Revues d’archivistique étrangères – 7

Archivaria, n° 91, 2021

Jennifer Douglas, Alexandra Alisauskas, « “It Feels Like a Life’s Work”. Recordkeeping as an Act of Love », p. 6-37.

Quelle place tiennent les archives (records) dans un travail de deuil lié à la perte d’un enfant ? Et tout d’abord, qu’est-ce que ces femmes qui viennent de perdre un enfant à la naissance considèrent comme archives ? Ce sont ces questions traitées par cet article qui interroge les liens entre archives et gestion des traumatismes, résultat d’une recherche menée auprès de huit femmes sous la forme d’entretiens. Même si Jennifer Douglas et Alexandra Alisauskas reconnaissent qu’il est difficile de généraliser des conclusions tirées à partir de huit cas, elles constatent que ces femmes ont une conception large de la notion d’archives, comprenant des dossiers, des journaux intimes, des photographies, des objets, mais aussi des tatouages ou des rituels, bref tout ce qui permet de se souvenir. L’archivage devient pour elles un substitut à l’éducation d’enfants morts trop tôt, un acte d’amour, que les autrices invitent à prendre mieux en compte dans les relations entre archivistes et producteurs d’archives.

Kirsten Wright, Nicola Laurent, « Safety, Collaboration and Empowerment. Trauma-Informed Archival Practice », p. 38-73.

Les archives et le travail archivistique ont un potentiel traumatique important, mais permettent aussi aux communautés affectées d’effectuer un travail de mémoire libératoire. Kirsten Wright et Nicola Laurent invitent donc les services d’archives à mettre en œuvre une pratique prenant en compte les risques de traumatismes (trauma-informed archival practice) afin de permettre ce travail libératoire, en réduisant au maximum la probabilité d’interactions stressantes. Pour ce faire, elles proposent un modèle de pratique qui place au centre du travail archivistique non les archives mais les usagers et le personnel, et qui permette de lutter contre le colonialisme, le patriarcat et la blanchitude (whiteness) dans la gestion des archives. Inspirée de l’univers de la santé mentale, cette pratique vise à réduire les risques de traumatismes et repose sur cinq principes développés et illustrés de manière concrète dans l’article : sécurité (safety), confiance et transparence (trust and transparency), choix (choice), collaboration (collaboration) et autonomisation (empowerment). En conclusion, les autrices invitent à accroître la place donnée à ces questions dans la formation des archivistes.

Danielle Robichaud, « Integrating Equality and Reconciliation Work into Archival Description Practice at the University of Waterloo », p. 74-103.

La description des archives peut se révéler choquante pour les communautés concernées et est sous-estimée au Canada. Tel est le point de départ de cet article où l’autrice présente le travail de révision des normes de descriptions engagée par l’université de Waterloo (Ontario) depuis 2020. L’équipe du service d’archives de l’université se dote progressivement d’une série de lignes directrices permettant de lutter contre les discriminations, le racisme et la place insuffisante accordée aux minorités (femmes, autochtones, Noirs, LGBTQ+). Limitation du nombre de références aux questions de genre et de sexe, utilisation d’un langage inclusif, multiplication des avertissements, introduction d’un langage adapté aux populations autochtones constituent de premières pistes. Danielle Robichaud considère cependant que tous les problèmes sont d’autant moins réglés que tous les employés du service d’archives sont blancs et que les BIPOC (Black, Indigenous and people of colour) restent sous-représentés dans les fonds d’archives conservés par le service.

Bethany G. Anderson, « On constructing a scientific archives network : Exploring computational Approaches to the cybernetics thought collective », p. 104-149.

À l’intersection entre les questions d’archives de la recherche et de l’utilisation des technologies d’intelligence artificielle au service de l’archivage, cet article rend compte d’une expérimentation menée par l’Université de l’Illinois, la British Library, le MIT et l’American Philosophical Society1 entre 2017 et 2019 à partir de quatre fonds de scientifiques spécialisés en cybernétique. Après avoir présenté la cybernétique, l’autrice présente la méthodologie de traitement retenue (reconnaissance optique de caractères, apprentissage machine, traduction automatique, extraction d’entités nommées, visualisation des données, transfert dans le système d’archivage électronique de l’université, etc.) pour extraire les données des documents et créer un portail permettant de donner accès à celles-ci. En conclusion, Bethany G. Anderson s’interroge sur les avantages et inconvénients de pareils protocoles (notamment en termes de biais engendrés par ceux-ci) et insiste sur la nécessité de les documenter. Elle estime que les approches computationnelles ouvrent de nouveaux moyens d’explorer la provenance des documents, mais nécessitent de toujours rappeler aux utilisateurs l’origine des matériaux extraits et exploités.

Jean Dryden, « Copyright in Fire Insurance Plans », p. 150-173.

Les plans d’assurance incendie constituent des sources essentielles pour documenter l’histoire des villes et villages canadiens depuis la fin du 19e siècle. Cependant, les compagnies d’assurance ont revendiqué des droits de propriété intellectuelle sur ces documents. Jean Dryden analyse dans cet article ces revendications et incite les services d’archives à numériser ces documents et à les mettre en ligne, afin de forcer les compagnies à justifier au moyen de preuves les droits qu’elles revendiquent.

Archives, vol. 49, n° 1-2, 2021

Ce numéro spécial de la revue Archives rassemble les communications présentées à l’occasion du 8e symposium du Groupe interdisciplinaire de recherche en archivistique (GIRA) qui s’est tenu le 30 novembre 2018 à Montréal.

Sabine Mas, « La recherche en archivistique revisitée : contexte et résumé des exposés du symposium », p. 7-13.

En introduction, Sabine Mas rappelle les origines du GIRA et la réflexion qui a conduit au choix de la recherche en archivistique comme thème de ce 8e symposium, en contrepoint du thème choisi pour la 1re édition tenue en 1990. Elle constate qu’en presque trente ans, les praticiens ont disparu de la recherche en archivistique en Amérique du Nord, avec le risque de se cantonner à un discours technique. Elle constate également les changements survenus dans la diffusion de la recherche avec l’apparition des blogs, des réseaux sociaux et des revues en libre accès. D’où la volonté du GIRA de faire un état des lieux de la recherche en archivistique en 2018.

Carol Couture, « Nous avions un rêve… », p. 15-18.

En guise de mots d’accueil et de bienvenue, Carol Couture évoque l’origine du GIRA et le souhait des fondateurs de voir se développer la recherche en archivistique. Après avoir constaté la multiplication des formations, des publications et l’ouverture récente des associations professionnelles à la recherche, il invite les participants à définir un programme de recherche cohérent et à établir des priorités.

Robert McIntosh, « Un aperçu de la recherche à Bibliothèque et Archives Canada », p. 19-36.

Directeur général des archives à Bibliothèque et Archives Canada (BAC), Robert McIntosh revient sur la place qu’occupe aujourd’hui la recherche dans cette institution, autour de trois objectifs : la recherche opérationnelle ; la recherche au service de la définition et de l’évaluation des politiques publiques et la diffusion d’une culture de recherche auprès des agents de BAC. Il revient sur le projet InterPARES/I-Trust comme exemple le plus marquant de participation de BAC à la recherche fondamentale et appliquée, estimant qu’il a permis aux professionnels de BAC d’enrichir leur savoir-faire et d’acquérir de nouvelles compétences. Il rappelle également que BAC a multiplié ces derniers temps les partenariats avec les établissements d’enseignement supérieur, et notamment les universités.

Bénédicte Grailles, Patrice Marcilloux, « Pour une archivistique sociale : esquisse d’un bilan de dix ans de recherche en archivistique à l’Université d’Angers », p. 37-56.

L’Université d’Angers constitue aujourd’hui un pôle central de la recherche en archivistique en France. Bénédicte Grailles et Patrice Marcilloux reviennent sur les efforts faits pour faire reconnaître l’archivistique comme discipline dans leur université, ainsi que sur les axes de recherche (résultats comme pistes de recherche) développés depuis une dizaine d’années : histoire des institutions archivistiques ; mise en histoire des pratiques et actes professionnels ; approche renouvelée des usages. Ils estiment en conclusion que la recherche en archivistique doit revendiquer les méthodes des sciences humaines, mieux utiliser certains dispositifs de financement de la recherche existants comme les conventions industrielles de formation par la recherche (CIFRE) et créer des lieux et mécanismes institutionnels permettant aux chercheurs et aux praticiens d’identifier des besoins communs et d’envisager des espaces de collaboration permettant d’y répondre.

Simon Côté-Lapointe, Laure Guitard, Annaëlle Winand, Cécile Gaiffe, « La contribution actuelle de la recherche doctorale en archivistique à l’Université de Montréal », p. 57-84.

Doctorants en archivistique à l’université de Montréal, les quatre auteurs, après être revenus sur le développement de la recherche universitaire en archivistique au Québec, présentent leurs travaux portant respectivement sur : les relations sémantiques présentes entre le vocabulaire des usagers et le vocabulaire des archivistes ; l’organisation et la diffusion des archives audiovisuelles sous l’angle de leur exploitation ; l’étude du document d’archives dans l’environnement numérique par le biais d’une étude diplomatique des différentes versions d’un jugement publiées par des éditeurs juridiques ; le cinéma de réemploi comme pratique en marge de l’archivistique et son impact sur la discipline. Sont présentés successivement l’objet de ces recherches, leur cadre conceptuel et théorique, la méthodologie utilisée et notamment les liens tissés avec d’autres disciplines et cadres théoriques (linguistique, sociologie des usages, diplomatique, etc.). Ils reviennent en conclusion sur l’importance de la recherche doctorale et son apport.

Rémy Besson, « Préservation audiovisuelle et histoire culturelle du cinéma : quels dialogues sont possibles », p. 85-102.

Quel rapport entretiennent aujourd’hui les historiens du cinéma avec les archives ? Rémy Besson revient sur l’intérêt croissant des historiens du cinéma pour les images d’archives et estime que les études historiennes et les recherches en archivistiques ont tendance à converger, dans la mesure où se multiplient les recherches sur le traitement des films (fabrique, restauration) et les espaces de diffusion des films et qu’un dialogue s’établit avec l’archivistique post-moderne héritée de Michel Foucault et Jacques Derrida.

Yann Potin, Clothilde Roullier, « L’archivistique est-elle une science expérimentale ? », p. 103-122.

Yann Potin et Clothilde Roulier partent du constat que l’absence d’épistémologie des méthodes archivistiques contemporaines est régulièrement pointée depuis le début des années 2000 et que la recherche archivistique fait rarement usage de la méthode expérimentale. En contrepoint, ils reviennent tout d’abord sur le recensement et la documentation du travail des agents réalisés à l’occasion du déménagement des Archives nationales de Paris à Pierrefitte-sur-Seine (campagne photographique, enquête orale, inventaire des objets et pratiques, intervention de sociologues et ethnographes). Ils évoquent ensuite une petite expérimentation menée auprès d’archivistes et d’ethnologues sur le traitement de trois boîtes d’archives inconnues des participants, afin d’étudier la manière dont ceux-ci appréhendent à la fois leur contenant et leur contenu. Tout au long de leur communication, les deux auteurs plaident pour un recours croissant à l’expérimentation, pour un développement de l’archivistique comparée et d’une anthropologie des archives en formation, notamment des archives des organisations.

Goulven Le Brech, « La réflexivité en archivistique et l’objet “archives de la recherche” », p. 123-140.

L’auteur revient sur l’émergence de la problématique des archives de la recherche, à partir notamment de l’article de Didier Devriese paru dans Janus en 19952. Il estime nécessaire d’intégrer une méthodologie archivistique à même de refléter la science dans toute sa complexité et revient sur le modèle CRCA (comportement de la recherche – comportement archivistique) développé par Marc James Ratcliff. Il estime en conclusion que l’établissement d’un lien de confiance entre chercheurs et archivistes est essentiel et se félicite que les archives de la recherche soient devenues un des champs les plus florissants de la recherche en archivistique avec la multiplication de journées d’études, de séminaires et d’articles.

Marie-Anne Chabin, « La recherche en archivistique à l’épreuve de la société numérique », p. 141-160.

Que devient l’archivistique dans le monde numérique ? Telle est la question posée par Marie-Anne Chabin qui la conduit à explorer successivement les conséquences du monde numérique sur les objets manipulés par l’archivistique (support, granularité et notamment conséquence sur la notion de dossier et de complétude de dossier, importance du stockage), sur les méthodes et techniques de traitement de ces objets (étude des contenus, présentation des supports, modes de sélection et notamment intérêt de l’intelligence artificielle en la matière) et enfin sur le recherche en archivistique (objet et diffusion de la recherche). En conclusion elle rappelle l’importance des passerelles entre recherche et pratique et s’interroge sur la résistance des principes et méthodes actuels à la vague numérique, en rappelant l’intérêt du livre de Charles Kecskeméti et Lajos Körmendy Les Écrits s’envolent3.

Diana Walton, « Soutenir et encourager l’exploitation artistique des archives : état de la situation », p. 161-196.

L’exploitation des archives à des fins de création artistique est un phénomène croissant, intéressant à observer pour Diana Walton qui rend compte de la recherche sur le sujet qu’elle a effectué en master. Identifiant cinq types de projets artistiques (les résidences d’artistes, les expositions réalisées avec des artistes invités, les projets initiés par un artiste, les expositions réalisées par des artistes commissaires et les commandes d’art public), elle analyse ceux-ci au moyen d’une grille qui lui permet de passer en revue les questions de déclenchement, de finalité, de forme prise par l’intervention, de clientèle visée et touchée, de collaboration entre archivistes et créateurs et de financement, afin d’identifier les caractéristiques, les tendances et les pratiques. En conclusion, elle estime que l’utilisation artistique des archives doit être considérée comme un véritable usage qu’il convient de mieux connaître.

Taïk Bourhis, « Le projet 1142 : mise en place de nouveaux espaces numériques de travail à l’Université de Montréal », p. 197-242.

Comme de nombreuses organisations, l’université de Montréal est confrontée à l’enjeu de taille que constitue la gestion des données non structurées (courriels, fichiers bureautiques, photographies, etc.) stockés sur de nombreux matériels et supports différents. Le projet 1142 mené conjointement par le département des technologies de l’information et le département de la gestion des documents et des archives entre 2017 et 2019 visait à apporter des solutions à ce problème. Taïk Bourhis rend compte de l’origine et de la conduite de ce projet, des solutions apportées et de la manière dont il a fait progresser la gestion documentaire au sein de l’université, même si le processus d’archivage reste in fine très manuel.

Alain Roy, « La création de Bibliothèque et Archives Canada en 2004 et le concept de patrimoine documentaire », p. 243-281.

Alain Roy revient dans cet article sur la création de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) en 2004, en expliquant son contexte et son origine. Il insiste sur le fait que le concept de patrimoine documentaire, apparu à partir des années 1960 aux États-Unis puis en Amérique du Sud, a constitué le socle de la réflexion qui se poursuit aujourd’hui, 15 ans après la fusion des deux établissements d’origine.

Records Management Journal, vol. 31, n° 2, 2021

Evans Nyanyu Makwae, « Legal frameworks for personnel records management in support of accountability in deolved governments: a case of Garissa County Government », p. 109-133.

Les archives constituent un pivot de la capacité des institutions à rendre des comptes, mais, dans la pratique, sont-elles gérées de manière à permettre cette accountability ? Après avoir identifié le cadre légal de gestion des archives au Kenya et les bonnes pratiques identifiées par la littérature professionnelle, Evans Nyanyu Makwae examine la situation des dossiers de carrière gérés par les organisations du comté de Garissa, sur la base d’une enquête qualitative et quantitative auprès de 88 correspondants. Après avoir constaté l’absence de cadre et de politique ainsi que la perte de dossiers et de documents, l’auteur recommande le développement de programmes de gestion des dossiers de personnel.

Collence Takaingenhamo Chisita, Vusi Wonderboy Tsabedze, « Massive open online courses (MOOCs): a tool for intercontinental collaboration in archives and records management education in Eswatini », p. 158-175.

Collence Takaingenhamo Chisita et Vusi Wonderboy Tsabedze, partant du constat de manque de formations en records management et en archivistique en Afrique, notamment en Eswatini4 , examinent le potentiel offert par les MOOC pour des personnes déjà en situation d’activité professionnelle. L’enquête menée sur la base d’interviews auprès de 65 personnes confirme que celles-ci sont conscientes de l’existence de cette forme d’enseignement, mais note aussi l’importance des formes mixtes d’enseignement (physique et virtuelle) et le caractère particulièrement pertinent des méthodes de classe inversée.

Tolulope Balogun, Trywell Kalusopa, « A framework for digital preservation of Indigeneous knowledge system (IKS) in repositories in South Africa », p. 176-196.

Les systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS) font l’objet d’une politique de préservation ambitieuse depuis quelques années, notamment en Afrique du Sud. Des programmes de numérisation sont notamment développés depuis les années 1990 par les centres de documentation établis dans les institutions universitaires, notamment pour lutter contre la biopiracy. Mais cette politique de numérisation ne s’accompagne pas nécessairement d’une politique de préservation numérique. Après avoir rappelé l’importance de la question de la préservation numérique, Tolulope Balogun et Trywell Kalusopa rendent compte de la recherche qualitative menée auprès de quatre centres de documentation, centrée sur trois points : la gestion des métadonnées, la sauvegarde des données, l’existence de plans de sauvegarde. Les auteurs ne peuvent que constater l’absence de politique de préservation numérique permettant de guider les centres de documentation, ainsi que la méconnaissance des politiques esquissées au niveau nationale. L’article conclut sur la nécessité de mieux prendre en compte le modèle OAIS afin de créer un cadre légal et des politiques adaptées.

Maik Schmerbauch, « A case study of the German archives’s labor market in 2019 », p. 197-214.

Maik Schmerbauch rend compte dans cet article de l’état du marché du travail en Allemagne dans le domaine de l’archivage, sur la base d’un examen des 341 fiches de poste diffusées sur les différents réseaux professionnels. Année exceptionnelle par le nombre d’offres publiées, dans le secteur public comme dans le secteur privé, l’année 2019 témoigne également de la pénurie actuelle de travailleurs qualifiés face aux défis posés par le numérique. Il regrette cependant le manque d’informations sur le processus de rédaction des fiches de poste et de sélection des candidats, ainsi que l’insuffisante présentation du marché du travail dans les formations universitaires existantes.

Édouard Vasseur

  1. Voir le site du service d’archives de l’Université []
  2. « Les archives de la recherche en milieu académique », Janus, 2 (1995), p. 20-28 []
  3. Les Écrits s’envolent. La problématique de la conservation des archives papier et numérique, Lausanne, Favre, 2014 []
  4. Nouveau nom du Swaziland depuis 2018 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.