée sur l’utilisateur (user centred design). Il examine les tensions potentielles entre la pratique archivistique et l’expérience utilisateur.

Blanca Bazaco Palacios, « Another archive is possible », p. 250-258.

Partant du slogan « un autre monde est possible », l’autrice se demande si un autre type d’archives est possible à partir des documents produits et collectés dans le cadre d’attentats ou de mouvements sociaux.

Louis-Gilles Pairault, « Reconstituting “the archives of silence“: how to “recreate“ slavery and slave trade archives », p. 259-270.

Les documents d’archives relatifs à l’esclavage reflètent le plus souvent le point de vue des esclavagistes et il est rare de trouver des traces de l’expérience vécue par les esclaves. L’auteur présente ici un exemple rare : le manuscrit, qu’il a co-édité, d’un officier français ayant participé à la traite négrière entre les côtes africaines et Saint-Domingue1. Celui-ci retrace le récit de vie d’une princesse africaine réduite en esclavage et fournit ainsi un document précieux qui permet de reconstituer les « pages manquantes » de l’Histoire.

Vicenç Ruiz Gómez, Aniol Maria Vallès, « #Cuéntalo: the path between archival activism and the social archive(s) », p. 271-290.

Les auteurs retracent la réflexion des membres de l’Associació d’arxivers-gestors de documents de Catalunya sur l’archivage des réseaux sociaux. Après avoir montré l’importance du regard archivistique sur la société de l’information, ils retracent les étapes qui les ont menés à la préservation de certains hashtags. Ils terminent enfin par une étude de cas sur le hashtag de dénonciation de la violence masculine #Cuéntalo qui leur a permis de réaliser une datavisualisation dynamique à partir de 160 000 tweets.

Isabel S. Schellnack-Kelly, « Decolonising the archives: languages as enablers and barriers to accessing public archives in South Africa », p. 291-299.

Les archives sud-africaines constituent un reflet des onze langues officielles du pays et de la manière dont elles ont contribué à la ségrégation. À partir des résultats d’une enquête sur les langues présentes dans les fonds d’archives de différentes institutions du pays, l’autrice s’interroge sur la manière de décoloniser ces archives dans une logique postmoderne, de les rendre plus accessibles malgré la barrière de la langue.

Weimei Pan, Luciana Duranti, « Sitting in limbo or being the flaming Phoenix: the relevance of the archival discipline to the admissibility of digital evidence in China », p. 300-327.

Cet article retrace l’évolution de la législation chinoise vers l’acceptation de la preuve sous format électronique et le développement de la préservation numérique qui en découle. Il conclut en montrant la manière dont le modèle Trust PaaST développé dans le cadre du programme InterPARES peut aider à résoudre certaines problématiques dans le cadre de la transition numérique.

Journal of the South African Society of Archivists, vol. 53, 2020

David Luyombya, Salmah Ndagire, « Records management procedures and service delivery in private universities. A case study of the Islamic University in Uganda », p. 1-19.

Prenant pour exemple une université privée,  l’Islamic University in Uganda (IUIU), l’article étudie les liens entre fonctionnement des institutions et qualité du records management. Partant du constat que les manquements en terme de gestion de l’information nuisent à la performance des administrations, l’étude présentée vise à établir des recommandations pour améliorer la démarche de records management au sein des universités. Le questionnaire et les entretiens menés durant l’enquête avaient pour but d’identifier les typologies documentaires, les responsabilités, les procédures et politiques mises en place tout au long du cycle de vie des documents. Les réponses ont amené à la conclusion que le papier était largement présent, qu’il existait un cloisonnement entre les différents services avec des procédures sans cohérences les unes avec les autres et aussi qu’il n’existait pas de personnel dédié à la gestion des documents. Les auteurs concluent donc naturellement en recommandant la mise en place d’un records manager pouvant exercer son rôle de manière transversal. L’article ouvre ensuite la perspective d’une comparaison entre universités publiques et universités privées pour élargir le champ d’étude.

Godfrey Tsvuura, Patrick Ngulube , « Digitisation of records and archives at two selected state universities in Zimbabwe », p. 20-34.

Partant du constat d’un écart entre la quantité de documents numériques produits et les moyens alloués à leur gestion dans les universités, cet article nous présente les enjeux, méthodes et conclusions d’une enquête destinée à comprendre les raisons de cette divergence au sein de deux universités publiques au Zimbabwe : la Zimbabwe Open University (ZOU) et l’Harare Institute of Technology (HIT). À l’aide d’un questionnaire et d’entretiens menés auprès de personnels de ces établissements, l’étude démontre que si ces universités ont conscience et comprennent les enjeux de la dématérialisation et ont mis en œuvre certaines procédures – notamment à la ZOU pour les courriels et la numérisation – elles affectent du personnel non formé à la gestion documentaire. En outre, les universités zimbabwéennes souffrent d’un manque de moyens et de compétences informatiques pour assurer une gestion adéquate des documents numériques. Les auteurs pointent aussi l’inadéquation entre la législation, dont le National Archives of Zimbabwe Act date de 1986, et les évolutions technologiques.

Katlego Ncaagae, « eDiscovery readiness at the Ministry of Transport and Communications in Botswana », p. 35-53.

Ce texte évalue la gestion des documents électroniques au travers de l’exemple de l’administration de la preuve au ministère des Transports et des Communications  du Botswana. Le choix de ce cas d’étude s’explique par son rôle central dans la mise en place des nouvelles technologies – notamment par le biais des infrastructures – au sein des organismes gouvernementaux. C’est aussi un ministère fréquemment mis en cause dans des affaires de corruption liées à la délivrance de permis de conduire. L’auteur tente alors d’évaluer, à l’aide du modèle théorique de l’Electronic Discovery Model Reference (EDRM) et de la Discovery Maturity Curve, le degré de maturité du ministère dans la capacité à fournir des preuves fiables sous format électronique dans le cadre de procédures judiciaires. Il conclut que le ministère doit encore progresser quant à la mise en place d’une politique d’archivage, sur la mise en place de procédures ou encore sur l’établissement d’une cartographie des données qui pourrait servir de support à une stratégie efficace.

Lungelo Sanele Mbatha, Lungile P. Luthuli, Tlou Maggie Masenya « Prison breakthrough use of information systems in correctional facilities », p. 54-64.

L’article traite des systèmes d’information utilisés par l’administration pénitentiaire en Afrique. Les auteurs constatent que peu de prisons sont dotées en systèmes d’information et que la gestion sur papier des dossiers mène à un certain nombre d’erreurs quant à la durée de la détention ou nuisent à la prise en charge médicale des détenus. Il présente ensuite un état de l’art de la littérature sur le sujet afin de démontrer d’une part l’utilité des systèmes d’information pour la gestion des prisons et aussi de déterminer le type de système utile à l’administration pénitentiaire. Il établit enfin une corrélation entre système d’information et qualité de la gestion documentaire. Si la conclusion montre les avantages de la mise en place d’un tel dispositif, l’article donne une revue détaillée des différentes solutions logicielles adaptées aux documents produits et reçus par les prisons africaines.

Tlou Maggie Masenya , « Application of modern technologies in the management of records in public libraries », p. 65-79.

Étude de l’usage, au sein des bibliothèques publiques en Afrique du Sud, des nouvelles technologies, en particulier de trois d’entre elles : la blockchain, le cloud computing et l’internet des objets. Si l’article démontre l’intérêt certain de ces technologies pour les bibliothèques, dont le domaine d’activité requiert une information de bonne qualité avec des délais d’obtention rapide, il constate que leur mise en œuvre est lente et que très peu d’institutions sont à un stade avancé. Par l’étude de la littérature, l’autrice souligne que les raisons de ce phénomène relèvent en particulier d’infrastructures informatiques inadaptées, d’un manque de formation des équipes ou encore d’un manque de moyens financiers. L’article se termine en suggérant la collaboration entre bibliothèques et acteurs venant d’autres secteurs pour avancer dans l’adoption des nouvelles technologies.

Brown Bavusile Maaba, « Lost and found an overview of the archival depositories of the Human Science Research Council », p. 80-89.

Le sujet de cet article tranche avec les autres articles de ce numéro, dans la mesure où il est question des archives d’un centre de recherche en sciences humaines et sociales, le Human Sciences Research Council et de son prédécesseur, le South African National Bureau for Educational and Social Research. L’histoire de ces deux institutions est assez controversée en raison de leurs liens avec le National Party arrivé au pouvoir en 1948 et ayant mis en place le régime de l’apartheid. L’auteur offre ici un état des lieux des fonds d’archives relatifs aux deux centres de recherche, dispersés dans plusieurs dépôts et, jusqu’à récemment, peu ou pas connus. L’espoir ici formulé est d’offrir aux chercheurs la possibilité d’écrire l’histoire de ces institutions dont les archives pourront apporter un éclairage sur le rôle des institutions qui servaient les intérêts intellectuels de l’État d’apartheid.

Makutla Mojapelo, « Strengthening public sector records management through the Information Regulator in South Africa », p. 90-102.

Cet article est consacré au records management dans le secteur public sud-africain. Il examine comment l’Information Regulator (IR), organe chargé d’encadrer l’accès à l’information en vertu du Promotion of Access to Information Act, peut aider à améliorer le RM dans le secteur public. Plus précisément l’auteur constate que la mauvaise gestion des documents met à mal la protection des citoyens car il rend difficile l’accès aux archives. Il conclut en formulant un certain nombre de recommandations pour renforcer le rôle de l’IR afin d’établir des règles et des guides de bonnes pratiques en matière de RM, pour désigner un Deputy Information Officer dans les organismes publics, pour améliorer l’exercice du contrôle des National Archives and Records Service of South Africa (NARSSA) sur la gestion des archives dans le secteur public ou encore pour accroître les efforts en matière de formation. En effet, pour lui l’efficacité de l’IR réside dans son indépendance vis-à-vis du gouvernement contrairement aux NARSSA qui sont sous l’égide du ministère de la Culture.

Olefhile Mosweu, Donald Rakemane, « The role of records management in ensuring good governance in Africa impediments and solutions », p. 103-123.

Cet article juge les gouvernements africains au travers de leur gestion des archives. Après avoir dressé un portrait acerbe de la manière dont sont gouvernés les différents pays et face à l’impunité de certains dirigeants due au manque de preuves, les auteurs exposent les raisons qui attestent qu’une bonne gestion des archives peut être garante de l’État de droit. Pour lui, des lois archivistiques obsolètes – ou inexistantes pour ce qui concerne l’accès -, une accumulation d’arriérés ou encore un manque de formation constituent autant d’entraves à la gouvernance des sociétés. Le texte offre ainsi un ensemble de propositions pour remédier à cette situation : mise en place de politiques d’archivage, définition de stratégies en matière de rattachement tutélaire des institutions des conservations, traitements d’arriérés, opérations de sensibilisation à l’archivage, réglementation de l’accès aux archives.

Sidney Netshakhuma, « Preservation stratégies for student affairs records at the University of Venda in South Africa. A preliminary study », p. 124-132.

Article consacré aux dossiers des affaires étudiantes de l’université de Venda, université rurale fondée en 1982 dans la province du Limpopo en Afrique du Sud. Avançant l’argument que ces archives – pourtant précieuses d’un point de vue historiques – sont souvent en souffrance et ont suscité peu d’études, l’article restitue le résultat d’une enquête sur le records management à Venda. Les dix entretiens menés ont permis de pointer le manque de politique d’archivage pour les dossiers des affaires étudiantes dont la conservation incombe au service de la scolarité. Les raisons qui peuvent expliquer ce phénomène sont le vide juridique et réglementaire qui entoure la gestion des archives universitaires, le peu de collaboration entre le service des archives, rattaché à la bibliothèque, et les services fonctionnels de l’université, ou encore l’insuffisance de locaux dédiés. L’auteur plaide ainsi pour le développement d’une culture de l’archivage et pour la mise en œuvre de stratégies de conservation au sein du milieu universitaire.

Sarah Cadorel, Magalie Moysan et Édouard Vasseur

 

  1. Albert-Michel Luc et Louis-Gilles Pairault (éditeurs), Mémoires d’un officier de marine négrier – Histoire des services à la mer et dans les ports de Claude-Vincent Polony (1756-1828), La Geste, 2019 (ISBN 979-10-353-0430-0). []

S’il vous plaît, arrêtez d’employer le terme « archives » à tort et à travers. Plaidoyer d’un archiviste

Le magazine en ligne Perspectives on History de l’American Historical Association a publié le 22 janvier dernier un article d’humeur de B. M. Watson sur l’emploi des mots « archive » et « archives ». Comme ses préoccupations recoupent celles des contributeurs d’Archivalise(s), nous avons jugé intéressant d’en fournir ici une traduction, due à Édouard Vasseur.

Au cours des dernières décennies, divers « tournants archivistiques » disciplinaires ont incité à utiliser de manière excessive le mot « archives » comme raccourci pour désigner à peu près n’importe quoi. Si les historiens ne sont pas les plus à blâmer en l’espèce, cette tendance exaspérante a engendré un sentiment croissant de frustration et de marginalisation chez les bibliothécaires, archivistes, conservateurs et autres acteurs du patrimoine culturel, qui refusent de voir leur terminologie professionnelle cooptée de manière imprécise.

On pourrait s’attendre à voir les historiens être moins enclins à tomber dans le piège de ce raccourci, tant ils dépendent des archives pour leurs recherches et tant ils ont de relations avec les archivistes. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas – et je ne suis pas le premier à le faire remarquer.

En 1945, l’archiviste des États-Unis, Solon Buck, écrivait : « Une erreur fondamentale qui traverse la plupart de ces idées fausses est la supposition qu’un document isolé peut être une “archive” et que, par conséquent, un certain nombre de ces documents constituent des archives. »1 Près de quarante ans plus tard, son successeur Frank G. Burke déplorait que les historiens, « autrefois frères d’armes de l’archiviste », délaissassent les archivistes et fussent devenus « un parent qui s’est éclipsé et qui n’a plus donné de nouvelles depuis une décennie ou plus ».2

Plus récemment, Michelle Caswell, professeur d’archivistique, déplore cette tendance des historiens. Elle écrit : « Les chercheurs en sciences humaines semblent ignorer que les archivistes professionnels sont titulaires de maîtrises. […] Ils cantonnent les archivistes au domaine de la pratique, et leur travail est dévalorisé, leur expertise non reconnue ».3 D’autres ont depuis fait remarquer qu’une clé USB n’est pas une archive4 , qu’un site web n’est pas une archive5 et qu’Internet n’est pas une archive6.

Passant du métier d’historien à celui d’archiviste, j’ai d’abord été sensible à cette tendance. Comme beaucoup d’historiens, ma formation universitaire était dépourvue d’introduction à la littérature archivistique. En outre, le terme « archives » a un certain cachet. Comme me le faisait remarquer Hannah Alpert-Abrams, lors d’une conversation, il permet aux historiens des débats et des réflexions spécifiques et utiles sur le pouvoir et la mémoire historique. 

Cependant, à mesure que je me formais en archivistique, j’ai fini par partager la frustration que suscitait chez mes nouveaux collègues l’expression « l’archive ». Il ne se passe pas une semaine sans que des journalistes ressortent le cliché de l’historien qui a « découvert » ou « mis au jour » ou « trouvé » quelque chose de passionnant. La plupart de ces articles omettent le fait que le chercheur n’a trouvé quelque chose d’aussi passionnant que parce qu’une institution patrimoniale l’a identifié comme il fallait et l’a rendu accessible – la description et l’accès n’étant que deux des services fournis par les professionnels du patrimoine culturel. Ce fut le cas en 2019 d’un chercheur qui serait « tombé par hasard » sur un texte de Sylvia Plath – qui était identifié et disponible depuis des décennies7 . En juin dernier, des médias se sont émerveillés d’apprendre que l’original de l’ordre du jour de Juneteenth8 aurait été « exhumé » aux Archives nationales, et ont décrit l’archiviste allant le chercher sur une étagère grâce aux informations du catalogue9 . Or si les chercheurs peuvent découvrir des contenus jusqu’ici inconnus ou méconnus, ou établir entre eux de nouveaux liens, il est rare que ce soient les contenants eux-mêmes, documents ou livres, qui soient « sortis des ténèbres ».

Pour être honnête je dois souligner que mon propos ici est surtout de critiquer la tendance des médias à tout recadrer et simplifier à l’excès. Pourtant, presque chaque année, des maisons d’éditions ou des revues universitaires publient des recueils d’essais d’historiens réfléchissant sur « l’archive » et le rôle qu’elle joue dans le champ historique. La plupart de ces essais témoignent d’une incompréhension de ce que sont exactement les archives. Par exemple, un essai récent d’un historien des sciences soutient que l’archive originelle est la planète Terre elle-même et sous-entend que les archéologues sont les vrais historiens.

Il est dommage de se battre pour la terminologie, en particulier lorsqu’il existe un terme parfaitement exact et précis qui pourrait être utilisé : collections personnelles. Non seulement « collections personnelles » est plus exact, mais, d’après mon expérience, il attire également l’attention des étudiants sur un certain nombre de questions que ne leur inspire pas le terme « archives ». Lorsque j’évoque des collections personnelles ou spéciales avec des étudiants, ils commencent à poser des questions que le terme « archives » ne suscite pas, telles que : Collectées par qui ? Collectées pourquoi ? Dans quel but ? Ce sont justement ces questions que nous essayons d’enseigner en tant qu’historiens.

Beaucoup d’historiens, en utilisant actuellement le mot « archives », semblent supposer qu’une archive est l’état naturel dans lequel les sources primaires se rangent après avoir été jetées ou abandonnées par leurs créateurs. Cela donne la fausse impression qu’il n’y a que peu ou pas de travail pour mettre les sources primaires à la disposition des chercheurs et, ce qui est plus dangereux, que les archives sont même un espace neutre ou non modéré. Considérer ainsi comme interchangeables les documents tels qu’ils ont été produits et ce qu’ils sont devenus après archivage historique10 empêche de percevoir les lacunes dues à ce processus.

Pour les professionnels des bibliothèques et des sciences de l’information titulaires de diplômes universitaires (et de plus en plus de doctorats), ceci n’est pas simplement affaire de théorie ou de style : l’invocation des « archives » par les historiens met en œuvre un révisionnisme historique ironique qui réduit mon travail et celui de mes collègues (principalement des femmes11 ) à du mobilier de salle de lecture ou à des « obstacles » sur le chemin des historiens (principalement des hommes12 ). Les archivistes ont longtemps été caractérisés (et féminisées) comme les « servantes de l’histoire »13 , leur expertise a été rejetée comme étant l’opinion14  de non-experts15  et ils ont été caricaturés comme des ennemis actifs des historiens16.

L’enjeu est bien plus que terminologique. Cette propension à utiliser la terminologie professionnelle de manière incohérente a un impact sur la façon dont nous comprenons et travaillons avec la mémoire culturelle. Leah Richardson décrit le travail des professionnels du patrimoine écrit comme « une modalité sans présence », ce qui signifie que les bibliothécaires et les archivistes font fonctionner la machine, mais que (lorsqu’il est bien fait) ce travail est si proche de l’os du contenu d’un document et de sa simple existence qu’il est souvent rendu invisible17. Tellement invisible, en fait, que les archivistes, bibliothécaires et autres ne sont même pas cités dans les remerciements des publications rédigées grâce à leurs collections.

S’ils veillent à un usage précis et pertinent de la terminologie lorsqu’ils discutent du travail sur le patrimoine culturel, les historiens peuvent s’assurer que les étudiants, les lecteurs et les autres historiens ont une compréhension pleinement contextualisée de ce qui est présent, de ce qui pourrait manquer et pourquoi.

B. M. Watson

  1. American Archivist, 8, n° 2 (1945), p. 110 []
  2. American Archivist, 44, n° 1 (1981), p. 44 []
  3. Reconstruction, 16, n° 1,  (2016), §23 []
  4. Blog de Jessa Lingel, 5 novembre 2013 []
  5. Billet de Nick Thieberger sur le blog Endangered Language and Cultures, 17 novembre 2017 []
  6. BmoreArt, n° 8 (2019)  []
  7. Sarah Bahr, « “The opposite of lost”: IU library claps back at The New Yorker over Sylvia Plath story », IndyStar, 11 janvier 2019 []
  8. NdT Ordre du jour du général Gordon Granger, commandant les troupes fédérales au Texas, notifiant l’entrée en vigueur dans cet État de l’abolition de l’esclavage et signé le 19 juin 1865. Cette date, appelée Juneteennth par contraction de June et de Nineteenth, est devenue une journée de commémoration de l’émancipation des Noirs.  []
  9. Laurel Wamsley, « U.S. National Archives Unearths Original Juneteenth Order », 19 juin 2020, site de la NPR []
  10. NdT Nous traduisons par ces deux périphrases les termes archives et historical record employés par B.M.Watson []
  11. Enquête sur la profession d’archiviste aux États-Unis, publiée dans American Archivist, vol. 69, n° 2 (2006) []
  12. Robert B. Townsend, « What the data tells us about women historians », Perspectives on History, 12 avril 2010 []
  13. Jessica M. Lapp, « “Handmaidens of history”: speculating on the feminization of archival work », Archival Science, n° 19 (2019) []
  14. Tom Nesmith, « Archives from the Bottom Up: Social History and Archival Scholarship », Archivaria, n° 14 (1982) []
  15. Terry Cook, « The Archive(s) Is a Foreign Country: Historians, Archivists, and the Changing Archival Landscape », American Archivist, 74, n° 2 (2011) []
  16. Margaret Procter, « What’s an “Archivist”? Some Nineteenth-Century Perspectives », Journal of the Society of Archivists, 31, n° 1 (2010) []
  17. Beth DeBold, « Reconciling Professional Rifts.  Can Historians and Archivists Understand One Another Better? », Perspectives on History, 21 janvier 2021 []

L’histoire administrative, la grande oubliée de la gouvernance de l’information

Gilbert Coutaz souhaiterait voir les archivistes retrouver le chemin de la recherche historique, surtout de celle portant sur l’histoire institutionnelle des organismes producteurs d’archives, comme lui-même en a donné l’exemple au cours de sa carrière. Commençant par une mention de Mabillon, son appel avait toute sa place dans notre carnet et nous le remercions de permettre à Archivalise(s) d’ouvrir ce débat.

En publiant en 1681 son De re diplomatica, Jean Mabillon codifiait la science de la diplomatique. Il lui attribuait pour but premier l’étude des diplômes, des chartes et autres documents officiels dont le regroupement et la comparaison du formulaire permettaient de prouver leur authenticité, leur intégrité, leur datation et les variations au fil du temps. Il prônait une seconde approche de la critique diplomatique, soit celle opérée par la composition de catalogues d’actes par types de chancelleries, laïques ou ecclésiastiques. De son point de vue, les caractéristiques internes et externes des documents exprimaient leur provenance, leur auteur et leur solennité. Ce discours général a des résonances jusqu’à aujourd’hui.

Depuis les années 1840, le principe de provenance, avec son corollaire le respect des fonds, singularise les pratiques professionnelles des archivistes. Il induit le classement organique par origine des fonds. Il a supplanté non sans retard (la bascule s’opère en Suisse pour les derniers cas, au début des années 1970) le principe de pertinence qui privilégiait le classement méthodique par matières et mêlait les documents en fonction de leur contenu.

Même si les liens entre la provenance et les documents qui en résultent sont dorénavant unanimement appliqués, ils ont été à certains moments distendus, voire cassés. Plusieurs raisons expliquent cette situation.

La répartition, selon les « trois âges » et les durées d’utilisation qui leur sont attribuées (archives courantes, intermédiaires et historiques), ont provoqué à leur insu de l’isolement, quand ce n’est pas l’autonomisation des étapes, les services d’archives déconsidérant leurs archives, les archivistes tardant dans leurs interventions et ne portant pas spontanément les enseignements et les résultats de leurs travaux d’inventaire à la connaissance des entités concernées. Dans leur ouvrage de référence dans l’audience de la discipline, paru en 1898, Samuel Muller, Johann Adriaan Feith et Robert Fruin1 traitent principalement le thème des archives « mortes » ou « définitives », dans le prolongement de leur exposé sur la nature et les conséquences du principe de provenance.

Sous les effets de la croissance de la masse documentaire, la pratique anglo-saxonne introduit, au milieu du 20e siècle, la fonction spécialisée de records manager, distincte de celle de l’archiviste, la première centrée sur la période administrative des documents, la seconde sur le temps historique.

Si le virage du rapprochement avec les administrations est pris dans les années 1950, tout en oscillant entre des positions attentistes et volontaristes, il faut attendre l’émergence de l’informatique et l’apparition d’un discours normatif, de portée universelle, dès le milieu des années 1990, pour revisiter les concepts et repenser le positionnement des archivistes. La description au niveau des fonds d’archives ne peut plus se concevoir sans recourir au contexte ; elle s’attache à renseigner l’organisme producteur d’archives (OPA) avec sa variante terminologique organisme détenteur d’archives (ODA).

De manière concomitante, le débat théorique sur l’évaluation se nourrit de ces développements, en fondant les critères sur la place et l’interdépendance des missions des producteurs dans l’organigramme. Il met en avance l’histoire et les spécificités de l’OPA, son implication dans les processus des décisions et son impact sur la société ; il avance des arguments de macro- et de micro-évaluation.

Des leçons de la diplomatique traditionnelle, la nouvelle diplomatique reprend la notion d’émetteur des documents. Elle s’attache à comprendre l’environnement institutionnel, à appréhender les bases légales et réglementaires, les profils fonctionnels, la hiérarchie administrative, le jeu des différents pouvoirs qui se combinent, s’affrontent et se superposent. Elle tisse et restitue les relations informationnelles qu’elle valide en termes de dossiers ou d’unités archivistiques. Autrement dit, l’identification du producteur d’archives initie toute approche archivistique2.

Paradoxalement, alors qu’il leur revient naturellement de documenter les fonds d’archives selon leur provenance et leur producteur, peu d’archivistes ont dépassé le stade des notices d’analyse et des inventaires. Qui mieux qu’eux cependant a aujourd’hui une vue globale et transversale de la production documentaire et informationnelle d’une autorité qu’ils peuvent servir par la publication d’une histoire administrative ?

Comment expliquer à ce jour que l’histoire de l’administration cantonale vaudoise (1803-2007), allant de l’entrée du canton de Vaud dans la Confédération suisse aux premiers effets de la constitution entrée en vigueur en 2003, que j’ai publiée par tranches chronologiques entre 2003 et 2008, avant d’en livrer en 2010 une synthèse illustrée, couplée à une exposition3, n’ait toujours pas sa pareille en Suisse ? Les mêmes constats se retrouvent ailleurs. Faut-il y voir les effets de la spécification de la fonction d’archiviste, la technicisation du métier, l’abandon de la conscience historienne et scientifique des titulaires ?4 Les filières de formation et l’importance relative accordée à la recherche archivistique sont-elles en cause ?5

Enfin les manuels de la gouvernance de l’information n’abordent pas cet aspect de la gestion, comme ils peinent à associer l’archivage historique aux procédures.

Or si les archivistes restent toujours au bout de la chaîne documentaire, ils sont obligés à l’ère numérique d’évoluer en partenaires de la gouvernance de l’information et d’être présents et vigilants de la conception de l’information à son sort final : élimination ou versement aux archives historiques.

Malgré de nombreux malentendus et des foyers de résistance, les retours d’expérience démontrent, en tout cas en Suisse, que les administrations publiques ont introduit le modèle organisationnel du Records Management, en chargeant les Archives historiques de la conduite et du contrôle du suivi. Sous leur influence et avec leurs apports, la gouvernance de l’information témoigne d’une chaîne documentaire de confiance et conforme aux exigences de l’archivage.

Dans ce contexte, l’histoire administrative est un outil référentiel, utile aux archivistes et aux décideurs. La déserter disqualifie les archivistes, à un moment où ils doivent s’affirmer en prestataires de services et redoubler leurs efforts pédagogiques. Ne pas l’intégrer dans les principes de la gouvernance documentaire en affaiblit la pertinence et la viabilité.

Il est à espérer que la nouvelle diplomatique alimente ce champ de réflexion et l’ajoute là où elle est déjà réclamée : l’évaluation des produits numériques et des médias sociaux.

Gilbert Coutaz

 

  1. Handleiding voor het ordenen en beschrijven van archieven, Groningue, Van der Kamp, 1898 ; traduction française : Manuel pour le classement et la description des archives, La Haye,A. de Jager, 1910 []
  2. Il faut le reconnaître, elle n’est pas toujours aisée à commenter selon l’ancienneté et la densité des traces à disposition ou encore selon la typologie des sources, notamment lorsqu’elle demande de distinguer l’éditeur de l’auteur des photographies au niveau de la description où on se situe (voir Gilbert Coutaz, La place des photographies dans un dépôt d’archives. Les pratiques des Archives cantonales vaudoises, 2013, pp. 16-18). []
  3. Cela représente 650 pages, dont 203 pages pour l’édition de 2010, préfacée par le président du Conseil d’État, et postfacée par le Conseiller d’État de tutelle des Archives cantonales vaudoises. []
  4. Il est frappant de constater que les bibliographies archivistiques ignorent la classification « histoire administrative », comme si elle n’était pas du ressort des archivistes et était abandonnée aux politologues, sociologues, juristes ou historiens. []
  5. Il ne fait pas de doute que la surcharge des postes de direction ne favorise pas les travaux scientifiques. []

Revues d’archivistique étrangères – 4

Voici notre quatrième série de recensions de revues, qui, nous l’espérons, vous intéressera autant que nous. Mais il nous faut désormais amplifier notre action et, pour cela, nous avons besoin de vous. Qui, parmi les lecteurs de ce carnet, est germaniste et accepterait de recenser les revues de cette zone linguistique, notamment Der Archivar ? Qui, parmi les lecteurs de ce carnet, est hispanophone et accepterait de se plonger dans la forêt des revues du monde hispanique ? Nous pourrions ainsi élargir notre horizon et dépasser le monde anglo-saxon (Royaume-Uni, Canada, États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande) qui a dominé cette première année. Certes, il s’agit d’une charge de travail supplémentaire, mais elle en vaut la peine !

Dans ce billet, nous vous proposons de découvrir les derniers articles parus dans trois revues anglophones : Archival science, Archives and Records et le Records management journal.

Archives and Records dédie son numéro à l’étude des archives et des special collections des universités britanniques et irlandaises. Archival Science propose deux numéros variés qui traitent aussi bien de la mise en ligne des archives coloniales que de l’archivage des données de surveillance environnementale. Il fera, en ces temps de confinement, voyager vos esprits à travers une étude de la réglementation sur les archives en Israël, l’archivage des données de recherche en Suède ou la mise en mémoire de la Révolution russe. Enfin, le Records management journal interroge la relation entre le records management et la technologie, entre subir et agir.

Archives and Records.The Journal of the Archives and Records Association, vol. 41, n° 2, 2020

Paul Flynn, « Towards a pedagogy of archival engagement », p. 105-108.

Introduction au numéro spécial d’Archives and Records consacré aux Special collections des universités britanniques et irlandaises et aux actions entreprises par ces services pour relever leurs défis actuels : mieux étudier l’impact de leurs actions, contribuer davantage au développement des savoir-être des étudiants et aux activités des départements pédagogiques, faire face à l’évolution des technologies.

Katrina Legg , Rhian Elizabeth Ellis, Chris Hall, « Applying the seven principles of good practice: archives in the 21st century university », p. 109-125.

Cet article examine le cas des Richard Burton Archives (RBA) de l’université de Swansea. Il présente tout d’abord les liens anciens noués par les RBA avec la Swansea Academy of Learning and Teaching (SALT), notamment via l’utilisation du Seven Characteristics of Good University Teaching, programme,  conçu par les chercheurs de ce département pour fournir aux enseignants des directives claires leur permettant d’améliorer enseignement et apprentissage. L’article montre ensuite comment ces principes ont été utilisés pour développer des actions avec d’autres acteurs de l’université, par exemple des chercheurs en linguistique.

Kirsten Mulrennan, « Lessons in making the unique ubiquitous: diversifying the role of the special collections and archives department to enhance teaching and learning at the University of Limerick », p. 126-147.

L’article examine le cas du Special Collections and Archives Department (SpecColl) de l’université de Limerick (Glucksman Library). Il présente les actions entreprises depuis 2018 par ce département pour renforcer sa visibilité : analyse fine des publics pour identifier les axes de travail prioritaires ; amélioration de l’accueil du public dans le cadre de l’ouverture des nouveaux espaces ; conception d’un nouveau site internet ; renforcement des interactions avec les équipes pédagogiques – via par exemple les travaux de transcription de documents d’archives entreprises par des étudiants en histoire et en médecine dans le cadre du projet “Données sur les décès et les enterrements : Irlande 1864-1922” du Dr Ciara Breathnach financé par l’Irish Research Council, ou dans le cadre des travaux de catalogage de la Bolton Library acquise en 2016 – ; participation au séminaire ANCIL (A New Curriculum for Information Literacy) organisé par la bibliothèque. En conclusion, l’article s’interroge sur les facteurs permettant de pérenniser ces actions et sur les améliorations à entreprendre dans les prochaines années (multiplication des points d’entrée dans les collections, conception de projets de recherche et recherche de financements, contact direct avec les sources primaires, systématisation des études d’impact).

Sarah C. Jane, Hannah Maughan, « Making Archives – a case study of creative collaboration », p. 148-169.

L’article examine le cas de l’Archive and Special Collections Service, qui gère les collections de l’université de Falmouth et de l’université d’Exeter, notamment des collections d’archives textiles. Il présente le co-développement entre enseignants-chercheurs et archivistes du projet “Making Archives – Narrative Artefact” qui vise à exploiter les archives textiles dans le cadre d’un module pédagogique demandant aux étudiants de rechercher et développer une collection de dessins textiles pour des clients externes. L’article étudie ensuite l’impact de ce projet, notamment sur les donateurs et les étudiants. En conclusion, il liste les facteurs clés de succès des projets associant enseignants-chercheurs et archivistes : co-construction, innovation, communication sur l’impact, intégration dans le cursus pédagogique lui-même, pérennité du projet.

Karen Watson, Kirsty Pattrick, « Teaching archive skills: a pedagogical journey with impact », p. 170-186.

Le dernier article examine le cas du Special Collections Department de l’université du Sussex, désormais relocalisé avec d’autres services d’archives dans une institution de conservation mutualisée appelée “The Keep”. Il examine l’impact des visites organisées pour les étudiants dans les locaux du service, les innovations pédagogiques qui ont été introduites suite au changement de localisation (recours à de courtes vidéos, définition d’un modèle d’analyse de document, utilisation de Padlet pour la constitution de petits groupes de travail). L’étude se conclut par l’analyse de l’étude d’impact réalisée en 2018 et sur les enseignements tirés de celle-ci.

Journal cover

Archival science, vol. 20, n° 3, 2020

Charles Jeurgens, Michael Karabinos « Paradoxes of curating colonial memory », p. 199-220.

La numérisation des archives de l’héritage colonial permet-elle de les décoloniser ? C’est à cette question que les auteurs de l’article tentent de répondre, en analysant la politique néerlandaise en la matière. Si cette aspiration peut paraître paradoxale dans la mesure où ces archives constituent en elles-mêmes le reflet de l’administration coloniale, les nouvelles infrastructures proposées à travers la numérisation permettent de créer un autre lien entre ces documents du passé et le public d’aujourd’hui. En réinvestissant la notion de « tiers-espace » (Bhabha et Licona) et de « (dé)colonialité », Les auteurs esquissent plusieurs propositions : traduire les termes en indonésiens ou encore proposer une indexation orientée vers la communauté.

Heather A. Soyka, Eliot Wilczek, « Ten years of Archival Education and Research Institutes: a snapshot of scholarship », p. 221-244.

L’Archival Education and Research Initiative fédère des institutions américaines œuvrant pour la promotion des études supérieures et de la recherche en archivistique. L’article explore les programmes et pages de présentation des instituts membres pour analyser les termes émergents et l’évolution de l’appréhension de la terminologie et de la pratique archivistiques.

Noam Tirosh, Amit M. Schejter, « The regulation of archives and society’s memory: the case of Israel », p. 245-261.

Les auteurs de cet article analysent la réglementation israélienne sur les archives en considérant les services d’archives comme un média qui participe de la création et de la persistance d’une société de la mémoire. Cette réglementation est ainsi étudiée du point de vue de l’équilibre entre ouverture et fermeture, des règles régissant l’évaluation ou l’élimination d’archives, ou encore des obligations propres aux archives publiques ou privées.

Carolin Huang, « Dwelling on the “anarchival”: archives as indexes of loss and absence? », p. 263-277.

Cet article réexamine la « pulsion de mort » décrite par Derrida dans Mal d’archive, les forces destructrices de l’archive, au cœur de la notion d’oubli. Il invite à relire Derrida pour documenter la vie des groupes sociaux exclus, en s’inspirant du modèle de l’art contemporain qui s’est approprié cette notion, pour proposer une analyse archivistique de l’« anarchive » du philosophe français.

Charlotte Borgerud, Erik Borglund, « Open research data, an archival challenge? », p. 279-302.

À la suite d’une décision du gouvernement suédois selon laquelle toutes les publications et données de recherche financées sur fonds publics devraient être aussi ouvertes que possibles, cette étude analyse la mise en œuvre de ce changement. Les auteurs ont mené 15 entretiens semi-directifs avec des chercheurs et des fonctionnaires chargés d’évaluer la mise en place de l’Open Data dans leur pays. Ils font état d’un manque de coordination entre les acteurs, de moyens et d’infrastructures, mais pointent également l’absence de stratégie globale de conservation des données. Ils analysent enfin ces résultats en mobilisant les quatre normes constituant l’éthos de la science selon Robert King Merton : universalisme, communalisme, désintéressement et scepticisme.

Archival science, vol. 20, n° 4, 2020

Elizabeth Shepherd et al., « Towards a human‑centred participatory approach to child social care recordkeeping », p. 307-325.

Au Royaume-Uni, on estime qu’1% de la population adulte a été prise en charge par les services d’aide sociale à l’enfance. Les dossiers d’enfants sont confidentiels pendant 75 ans au minimum. Le projet MIRRA (Mémoire, identité, droit aux archives, accès) est un projet de recherche participative co-produit avec les personnes concernées qui interroge les pratiques de conservation des archives de l’aide sociale à l’enfance. Des entretiens et ateliers organisés avec les parties prenantes révèlent des défaillances dans la création, l’utilisation, la gestion et l’accès aux dossiers.

Ina-Maria Jansson, « Creating value of the past through negotiations in the present: balancing professional authority with influence of participants », p. 327-345.

L’article a pour objet le projet participatif “Belgravelser 1861-1912” piloté par le service d’archives de la ville de Copenhague, dont l’objectif est de construire une base de données à partir d’informations relatives aux personnes décédées (noms, causes de décès, etc.). L’autrice analyse le forum mis en place pour ce projet, qui permet aux archivistes et au public d’interagir. Elle montre, à partir du modèle de la recherche participative basée sur la communauté, le partage du pouvoir entre public et archivistes, et l’impact de ce partage sur le projet et ses finalités.

Monica G. Maceli, Kerry Yu, « Usability evaluation of an open‑source environmental monitoring data dashboard for archivists », p. 347-360.

Les données de surveillance environnementale sont souvent produites au moyen de de tableaux de bord rudimentaires. Si les logiciels open source sont largement utilisés dans le domaine des archives, les logiciels propriétaires de surveillance de données environnementales posent des problèmes de conservation. L’article fait état de ces difficultés et montre qu’il est possible d’adopter des solutions techniques plus modernes, ouvertes et flexibles.

Vera Kaplan, « Two archives of the Russian revolution », p. 361-380.

Cet article s’intéresse au rôle des archives dans la commémoration de la Révolution russe de 1917, à partir de deux études de cas : d’une part, la tentative de création des Archives de Pétrograd au printemps et à l’été 1917 ; d’autre part, le projet “Russie à l’étranger” conçu par des Russes blancs à Prague en 1923. Ces deux projets, politiquement engagés, visaient à collecter des sources pour les futurs historiens et à orienter les futurs récits historiques.

Caroline Cunill, « Margins of documents, center of power: a case study on the Consejo de Indias‘ annotated paperwork and the construction of legality in an imperial archive », p.381-400.

Cette étude de cas porte sur une série de rapports envoyés par l’administration espagnole du Nouveau Monde au Conseil des Indes. Leur analyse montre le rôle central des activités de classement, de création de résumés et de liens entre les documents dans le processus de décision de la monarchie espagnole. Ces activités permettent de donner accès à un grand nombre de documents en les synthétisant, au risque que soit perdue de vue leur appartenance à un même fonds. L’étude des mentions marginales permet ainsi de mieux comprendre les relations entre les techniques archivistiques, la communication politique et le développement de l’empire colonial espagnol.

Records Management Journal, vol. 30, n° 2, 2020

Herbjørn Andresen, « A discussion frame for explaining records that are based on algorithmic output », p. 129-141.

Cet article analyse les cadres méthodologiques permettant de rendre compréhensibles les documents d’archives produits au moyen d’algorithmes. Il explore successivement trois cadres méthodologiques potentiellement utilisables : la distinction entre policy transaction et operational transaction hérité des travaux sur le records management et l’archivage (notamment via les ouvrages de Theodor Schellenberg) ; le débat sur la différence entre explication et prévision qui s’est développé dans le monde scientifique depuis une cinquantaine d’années ; le débat juridique sur l’existence dans le RGPD de l’obligation de justifier les décisions automatisées,

Jenny Bunn, « Working in contexts for which transparency is important. A recordkeeping view of explainable artificial intelligence (XAI) », p. 143-153.

Cet article présente le concept d’explainable artificial intelligence (XAI) – que l’on peut définir comme « le défi de faire la lumière sur les modèles opaques d’apprentissage machine (ML) dans des contextes pour lesquels la transparence est importante » – ainsi que les conclusions d’un atelier transdisciplinaire organisé à The National Archives pour l’explorer. L’autrice en conclut que les professionnels de l’archivage doivent chercher à se concentrer sur la qualité des explications qui pourront être proposées à l’avenir dans le cadre de la recherche sur ces sujets, d’autant que celles-ci pourront rester hautement techniques. Elle estime que la communauté de l’archivage dispose, notamment via le concept d’authenticité, de cadres de réflexion qui peuvent s’avérer utiles à la communauté de l’intelligence artificielle et espère que de prochains numéros de la revue viendront contribuer à cette réflexion.

Tim Hutchinson, « Natural language processing and machine learning as practical toolsets for archival processing, p. 155-174.

Cet article fait le point sur les recherches entreprises ces dernières années, en archivistique, dans l’utilisation des technologies de traitement automatique des langues et l’apprentissage machine, tout particulièrement dans les domaines de l’évaluation archivistique et de l’évaluation de la confidentialité des documents. Il regrette cependant que la plupart de ces projets et des outils développés concernent la conservation des archives définitives et non le records management, et souhaite que les travaux dépassent le stade expérimental et le domaine étroit de la gestion des messages électroniques.

Basma Makhlouf Shabou, Julien Tièche, Julien Knafou and Arnaud Gaudinat, « Algorithmic methods to explore the automation of the appraisal of structured and unstructured digital data », p. 175-200.

Cet article rend compte d’une recherche menée par la Haute école de gestion de Genève au profit de l’Office des archives de l’État de Neuchâtel (OAEN), afin de spécifier un outil d’aide à la décision pour procéder à l’évaluation d’archives électroniques. L’article, après avoir fait un état des lieux des projets existants en la matière en Europe comme au Canada, présente la méthodologie utilisée qui associe une approche descendante (« top-down »), basée sur les théories archivistiques et une approche montante (« bottom-up ») qui repose sur l’extraction de métadonnées et le data mining à partir de ressources fournies par l’OAEN. L’étude estime que la valeur des données et des documents d‘archives est mesurable en croisant les deux méthodologies.

Monica Maceli, « Internet of things in the archives: novel tools for environmental monitoring of archival collections », p. 201-220.

Cet article étudie l’apport de l’internet des objets à la conservation préventive des collections patrimoniales et rend compte d’un projet de construction et de test, via un groupe de discussion composé de praticiens d’organisations diverses sous l’égide de la Pratt Institute School of Information en 2018, d’un système de surveillance de l’environnement dans les services d’archives, basé sur des technologies open source génériques. Il résume les bénéfices attendus par les praticiens de ces systèmes et l’intérêt d’une approche basée sur l’internet des objets, mais présente aussi les limites, notamment techniques, à l’adoption d’une telle approche.

Thomas Sødring, Petter Reinholdtsen, David Massey, «A record-keeping approach to managing IoT-data for government agencies », p. 221-239.

Cet article étudie l’apport de l’archivistique à la gestion des données collectées par les organisations publiques au moyen de l’internet des objets, en s’appuyant sur les Generally Accepted Record-keeping Principles (GARP) élaborés par l’ARMA. Il se base pour cela sur l’étude de deux cas : des données relatives à la qualité de l’eau collectées et publiées par la ville de Chicago ; l’enregistrement des automobiles entrant sur le territoire norvégien réalisé par la Norwegian Customs Agency. Il conclut sur l’importance d’intégrer les documents d’archives produits via l’internet des objets dans la stratégie des organisations, notamment lorsqu’ils comprennent des données à caractère personnel, et sur l’intérêt des GARP comme base de discussion.

Marie-Anne Chabin, « The potential for collaboration between AI and archival science in processing data from the French great national debate », p. 241-252.

Cet article explique comment les technologies d’intelligence artificielle ont été utilisées dans le cadre de l’exploitation du matériau documentaire produit lors du Grand débat national lancé en France à l’occasion du mouvement social dit des « Gilets jaunes » en 2018-2019. Il montre les limites des technologies et approches utilisées et de l’intérêt qu’aurait constitué le recours à l’approche diplomatique pour aboutir à une meilleure exploitation de ce corpus, de nombreuses informations n’ayant pas été prises en compte dans l’analyse.

Zack Lischer-Katz, « Archiving experience: an exploration of the challenges of preserving virtual reality », p. 253-274.

Cet article traite des défis lancés à la communauté archivistique par le recours croissant aux technologies de réalité virtuelle et à l’utilisation de données 3D dans le travail de certaines communautés professionnelles. Il estime que cette situation invite les archivistes à revoir leurs certitudes sur la nature et la description des documents d’archives électroniques, et à explorer d’autres approches comme celles de la phénoménologie des documents (“document phenomenology”) et de la matérialité des media (“media materiality”), afin de restituer notamment le caractère interactif et immersif de la réalité virtuelle.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur

La pulsion d’archives. Lecture d’un texte de François Bordes et d’Élise Lamy-Rested

Il n’y a pas d’archive sans violence

Jacques Derrida

Cet été, entre deux baignades, j’ai lu L’immortalité de Milan Kundera. Publié en 1990, ce roman à tiroir est une œuvre philosophique tout autant qu’un récit imaginaire. Kundera y distille sa vision des sociétés occidentales contemporaines, forgeant le concept d’imagologie pour désigner le monde dans lequel nous sommes depuis la fin du 20e  siècle. Ce monde, qui succède à l’ère des idéologies, est un monde où les images, contrôlées selon Kundera par le couple du politique et des médias, l’emportent sur les idées… « Les idéologies étaient comme d’immenses roues, tournant en coulisse, et déclenchant les guerres, les révolutions, les réformes. Les roues imagologiques tournent aussi, mais leur rotation n’a aucun effet sur l’Histoire. Les idéologies se faisaient la guerre et chacune était capable d’investir par sa pensée toute une époque. L’imagologie organise elle-même l’alternance paisible de ses systèmes au rythme allègre des saisons »1.

Quel lien avec les archives, me direz-vous ? Avant de partir en vacances, j’avais promis de faire pour Archivalise(s) un compte rendu du volume collectif Dialoguer l’archive2, qui présente des texte co-écrits par des binômes d’archivistes et de chercheurs. Le texte cosigné par François Bordes et Élise Lamy-Rested sous le titre « Haut risque de l’archive » a particulièrement retenu mon attention. Il aborde l’enjeu philosophique de l’archive dans les sociétés contemporaines démocratiques, comme matériau de pulsion, de pouvoir et de publicité. En arrière fond de cet article figure le texte de Jacques Derrida Mal d’archive (1995), qui est en quelque-sorte le texte fondateur du groupe « Projet Archive » présidant à la rédaction du volume dirigé par Isabelle Alfandary. Ce groupe, placé sous les auspices du Collège international de philosophie « ambitionne de poursuivre les travaux pionniers des philosophes de l’archive au moment où les archives connaissent une mutation numérique et où le mal – la pulsion – d’archive se répand tous azimuts »3.

Jacques Derrida au colloque de l’EHESS « Problèmes et objets de la recherche en sciences sociales » (Marseille, 1987), photographie de Grig Pop

Dans leur article, François Bordes et Élise Lamy-Rested interrogent les raisons pour lesquelles l’archive est devenue à la fin du 20e siècle un objet de réflexivité sur un inconscient collectif. « L’archive, que l’on déchiffre ou qu’il faut exhumer grâce à un travail de fouilles, devient [alors] un instrument de “contre-pouvoir”, la matrice d’une histoire réprimée qui ne suit plus la temporalité linéaire du discours conscient »4. L’article aborde ainsi la façon dont les philosophes français Jacques Derrida, Michel Foucault et Gilles Deleuze ont fait de l’archive un concept central de leur analyse de la postmodernité, la considérant comme un moyen subversif d’interroger une « histoire réprimée ». Il est en particulier question de l’usage derridien des concepts freudiens de pulsion – pulsion de vie/pulsion de mort – appliqués au concept d’archive. L’archive chez Derrida constitue « un palliatif à la mort ou à la finitude : c’est parce que le vivant est mortel qu’il doit produire son archive, elle-même destructible, mais néanmoins seule susceptible de lui survivre »5. Entendue comme une pulsion de conservation ou de destruction, la pulsion d’archive n’est pas uniquement l’apanage des archives institutionnelles, « … chacun, pour ses archives privées, peut en faire l’expérience »6.

Milan Kundera, qui fut le collègue de Jacques Derrida à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris, dans les années 1990, avait très certainement connaissance de la pensée du philosophe au moment où il écrivait L’immortalité. On trouve dans les premiers chapitres du roman d’étonnantes mises en exergue de la pensée derridienne sur la pulsion de mort de l’archive ou « mal d’archive ». L’histoire raconte l’étonnement de deux sœurs suite au décès de leur mère. Les deux filles rendent visite à leur père à son domicile, au lendemain de la mort de leur mère et elles le trouvent « assis devant la table du salon, penché sur un monceau de photos lacérées »7. Les filles se penchent sur les photos lacérées et constatent que ce ne sont pas exclusivement des photos de leur mère disparue mais surtout des photos du père lui-même. Par cet acte de destruction d’archives, le père a cédé à une pulsion de mort, un geste de rage qui horrifie ses filles. Un peu plus loin dans le roman, Kundera évoque un monde orwellien dans lequel toutes les actions humaines seraient en permanence enregistrées et archivées… Ce monde, qui préfigure en quelque sorte notre monde actuel, est le fruit de vastes pulsions d’archives orchestrées par la puissance publique. « Un millier de regards nous transpercent chaque jour, mais cela ne suffit pas : il faut, de surcroît, un regard institutionnel, qui ne nous quittera pas une seconde, qui nous observera chez le médecin, dans la rue, sur la table d’opération, en forêt, au fond du lit ; l’image de notre vie sera intégralement conservée dans les archives pour être utilisée à tout moment en cas de litige, ou quand la curiosité publique l’exigera »8.

Ainsi que l’écrivent François Bordes et Élise Lamy-Rested, « la pulsion d’archive n’est donc pas autre chose qu’un “geste de pouvoir” »9. Qu’il s’agisse, pour le quidam, de supprimer les moindres de traces de son passage sur Terre, ou, pour les pouvoirs publics, d’enregistrer tous les faits et gestes des citoyens, la dimension démiurgique de l’archive, sise au cœur de nos démocraties contemporaines, est magistralement illustrée par Kundera dans son roman prophétique. Si la pulsion de conservation peut aisément se comprendre, y compris dans le risque d’hypermnésie qu’elle contient, la pulsion de destruction et son extrême que constitue la destruction totale des archives est plus difficile à admettre, surtout pour les archivistes. Chez Derrida, elle se justifie par la nature même de l’archivage, procédure hautement technique et non-contrôlable par les individus qui les produisent : « l’archive est aussi ce qui se sépare du sujet pour lui survivre sous des formes techniques qui ne lui appartiennent plus (comme le texte écrit ou, aujourd’hui, le nuage “immatériel”), elle constitue une menace essentielle pour l’intégrité ou l’immunité du vivant »10. En mourant, il semblerait légitime qu’un individu puisse avoir le droit d’emporter avec lui toutes ses traces… Mais qui, de fait, n’a jamais été étonné, voir profondément choqué, par la survivance d’un compte Facebook d’un proche décédé et par les messages intempestifs reçus d’outre-tombe par un fantôme numérique ?

François Bordes et Élise Lamy-Rested soulignent ainsi la « logique contradictoire propre à l’archive » telle que conçue par Derrida : « …si, en tant que mémoire externe, elle rend possible la survie des êtres vivants, elle est aussi ce qui les dénature »11. En effet, si la mémoire individuelle est le fruit d’une opération inconsciente de choix de souvenirs, la mémoire collective, en sélectionnant consciemment les documents à archiver au détriment des autres, est, elle, autrement sélective. Dans l’œuvre de sélection, qui tend à réduire la personne à des fragments de ce qu’elle a été au cours de sa vie, réside pour Derrida le mal d’archive : « l’archive commence par la sélection, et cette sélection est une violence. Il n’y a pas d’archive sans violence. Cette violence n’est pas simplement politique au sens où elle attendrait qu’il y ait un État désignant des fonctionnaires qui ont compétence reconnue. Non, cette archivation a déjà lieu dans l’inconscient. Dans une seule personne, il y a ce que la mémoire, ce que l’économie de la mémoire garde ou ne garde pas, détruit ou ne détruit pas, refoule d’une manière ou d’une autre. Il y a donc constitution d’archives mnésiques là où il y a économie, sélection des traces, interprétation, remémoration, etc. »12.

La violence politique et existentielle de l’archive comme processus de sélection de la mémoire collective est au cœur de ce qui oppose la raison d’un État démocratique à un État non démocratique. La volonté de détruire dans l’urgence toutes les traces compromettantes des crimes de masse perpétrés par les nazis, afin de ne pas laisser de mémoire de la Shoah13, est l’exemple le plus tristement célèbre de ce que peut faire un État totalitaire en matière de destruction d’archives… Dans les États démocratiques, le mal d’archive est un état de fait, car aucun pouvoir politique ne peut s’exercer sans un contrôle institutionnalisé de l’archive, mais « la démocratisation effective se mesure toujours à ce critère essentiel : la participation et l’accès à l’archive, à sa constitution et à son interprétation »14. Le processus de publicité de l’archive, qui s’exerce par la mise en œuvre de lois permettant l’accès aux archives tout en garantissant la protection de la vie privée des individus, est un gage de probité des États démocratiques. L’article de François Bordes et Élise Lamy-Rested évoque ainsi les récentes évolutions de la loi sur les archives françaises, et l’entrée du mot secret dans le texte de juillet 2008, comme un « signal des mouvements tectoniques qui travaillent en profondeur la question des archives »15.

Si la sélection est une violence, on peut enfin s’interroger sur l’état de santé d’une société qui enregistre tout en permanence. À côté du coût financier et énergétique que cela induit et les conséquences désastreuses sur l’écologie, que penser d’une société incapable de sélectionner et trier ce qui constitue sa mémoire ? Cette société hypermnésique court le risque de se trouver dans la situation de Funes, personnage d’une nouvelle de Borges, incapable de penser avec discernement, car « penser c’est oublier des différences, c’est généraliser, abstraire »16.

Goulven Le Brech

  1. Milan Kundera, L’Immortalité, Paris, Gallimard, collection Folio, 1993, p. 175 []
  2. Dialoguer l’archive, sous la direction d’Isabelle Alfandary, Bry-sur-Marne, Institut national de l’audiovisuel, collection Collège iconique, 2019 []
  3. Dialoguer l’archive, p. 11 []
  4. Dialoguer l’archive, p. 47 []
  5. Dialoguer l’archive, p. 49 []
  6. Dialoguer l’archive, p. 52 []
  7. L’Immortalité, p. 32 []
  8. L’Immortalité, p. 51 []
  9. Dialoguer l’archive, p. 53 []
  10. Dialoguer l’archive, p. 56 []
  11. Dialoguer l’archive, p. 56 []
  12. Jacques Derrida, Trace et archives, image et art, cité dans Dialoguer l’archive, p. 56 []
  13. Site du Mémorial de la Shoah, fiche pédagogique « La destruction des traces » []
  14. Jacques Derrida, Mal d’archive, cité dans Dialoguer l’archive, p. 57 []
  15. Dialoguer l’archive, p. 64 []
  16. Jorge Luis Borges, Funes ou la mémoire, Paris, Gallimard, collection Folio, 1974, p. 118 []

Revues d’archivistique étrangères – 3

Fournir régulièrement aux lecteurs d’Archivalise(s) une recension des articles parus dans les revues étrangères est loin de constituer une sinécure. Tout d’abord, le nombre de revues, comme le nombre de numéros publiés chaque année, est important. Encore nous concentrons-nous uniquement pour l’instant sur le monde anglo-saxon, ce qui laisse de côté des secteurs entiers de la réflexion archivistique internationale – mondes ibériques, germaniques, slaves, asiatiques, pour ne citer que ceux-là. Et, même pour le monde anglo-saxon, nous avons identifié récemment une revue que nous ne connaissions pas, le Journal of Archival Organization. Accéder à ces revues et à leurs livraisons, d’autre part, constitue un chemin semé d’embûches. Aucune bibliothèque en France n’est abonnée à l’ensemble de ces revues. Pendant la période du confinement, nous avons eu accès à Archives and Manuscripts et à Archives and Records. Depuis la fin du confinement, ce n’est plus possible ! Nous essayons d’y remédier en demandant à nos institutions de rattachement de s’abonner à ces revues.

The American Archivist, n° 82-2, 2019

Diana E. Marsh, Ricardo L. Punzalan, Jesse A. Johnston, « Preserving Anthropology’s Digital Record: CoPAR in the Age of Electronic Fieldnotes, Data Curation, and Community Sovereignty », p. 268-302.

Le Council for the Preservation of Anthropological Records (CoPAR) a été créé dans les années 1990 pour encourager les anthropologues et les institutions à conserver les matériaux de terrain, à identifier et localiser ces archives et à en promouvoir la réutilisation. Devenu inactif au début des années 2000, le conseil a réorienté ses activités en direction des archives numériques dont il valorise l’accès en ligne. L’article revient sur les conclusions d’un événement scientifique qui s’est tenu en 2015 sur les nouveaux enjeux pour les archives anthropologiques, qui encourage une approche basée sur le cycle de vie et soucieuse de répondre aux demandes des communautés.

Jennifer G. Eidson, Christina J. Zamon, « EAD Twenty Years Later: A Retrospective of Adoption in the Early Twenty-first Century and the Future of EAD », p. 303-330.

L’ Encoded Archival Description (EAD), première norme d’encodage d’instruments de recherche a été adoptée en 1998. À partir d’un premier sondage, puis d’un second, les autrices s’interrogent sur le moment du basculement vers une utilisation massive de la norme, sur les critères de son adoption ou non dans les institutions et sur le rôle moteur des technologies dans sa diffusion.

Michelle Sweetser, Alexandra A. A. Orchard, « Are We Coming Together? The Archival Descriptive Landscape and the Roles of Archivist and Cataloger », p. 331-380.

L’évolution du format MARC, traditionnellement utilisé en bibliothèque, a permis son adoption par la communauté archivistique. À partir d’une enquête menée par l’Association des membres des bibliothèques universitaires américaine, les autrices montrent que la description archivistique reste réalisée par les archivistes malgré les compétences acquises par leurs collègues bibliothécaires et que les pratiques de description mobilisent des standards issus des deux métiers.

Gregory Wiedeman, « The Historical Hazards of Finding Aids », p. 381-420.

Cet article retrace les pratiques archivistiques américaines concernant l’utilisation des instruments de recherche et montre comment ces derniers ont influencé la vision des archivistes concernant l’accès aux documents. Il explique comment la compréhension qu’ils ont eue de cet outil a entravé la standardisation de la description archivistique en tant que données.

Samantha Abrams, Alexis Antracoli, Rachel Appel, Celia Caust-Ellenbogen, Sarah Denison, Sumitra Duncan, Stefanie Ramsay, « Sowing the Seeds for More Usable Web Archives: A Usability Study of Archive-It », p. 440-469.

Une étude a été menée en 2017 par le groupe d’utilisateurs d’Archive-it, qui constitue le premier outil utilisé pour l’archivage du web. Elle interroge les attentes et opinions des utilisateurs de l’outil et identifie des perspectives d’amélioration, malgré une opinion globalement positive.

Brady D. Lund,Shari Scribner, « Developing Virtual Reality Experiences for Archival Collections: Case Study of the May Massee Collection at Emporia State University », p. 470-483.

La Collection May Massee de l’Université d’Emporia a fait l’objet d’une étude de cas sur l’utilisation de technologies de réalité virtuelle pour la valorisation du fonds d’archives. L’article montre que ces techniques, maintenant démocratisées, peuvent être mobilisées par un stagiaire ou un étudiant pour valoriser les archives, sans représenter une charge de travail ou un coût trop importants.

Kathryn G. Matheny, « Instruction Consultation for Archives Visits: Why No One Talks About It, and Why They Should », p. 484-507.

Cet article s’intéresse à la négociation entre professeurs et archivistes lors de la venue des classes universitaires dans les services d’archives. Il identifie quatre enjeux d’une collaboration productive entre ces deux acteurs : le passage à des pédagogies actives, la difficulté que rencontrent les chercheurs à comprendre les besoins des plus jeunes, la complexité des demandes faites aux services d’archives et les relations difficiles entre archivistes et membres du corps enseignant.

Marcella Huggard, Laura Uglean Jackson, « Practices in Progress: The State of Reappraisal and Deaccessioning in Archives », p. 508-547.

Un sondage a été réalisé en 2017 auprès des archivistes américains et canadiens pour connaître leurs pratiques de réévaluation et d’aliénation des fonds. Il montre que ces pratiques sont courantes dans la profession, mais qu’elles ne sont pas toujours menées de manière éthique et responsable, faute de transparence dans le choix des critères d’évaluation.

April Karlene Anderson-Zorn, « Digging Up the Past: Archival Issues with Found Time Capsules at Illinois State University », p. 548-565.

Lors de la destruction d’un dortoir de l’Université d’État de l’Illinois, deux capsules temporelles ont été retrouvées. Par ce terme, l’autrice désigne des matériaux historiques représentatifs d’une culture qui ont été déposés avec l’objectif d’être préservés jusqu’à leur découverte future. Elle s’interroge sur l’intégration de ces matériaux aux fonds de l’université et sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre lors de telles découvertes.

Paul Conway, Robert B. Markum, « Performers First: Gift Exchange and Digital Access to Live Folk Music Archives », p. 566-597.

Le projet décrit ici porte sur la sauvegarde et la valorisation d’enregistrements de musique folk des années 1969-1980. Les auteurs font part de leurs idées de solution des difficultés liées au copyright et à la propriété intellectuelle et de valorisation de ces musiques en streaming.

Frank J. Boles, « To Everything There Is a Season », p. 598-617.

L’auteur examine trois idées répandues dans la communauté archivistique et qui influencent les pratiques de conservation : les archivistes devraient créer une documentation universelle de l’activité humaine ; le souci de la justice sociale devrait inspirer les décisions de sélection ; les archivistes détiennent une forme de pouvoir unique à travers l’évaluation. Ces trois idées ont selon lui conduit la profession à considérer qu’elle doit travailler à un futur plus équitable, mais aussi plus moral. Il plaide au contraire pour une autonomie locale et des missions propres à chaque service d’archives.1

The American Archivist, n° 83-1, 2020

Emily Larson, « Big Questions: Digital Preservation of Big Data in Government », p. 5-20.

Cet article part du postulat que les gouvernements recourent de plus en plus massivement aux technologies du big data pour prendre leurs décisions, en mobilisant des masses de données hétérogènes quoique parfois inexactes. L’autrice analyse en conséquence le big data au regard des théories archivistiques, et tout particulièrement des travaux du groupe InterPARES : a-t-on affaire à des records ? Quels problèmes pose-t-il aux records managers et archivistes ? Faut-il procéder à l’archivage des données concernées ? Si oui, comment ? Elle estime qu’une intervention archivistique peut réduire un certain nombre de risques associés à l’existence de ces données, insiste tout particulièrement sur l’importance de la contextualisation de celles-ci lors de leur prise en charge (provenance des données, modalités de fonctionnement et d’utilisation de l’agrégat constitué) et conclut sur la capacité, via l’archivage, à rendre aux individus un pouvoir sur leurs données. Elle invite donc les archivistes à s’investir sur le sujet.

Veronica Ehrenreich-Risner, « Reading Geographical Names as Text: Refiguring the “Living Archive” in Postcolonial South Africa », p. 21-56.

Cet article analyse le processus de renommage des lieux en Afrique du Sud après la fin de l’Apartheid. L’autrice soutient que les noms de lieux constituent des outils de domination et que le lieu et son nom se combinent pour créer une « archive vivante » (living archive) de la structure du pouvoir au moment du changement de nom. C’est, selon elle, l’intention perçue dans le renommage qui détermine son acceptation ou non.

Edward Janak, « What Do You Mean It’s Not There? Doing Null History », p. 57-76.

Cet article part du constat qu’un chercheur peut, dans un dépôt d’archives, constater l’absence d’archives qui devraient normalement s’y trouver et que cette absence a autant de sens que la présence des mêmes archives. Pour illustrer son propos, l’auteur prend l’exemple de l’action au Texas du General Education Board, fondation philanthropique de la famille Rockfeller, qui n’est connue que par le Rockfeller Archive, sans qu’aucune trace en existe dans les archives de l’État du Texas. L’absence d’archives oblige le chercheur à déplacer son centre d’attention vers cette absence et ses causes.

Jessica Holden,Ana Roeschley, « Privacy and Access in the Massachusetts Society for the Prevention of Cruelty to Children Records », p. 77-90.

Cet article décrit la politique et les procédures d’accès mises en place par l’université du Massachusetts à l’égard des archives de la Massachusetts Society for the Prevention of Cruelty to Children (MSPCC), en étroite collaboration avec cette dernière. Le principal objectif de l’Université est de garantir l’accès aux survivants des abus, tout en respectant leur vie privée quand la demande d’accès provient de tiers.

Ciaran B. Trace, « Maintaining Records in Context: A Historical Exploration of the Theory and Practice of Archival Classification and Arrangement », p. 91-127.

Cet article, premier d’une série de deux, est consacré à la naissance des concepts de classification et de classement aux États-Unis. L’autrice explore 60 ans de littérature professionnelle (1900-1960) pour mettre en lumière tant les enjeux historiques, sociaux, économiques et technologiques que les circonstances de leur émergence. Elle démontre que les notions de classification et de classement sont emblématiques de l’identité et des aspirations de la profession. Elles s’inscrivent dans un champ de connaissances à la fois tacite et déclaré, matérialisé par la pratique, et pourtant toujours remis en question par les changements politiques et sociaux. Le second article couvrira la période qui nous sépare des années 1960.

Peter Botticelli, « Curating Digital Surrogates in a Museum Archives: The Historic Boards Collection at the Peabody Museum of Archaeology and Ethnology at Harvard University », p. 128-143.

Cet article propose une analyse croisée des méthodes de curation numérique propres aux archives et aux musées à partir d’un cas pratique : la collection photographique numérisée du Peabody Museum of Archaeology and Ethnology de l’université Harvard. Il montre les conséquences des pratiques documentaires sur la recherche et l’interprétation de ces photographies. L’utilisation d’un logiciel de gestion des objets muséaux ainsi que les choix effectués en termes de prise de vue – numérisation de chaque photographie et non des fiches créées au début du 20e siècle qui rassemblaient plusieurs photographies – et d’indexation – reprise des légendes correspondant à chaque photographie sans tenir compte des autres légendes présentes sur chaque fiche – ont un impact important. L’article insiste in fine sur l’importance du caractère itératif du travail de numérisation et d’indexation.

Carli V. Lowe, « Partnering Preservation with Sustainability », p. 144-164.

Cet article s’interroge, via une importante revue de littérature, sur les moyens que les archivistes peuvent mettre en œuvre pour s’inscrire dans une logique de développement durable, principalement en termes de conception et de gestion de bâtiment d’archives (recours à des techniques de construction traditionnelle, application de la méthodologie développée par Hugo Stehkämper, ancien directeur des Archives historiques de la ville de Cologne). Il invite cependant à élargir la perspective à tous les aspects de la pratique archivistique, comme les politiques de collecte – notamment d’archives numériques – et de numérisation.

Archival science, vol. 20, n°2, 2020

Amelia Acker, Adam Kreisberg, « Social media data archives in an API2 driven world », p. 105-123.

Cet article s’intéresse aux enjeux de la conservation et de l’accès aux données des API. Après avoir évoqué les problèmes que posent l’extraction et la conservation des données issues de ces API, les auteurs décrivent les utilisations potentielles des archives des médias sociaux et s’intéressent aux conditions générales des services, qui constituent une difficulté dans l’archivage. Ils terminent en analysant les premières initiatives de conservation de données issues d’API au sein des archives communautaires et universitaires, ou encore à travers les partenariats entre les entreprises et les universités.

Lauren Haberstock, « Participatory description : decolonizing descriptive methodologies in archives », p. 125-138.

Cet article part du postulat que les archives doivent être décrites et contextualisées d’une manière qui garantisse la multiplicité des approches et qui reflète notamment les systèmes de pensées des communautés qui les ont produites ou qui sont concernées par celles-ci. L’autrice plaide en conséquence pour le développement d’une description des archives plus collaborative, prenant davantage en compte la voix des communautés. Elle cite, à titre d’exemple, quatre projets menés au Canada et aux États-Unis : le Digital Archives and Marginalized Communities Project (DAMC) à l’Université du Manitoba ; the A:shiwi A:wan Museum and Heritage Center (AAMHC) au Nouveau-Mexique ; le Decolonizing Description Working Group (DDWG) des bibliothèques de l’Université de l’Alberta Libraries (UAL) ; le Native Canadian Centre de Toronto. Si son discours se situe dans le contexte du débat autour de la décolonisation et de l’amélioration des relations avec les communautés indigènes, il pose aussi la question de la diversité des modalités d’accès aux archives et de la nécessité de faciliter différentes représentations, et donc différentes voies d’accès à celles-ci.

Tessa Hauswedell, Julianne Nyhan, M. H. Beals, Melissa Terras, Emily Bell, « Of global reach yet of situated contexts: an examination of the implicit and explicit selection criteria that shape digital archives of historical newspaper », p. 139-165.

Les autrices examinent ici les facteurs institutionnels, intellectuels, économiques, techniques, pratiques et sociaux qui président aux choix liés à la diffusion de journaux en ligne. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des responsables de numérisation de journaux publics et privés. Ils montrent la tendance des journaux à numériser en priorité des articles qui intéressent leur public, ce qui conduit les autrices à plaider pour une meilleure prise en compte de l’utilisateur final en archivistique.

Tianjiao Qi, « Rural archives in China over the past 40 years », p. 167-185.

Cet article présente les services d’archives dans le monde rural en Chine et leur développement depuis la fin des années 1970, que ce soit au niveau des villages administratifs ou des communautés rurales. Il expose les principaux résultats obtenus et explique les défis auxquels sont confrontés aujourd’hui ces services d’archives, notamment en terme de développement du travail en réseau.

Michael Karabinos, « Acknowledging the shadows », p. 187-196.

L’auteur répond aux critiques adressées à son idée de « continuum de l’ombre » par Viviane Frings-Hessami dans le n° 20 d’Archival Science3 . Il rappelle que son propos n’est pas de remplacer le modèle du Records continuum, mais de montrer qu’il peut comporter des phases d’obscurité. Le modèle en effet fonctionne bien quand la « pluralisation » des archives est acquise, mais pas du tout lorsque personne ne connaît leur existence, comme ce fut longtemps le cas pour certaines archives coloniales britanniques rapatriées en Angleterre et gardées secrètes par le Foreign Office pendant plusieurs décennies. De ce fait le schéma alternatif proposé par Viviane Frings-Hessami ne lui semble pas constituer une nouveauté, mais complexifier inutilement le modèle. 

Archivaria, n° 89, 2020

Elspeth H. Brown, « Archival Activism, Symbolic Annihilation, and the LGBTQ2+4 Community Archive», p. 6-33.

L’autrice, membre du conseil d’ArQuives et directrice du programme collaboratif d’histoire orale numérique LGBTQ2+ (LGBTQ2+ Oral History Digital Collaboratory), constate que les archives des communautés LGBTQ2+ ne se situent plus nécessairement en dehors des courants archivistiques dominants et que le contenu des documents d’archives de ces centres peut entraîner l’« annihilation symbolique » des histoires des minorités (trans, noirs, autochtones…). Cet article décrit le travail mené dans le cadre du programme collaboratif d’histoire orale numérique LGBTQ2+ pour encourager l’adoption d’un cadre de travail intersectionnel et inclusif pour les trans dans les archives communautaires LGBTQ2, favorisant la valorisation des archives de ces communautés dans une approche postcustodiale.

Alexandra Mills, Désirée Rochat, Steven High, « Telling Stories from Montreal’s Negro Community Centre Fonds. The Archives as Community-Engaged Classroom », p. 34-69.

L’université Concordia de Montréal a développé un cours d’histoire pour les étudiants de premier cycle autour du fonds d’archives du Negro Community Centre, un centre de la communauté noire anglophone de Montréal, fermé en 1992. Avec ces étudiants qui constituent les premiers lecteurs de ce fonds, l’objectif est de faire connaître l’histoire du centre et d’organiser son retour à la communauté.

Ed Summers, « Appraisal Talk in Web Archives », p. 70-103.

À partir d’entretiens ethnographiques avec des archivistes du web, l’auteur montre un lien entre le discours des archivistes et les méthodes de sélection qu’ils mettent en œuvre. Il analyse la façon dont les outils d’archivage du web façonnent leurs décisions et leurs interactions avec les communautés qu’ils documentent.

Nicole Gray, « Toward an Embodied Poetics in Appraisal. Walt Whitman in the US National Archives », p. 106-127.

L’autrice mobilise un ensemble de documents écrits par le poète Walt Whitman au nom du bureau du procureur général des États-Unis pour démontrer que le créateur de documents d’archives est en fait une entité composée de nombreux acteurs, comme les commis dont le travail est passé sous silence. À partir des concepts de Records continuum et de multivers archivistiques, elle présente une approche poétique de l’évaluation et met l’accent sur les interactions humaines en tant que facteurs importants dans la production et la conservation d’archives.

Renée Saucier, « Medical Cartography in Southern Ontario, 1880–1920. A Records Perspective », p. 130-163.

Cet article propose une analyse archivistique des cartes de maladies produites en Ontario à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. L’autrice les considère non seulement comme des outils de santé publique, mais aussi comme des documents de gestion des données qui reflètent les technologies d’un gouvernement libéral.

Archives, vol. 48, n°1, 2019

Numéro spécial réalisé à l’occasion du 50e anniversaire de l’Association des archivistes du Québec (AAQ).

Dominic Forest, Sabine Mas, Valérie Rioux, Vincent Larivière, Benoît Macaluso, « Cartographier l’évolution du contenu de la revue Archives au moyen des techniques de fouille de textes et de bibliométrie », p. 7-39.

Cet article présente un projet d’analyse lexicométrique du contenu de la revue Archives pour la période 1994-2016, en utilisant les techniques de fouille de textes ainsi qu’une analyse bibliométrique. Via l’analyse des 236 documents constituant le corpus – qui exclut comptes rendus de lecture et notes de la rédaction – sont ainsi successivement étudiés le vocabulaire utilisé et les thématiques abordées dans la revue, le poids respectif des hommes et des femmes, le nombre et l’origine des références utilisées, ainsi que leur évolution dans le temps. Les auteurs conçoivent cette recherche comme un premier essai d’usage de ces méthodes sur le corpus, qu’il conviendrait de mettre en regard avec une analyse qualitative.

Louise Gagnon-Arguin, « L’Association des archivistes du Québec à travers “ses” histoires », p. 41-53.

Cet article recense et commente l’ensemble des articles écrits sur l’histoire de l’AAQ, identifiant les moments d’écriture et thématiques abordées, et aboutissant à une nouvelle histoire de l’association « à travers les textes ».

Céline Gendron, « Les archives manuscrites avouent ! Papier d’écriture en Nouvelle-France au XVIIe siècle : usages, usagers et catégories de documents », p. 55-87.

Compte rendu d’une recherche doctorale menée sur le papier et son usage en Nouvelle-France au 17e siècle, à partir d’une étude des documents conservés dans différentes institutions. Sont successivement présentées les huit catégories d’usage identifiées par l’auteur, illustrées par leur fonction, leurs acteurs et un exemple représentatif.

Danielle Léger, « Théâtre à Montréal, 1825-1930 : un récit visuel mettant en scène des documents patrimoniaux », p. 89-106.

Cet article rend compte d’un projet de « recherche-diffusion » sur l’histoire des arts du spectacle à Montréal (Théâtre à Montréal, 1825-1930) qui a abouti à la création d’un site web donnant accès, à partir d’une approche géographique, aux ressources textuelles et iconographiques principalement conservées par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BanQ).

Jacques Rouillard, « Sortir de la Grande Noirceur grâce aux documents d’archives », p. 107-143.

L’auteur montre dans cet article comment la consultation d’archives l’a amené à remettre en cause le mythe de la « Grande noirceur », forgé par les sociologues des années 1950 et selon lequel, jusqu’aux années 1960, le Québec aurait été uniquement placé sous le signe du conservatisme clérical. Ses travaux d’histoire économique, sociale et politique montrent au contraire que le Québec n’est pas en retard sur les autres provinces, sans pour autant minorer l’importance de la « Révolution tranquille » survenue dans les années 1960 et qui constitue une accélération des évolutions précédentes.

Archives, vol. 48, n°2, 2019

Bogdan Florin Popovici, « Records in context : vers un nouveau niveau dans la description archivistique ? », p. 7-39.

Cet article constitue une présentation sommaire du projet de modèle conceptuel de description archivistique Records in Context (RiC), élaboré par le Conseil international des archives (CIA). Il s’appuie surtout sur une riche revue critique des concepts archivistiques (principe de provenance, description arborescente) ayant servi de base à la conception des actuelles normes du CIA – notamment ISAD(G) – au regard des approches postmodernes, tout en reconnaissant que leur adoption a constitué une étape importante de l’histoire professionnelle. Il conclut sur les objectifs attendus de l’adoption de cette nouvelle approche de la description archivistique.

William Yoakim, « Wikipédia, Wikimedia Commons et Wikisource, un eldorado de visibilité », p. 41-81.

L’auteur présente la fondation Wikimedia et ses différents projets (notamment Wikipedia et Wikimedia Commons). Selon lui, les services d’archives ont intérêt à contribuer à l’encyclopédie en ligne, à condition de se fixer dès le départ quelques règles de base et de s’y tenir : déterminer des priorités en matière de contribution (mettre en ligne des images de documents sur Wikimedia Commons ou enrichir les articles de Wikipédia par des références aux sources d’archives ou encore éditer des textes dans Wikisource), agir en lien avec la fondation, en essayant d’être en phase avec ses projets, et surtout avec la communauté des wikipédiens, en participant aux débats au sein de la communauté et en effectuant une veille sur les modifications que certains apportent aux contributions du service, et enfin évoquer régulièrement ces contributions parmi les actualités du service.

Anne-Marie Charuest, « Les archives dans les entreprises industrielles : le cas de Casavant Frères », p. 83-120.

Cet article rend compte d’un stage effectué par l’autrice au sein de l’entreprise de facteurs d’orgues Casavant Frères de Saint-Hyacinthe. La présentation du stage s’inscrit dans une réflexion plus générale sur la difficile conservation des archives d’entreprises au Québec et sur les options envisageables pour améliorer celle-ci.

Geneviève Piché, « Le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa : 60 ans dévoués à la mémoire documentaire des francophones du Canada », p. 121-136.

Cet article présente l’histoire et les activités du Centre de recherche en littérature canadienne française (CRLCF) de l’université d’Ottawa, devenu en 1968 Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), chargé de préserver la culture française en Ontario. Il insiste en conclusion sur les défis auxquels est confronté le CRCCF aujourd’hui : espace de stockage insuffisant ; retards dans le traitement des fonds ; collecte d’archives numériques.

Normand Charbonneau, « Décolonisation et réconciliation, les rôles institutionnels et personnels », p. 137-148.

Cet article rappelle l’historique des relations entre le gouvernement fédéral et les populations autochtones au Canada, présente les grandes lignes du programme de réconciliation gouvernemental ainsi que les actions menées par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), ainsi que son engagement en faveur de ce programme.

Raymond Frogner, « Qui sont ces enfants perdus ! Origine et conception du registre des noms des enfants autochtones décédés dans le système des pensionnats du Canada, selon le Centre national pour la vérité et réconciliation », p. 149-159.

Cet article présente le projet de constitution d’un registre des enfants autochtones disparus dans les pensionnats créés par l’administration coloniale en vue d’acculturer les populations autochtones. Ce registre, créé par le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) et alimenté en étroite relation avec les communautés autochtones, comporte une version publique et une version à accès restreint, comportant l’ensemble des données à caractère personnel concernant les enfants disparus.

Johanna Smith, Benjamin Ellis, « Revitaliser les cultures et les langues autochtones au Canada : les nouvelles initiatives de Bibliothèque et Archives Canada », p. 161-170.

Cet article rend compte des actions menées par Bibliothèque et Archives Canada (BAC) dans le cadre du programme d’amélioration des relations entre le gouvernement fédéral et les populations autochtones. Parmi les initiatives prises par BAC, sont présentés : le projet de numérisation des collections concernant les populations autochtones ; la production de guides et d’instruments de recherche dédiés ; le projet Écoutez pour entendre nos voix, qui vise à soutenir la préservation et la diffusion des enregistrements en langue autochtones ; la création de postes d’archivistes localisés dans les collectivités autochtones ; le développement de l’indexation collaborative pour redonner un nom aux autochtones photographiés par les institutions fédérales et pour faciliter la description des contenus eux-mêmes. Le programme est appuyé par une sensibilisation du personnel aux enjeux de la réconciliation et à une plus grande association des populations autochtones au fonctionnement de BAC via un Cercle consultatif autochtone.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur

  1. La traduction de cet article a été publiée ici les 9 et 21 mai 2020 []
  2. Interface de programmation []
  3. Voir la précédente recension de revues d’archivistique étrangères publiée ici le 1er mai 2020 []
  4. Personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, queers et en questionnement []

Données vraies, informations fausses : avez-vous pensé à la diplomatique ?

Les données nous envahissent

Il est banal mais néanmoins fort juste de dire que notre société et son fonctionnement sont devenus numériques et que les données ont envahi notre quotidien :

– les correspondances que nous échangions sous enveloppe timbrée (y compris les cartes postales envoyées lors de nos vacances) ont laissé la place à des textes transmis par messagerie électronique ou à des échanges par messagerie instantanée (Whats’App, Telegram) ;

– les albums photographiques composés de tirages photographiques soigneusement choisis ont laissé la place au stockage en gros de photographies numériques jamais triées sur « le cloud » ;

– pour prendre rendez-vous chez un médecin, s’inscrire à un concours ou à un examen, déclarer nos revenus et payer nos impôts et nos taxes, obtenir une attestation d’affiliation à la Sécurité sociale ou à une mutuelle, nous nous connectons sur le site internet des administrations et des entreprises ;

– nos transactions financières sont tout aussi touchées : retirer de l’argent liquide via des distributeurs nous est certes possible depuis près de 40 ans, mais acheter en ligne des biens et des services, payer nos cotisations à des associations ou effectuer des virements bancaires ou des opérations boursières sont devenus monnaie courante depuis une dizaine d’années ;

– nous ne recevons plus par envoi postal nos factures, nos relevés de comptes ou nos bulletins de paye : ils sont mis à disposition sur leur plateforme par nos fournisseurs et nos employeurs et nous pouvons, si nous le souhaitons, les télécharger ;

– pour nous informer, nous sommes abonnés à une presse de plus en plus numérique, nous consultons le site internet ou la chaîne de diffusion de notre station de radio ou de notre chaîne de télévision préférée, nous achetons des e-books et nous passons des heures entières sur les réseaux sociaux (YouTube, Twitter, LinkedIn).

La crise sanitaire que nous vivons depuis le mois de mars 2020 ne fait qu’accélérer le mouvement : explosion du télétravail et de l’enseignement à distance ; révision des modalités de signature des actes notariés ; possibilité pour les entreprises de tenir leurs assemblées délibératives de manière dématérialisée ; etc.

Et encore, nous ne parlons ici que de ce que nous produisons et recevons délibérément avec les outils numériques, la partie émergée de l’iceberg. Mais il faut aussi regarder sous le niveau de la mer et évoquer la partie immergée, à savoir tout que ce qui est produit ou reçu avec les mêmes outils, mais de manière automatique, paramétrée, spontanée, inconsciente et dont nous avons autorisé la production et la réception en acceptant des conditions générales de vente que nous ne lisons que rarement. Par exemple, la journalisation et la géolocalisation des actions que nous faisons au quotidien (recherches d’informations, lectures, publications, appels téléphoniques, actes d’achats, consommation électrique, etc.).

Pour évoquer toute cette masse d’information produite ou reçue, de manière délibérée ou inconsciente, nous utilisons de plus en plus un mot : « les données » voire « les data » ou même « la data ». Ces données peuvent être ouvertes, à caractère personnel, sensibles… Elles sont considérées comme le cœur de la stratégie de transformation des entreprises et des administrations et constituent leur patrimoine. Nombreux déplorent que ces données soient de qualité hétérogène, non maîtrisables car surabondantes ou non maîtrisées car hébergées à l’étranger.

Ces données sont la matière sur laquelle nous appuyons désormais notre opinion et nos actions. La qualité de notre opinion et de nos actions dépend donc de la qualité de ces données, de l’authenticité de l’information qui parvient à notre regard au moyen des écrans numériques. Comment apprécier la qualité de ces données, la fiabilité de leur agencement, l’authenticité de leur émetteur ?

Plusieurs méthodes existent pour répondre à cette question. Nous en connaissons une : la diplomatique. Bien qu’ancienne, cette discipline n’est pas démunie face aux données dès lors que l’on constate que les données sont des écrits (volontaires) ou des enregistrements (automatiques) qui constituent des traces des activités humaines, avec toujours cette double valeur de preuve et de mémoire.

Démonstration.

Le raisonnement diplomatique

Notre propos est de questionner la fiabilité des données numériques en recourant au raisonnement du diplomatiste dont la première démarche est, selon Georges Tessier, « de s’interroger sur la crédibilité de l’écrit qu’il a sous les yeux et tout d’abord de discerner s’il est bien ce pour quoi il se donne, si la réalité est conforme aux apparences, le document est sincère »1.

Il convient ici de rappeler l’objectif de la diplomatique, indépendamment de la matière qu’elle analyse, avant d’exposer les éléments qui composent le questionnement diplomatique appliqué aux actes médiévaux et applicables aux écrits numériques.

L’objectif de la diplomatique

La diplomatique est d’abord une méthode, c’est-à-dire un ensemble de concepts et un mode opératoire visant un objectif précis, celui de pouvoir affirmer : cet acte écrit que j’ai sous les yeux est authentique ou n’est pas authentique.

Cette méthode a été élaborée au 17e siècle comme réponse à une accusation. En 1675, le jésuite néerlandais Daniel van Papenbroeck publie un ouvrage historique où il met en doute l’authenticité de plusieurs actes des rois mérovingiens conservés à l’abbaye de Saint-Denis près de Paris. Cette affirmation est comme un coup de canon dans le monde savant de l’époque car, si ces actes sont faux, on peut mettre en doute certaines possessions de l’Église, deuxième propriétaire terrien après le roi, notamment les possessions de l’ordre des bénédictins. Outre l’aspect historique, la controverse a donc une connotation religieuse et politique. Colbert, un des principaux ministres de Louis XIV demande à son bibliothécaire, le bénédictin Jean Mabillon, érudit respecté pour son intégrité intellectuelle, d’étudier les actes et de répondre à Papenbroeck.

L’enjeu n’est pas seulement d’affirmer que tel acte est authentique ou faux ; il faut le démontrer ! Or, jusque-là, à plusieurs reprises, des historiens avait émis des doutes sur l’authenticité de certaines chartes et mis en évidence la fausseté de certains actes. L’exemple le plus célèbre est la fausse donation de Constantin qui attribuait de larges possessions territoriales au pape et dont l’humaniste italien Lorenzo Valla avait montré au 15e siècle les incohérences et la fausseté. Cependant, personne ne s’était vraiment consacré à une étude systématique de la forme des documents, au-delà d’une critique de leur énoncé. C’est ce qu’a fait Mabillon.

La méthode, publiée en 1681 sous le titre De re diplomatica, est originale et scientifique, basée sur l’étude d’un corpus (en l’occurrence, Mabillon a rassemblé plus de deux cents chartes ou « diplômes »), la caractérisation de chaque acte par la description systématique de ses composantes formelles et enfin le questionnement critique de chaque document en soi et au sein du corpus, jusqu’à mettre en évidence les preuves d’authenticité ou de fausseté.

La grille d’analyse

C’est donc une véritable « grille d’analyse » de l’authenticité des actes écrits que propose Mabillon, même si cette expression relève d’un vocabulaire beaucoup plus récent.

La première étape de l’analyse porte sur les caractéristiques visuelles de l’acte, dénommés « caractères externes ». Il s’agit des éléments que l’on peut examiner sans lire le document : le support matériel avec ses dimensions et ses éventuels plis, les marges, la couleur de l’encre, l’écriture, la langue, les signes d’identification des personnes tels que les signatures et les sceaux.

La seconde étape porte sur l’agencement du discours et les formules qui caractérisent la présentation des protagonistes et leur titulature, les références, le contexte de création du document, l’expression de la volonté de l’auteur et les conditions de mise en œuvre de cette volonté, l’expression de la date et les formules de validation. Ces éléments constituent ce qu’il est convenu d’appeler les « caractères internes » du document.

On y ajoute toutes les mentions postérieures à l’établissement de l’acte, portées dans la marge ou au dos du document pour tracer l’enregistrement de l’acte, des informations complémentaires ou les étapes de sa conservation.

Dans la structure des actes qui constituent son corpus, Mabillon distingue trois groupes d’informations :

  • le protocole qui comprend principalement la suscription (identification de l’auteur) mais aussi l’invocation (à Dieu), l’adresse (particulière ou collective) et le salut ;
  • le corps du texte, qui se décompose lui-même en plusieurs parties :
    • le préambule, la notification et l’exposé du contexte (circonstances et motifs de l’acte),
    • le dispositif qui constitue le cœur de l’acte, caractérisé le plus souvent par l’expression d’un verbe d’action : je donne, j’accorde, je refuse…
    • les clauses, dont la typologie est variée (clause injonctive, dérogatoire, de consentement, de renonciation, clause pénale, etc.) ;
  • l’eschatocole (pendant du protocole) qui comprend essentiellement l’expression de la date, avec la mention des personnes présentes à l’acte.

Certes, Mabillon a construit la démarche diplomatique à partir d’un matériau constitué d’actes royaux, d’actes officiels, d’actes écrits qui sont l’instrument des actes juridiques qu’ils « documentent ». Mais, comme le fait remarquer Georges Tessier, citant Auguste Dumas2, « un acte écrit peut témoigner d’autre chose que d’un acte juridique. Il peut attester “des faits matériels qui ne comportent aucune disposition de volonté, mais qui sont pourtant susceptibles de conséquences juridiques” ». Il ajoute qu’il considère comme acte écrit « tout “instrument” rédigé en forme de preuve, que la chose à prouver et consignée dans l’écrit ait ou n’ait pas une portée juridique »3.

Cette grille d’analyse, adaptée à l’environnement numérique présente un double avantage. D’une part, elle facilite la critique des écrits numériques qui se présentent à nos yeux, qu’il s’agisse d’un courrier qui nous est envoyé par messagerie électronique, de notre compte bancaire, d’un article dans un journal, d’un billet sur un blog ou d’une vidéo sur YouTube. D’autre part, elle est une clef essentielle pour apprendre à distinguer les objets numériques qui ont du sens au milieu d’un magma de données en mouvement, Aujourd’hui, plus qu’hier sans doute, il est besoin d’apprendre à voir ce que nous avons sous les yeux ou ce qui est engendré, de manière délibérée ou inconsciente, prolongée ou fugace, par la suite de nos actions, d’identifier ce qui fait sens. Cette acuité du regard nous permettra d’être plus efficaces, plus pertinents dans nos analyses.

Défense et illustration de la méthodologie pour un écrit numérique

Nous allons illustrer l’adaptation de la grille d’analyse diplomatique aux écrits numériques en prenant l’exemple suivant.

Nous sommes le 6 mai 2017 et, en France, la campagne présidentielle bat son plein. Le premier tour des élections a eu lieu le dimanche 23 avril et le second tour a lieu le 7 mai. En application du code électoral français, la campagne radiodiffusée et télévisée s’arrête l’avant-veille du scrutin, soit le vendredi 5 mai. Les deux candidats à l’élection, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, n’ont donc plus le droit de s’exprimer officiellement.

La campagne n’en continue pas moins sur les réseaux sociaux, et particulièrement sur Twitter. En cette veille de second tour, le réseau social gazouille au sujet des MacronLeaks, ces courriers électroniques échangés par l’équipe de campagne du candidat Emmanuel Macron et que celle-ci s’est fait pirater. C’est dans ce contexte qu’un compte Twitter au nom de Fabrice Robert diffuse le tweet suivant 

C’est ce tweet que nous allons passer au crible de la grille d’analyse diplomatique héritée de dom Mabillon, en répondant à deux questions :

  • un tweet constitue-t-il un écrit auquel la grille d’analyse puisse s’appliquer ?
  • si c’est le cas, est-il vrai et véhicule-t-il des informations vraies ?

Question 1 : un tweet est-il un écrit auquel on puisse appliquer la grille d’analyse diplomatique ?

Pour Mabillon, un écrit est un texte porteur d’une action formulée dans un dispositif, éventuellement accompagné de clauses la précisant, et émis par un auteur donné à une date donnée. Pour le code civil (art. 1365), « l’écrit consiste en une suite de lettres, de caractères, de chiffres ou de tous autres signes ou symboles dotés d’une signification intelligible, quel que soit leur support ».

Or ce tweet :

  • consiste bien en un ensemble de lettres et de caractères, transcrit sous forme de caractères alphanumériques, et formule bien, dans le cas qui nous occupe, une opinion qui engage l’auteur sous la forme d’un constat, ou d’une affirmation en critiquant un autre tweet émis par un autre compte, celui d’un journal satirique bien connu paraissant le mercredi, le Canard enchaîné ;
  • a bien un auteur qui l’émet, le compte Fabrice Robert (ici @_fabricerobert), à destination de toute personne abonnée à ce compte ou consultant celui-ci sans y être abonné – les personnes elles-mêmes abonnées au service offert par Twitter pouvant, si elles sont connectées, relayer le tweet, ou indiquer qu’elles l’apprécient ;
  • est bien émis à une date précise (ici le 6 mai 2017 à 19 heures14).

Nous pouvons donc estimer que ce tweet constitue un écrit et que nous pouvons lui appliquer la grille d’analyse diplomatique de dom Mabillon.

Question 2 : cet écrit est-il vrai et véhicule-t-il des informations vraies ?

Nous allons tout d’abord examiner les caractères visuels de cet écrit, en nous aidant des informations à notre disposition sur les pratiques de Twitter au moment où l’acte prétend avoir été émis (6 mai 2017) :

  • le support est numérique, comme il est d’usage pour un tweet ;
  • le format du tweet est de type paysage, comme il est d’usage pour un tweet ;
  • la mise en page comprend :
    • en haut et à gauche, l’avatar et le nom du titulaire du compte. Il y a bien ici un avatar et le nom du titulaire du compte ;
    • au centre :
      • le texte du tweet lui-même (92 caractères). Celui-ci était limité à 140 caractères, avant que cette limite ne fût progressivement portée à 280 caractères en septembre 2017 pour certains abonnés privilégiés. Le nombre de caractères est donc conforme ;
      • un second tweet dans le corps du texte, qui apparaît comme une citation que commente le premier tweet ; cette structure d’écrit renvoie à ce qu’on appelle en diplomatique un vidimus, c’est-à-dire un écrit certifiant un autre écrit en raison de l’autorité de son auteur ;
    • en haut, à droite et surtout en-dessous du texte, les boutons ou icônes correspond aux actions possibles ou effectués par les autres utilisateurs de Twitter : le bouton permettant de s’abonner au compte (« Suivre »), le nombre de « retweets », le nombre de « j’aime » et les avatars de quelques comptes ayant « aimé » le tweet ;
    • tout en bas, une date, précédée d’une heure.

Tout ici semble normal et conforme à l’apparence des tweets.

Regardons maintenant les caractères internes de ce tweet, et notamment le tweet « retweeté » qui constitue, au sens de la grille de Dom Mabillon, un élément en appui de son dispositif :

  • le support est numérique, comme il est d’usage pour un tweet ;
  • le format du tweet est de type paysage, comme il est d’usage pour un tweet ;
  • la mise en page comprend :
    • en haut et à gauche, l’avatar et le nom du titulaire du compte. Il y a bien ici un avatar et le nom du titulaire du compte ;
    • au centre, le texte du tweet lui-même (135 caractères), ce qui reste conforme à la limite autorisée par l’application ;
    • en haut, à droite et surtout en-dessous du texte, les boutons ou icônes correspondant aux actions possibles ou effectuées par les autres utilisateurs de Twitter : deux icônes permettant de s’abonner au compte concerné ; une icône en forme de flèche permettant de « retweeter », le nombre de « retweets » précédé d’une icône comprenant 2 flèches et le nombre de « j’aime » précédé d’une icône en forme d’étoile ;
    • tout en bas, une date, précédée d’une heure, exprimée dans un format anglo-saxon.

Et c’est là que le bât blesse. En effet, l’icône en forme d’étoile correspond bien à une icône proposée par Twitter pour permettre à ses utilisateurs de connaître le nombre d’utilisateurs qui ont apprécié le tweet. Mais, depuis novembre 2015, l’icône en forme d’étoile a été abandonnée au profit d’une icône en forme de cœur4. Ce tweet « retweeté » ne présente pas les caractères externes correspondant à un tweet diffusé le 6 mai 2017, mais à un tweet diffusé avant novembre 2015. S’agit-il donc d’un tweet retweeté ou d’un fichier image simulant un tweet ? L’application de la grille d’analyse diplomatique conduit à privilégier la seconde solution.

Le tweet du compte Fabrice Robert est authentique mais, dans la mesure où il relaye une information fausse sous la forme d’un autre écrit qui, lui, n’est pas ce qu’il prétend être, il n’est pas fiable. En diplomatique, on appelle ce type d’écrit un vidimus, c’est-à-dire un écrit certifiant un autre écrit en raison de l’autorité de son auteur. Les commentateurs de l’époque ne s’y étaient d’ailleurs pas trompés5, mais sans mettre des mots sur les choses.

Ces mots sur les choses, c’est ce qu’apporte la grille d’analyse diplomatique de dom Mabillon qui s’avère parfaitement adaptée à l’analyse des écrits sous forme numérique. L’opération pourrait (et d’ailleurs pourra) être appliquée à bien d’autres exemples6.

Merci dom Mabillon !

Développer la recherche sur la diplomatique des écrits numériques

Nos moines érudits du 17e siècle ont fondé leur science et leur méthodologie sur des écrits d’hier, mais l’exemple que nous venons de développer montre que celles-ci sont également applicables aux écrits d’aujourd’hui, notamment les écrits numériques. Cela veut-il dire que nous pouvons nous contenter d’une simple transmission de leur savoir ? Ce n’est pas notre avis.

Entre les écrits médiévaux analysés depuis le 17e siècle et les écrits numériques d’aujourd’hui, il y a tout de même des différences. Les acteurs qui ont contribué à l’élaboration, à l’enregistrement, à la diffusion et à la réutilisation de ces écrits se sont multipliés ; les actions possibles sur tout ou partie de ces actes se sont également diversifiées (le fait d’« aimer » un tweet, par exemple). Quant au vocabulaire utilisé pour décrire les éléments des actes et leurs différentes étapes et phases d’élaboration et de diffusion, s’il a encore son utilité, il gagnerait à être complété pour prendre en compte les nouveautés identifiées, mais aussi à être vulgarisé, pour faciliter son utilisation par d’autres acteurs que les seuls experts en diplomatique (qui, à part eux, est capable de comprendre ce qu’est un eschatocole ?).

Nous souhaitons progressivement procéder à cette actualisation et à cet enrichissement du vocabulaire et avons d’ores et déjà prévu de développer certains points (acteurs, dates, etc.) dans de prochains billets.

Mais pour enrichir nos travaux, nos réflexions et nos analyses, nous avons besoin de vous !

Il y a, de notre point de vue, deux moyens de contribuer.

Le premier consiste à nous aider à constituer un corpus d’écrits numériques représentatifs de la production d’aujourd’hui. Chaque jour, vous produisez, recevez, consultez, lisez, publiez et réutilisez des écrits numériques, qu’ils soient vrais ou faux d’ailleurs. Nous ne doutons pas que vous avez déjà identifié des cas intéressants à étudier. Transmettez-nous ceux qui vous semblent dignes d’intérêt, en nous signalant, naturellement, comment, à quelle date et pourquoi vous les avez récupérés et en quoi ils vous semblent dignes d’intérêt. Seul un corpus riche nous permettra de comparer, décortiquer, nommer, catégoriser et, in fine, actualiser la grille d’analyse offerte par la diplomatique.

Le second consiste à contribuer à nos réflexions et à nos analyses. Si notre projet vous intéresse, contactez-nous.

Bref, venez nous aider à prolonger le travail initié par dom Mabillon et ses successeurs et à rédiger le manuel qui aidera ceux qui ont besoin d’identifier les écrits à archiver aujourd’hui et à lutter contre la désinformation !

Marie-Anne Chabin et Édouard Vasseur

Pour en savoir plus :

Sur la diplomatique, dom Mabillon et sa grille d’analyse, voir Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke, Benoît-Michel Tock, Diplomatique médiévale. Turnhout, Brépols, 2006, 486 p.

Sur la diplomatique des écrits numériques, voir Marie-Anne Chabin. « Peut-on parler de diplomatique numérique ? », préprint sur le blog de l’autrice, août 2011 ; version définitive in Valentine Frey et Matteo Treleani [dir.], Vers un nouvel archiviste numérique, Paris, L’Harmattan, 2013

  1. Georges Tessier, « La diplomatique », L’histoire et ses méthodes, Encyclopédie de la Pléiade, Gallimard, 1961, p. 670-671 []
  2. Professeur d’histoire du droit (1881-1968). Voir sa nécrologie par Paul Ourliac dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 126-2, 1968, p. 562-564 []
  3. Georges Tessier, ibidem, p. 665 []
  4. Des « cœurs » sur Twitter, blog officiel de Twitter, 3 novembre 2015 []
  5. Des internautes proches de l’extrême droite font circuler un faux tweet du «Canard enchaîné », site de 20 Minutes, 7 mai 2017 []
  6. Marie-Anne Chabin, Analyse d’un faux (arnaque au RGPD par fax), blog Arcateg, 27 juin 2018 []

Frank J. Boles « Il y a un temps pour tout » – 2

Seconde partie de la traduction par Archivalise(s) de l’article de Frank Boles paru dans The American Archivist en 2019

Les sources archivistiques peuvent aussi nous aider à comprendre la Prohibition, exemple d’exigence morale largement partagée dans le passé et généralement rejetée aujourd’hui.

L’abus d’alcool est aux États-Unis un problème historique et contemporain1. Pendant la majeure partie du 19e et au début du 20e siècle, les campagnes d’interdiction du rhum « satanique » comportaient des appels et à la morale et à la justice. Dans les années 1840, la plupart des Églises protestantes, notamment les Méthodistes, entreprirent une croisade morale pour que boire devînt illégal. Une des nombreuses chansons du mouvement résume bien le lien entre morale chrétienne et tempérance :

« 1. Maintenant, l’armée de la Tempérance est en marche, / Revêtue de l’armure des chrétiens. / Aimons notre devise, capitaine chrétien, / Prohibition est notre chant.

REFRAIN Oui, l’armée de la Tempérance est en marche / Et elle marchera pour toujours, / Et notre triomphe retentira / Tout autour du monde, de rive en rive. / Marchons, marchons encore / Et notre triomphe retentira / Tout autour du monde, de rive en rive.

 

2. Maintenant, l’armée de la Tempérance est en marche. / Fermes et stables dans notre marche, / Voyez, les mères nous conduisent, / Marchant fièrement en tête.

 

3. Maintenant, l’armée de la Tempérance est en marche, / Épouses et sœurs formant une foule / Criant “Prohibition totale” / Tandis que nous marchons bravement2. »

De nombreux chrétiens fêtèrent, la nuit du 16 janvier 1920, l’entrée en vigueur du 18e amendement prohibant la production et la vente d’alcool aux États-Unis.

L’évangéliste Billy Sunday, connu dans tout le pays, y vit la victoire d’une croisade morale : « Le règne des pleurs est terminé. Les taudis ne seront bientôt plus qu’un souvenir. Nous transformerons nos pénitenciers en usines et nos prisons en magasins et en silos. Les hommes désormais marcheront droit ; les femmes souriront et les enfants riront. Pour toujours, il sera écrit “à louer” à la porte de l’Enfer »3.

Que la Prohibition pût être abolie, que le sens moral qui avait conduit à l’interdiction légale de la vente d’alcool pût évoluer était impensable. Le sénateur américain Morris Sheppard, promoteur de l’amendement, assura avec confiance : « Il y a autant de chance que le 18e amendement soit aboli qu’il y a de chance pour un colibri de voler jusqu’à la planète Mars avec le Washington Monument attaché à la queue »4. La décision morale avait été prise publiquement. Exit le démon de la boisson.

Valise à double-fond du temps de la Prohibition servant à transporter clandestinement des flasques d’alcool (The Mob Museum, Las Vegas)

Mais le 5 décembre 1933 un colibri arriva sur Mars (vu que le Washington Monument était toujours visible dans la capitale nationale, il n’était apparemment pas attaché à la queue de l’oiseau), et Satan décrocha le panneau « À louer » que Billy Sunday avait installé à la porte de l’Enfer. Ce jour-là, le 18e amendement fut aboli. L’écrasant consensus moral faisant de la Prohibition une nécessité s’était effondré. En treize ans une demande de justice sociale soutenue par trois quarts de siècle de plaidoyers et coalisant la volonté politique de modifier la constitution des États-Unis était réduite à néant.

Illustration étonnante d’un révisionnisme historique, la Prohibition, d’abord présentée comme la geste d’une légion de chrétiens en armures marchant vers une société plus juste et plus morale était passée au statut de signal d’alarme national contre les effets pervers et l’intervention intempestive du gouvernement.

Si l’abolition de l’esclavage témoigne d’un consensus de longue date sur l’immoralité d’une institution et si la Prohibition montre qu’un mouvement en faveur de la justice sociale peut aussi bien gagner que perdre ses soutiens, l’avortement nous permet de voir à quel point la compréhension de la justice sociale peut être difficile à l’époque contemporaine.

L’avortement est l’un des sujets les plus âprement discutés dans la politique américaine contemporaine. Il soulève de profondes questions morales concernant les droits individuels et ce qui constitue la vie humaine. C’est une question qui conduit des personnes apparemment raisonnables à des positions morales violemment opposées. Ceux qui en doutent devraient lire les propos d’Adam Gopnik, qui qualifie l’avortement d’« une des plus grandes victoires morales de l’histoire de l’humanité – la pleine émancipation des femmes » et les comparer à ceux de Frank Pavone, qui trouve dans la Bible des preuves répétées que l’identité d’une personne reste la même, in utero ou après la naissance, et conclut donc que l’avortement est immoral5.

Mon but en abordant le sujet de l’avortement n’est pas de plaider cette cause, mais d’éclairer la question de décider de ce qui est juste en un temps de profond désaccord public. Certains hocheront solennellement la tête en entendant Gopnik et voudront éduquer des gens comme Pavone dont l’opinion, selon eux, s’enracine dans de vieux préjugés. D’autres seront d’accord avec Pavone et prieront pour que les individus comme Gopnik en viennent à comprendre que l’avortement est un péché. Les personnes profondément engagées d’un côté ou de l’autre ne seront probablement pas d’accord, mais la conclusion d’un observateur impartial est que la résolution finale de la question, ce qui sera retenu comme une justice constitutive, est aujourd’hui incertaine.

Le débat sur l’esclavage montre aux archivistes que le temps est un allié et qu’il permet à la société de s’emparer de questions morales qui touchent à la justice. Le débat sur la Prohibition montre que non seulement le consensus sur la justice sociale peut changer, mais que ce changement peut être rapide. Ce qui est jugé aujourd’hui peut être déjugé demain. Le débat contemporain sur l’avortement montre le flou d’opinions contradictoires qui brouille la prise en temps réel de décisions basées sur la morale. Tous ces exemples permettent d’aller plus loin et de dire que la façon dont la morale construit le consensus public en matière de justice est complexe, dynamique et malléable. Morale et justice sociale ne sont ni tout à fait noires ni tout à fait blanches6.

On doit donc se demander comment les archivistes agissant en temps réel vont décider de ce qui constitue la justice sociale. On a déjà évoqué le fait que, pour Verne Harris, cette question est problématique7. Cependant, même si Harris a éludé le sujet de manière significative et que Jimerson a récusé la question comme indigne d’un archiviste, il n’en reste pas moins que si les archivistes font de la justice sociale une valeur professionnelle fondamentale, ils doivent expliquer comment cela peut fonctionner en pratique. Que faire lorsqu’il n’y a pas de consensus public, comme dans le cas de l’avortement, ou lorsque le consensus change soudainement, comme dans le cas de la Prohibition ?

Toute évaluation8 doit être fondée sur des hypothèses, qu’elles soient morales, scientifiques ou même esthétiques, et, consciemment ou non, tous les archivistes vont formuler des hypothèses lors de l’évaluation. Le plus problématique dans les arguments en faveur de la justice sociale n’est pas que les convictions morales puissent changer ou que tel ou tel archiviste pensera connaître les réponses – hypothèse qui doit également être examinée – mais que les membres de la profession veuillent atteindre un consensus sur ce qu’est la justice sociale et que la communauté archivistique se fasse l’avocate d’un ensemble de croyances morales plutôt que d’un autre.

Des archivistes s’y sont essayés. Tout archiviste de la République démocratique allemande pouvait apprendre les principes pour la détermination des valeurs de Gerhard Enders, d’inspiration socialiste : « Le matérialisme dialectique et historique est le fondement scientifique de la formulation et de l’application des principes unifiés de détermination de la valeur. Parce qu’il a fourni une méthode d’identification des lois inhérentes qui déterminent le développement de la société, il offre également des normes scientifiques pour juger de la valeur des documents provenant de l’activité de l’État, du secteur économique et de la société »9 . Un archiviste est-allemand n’a qu’à lire Marx pour comprendre la morale dans le monde et être « pour ou contre le système d’oppression ». Faute d’un tel dogme politique général aux États-Unis, on peut, en s’efforçant de définir ce sujet particulier qu’est la justice sociale, imaginer une réunion professionnelle du congrès annuel de la SAA où des personnes engagées contre « le système d’oppression » présenteraient une résolution définissant l’oppression et demandant aux archivistes de la combattre. Cela est tout à fait possible, et clairement problématique.

On pourrait, bien sûr, éviter cette situation redoutable en disant que les archivistes n’ont pas nécessairement besoin d’aboutir à un consensus sur ce qui est moral ou socialement juste. Les documents conservés dans une institution archivistique pourraient être déterminés par la morale personnelle de l’archiviste et sa compréhension de ce qu’est la justice sociale. Mais lier la constitution des archives à ce que considère comme moral l’archiviste qui les constitue violerait les règles professionnelles existantes10. Les démarches personnelles, quelles que soient leur origine et leurs intentions, n’ont aucune légitimité professionnelle.

Il n’existe pas de méthode permettant de dire avec certitude si ce qu’un ou une archiviste tient sincèrement pour vrai, est réellement moral ou juste. Il se trouvera quelques archivistes pour dire qu’ils sont « certains » que le temps ratifiera leur opinion et qu’ils sont à même de faire les bons choix d’évaluation dans le cadre de leur démarche de justice sociale. Je respecte la hardiesse de ces individus, mais je rejette l’applicabilité professionnelle de ce qui reste pour moi une croyance ou une intuition. En pratique, cela ne diffère pas beaucoup de l’argument des archivistes allemands du 19e siècle, abandonné depuis longtemps, le Fingerspitzengefühl, un sens intuitif de ce qu’il fallait conserver11.

Compter sur une version 21e siècle du Fingerspitzengefühl pour résoudre les questions de morale et de justice me préoccupe surtout en raison de l’insularité croissante et peut-être sans précédent de notre discours national et de sa tendance à attaquer et souvent diaboliser ceux avec qui nous ne sommes pas d’accord. Les sarcasmes de Donald Trump visant à diaboliser les Démocrates sont hélas courants. Lors des élections de mi-mandat de 2018, les discours de Trump décrivaient un univers effrayant rempli de Démocrates « enragés » qui « sont devenus trop extrêmes […] Et ils sont devenus, franchement, trop dangereux pour gouverner. Ils sont devenus tarés » ; et pas seulement tarés, « ils veulent tout détruire ». Ils sont « le parti du crime ». Si cette caractérisation ne peut être taxée de vision rationnelle et nuancée des Démocrates ou des personnes qui votent démocrate, il faut se rappeler que les Démocrates recourent également à une rhétorique simpliste et apocalyptique. Hillary Clinton s’y est notoirement livrée lorsqu’elle a déclaré qu’il y avait deux types de partisans de Trump : les « déplorables », composés de bigots de tous poils, et les « désespérés du changement », qui n’avaient apparemment pas la perspicacité nécessaire pour voir clair dans le sophisme de Trump. Être « extrêmement généraliste » et déclarer que tous les électeurs qui choisissent votre adversaire sont soit déplorables, soit idiots n’est pas très différent de déclarer, en utilisant une palette tout aussi grossière et injuste, que tous vos adversaires sont fous ou criminels12.

Malheureusement, on retrouve la même attitude envers ceux avec qui on n’est pas d’accord dans la littérature archivistique. Mario H. Ramirez en offre un exemple quand il écrit : « Ce manque d’engagement sur les questions de diversité, et plus particulièrement de diversité raciale, démontre une incapacité à considérer ce qui est problématique pour 89 % des archivistes qui sont blancs. Si le blanc est normatif, si ses bénéficiaires privilégiés ne voient pas de quelle façon ils sont complices et en position de grand avantage (ce qui accroît d’autant leurs perspectives professionnelles), alors comment peut-on faire face honnêtement à la question d’une diversité croissante de changer le système qui, justement, la supprime ? »13.

« Si ses bénéficiaires privilégiés [blancs] ne voient pas de quelle façon ils sont complices » est une déclaration basée sur des stéréotypes. Sans jamais préciser combien de ces archivistes blancs ignorent leur privilège, s’il existe, Ramirez suggère que certains d’entre eux, ou peut-être beaucoup, ou peut-être la plupart, le sont. Ramirez poursuit en s’interrogeant sur les motivations des archivistes blancs pour identifier ceux qu’il perçoit comme les principaux méchants de la profession. « Être blanc et mâle… sont les critères pour maintenir un petit groupe fortement privilégié au sommet de la pyramide archivistique »14. À l’appui de cette observation, Ramirez mentionne les écrits de Mark Greene et conclut : « L’article de Greene 15 met en évidence une certaine résistance à l’autoréflexivité au sein de la communauté archivistique et, de plus, est emblématique d’une incapacité à réfléchir de manière critique sur la race, la couleur de peau et le positionnement socioculturel »16.

Je suis moins gêné par l’opinion de Ramirez sur Greene, car elle situe le problème supposé dans les écrits d’une personne en particulier et offre ainsi l’occasion de discuter l’opinion de Ramirez sur le fond, que par la description de Greene comme homme de paille au service d’un « petit » groupe d’hommes blancs « au sommet de la pyramide archivistique ». Cette formulation de Ramirez attaque, de nouveau, un groupe sur la base de caractéristiques démographiques. Combien y a-t-il d’hommes blancs dans ce « petit » groupe ? Une douzaine, ou deux douzaines, ou peut-être une centaine ? Peut-être qu’un petit nombre d’hommes blancs en haut de la pyramide archivistique est l’exception à cette caractérisation ? Ou peut-être que le « sommet de la pyramide archivistique » devrait être défini plus largement pour désigner la plupart des hommes blancs.

De telles affirmations non sourcées qui se traduisent par des allégations, plus ou moins subtiles, fondées sur des caractéristiques démographiques portant sur la masculinité blanche sont intellectuellement intenables. Comme le note Ibram X. Kendi, « généraliser le comportement des individus blancs racistes à tous les Blancs est aussi dangereux que de généraliser les fautes individuelles des personnes de couleur à des races entières… Nous voyons et nous nous rappelons souvent la race et non l’individu. Faire entrer de force nos expériences avec les gens dans des cases raciales définies par la couleur, c’est de la catégorisation raciste ». Si nous cessions tous de parler en confondant le comportement individuel avec les caractéristiques du groupe, notre discours professionnel et national en tirerait profit.

Avant de conclure, il est important de poser une dernière question : comment les archivistes en sont-ils venus à croire qu’ils ont le pouvoir de créer un miroir de la société et/ou d’apporter un soutien critique à la cause de la justice ? À première vue, cela semble très exagéré pour une profession qui a souvent le réflexe de déplorer son manque d’influence et de ressources. Si les archivistes se proclament régulièrement à la poursuite d’un noble objectif, ils ajoutent en général qu’ils sont le plus souvent méprisés et ignorés17.

Si les archivistes pensent pouvoir atteindre ces deux objectifs, c’est principalement parce que l’idée de pouvoir des archives est de moins en moins nuancée. Les archives détiennent certes un pouvoir et le manifestent de manière à la fois évidente et subtile. C’est important de le souligner quand le pouvoir archivistique soigneusement construit est une explication sensée du rôle des archives et des archivistes dans la société. Le problème est que les archivistes, même engagés dans une explication prudente de l’idée, finissent souvent par définir le contexte du pouvoir archivistique en des termes ambitieux qui surévaluent le concept.

Prenons, par exemple, le discours de Rand Jimerson, président de la SAA, en 2005, intitulé « Assumer le pouvoir des archives »18. On trouverait difficilement un meilleur document pour donner un bref aperçu de cette idée. Mais, comme la plupart des présidents de la SAA (et un bon nombre d’auteurs sur les archives), Jimerson a sorti le grand jeu pour la conclusion – les généralisations dont on espère que les gens se souviendront quand ils auront oublié les détails et les nuances de la présentation19 : « considérant le symbolisme et la substance des archives et de la mission archivistique, assumons le pouvoir des archives. Acceptons l’obligation solennelle d’utiliser la Force pour le Bien et non pour le Mal. Faisons en sorte que les archives protègent l’intérêt public plutôt que les privilèges des puissantes élites de la société »20. Il conclut son discours en disant : « C’est cela, être une profession. Nous devons servir tous les secteurs de la société. Notre objectif doit être de garantir des archives du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple. En assumant le pouvoir des archives, nous pouvons remplir notre rôle dans la société »21.

Voilà une enivrante perspective. Il y a là une justification intellectuelle et un soutien total aux idées archivistiques sur la justice sociale, une incitation à se préoccuper des petits, des sans-grades, à leur faire place dans les archives et, implicitement, à créer le miroir de la société préconisé par Ham. Mais c’est aussi le genre de rhétorique qui, sortie de son contexte original et sans référence à d’autres éléments d’information pertinents, surestime le pouvoir des archives et les droits qui en découlent.

Un article de Christine Anne George illustre jusqu’où peut aller une telle exagération, quand elle affirme qu’« il est impératif que les archivistes défendent un privilège archivistique »22. Comme l’explique George, le « privilège », au sens juridique du terme, « consiste à reconnaître que certaines préoccupations sociales sont plus importantes que le processus juridique ». Lorsqu’une communication est couverte par un privilège, le juge ne peut pas obliger une partie à partager des informations apprises de l’autre. À titre d’exemples de privilèges juridiques couramment admis dans les tribunaux américains, citons  les échanges entre les avocats et leurs clients, entre conjoints, entre les thérapeutes ou les médecins et leurs patients et entre les prêtres et leurs pénitents23.

George plaide pour l’ajout d’un privilège archivistique à cette liste de privilèges juridiques existants. Le privilège archivistique protégerait des yeux inquisiteurs du gouvernement et de tierces parties les fonds privés donnés aux services d’archives dont l’acte de don interdirait l’accès. L’idée n’est pas nouvelle. En 1986, un tribunal fédéral, examinant cette revendication dans l’affaire opposant Wilkinson au FBI, a rejeté l’application de l’idée dans le cas considéré24.

Pour George, le fait même que la loi ne retienne pas aujourd’hui cette possibilité conduit à plaider pour un nouveau privilège au sein de la loi. « En tant que gardiens des archives, les archivistes doivent impérativement revendiquer un privilège archivistique, sujet qui devient récurrent. Tant que la communauté archivistique ne comprendra pas l’importance du privilège archivistique et ne travaillera pas à son adoption, les collections seront en danger. Au vu de l’importance des enjeux, les archivistes ont le devoir d’être proactifs en matière de privilège archivistique »25.

La position de George découle logiquement d’une lecture assez large du concept de pouvoir archivistique, teintée d’une référence éthique renvoyant à la justice sociale. Ce sont les archives « du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple »26 qui remplissent « notre propre rôle dans la société »27. C’est aussi une extrapolation imprudente des droits des archivistes du fait de l’attitude des donateurs d’archives privées.

Pour mesurer combien cela est imprudent, regardons de plus près l’affaire que George voudrait mettre à l’abri des regards inquisiteurs des enquêteurs du gouvernement. L’enquête porte sur la mort de Jean McConville en Irlande du Nord. McConville, veuve et mère de dix enfants, a « disparu » en 1972 pendant le conflit nord-irlandais. L’idée s’était répandue qu’elle avait été assassinée par des membres de l’IRA qui la soupçonnaient d’être un informateur de l’armée britannique. Le problème soulevé était l’accès à des témoignages oraux (non publics) conservés au Boston College aux États-Unis, qui, pour les autorités britanniques, étaient susceptibles de fournir des preuves sur les assassins de Jean McConville. Les autorités britanniques avaient demandé l’accès à ces documents et requis du gouvernement des États-Unis leur production en justice en Grande-Bretagne en vertu d’un traité d’assistance mutuelle entre le Royaume-Uni et les États-Unis.

Comme George le concède elle-même, « le Belfast Project28 n’est peut-être pas l’instrument idéal pour défendre le privilège archivistique ». La raison invoquée par George est que « non seulement la situation politique est difficile, mais il y a aussi le problème d’un traité international »29. Manifestement, tout ce qui concerne le conflit nord-irlandais est chargé politiquement. Et l’existence d’un traité international complique la situation juridique. Mais que dire de l’idée que le « privilège d’archives » devrait être utilisé par les archivistes « éthiques » pour soustraire des informations à une enquête sur le meurtre d’une veuve mère de dix enfants ? Comme l’a écrit le juge dans l’affaire Wilkinson en 1986,  « la protection recherchée ici se résumerait finalement à dire que le simple fait de confier des documents à un “service d’archives” les protégerait contre le processus judiciaire, y compris la communication préalable. Braden [la demanderesse] ne prétend pas que les documents recherchés seraient “privilégiés” si elle les avait conservés par devers elle. L’arrêt ne fait que confirmer que les documents sont aussi accessibles après leur dépôt dans des archives que s’ils avaient été conservés par le donateur »30.

À l’opposé de l’arrêt Wilkinson, l’affirmation d’un privilège archivistique suppose un monde où un archiviste peut occulter des preuves si un meurtrier est assez intelligent pour donner ses documents compromettants à un service d’archives en en interdisant l’accès. Cette proposition devrait amener la communauté archivistique à réfléchir à la fois sur la déontologie professionnelle et sur le concept de pouvoir archivistique. La mission archivistique est-elle importante au point que la société puisse donner aux archivistes le pouvoir légal de mettre les preuves de meurtres et autres présumés crimes hors de portée de la justice demandée immédiatement par la société ?

J’imagine que certains archivistes répondront par l’affirmative à cette question, sans hésiter, et écarteront mon argument au motif que tout principe juridique peut avoir des résultats imprévus et parfois indésirables. J’espère que la grande majorité de la communauté archivistique y verra plutôt un excès, une revendication à la fois extraordinaire et injustifiable. Les meurtriers et autres criminels ne devraient pas pouvoir cacher les preuves de leurs crimes sur les conseils d’un avocat intelligent et d’un archiviste complice, ou peut-être naïf, qui aurait validé l’acte de don. Il s’agit, à mon avis, d’une vision exagérée et inappropriée du pouvoir des archivistes et de la raison d’être des archives.

S’agissant du pouvoir des archives, les archivistes et la littérature archivistique devraient adopter une vision beaucoup plus modérée. Après avoir découvert ce qu’un sceptique pourrait appeler un marché de niche incluant le pouvoir des archives, les archivistes devraient prendre conscience des limites de ce marché. En pratique, le pouvoir des archives se limite à des situations très étroitement définies. Le pouvoir de notre profession est en grande partie intellectuel, parfois juridique, et, en de très rares occasions, digne de faire la une des journaux. De même, une reconnaissance professionnelle du caractère limité de nos capacités devrait inspirer les objectifs archivistiques d’évaluation et de documentation. Les archivistes ne peuvent pas créer un miroir sociétal ; ils ne peuvent même pas définir à quoi ce miroir pourrait ressembler. Les archivistes ne sont pas des acteurs majeurs dans le domaine de la justice sociale, même si les documents d’archives jouent parfois un rôle important dans les affaires de justice sociale.

La meilleure façon de concevoir le pouvoir des archives est peut-être de partir de cette observation ironique de Leonard Wibberley : « Malgré la supériorité de la plume sur l’épée, l’épée parle toujours plus haut et plus fort »31. De même, alors que le pouvoir des archives permet aux sociétés de reconsidérer leurs croyances fondamentales à travers les documents que les archivistes conservent et rendent accessibles, le plus souvent, les archives s’avèrent un instrument de justice peu maniable et hypothétique32.

Pour reprendre les mots de Christopher Hurley, je crois que les archivistes peuvent et doivent documenter les atrocités commises par les institutions qui les emploient33. Je laisse à d’autres le soin de déterminer si ces archivistes sont alors complices du crime ou agissent dans l’espoir secret qu’un jour ces documents serviront à traduire les criminels en justice. La réalité de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale ou celle du Cambodge entre 1975 et 1979 montre les limites de la justice sociale et du pouvoir des archives, au sens large34. Les archivistes qui sauvegardent et inventorient des documents dans le cadre de leur travail peuvent être considérés comme de simples Uriah Heep35, voire des Uriah Heep au service de Satan, mais alors ces Uriah Heep s’avèrent étonnamment dépourvus d’obséquiosité et d’une rare habileté à voir plus loin que le présent et à préparer la voie à quelque chose d’autre, parfois meilleur.

Une vision nuancée du pouvoir des archives et une approche raisonnée de ce qu’il rend possible amènent notamment à conclure que :

1. Les missions de la plupart des institutions archivistiques vont centrer les archivistes sur les priorités institutionnelles. Un archiviste qui s’est contenté de remplir correctement sa mission institutionnelle n’a pas failli professionnellement. Au contraire, il ou elle aura contribué à diversifier les archives et à éviter que toute la documentation sociétale cède au piège d’une direction unique, prépondérante mais peut-être inconsidérée. La diversité des missions garantit des parcours documentaires différents36.

2. Plus particulièrement, un archiviste ne manque ni au professionnalisme ni à l’éthique si le mandat archivistique qu’il met en œuvre ne se prête pas à combler des lacunes documentaires spécifiques, à tracer la vie d’individus marginalisés ou à répondre à un appel à la justice sociale. Les archivistes agissent en tant que gardiens des objectifs de leur institution. Les archivistes ne sont pas des acteurs de l’information indépendants qui suivent leur muse ou leur moralité personnelle.

3. Surtout, la justice sociale n’est pas une valeur archivistique essentielle. De nombreuses organisations travaillent pour la justice. Quiconque pense avoir pour mission de promouvoir la justice devrait s’impliquer dans une organisation correspondant à cette vocation plutôt que d’essayer de faire des archives l’instrument de sa passion personnelle.

Le monde est rempli de saints et de pécheurs, mais la définition de la sainteté ou du péché varie selon le lieu et l’époque. La diversité des institutions archivistiques est la meilleure garantie que saints et pécheurs seront les uns et les autres représentés dans les archives. Peu importe qui est désigné comme tel par les historiens de l’époque ou les influenceurs moraux du moment. De même, peu importe qui est un saint ou un pécheur pour l’archiviste qui collecte et conserve les documents. L’Ecclésiaste dit « il y a un temps pour tout et un moment pour toute chose sous le ciel »37. Documenter ces moments dans toutes leurs différences et au mieux de nos compétences professionnelles, tout en répondant aux priorités institutionnelles, est l’accomplissement le plus complet de l’archiviste.

  1. En 2010, l’abus d’alcool aurait, selon les estimations de l’administration de la santé, tué 88 000 personnes aux États-Unis et coûté à l’économie environ 250 milliards de dollars. Plus convaincant encore est l’article publié dans The Lancet par Robert Burton et Nick Sharon le 23 août 2018, qui dit tout bonnement  « La directive du médecin-chef du Royaume-Uni établissant “qu’aucune consommation d’alcool n’est sans danger” suscite ici un fort consensus ». []
  2. J.M. Kieffer, The Temperance Army, Cleveland, 1874, site de la Bibliothèque du Congrès []
  3. John Kobler, Ardent Spirits: The Rise and Fall of Prohibition (New York: G. P. Putnam, 1973), p. 12 []
  4. Charles Merz, The Dry Decade. Seattle (Washington: University of Washington Press, 1969), p. ix []
  5. Adam Gopnik, « Arguing Abortion » , The New Yorker, 28 novembre 2014. Frank Pavone, « The Bible’s Teaching Against Abortion », site Priests For Life, 8 avril 2009 []
  6. S’agissant de justice, il faut noter que d’un point de vue philosophique, la notion de justice renvoie finalement aux valeurs morales communément admises. Comme la discussion de la justice sociale s’inspire fortement de considérations philosophiques, c’est un point de discussion essentiel pour les archivistes qui militent pour la justice sociale : le « droit » est relatif, et non absolu. Voir HPP (Hennie) Lötter, Injustice, Violence, and Peace : The Case of South Africa (Amsterdam: Rodopi, 1997), p. 16 []
  7. Verne Harris, Archives and Justice: A South African Perspective (Chicago: Society of American Archivists, 2006)  []
  8. NdT il s’agit ici de l’évaluation archivistique, i.e. celle qu’opère l’archiviste afin de sélectionner ce qui doit être conservé []
  9. Gerhard Enders, Archivverwaltungslehre [NdT Principes d’administration des archives], cité et traduit [en anglais] dans Hans Booms et alii, « Society and the Formation of a Documentary Heritage: Issues in the Appraisal of Archival Sources », Archivaria, 24 (1987), p. 96 []
  10. Il ressort de la déclaration des valeurs fondamentales et du code d’éthique de la SAA ce sentiment que les archivistes ne sont pas des acteurs indépendants. Particulièrement significatif est ce passage du code : « Les archivistes ne doivent pas tirer indûment profit d’un accès privilégié et du contrôle des archives et des sources documentaires. Ils font leur travail, conscients de devoir assurer la bonne conservation des documents qui leur sont confiés. Les archivistes doivent faire preuve d’intégrité professionnelle et éviter les conflits d’intérêts. Ils s’efforcent d’équilibrer les intérêts parfois contradictoires des différentes parties prenantes ». À noter qu’une institution archivistique peut décider d’adopter une position morale dans son programme. Un centre d’archives peut aussi bien collecter des sources sur le mouvement pro que sur le mouvement anti-avortement []
  11. Booms, « Society … », p. 85 []
  12. Pour un bref aperçu de la rhétorique de la campagne 2018 du président Trump, voir John T. Bennett, « Trump’s Stump Speeches Describe Democrat-Run Hellscape », site Roll Call, 11 octobre 2018. Les commentaires « déplorables » d’Hillary Clinton du 9 septembre 2016, souvent cités, peuvent être consultés sur Politifact []
  13. Mario H. Ramirez, « Being Assumed Not to Be: A Critique of Whiteness as an Archival Imperative », American Archivist, 78, n° 2 (2015), p. 350 []
  14. Ramirez, « Being Assumed … », p. 351 []
  15. Mark A. Greene, « A Critique of Social Justice as an Archival Imperative: What Is It We’re Doing That’s All That Important ? », American Archivist, 76, n° 2 (2013), p. 302-334 []
  16. Ramirez, « Being Assumed … », p. 339. Clairement, je pense que l’argument de Ramirez selon lequel Greene manque de réflexion critique sur ces questions est faux et formulé de façon extrêmement mesquine. J’invite à lire Greene sur le sujet avec attention et réflexion et je crois qu’on aboutira ainsi à se convaincre de la justesse de mon analyse. Même si, d’ailleurs, on peut être d’accord avec Ramirez à propos de Greene, je veux ici souligner qu’il est dangereux de fonder une argumentation sur des catégorisations démographiques peu précises et contester l’usage polémique de sous-entendus visant les membres d’une même catégorie démographique []
  17. Andrea Hinding, « Of Archivists and Other Termites », American Archivist, 56, n° 1 (1993), p. 55. David B. Gracy II,« Archives and Society: The First Archival Revolution », American Archivist, 47, n° 1 (1984), p. 7-8 []
  18. Randall Jimerson, « Embracing the Power of Archives », American Archivist, 69, n° 1 (2006), p. 19-32 []
  19. Je plaide coupable du même délit et je parie que la plupart des anciens présidents de la SAA, s’ils sont honnêtes avec eux-mêmes, feront de même []
  20. Jimerson, « Embracing … », p. 32 []
  21. Jimerson, ibidem []
  22. Christine George, « Archives Beyond the Pale: Negotiating Legal and Ethical Entanglements after the Belfast Project », American Archivist, 76, n° 1 (2013), p. 60 []
  23. George, « Archives Beyond … », p. 54 []
  24. George, « Archives Beyond … », p. 58-59. Pour un tableau plus approfondi de l’affaire de 1986, voir Harold L. Miller, « Will Access Restrictions Hold Up in Court ? The FBI’s Attempt to Use the Braden Papers at the State Historical Society of Wisconsin », American Archivist, 52, n° 2 (1989), p. 180-190 []
  25. George, « Archives Beyond … », p. 60-61 []
  26. Jimerson, « Embracing … », p. 28, qui cite Eric Ketelaar, Archival Image (Hilversum: Verloren, 1997), p.19 []
  27. Jimerson, « Embracing … », p. 32 []
  28. NdT le Belfast Project est un ensemble de témoignages oraux de paramilitaires d’Irlande du Nord recueillis de 2001 à 2006 et conservés à la Burns Library du Boston College []
  29. George, « Archives Beyond … », p. 61 []
  30. Wilkinson c/ FBI, 111 FRD 432 (1986), 443 []
  31. Leonard Wibberley, The Mouse that Roared (Boston: Little, Brown and Company, 1954), p. 5. Cette citation peut être attribuée à plusieurs sources. Edward Bulwer-Lytton prête des propos assez proches au cardinal de Richelieu dans une pièce de 1839. D’autres disent en avoir trouvé d’autres occurrences bien antérieurement. Les personnes intéressées par le sujet peuvent consulter Alison Gee, « Who First Said ‘The pen is mightier than the sword’ », BBC News, 9 janvier 2015 []
  32. Pour revenir à l’exemple des Khmers rouges au Cambodge, les atrocités du régime de Pol Pot ont été commises entre 1975 et 1979. Les dirigeants Khmers rouges ont été condamnés pour la première fois pour génocide en 2018. Les preuves extraites des archives ont sans doute permis d’établir les responsabilités de ces dirigeants, mais la cause de la justice sociale n’était pas si sûre, et en tout cas guère évidente (« Khmer Rouge Leaders Found Guilty of Cambodia Genocide », BBC News, 16 novembre 2018)  []
  33. Chris Hurley, « The Evolving Role of Government Archives in Democratic Societies », communication présentée à la conférence annuelle de l’Association des Archivistes canadiens, Winnipeg, 9 juin 2001 []
  34. Pour le dire clairement : les archivistes peuvent devenir des martyrs en combattant des injustices telles qu’un génocide, mais souffrir le martyre pour défendre la morale ne fait pas partie des exigences professionnelles de base. Eric Ketelaar raconte comment, pendant la Seconde Guerre mondiale, des archivistes néerlandais, sans s’opposer ouvertement à la déportation, ont néanmoins utilisé leurs compétences pour contrer le génocide. Ils ont falsifié des certificats de mariage qui ont permis à des Juifs de « prouver » aux fonctionnaires nazis qu’ils n’étaient pas légalement sujets à la déportation et à la mort. Toutefois, il est exagéré d’appeler cela un acte de pouvoir archivistique. C’était héroïque certes, mais sur la base de ce que sait tout archiviste soucieux de la sécurité : les personnes dont il faut le plus se préoccuper sont celles qui savent comment manipuler le système. Les archivistes néerlandais qui ont forgé des certificats de mariage ont utilisé leurs connaissances pour jouer avec leur système d’archives – et avec les nazis – comme un premier violon joue avec un beau violon. C’était brillant, mais pas archivistique. À la fin, ils ont détruit les faux documents. Dans toutes leurs ruses, ils ont apparemment réussi, en tant qu’archivistes, à garder une trace de leurs forgeries en vue d’éventuelles corrections ultérieures (voir Greene, « A Critique … », p. 320) []
  35. NdT Uriah Heep est un personnage de David Copperfield de Dickens qui se caractérise par sa servilité et son hypocrisie []
  36. « Institution », sous ma plume, désigne le service d’archives et sa mission, potentiellement différents de son entité de rattachement et de la mission de cette entité. De fait, ces missions peuvent parfois entrer en conflit. Un service d’archives, chargé de constituer la mémoire de l’institution dont il dépend, peut constater que celle-ci est réticente à ce que soient conservées les traces de certaines choses. On aurait tort, dans un tel cas, de poursuivre sa mission d’archivage et, si des comptes étaient demandés, il faudrait expliquer le mieux possible la nécessité d’une documentation complète. Après tout, si la direction veut un service de relations publiques, elle peut en créer un. Si elle continue à douter de l’utilité d’un service d’archives et des fonds qu’il conserve, elle peut supprimer le service d’archives. L’idée n’est pas séduisante mais elle est honnête []
  37. Eccl, III, 1 []

Frank J. Boles « Il y a un temps pour tout » – 1

La dernière livraison datée de 2019 de The American Archivist contient un article de Frank J. Boles intitulé « To Everything There Is a Season », qui a suscité, dès sa parution en pre-print, un débat très vif. Il nous a paru utile de le faire connaître en français et nous remercions l’auteur et la Society of American Archivists de nous l’avoir permis. Du fait de la longueur de l’article, sa traduction, due à Hélène Guichard-Spica, paraîtra ici sous la forme de deux billets successifs.

Bible polyglotte d’Alcalá, alias Complutense

 Il y a un temps pour tout et un moment pour toute chose sous le ciel1

De tous temps, les archivistes se sont débattus avec une problématique, cœur de l’objet même de la profession : que doit-on garder, que ne doit-on pas garder ? Trois idées, qui ne sont pas toujours parallèles dans la littérature professionnelle, ont eu un impact profond sur ce que les archivistes conservent. L’idée que les archivistes doivent constituer les archives universelles de l’activité humaine, que la justice sociale puisse guider les décisions de sélection et que les archivistes disposent d’une forme unique de pouvoir qui peut être exercé lors de la sélection, ont conduit certains à instaurer « une obligation professionnelle conduisant à construire un futur non seulement plus équitable, mais encore moral »2.

La documentation universelle, la justice sociale et le pouvoir des archives sont des idées qui rendent nobles tant les archivistes que leur profession. Mais un examen approfondi de ces idées conduit à la conclusion que ces notions ont moins de substance que ce que suggèrent leurs adeptes. Certaines doivent être entendues comme une aspiration plutôt que comme une mise en action. D’autres se doivent d’être comprises dans un contexte mitigé. Aucune n’est une recette miracle que les archivistes appliqueraient en fonction des circonstances.

Une alternative à ces idées se situe dans le mandat fixé à chaque service d’archives et dans la responsabilité documentaire spécifique qui en découle. Le but de cet article est de défendre la thèse, contre-intuitive, que le sujet de la profession ne procède pas de l’ambition, enracinée dans la notion de pouvoir des archives, de constituer une documentation universelle ou de construire un monde plus juste, mais de l’autonomie locale et des missions propres à chaque service d’archives. La diversité archivistique est le chemin le plus acceptable pour démontrer notre pouvoir, servir la justice et documenter la société le mieux possible.

Comme c’est bien souvent le cas, il est préférable de remonter aux sources pour expliquer ce qui a amené certains membres de la communauté archivistique à adopter l’idée que la mission de cette profession est bien la documentation universelle et la justice sociale joue un rôle clé dans la sélection, que le pouvoir des archives rend possible. L’appel à une exhaustivité documentaire est un héritage de F. Gerald Ham, qui appelait de ses vœux  « des archives représentatives de l’expérience humaine de notre époque » et voulait que les archives ne fussent pas moins que « le miroir de l’humanité »3. Ham est de ce fait celui qui a lancé les archivistes dans la voie de l’exhaustivité4.

L’appel de Ham fut alimentée en partie par la critique radicale des objectifs documentaires des archives présentée quelques années auparavant par Howard Zinn. Celui-ci incitait les archivistes à devenir des agents du changement œuvrant à l’inclusion culturelle et à la documentation des communautés marginalisées. Sa présentation en 1970, à la Society of American Archivists, est souvent citée comme le point de départ d’une littérature archivistique désormais substantielle sur ce sujet5. La charge de Zinn peut être aussi lue comme les commencements d’un appel à inclure la justice sociale dans les archives, bien qu’il ne l’ait pas exposé aussi fermement que d’autres ont pu le faire depuis.

L’idée d’une documentation sociale exhaustive, bien que de toute évidence séduisante, aurait dû être rapidement contrecarrée sur le terrain de la pratique. Les promoteurs de l’exhaustivité ne se sont jamais intéressés aux obstacles gênants et systémiques qui parsèment une telle trajectoire. En 1983, David Gracy sonnait l’alarme en ces termes : « L’incompréhension de nos publics et de ceux qui disposent du pouvoir d’attribuer des ressources pour nos magasins d’archives frappe au cœur de notre existence et de notre capacité à fonctionner. Avec des ressources diminuées, chaque activité liée aux archives souffre. Nous manquons de monde pour classer et décrire les archives, nous manquons d’espace pour collecter et conserver les documents patrimoniaux, nous manquons de ressources pour la préservation. Chacun d’entre nous en ressent les effets »6. En effet, les archivistes ont emprunté un terme existant pour décrire cette situation, prétendant vivre dans une « culture de la pauvreté »7.

Les archivistes partisans d’un archivage exhaustif de la société n’ont jamais dit comment aller d’une culture de la pauvreté auto-perçue vers une culture où des budgets suffisants pour une documentation universelle seraient disponibles. Lorsque ce sujet fut abordé, à l’issue d’une session de la conférence annuelle de la SAA (ou au bar), la réponse apportée fut plus ou moins identique à celle que me confia un jour une de mes connaissances aux Archives nationales : « mon travail est de débusquer les archives qui doivent être sauvées – leur travail est de trouver l’argent pour sauver les archives »8. « Leur » désigne ici les administratifs tels que David Gracy, et en l’occurrence, F. Gerald Ham. Alors que David Gracy et ses nombreux collègues de l’administration et successeurs trouvaient parfois plus d’argent, ils n’en trouvaient jamais assez. C’était, et c’est toujours, une faille fondamentale pour la constitution d’archives exhaustives de l’humanité, que chaque responsable administratif d’archives devrait avoir clairement vue et que désormais il doit voir.

Certains archivistes continuent d’asséner que leur travail consiste à sauver ce qui compte et que les problèmes administratifs ne les concernent pas. Bien que cet énoncé puisse être vu comme hardiment provocateur face à la réalité budgétaire, personne ne devrait être autorisé à simplement ignorer le fait historique que les archives, dans l’opinion de la communauté archivistique, ont été et sont toujours sous-dotées.  En effet, il serait sage que, lorsqu’ils pensent aux problèmes de financement de la conservation exhaustive des archives de la société, les archivistes se souviennent d’une des phrases favorites de la communauté : « le passé est garant de l’avenir / le passé est un prologue » et qu’ils agissent en conséquence.

Quoi qu’il en soit, contester un objectif visionnaire tel que la documentation universelle en invoquant des questions pratiques semble d’une certaine manière erroné. Cela remplace l’idéalisme par une triste réalité qui étouffe à la fois vision et initiative. Ce qui empêche d’atteindre l’exhaustivité n’est pas simplement pratique. Plus troublante encore que la question du financement est l’incapacité des archivistes à définir ce qu’ils feraient si on leur donnait toutes les ressources qu’ils souhaitaient. En dépit de l’abondante littérature relative à la représentation exhaustive de l’expérience humaine dans les archives, les archivistes ont échoué à répondre aux questions fondamentales qui définiraient ces archives.

Trois questions clés doivent être posées pour créer un miroir de l’humanité :

  1. La définition de l’expérience humaine : les archivistes ont besoin de comprendre ce qui doit être documenté. Quels acteurs et quelles actions les archivistes doivent-ils chercher à documenter ?
  2. Une compréhension de l’univers des archives : une fois déterminé ce qu’il faut chercher à documenter, les archivistes se doivent de comprendre quels documents existent pour établir la base de cette documentation, ou pour un programme archivistique plus ambitieux, quelles archives ils auraient dû chercher à produire9. Qui dit reflet de l’Humanité dit vision totale des archives de l’humanité.
  3. Une définition de ce qu’est un document d’archives représentatif : à supposer que les archivistes soient en mesure de définir non seulement l’expérience humaine, mais aussi l’univers des éléments documentant cette expérience, les archivistes devront aussi s’accorder sur ce qu’est un document représentatif.

La vérité dérangeante est que les archivistes sont incapables de répondre à ces questions et, de ce fait, ne peuvent créer ce miroir social de Ham. Des années à assister aux sessions et aux conférences annuelles de la SAA et à lire la littérature m’ont conduit à conclure que la meilleure réponse que peut apporter la communauté, comparée à sa perception de l’existence d’un patrimoine archivistique, est la combinaison entre « plus » et « différent »10.

La communauté archivistique devrait admettre que l’espoir de documenter de manière holistique la société doit être abandonné du fait de l’incapacité perpétuelle de la communauté à dire clairement comment fonder et définir ce but. Il est temps de laisser de côté l’appel des sirènes du miroir documentaire et le déclarer pour ce qu’il est : l’affirmation d’une ambition archivistique franche et inaccessible, indépendante de tout cadre intellectuel et de toute signification financière raisonnée. Souhaiter un miroir de la société au travers des archives est tout à fait analogue aux bons vœux que l’on échange entre amis et voisins lors des fêtes de fin d’année. Tout comme l’invocation optimiste « Bonne année ! », c’est espérer, mais hors de contrôle.

Pour certains archivistes, rendre une justice sociale au travers de l’entreprise archivistique est, à la surface, encore plus séduisant que la création d’un miroir sociétal. Une profession consacrée à promouvoir la justice sociale est bien plus attrayante. Aussi noble que cela puisse paraître, dans le monde des archives, cette idée comme obligation tant professionnelle qu’universelle n’est pas viable. Comme le fait remarquer élégamment Mark Greene, les archivistes qui promeuvent la justice sociale comme une composante nécessaire des archives s’appuient sur certaines hypothèses11. La première, suivant les mots de Verne Harris, est que « tout pouvoir, finalement, est archontique. Si le travail des archives est de renforcer le pouvoir en vue du Bien, s’il s’agit d’un travail utilisant le pouvoir pour le Bien, alors cela doit être un travail de justice ». Ou dit autrement « l’archiviste est un activiste de la mémoire pour ou contre le système d’oppression »12.

Comme le note Mark Greene, tant Harris que Rand Jimerson admettent qu’appeler les archivistes à travailler « pour le Bien », ce qui signifie, je suppose « contre le système d’oppression », crée de graves problèmes potentiels. Harris écrit, « je peux volontiers admettre que l’argument [de justice sociale] est dangereux. Abandonner la notion de l’archiviste comme gardien impartial, comme intermédiaire honnête, c’est ouvrir la porte aux archivistes militants poursuivant n’importe quel agenda politique »13. Jimerson lui aussi convient du danger d’une telle insertion,  mais il rejette les archivistes passifs, pour cette raison même. Jimerson écrit que les archivistes qui suggèrent comme antidote, suivant les termes de Jimerson, la « neutralité » et la « passivité », se mettent en échec professionnel : « Voulons-nous vraiment être d’obséquieux Uriah Heep14 serviteurs de l’Histoire ? Nous devrions avoir plus de respect de nous-même que cela »15. En fin de compte, le souhait de justice que Jimerson et Harris trouvent dans les missions d’archivistes les conduit à ignorer de possibles problèmes et à imposer aux archivistes l’obligation professionnelle de promouvoir la justice sociale.

Les archivistes doivent rejeter ces obligations pour deux raisons. Selon Christopher Hurley, que Greene cite dans son article, «  il est tout à fait possible de définir le bon archivage dans des termes purement technocratiques. Dans la vraie vie, quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas nous détacher de toute dimension morale »16. Mais le lien entre la conservation des archives et la morale est extrêmement complexe. Pour faire valoir ce point de vue, Greene juxtapose la référence de Hurley aux archives de la Shoah, à partir de l’exemple de Michelle Caswell : « Les documents créés par les Khmers Rouges pour conduire avec plus d’efficacité leur entreprise de torture et de meurtres, lorsqu’ils ont été conservés, ont une capacité incomparable à établir la responsabilité des anciens fonctionnaires du régime ».

Comme en conclut Greene, « il n’est pas possible pour les archivistes, d’un côté, d’être en faillite morale s’ils sont activement impliqués dans la création et le maintien de systèmes d’archivage et d’archives sur les meurtres de masse et, d’un autre côté, d’être d’une grande rigueur morale lorsqu’ils assurent que ces mêmes documents peuvent être utilisés pour condamner les meurtriers ». Les défenseurs de la justice sociale revendiquent un monde, aux dires de Greene, trop « noir et blanc, clair et net », un monde incapable de rendre compte au plus grand nombre des usages très différents auxquels un même fonds d’archives peut être associé17. Hurley lui-même fait un point intéressant au regard de la complexité des bons programmes d’archivage lorsqu’il écrit : « D’un point de vue égoïste, un argument respectable peut être avancé, qui est que les archivistes ont plus à gagner à être employés par des dictateurs et des oppresseurs que par leurs opposants démocratiques. Historiquement, les tyrans sont plus soucieux d’un bon archivage que les démocrates. Les régimes totalitaires sont reconnus pour être de bons archivistes »18.

En d’autres termes, la définition de l’évaluation ironiquement sous-entendue par Hurley est trop orientée vers la bureaucratie et le Records Management. Avec cette acception étroite du RM appliqué aux archives institutionnelles, Hurley, comme Greene, ignore une vision originale, institutionnelle de la création des documents, de leur usage à long terme et de leur conservation comme archives qui prend en compte tous les aspects du processus en tant qu’éléments d’un continuum institutionnel unique.

Caswell pousse le trait encore plus loin, nous forçant à admettre que n’importe quel modèle archivistique pour penser et utiliser les archives ne peut s’appliquer à tous les usagers des archives. Tant que les archives sont ouvertes à tout utilisateur, les fondements moraux qui ont été à l’origine de la création et de la conservation d’un ensemble spécifique de documents ne créent pas un cadre permanent qui interdise les différentes utilisations morales des documents. Les Khmers Rouges, comme beaucoup d’autres régimes totalitaires, avaient besoin de pratiques d’archivage efficaces pour torturer et tuer leurs opposants. Ces mêmes méthodes d’archivage deviennent des preuves permettant de traduire en justice les dirigeants Khmers Rouges pour génocide19. L’utilisation des archives n’est jamais ni noire ni blanche, mais grise. Les archives ne sont pas, de manière intrinsèque et immuable, morales ou immorales. Ce sont les usagers, et non pas les systèmes d’archivage ou ce qui importe aux archivistes, qui imposent un but moral aux documents d’archives.

Une seconde raison pour rejeter la notion de justice sociale comme un composant central de la profession d’archiviste est que le concept, tel qu’employé par les archivistes plaidant en sa faveur, est lié à une vision, noire et blanche, claire et nette, tout aussi insoutenable de la morale elle-même, tout autant que la capacité des archivistes, collectivement ou individuellement, à déterminer ce qui constitue une justice basée sur la morale.

L’étude de deux exemples historiques et d’un cas plus contemporain de luttes pour la justice sociale nous suggère que la manière dont la morale influe sur le consensus public est complexe, dynamique et malléable, bien plus qu’en noir et blanc ou tranchée. Les débats historiques sur l’esclavage et la Prohibition tout comme le débat contemporain sur l’avortement, nous révèlent combien une idée de justice sociale peut être « grise » et comment elle tendrait à desservir la question de l’évaluation.

Aujourd’hui, on admet que l’esclavage, quelle que soit sa forme, quels que soient les individus ou groupes touchés, est moralement répréhensible. De nombreuses citations historiques sont régulièrement utilisées à ces fins, mais deux d’entre elles, d’Abraham Lincoln, sont particulièrement révélatrices : « À chaque fois que j’entends quelqu’un défendre l’esclavage, je ressens une forte pulsion de le voir subir personnellement cette pratique »20 ou encore « Ceux qui refusent la liberté aux autres ne la méritent pas pour eux-mêmes ; et, sous le regard d’un Dieu juste, ne peuvent la conserver longtemps »21.

Aujourd’hui, les paroles de Lincoln et celles de tous ceux qui ont soutenu l’abolition de l’esclavage suscitent l’approbation. Cependant, l’acceptation universelle de l’immoralité de l’esclavage n’existait pas avant la Guerre Civile, lorsque les défenseurs de l’esclavage le défendaient non seulement comme nécessaire d’un point de vue pragmatique, mais encore moral.

David W. Blight, dans un cours à Yale sur la pré-Guerre Civile américaine, expliquait ainsi que « profondément ancré dans l’argument pro-esclavage, il y a l’argument biblique. Presque tous les écrivains favorables à l’esclavage, d’une manière ou d’une autre, plongeront dans l’Ancien Testament pour montrer combien l’esclavage est une ancienne et vénérable institution. Toutes ces sociétés bibliques le pratiquaient. Vous pouvez avoir une lecture de Jérémie ou d’Isaïe et de certains des grands prophètes de l’Ancien Testament, d’une certaine manière, comme des défenseurs de l’esclavage. Vous pouvez supposer que c’était approuvé par Dieu. Vous pouvez aussi chercher des exemples dans le Nouveau Testament de ces justifications. ‘Esclaves, soyez honorables, soyez respectueux  (‘soyez obéissants’ est le terme couramment employé dans la version autorisée de la Bible). Esclaves, soyez obéissants à vos maîtres’. L’esclavage traverse peu ou prou toute la Bible. La Bible, bien sûr, peut être utilisée contre l’esclavage aussi bien que pour l’esclavage »22.

Si les chrétiens et d’autres aujourd’hui sont révulsés par l’idée d’une base biblique de l’esclavage, ils peuvent résoudre ce dilemme en concluant que cela prouve seulement qu’un raciste peut avoir une lecture raciste de n’importe quel texte. C’est une solution convenable et moderne au problème de compréhension d’un débat moral brûlant. Quoi qu’il en soit, pour comprendre l’impact durable que l’esclavage a dans la société contemporaine, il est essentiel pour nous de connaître, grâce aux sources historiques, « le genre d’argument et d’éléments de langage utilisés par ses défenseurs »23.

  1. Ecclésiaste, III, 1 []
  2. Lae’l Hughes-Watkins, « Moving Toward a Reparative Archive: A Roadmap for a Holistic Approach to Disrupting Homogenous Histories in Academic Repositories and Creating Inclusive Spaces for Marginalized Voices », Journal of Contemporary Archival Studies, 5 (2018), article 6 []
  3. Citations tirées de John A. Fleckner, « F. Gerald Ham: Jeremiah to the Profession », American Archivist, 77, n° 2 (2014), p. 386. L’appel de Ham à un enregistrement complet de la société a retenu l’imaginaire archivistique et a réussi à s’imposer dans la profession. Voir par exemple, comment Richard J. Cox et Helen W. Samuels, deux voix majeures de cette époque, trouvent cette idée tellement acceptée qu’il n’y a plus de besoin réel d’en discuter : « The Archivist’s First Responsibility: A Research Agenda to Improve the Identification and Retention of Records of Enduring Value », American Archivist, 51 n°1–2 (1988), p. 30 []
  4. Pour un examen en profondeur de l’influence de Ham, voir Fleckner, « F. Gerald Ham: Jeremiah … », p. 377-393 []
  5. Pour une histoire approfondie de cette littérature, voir Hughes-Watkins, « Moving … » []
  6. David B. Gracy II,« Archives and Society: The First Archival Revolution », American Archivist, 47, n°1 (1984), p. 8 []
  7. Kate Theimer, « What Is the Meaning of Archives 2.0? », American Archivist, 74, n° 1 (2011), p. 64. Le fait que les archivistes pensent que les archives sont sous-financées est un thème assez ancien. Andrea Hinding fait référence à « des programmes sous-financés de manière chronique », dans « Of Archivists and Other Termites », American Archivist, 56, n° 1 (1993), p. 55, et identifie la première doléance sur le manque d’appréciation des archives, et en conséquence, des fonds insuffisants pour conduire la mission, en 1834, en Angleterre. On aimerait pouvoir dire que les budgets alloués aux archives se sont améliorés depuis 1848, mais compte tenu de l’inflation, ce n’est sans doute pas le cas []
  8. Comme me le dit, un soir où nous prenions un verre, le regretté Leonard Rapport, qui était notoirement peu porté à apprécier les administratifs et leurs problèmes []
  9. L’idée que les archivistes doivent être impliqués dès la création des documents est un topos ancien dans la littérature. Un exemple récent et plus radical (bien que quelque peu rhétorique) de cette façon de penser a été cadré en 2016 par Geof Huth, qui écrit « Je devrais reformuler cette règle, pour défendre que les archivistes doivent commencer leur travail, dès que possible, avant le moment de création, au moment de la conception ». Geof Huth, « Module 14 : Appraising Digital Records », Appraisal and Acquisition Strategies, ed. Michael Shallcross et Christopher J. Prom (Chicago: Society of American Archivists, 2016), p. 14 []
  10. Parmi quelques exemples récents de cette tendance dans les pages de cette revue, citons Jessica Wagner Webster, « ‘Filling the Gaps’: Oral Histories and Underdocumented Populations in The American Archivist, 1938-2011 », American Archivist, 79, n° 2 (2016), qui dans le résumé de son article dit utiliser « des histoires de toutes les parties de la société, pas seulement des histoires d’hommes de race blanche » et spécifiquement « pour documenter les gens de couleur, les femmes, la classe ouvrière, et d’autres populations peu documentées ». Les archivistes sont ainsi incités à ne pas se borner aux sources relatives aux mâles blancs, mais à prendre en compte les gens de couleurs, les femmes, la classe ouvrière et cette malheureuse catégorie appelée « autres ». Krista McCraken, « Community Archival Practice: Indigenous Grassroots Collaboration at the Shingwauk Residential Schools Centre », American Archivist, 78, n° 1 (2015), p. 181, note dans son résumé que « les archives à base communautaire peuvent offrir une voix aux groupes marginalisés, ajouter de nouveaux points de vue aux traditionnelles archives historiques et préserver un patrimoine qui a été négligé par les services d’archives et musées traditionnels. Les racines coloniales du Canada ont grandement affecté les relations des services d’archives, bibliothèques, musées avec les communautés aborigènes ». Elle fait donc sienne l’idée d’archives à base communautaire et ajoute les « communautés aborigènes » à la liste de Wagner Webster. Il existe évidemment bien d’autres manières de caractériser les communautés peu documentées. Dans le même numéro de The American Archivist, Caroline Daniels, Heather Fox, Sarah-Jane Poindexter and Elizabeth Reilly, « Saving All the Freaks on the Life Raft: Blending Documentation Strategy with Community Engagement to Build a Local Music Archives », disent dans le résumé de leur article : « Le projet Louisville Underground Music Archives (LUMA) applique avec succès une stratégie documentaire, couplé à un engagement communautaire fort, pour combler les lacunes des archives historiques relatives à cette culture ». Ces trois articles contemporains sont des exemples de l’approche continue et fragmentée de l’expérience humaine par les archivistes []
  11. Il est remarquable que l’argumentation de Greene, comme celles d’Harris et d’autres, prend le temps de citer et de discuter, parfois longuement, les idées d’historiens ou de philosophes comme Jacques Derrida et Michel Foucault, et des concepts comme la déconstruction et le post-modernisme. J’ai lu l’intégralité du discours archivistique sur ces sujets : il est intéressant, mais malheureusement il nous détourne de ce que nous devrions discuter. Non que ces idées soient sans importance, mais elles n’ont pas de solution donnant lieu à une application définitive, sinon utile, aux archives. Les philosophes depuis des siècles débattent de la nature de l’univers et de son contenu et, à mon avis, continueront de le faire encore pour un bon moment. Se saisir d’une idée ou d’une autre et déclarer combien elle éclaire le discours archivistique, c’est ignorer que, quel que soit ce que tel philosophe ou telle école de pensée considère comme signifiant, il se trouve et se trouvera un autre philosophe ou une autre école de pensée pour se faire un plaisir de pointer les défauts de la précédente, avec un argument qui en entraîne un autre et continuant ainsi profondément dans un terrier de lapin. Les théoriciens de l’archivistique ont eu recours à beaucoup d’idées de philosophes, d’historiens ou d’autres pour leur culture personnelle ou à l’appui de leur discours professionnel. Mais j’ai bien peur que beaucoup de ceux qui ont choisi ce chemin n’aient pas considéré comment sortir de l’ornière dans laquelle ils se sont placés. En adepte des solutions simples, je suggère que la réponse à ce problème soit de ne pas entrer dans le terrier du lapin []
  12. Verne Harris « Jacques Derrida meets Nelson Mandela: archival ethics at the endgame », Archival Science, 1, n° 1–2 (2011), p. 120, cité dans l’article de Mark A. Greene « A Critique of Social Justice as an Archival Imperative: What Is It We’re Doing That’s All That Important ? », American Archivist, 76, n° 2 (2013), p. 304, 306. La majorité des écrits de Greene traitent de la place que les arguments en faveur du post-modernisme tiennent dans ce débat. Notons aussi que, avec cette division des documents entre les ténèbres et la lumière et cet appel à se ranger du côté de la lumière, se pose la question du sort à réserver aux documents des ténèbres. Si l’on veut refléter la société, après tout, il faut prendre en compte les bonnes et les mauvaises personnes, les documents du Bien et ceux du Mal []
  13. Verne Harris, Archives and Justice: A South African Perspective (Chicago: Society of American Archivists, 2006), cité dans Greene « A critique … », p. 307 []
  14. NdT Uriah Heep est un personnage de David Copperfield de Dickens qui se caractérise par sa servilité et son hypocrisie []
  15. Randall Jimerson, « Embracing the Power of Archives », American Archivist, 69, n° 1, (2006) aussi cité dans Greene, p. 311 []
  16. Chris Hurley, «The Evolving Role of Government Archives in Democratic Societies » (communication présentée à la conférence annuelle de l’Association des Archivistes canadiens, Winnipeg, Canada, 9 juin 2001), p. 1. Greene utilise une citation plus enflammée qui suit celle que j’ai sélectionnée et qui commence à la page 1 : « nous ne pouvons pas confortablement concevoir de meilleur système pour documenter le nombre de gens qui sont passés par les chambres à gaz si un bon système d’archivage (au sens technique du terme) peut être dissocié des usages pour lesquels il a été réalisé » ; d’autres citations de Chris Hurley «The Evolving Role … » dans Harris, Archives and Justice, p. 243 []
  17. Greene, « A critique … », p. 304-307 []
  18. Hurley, « The Evolving Role… », p. 1-2 []
  19. Le 16 novembre 2018, ces archives ont permis de convaincre deux anciens chefs Khmers Rouges de génocide. « Khmer Rouge leaders found guilty of Cambodia genocide », BBC News, 16 novembre 2018 []
  20. Roy P. Basler, ed., The collected Works of Abraham Lincoln, vol. 8 , « Speech to One Hundred Fortieth Indiana Regiment », 17 mars 1865, p. 361 []
  21. Basler, ed., The Collected Works of Abraham Lincoln, vol. 3, « Letter To Henry L. Pierce and Others », 6 avril 1858, p. 376 []
  22. David W. Blight, History 119, Lecture 3, Open Yale Courses []
  23. Blight, ibidem. Mon propos n’est pas d’approuver ces défenseurs, mais de donner un exemple historique d’une position défendue jadis par de nombreuses personnes et que nous trouvons désormais odieuse []