Revues d’archivistique étrangères – 8

Archives & Records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 42, n°2, 2021

 

S. Nesli Gül Durukan, Kadriye Tezcan Akmehmet, « Uses of the archives in exhibition practices of contemporary art institutions », p. 131-148.

L’art contemporain s’intéresse de plus en plus à la reconstitution et à l’interprétation de documents d’archives pour contribuer à la connaissance historique par des expositions. En étudiant six institutions artistiques, les auteurs analysent les motivations de telles expositions : réinterpréter les pans les plus connus de l’histoire, en explorer d’autres moins connus, construire un espace de débat politique sur l’histoire, etc.

Sarath Pillai, « Archiving federally, writing regionally: archival practices and princely state histories in postcolonial India », p. 149-166.

L’auteur pointe la pauvreté des archives des États princiers indiens avant 1947 dans les archives provinciales du pays, et ce tout particulièrement pour les archives touchant aux mouvements fédéralistes. Selon lui, ces manques révèlent une indifférence aux archives historiques des États indiens. La loi sur les archives néglige la question de la préservation des archives historiques, considérées comme un instrument du pouvoir, alors qu’elles pourraient contribuer à faire entendre une pluralité de points de vue sur l’histoire de ces régions.

Ariel Antonio Morán-Reyes, « The right to information to counteract espistemic injustices: documentary collection M68 of the Mexico’s AGN », p. 167-182.

Cet article analyse les enjeux entourant l’ouverture de certaines archives relatives aux crimes contre l’humanité au Mexique et tout particulièrement la période de la « guerre sale ». Il insiste sur le rôle des archivistes dans la réduction des injustices épistémiques, en contribuant à la diffusion des informations, et souligne l’importance de l’ouverture de ces archives pour promouvoir la reconnaissance des droits au Mexique et reconstituer un épisode crucial de l’histoire du pays.

Ana R. Pacios, Sara Martinez-Cardama, « Active disclosure of Spanish historic archives’ economic-financial information », p. 183-200.

Depuis la loi 19/2013 du 9 décembre 2013 relative à la transparence, à l’accès à l’information publique et à la bonne gouvernance, les institutions publiques espagnoles doivent diffuser certaines informations relatives à leur budget et à leurs statistiques comptables. Or cet article montre à partir des sites internet de huit services d’archives espagnols que si ces institutions ont su jouer un rôle pionnier dans la numérisation et l’amélioration de l’accès aux archives, aucune n’informe le public sur son financement ou ses postes de dépenses. Un outil développé par le ministère de la Science, de l’innovation et des universités permettra bientôt de recueillir des indicateurs qualitatifs et quantitatifs précieux pour une plus grande transparence sur l’activité des services d’archives.

Hilo_s documentales, an 4, vol. 2, n° 4, 2021

Clara Inés Aprea, Ingrid Jaschek, Ana Julia Lacchini, « Archivos escolares : desafíos, usos y potencialidades », e25.

Dans le cadre d’un processus de réparation historique, l’Université de la Plata (Argentine) mène un projet à partir des dossiers de victimes du terrorisme de son Liceo Victor Mercante. Les autrices montrent à partir de cet exemple l’importance de mener des « politiques archivistiques intégrales », de penser les archives dans leur contexte de production, de concevoir ces documents administratifs dans un contexte mémoriel et de réparation.

María José Peralta, « El Archivo Escolar : un espacio de construcción de identidad y memoria institucional », e26.

Cet article revient sur le projet de création d’un service d’archives universitaires au sein de l’école nationale Ernesto Sábato de l’Université nationale du Centre de Buenos Aires. Il montre comment ce service, créé dans un but de formation des étudiants et de construction d’une mémoire historique, s’inscrit dans la loi sur l’Éducation nationale qui recommande la promotion d’actions favorisant la protection du patrimoine culturel.

Silvina Brizzi, Lucía Gentile, Asunción Iglesias, Diego Salomoni, Luis Francisco Tonelli Martins, « El Archivo del Bachillerato de Bellas Artes “Prof. Francisco A. de Santo” de la UNLP », e27.

Cet article retrace la création du service d’archives de la faculté des beaux-arts (BBA) de l’Université de la Plata en Argentine. Prenant conscience de l’importance de ses archives, la faculté a mené une réflexion sur son patrimoine documentaire en tant que marqueur de son identité. La réalisation d’un projet « Archives BBA » qui présentait les fonds d’archives a permis la création d’un département dédié au sein de la faculté.

María Luciana Fernández, « El trabajo de conservación de archivos personales en el Centro de Documentación Histórica de la UNCuyo », e28.

L’Université nationale de Cuyo (Argentine) conserve les archives de ses professeurs, étudiants et personnels d’appui à l’enseignement et à la recherche. Cet article présente les actions mises en œuvre par son centre de documentation historique pour assurer la bonne conservation matérielle des documents.

Pablo Agüero, « Algunas experiencias del Centro de Documentación Histórica con la Memoria y la Historia », e29.

L’article présente le travail réalisé pour la valorisation de l’histoire et de la mémoire par le centre de documentation historique de l’Université nationale de Cuyo. Il s’attache plus précisément à présenter deux actions : d’une part, un projet de conservation et de numérisation des archives de la direction des Informations de la police de Mendoza qui a joué un rôle de renseignement à des fins répressives par le passé ; la publication d’un livre sur l’histoire des facultés de l’université d’autre part.

Gabriela Cruder, « www.observatoriodelaimagen.unlu.edu.ar : entre la colección y el archivo », e30.

L’autrice explore la frontière entre archives et collection à travers l’exemple de l’Observatoire de l’image, une plateforme numérique proposée par l’Université nationale de Luján (Argentine). Elle s’interroge ainsi sur les problématiques de classement et d’organisation des images sur la plateforme, ou encore sur le risque éventuel d’anachronisme posé par la juxtaposition d’images.

Fernando Cazas, Alejandra Juvenal, Natalia Osorio, Juan Urratia, Ana Diamant, « Capacitación docente en la Carrera de Psicología de la UBA entre dictadura y democracia. Hallazgo de una experiencia velada que inicia a fines de los 70 », e31.

Les auteurs reviennent sur une collecte d’archives orales menée à la faculté de psychologie de l’université de Buenos Aires dans le cadre d’un projet sur la formation des enseignants universitaires en psychologie de cette université entre 1974 et 2004. Cette collecte est complétée par une recherche dans les archives de la faculté. Après avoir présenté quelques conclusions de leur projet, ils analysent les forces et faiblesses de chacune de ces sources.

Àngel Àngeles Fernández, « La organización de un fondo universitario para la automatización : Grupo de información en Reproducción Eligida », e32.

Le groupe d’information sur le choix en matière de reproduction (GIRE) a confié son fonds documentaire au service d’archives historiques de l’Université nationale autonome du Mexique. Grâce au soutien du Conseil international des archives (CIA), le service a pu valoriser ce fonds sur son portail AtoM, avec la mise en ligne d’un instrument de recherche et d’images numérisées.

José Marcilese, « La experiencia del Archivo de la Memoria de la Universidad Nacional del Sur, entre las colecciones documentales y los registros orales », e35.

L’Université nationale du Sud (Argentine) collecte depuis 1999 des témoignages oraux d’habitants de la ville de Bahía Blanca, dans laquelle elle se situe. La production de ces témoignages, accessibles à tous ceux qui souhaitent se renseigner sur l’histoire de la ville, résulte initialement d’un accord avec la Ville pour la création d’ « archives de la mémoire » (Archivo de la Memoria). En outre, le service conserve des archives du rectorat, de l’Institut de technologie, mais aussi des photographies et des publications institutionnelles.

Magalie Moysan


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.