De la date des écrits – 1

Dans un précédent billet, Marie-Anne Chabin et Édouard Vasseur soulignaient l’intérêt que présente la diplomatique pour analyser les écrits à l’ère numérique et formaient le vœu que se poursuive la réflexion sur certaines caractéristiques de ces écrits. Pour commencer, ils ont choisi de s’intéresser aux façons de les dater, qui feront l’objet plusieurs billets.

Pour distinguer un écrit engageant des personnes du tout venant des autres écrits, la présence, aux côtés des signes de validation que constituent les sceaux, cachets, signatures et autres seings, de la date joue un rôle clé. Mais après tout, qu’est-ce qu’une date ?

Définition

Le terme date est emprunté du latin datum qui signifie « donné le », correspondant au participe passé masculin du verbe dare, « donner ». La date est donc le reflet d’une action effectuée par une personne, d’un événement qui a eu lieu. Il est donc naturel qu’elle tienne une place essentielle dans les documents qui résultent d’un engagement entre des personnes, autrement dit de l’enregistrement sur un support des traces d’une action ou d’un événement.

Apposer une date sur un document résultant d’un engagement entre deux ou plusieurs personnes est une pratique qui remonte à la plus haute Antiquité et qui est notamment obligatoire en droit romain. La pratique se maintient dans les chancelleries ecclésiastiques et princières du haut Moyen Âge européen, mais ne se généralise pour les actes privés qu’aux 12e et 13e siècles, sous l’influence justement du droit romain qui connaît alors une renaissance. Depuis lors, l’habitude de dater ne s’est pas perdue.

Dates de lieu et dates de temps : les dates s’enregistrent  au pluriel

Faut-il parler de date au singulier ou de dates au pluriel ? En réalité, pour la diplomatique, c’est plus souvent le pluriel que le singulier qui s’impose et le diplomatiste parle volontiers de « formule de date ».

Pluriel car il n’y a pas qu’un type de date, mais deux : la date dite de lieu et la date dite de temps.

Celle à laquelle on pense spontanément, et que l’on associe au concept de date, c’est la date de temps. Celle-ci permet de situer une action dans le temps, ou plutôt, comme nous allons le voir ensuite, dans un système de temps.

Mais il y a une autre date : la date de lieu. Celle-ci permet de situer dans l’espace l’action ou l’événement qui font l’objet d’un enregistrement. Le plus souvent, le lieu est une ville, mais ce n’est pas systématique. Parfois, il s’agit d’un immeuble, un palais par exemple pour un prince – dans ce cas, le nom de la ville n’est pas nécessairement indiqué, car il peut être estimé connu. Pourquoi parler de date de lieu et pas seulement de lieu ? Tout simplement parce qu’il s’agit d’un élément de la formule de datation (« Donné à … le … »). L’indication du lieu peut se révéler essentielle pour préciser la date de temps, et pour connaître le système de datation de temps utilisé. Au même moment, la date à Paris sera encore le 1er février, tandis qu’à Wellington ou à Sidney, la date sera déjà le 2 février, décalage horaire oblige…

Pluriel également, car plusieurs éléments de référencement temporels peuvent être utilisées concomitamment pour enregistrer une action ou un événement. Cette pratique n’est plus guère utilisée en France, mais elle est encore en vigueur dans les monarchies. C’est le cas dans les pays dont Élisabeth II est la souveraine, comme le Canada, par exemple dans la proclamation ci-dessous, datée de la formule « Fait en Notre ville d’Ottawa, ce dix-septième jour du mois d’avril en l’an de grâce mil neuf cent quatre-vingt-deux, le trente et unième de Notre règne ».

Les systèmes de temps

Pour bien situer une action ou un événement dans le temps et donc interpréter la ou les dates de temps apposées sur le document qui les enregistre, encore faut-il connaître le système de temps utilisé, autrement dit, le mode de calcul des dates de temps au moyen d’un calendrier.

Nous avons l’habitude en France d’utiliser le calendrier dit « grégorien », du nom du pape Grégoire XIII (1502-1585) qui l’a instauré. Ce calendrier, de type solaire car basé sur le cycle du soleil – à la différence d’autres calendriers de type lunaires et basés sur les cycles de la lune –, décompose une année en douze mois, eux-mêmes divisés en vingt-huit à trente-et-un jours, avec un jour supplémentaire tous les quatre ans (les fameuses années bissextiles) pour compenser le léger décalage avec la course du soleil. Le point de départ de ce calendrier est situé de manière coutumière une semaine après la date reconnue comme étant celle de la naissance du Christ.

Le calendrier « grégorien » n’est cependant pas le seul. D’autres calendriers ont existé, voire cohabité, et sont parfois encore utilisés aujourd’hui dans le monde :

  • le calendrier républicain romain, prenant pour point de départ la date estimée de fondation de la ville de Rome, situait les années d’après les noms des consuls en exercice à Rome. Ce système a été utilisé en Italie jusqu’au 9e siècle de notre ère chrétienne ;
  • le calendrier « julien », toujours en vigueur aujourd’hui chez les orthodoxes, adopté d’après la tradition par Jules César, était quasiment similaire à notre actuel calendrier « grégorien ». Le nombre de jours permettant de compenser le léger décalage avec le cycle solaire n’était cependant pas tout à fait identique, ce qui a rendu nécessaire la réforme de Grégoire XIII. En France, elle est entrée en vigueur en décembre 1582, et, en conséquence, le 9 décembre 1582 a été suivi du 20 décembre 1582. Le calendrier « julien » est cependant resté en vigueur dans de nombreux pays – par exemple la Russie – jusqu’au 20e siècle, ce qui explique que la révolution russe de 1917 soit appelée « Révolution d’Octobre » en Russie, alors qu’elle a eu lieu, dans notre calendrier, les 6-8 novembre 1917 (24-26 octobre en Russie) ;
  • le calendrier hégirien ou calendrier islamique, est un calendrier lunaire utilisé dans le monde musulman. Il compte douze mois de vingt-neuf ou trente jours, chaque mois démarrant au moment où le premier croissant de lune est visible. Il est dit hégirien car le point de départ de ce calendrier est fixé au 16 juillet 622 de l’ère chrétienne, date de l’Hégire, c’est-à-dire du départ de Mahomet de La Mecque vers Médine ;
  • le calendrier républicain, prenant pour point de départ l’abolition en France de la monarchie (21 septembre 1792), découpait l’année en 12 mois de 30 jours, avec plusieurs jours complémentaires en fin d’année pour rattraper le cours du soleil. Abandonné en France le 31 décembre 1805, il survit encore dans la mémoire de certains cercles français, comme celui qui anime de manière anecdotique ou idéologique le site herodote.net et publie sa liste de diffusion.

Il existe encore d’autres systèmes de temps, basés par exemple sur les calendriers suivants : calendrier chinois, calendrier hébraïque, calendrier aztèque.

Le système de temps, même basé sur un calendrier unique, peut également connaître quelques variations locales qui rendent d’autant plus indispensable la connaissance de la date de lieu qui lui est associée. Au Moyen Âge, la date de changement d’année a par exemple pu varier selon les lieux. Dans certains lieux, la nouvelle année commençait l’année au 1er janvier, dans d’autres à Pâques, sachant que la date de cette fête religieuse varie d’une année à l’autre, puisqu’elle est basée sur les cycles lunaires. En France, jusqu’en 1582, l’année commençait ainsi à Pâques : aussi le 1er mars 1581 officiel correspond-il, pour nous, au 1er mars 1582, la fête de Pâques étant célébrée le 15 avril en 1582.

On voit que le concept de date présente une certaine richesse et une certaine complexité. Dans un prochain billet, nous nous interrogerons plus précisément sur la finalité et la fiabilité des dates portées sur les écrits, avant d’examiner plus précisément comment le concept de date évolue dans l’univers numérique.

Édouard Vasseur

Pour en savoir plus :

A. Giry, Manuel de diplomatique. Paris : librairie Félix Alcan, 1925. Accessible en ligne sur Gallica.

O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock. Diplomatique médiévale. 3e éd. Turnhout : Brépols, 2006.


1 réflexion sur « De la date des écrits – 1 »

  1. Ping : De la date des écrits : billets 1 à 4 – Veille patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.