Revues d’archivistique étrangères – 9

Archival science, vol. 21, n° 2, 2021

Linqing Ma, Ruohua Han, « Chinese “archival” stories of lifecycle management: tracing three major reformative events from 1933 to 2010 », p. 117-137.

La Chine ne connaît pas la notion de records et le modèle de records lifecycle hérité de la pratique anglo-saxonne ne lui est donc pas applicable. Deux concepts sont au cœur de la pratique archivistique chinoise : le WenShu/WenJian et le DangAn. Le WenShu/WenJian correspond à la phase de création et d’utilisation des documents d’archives par les producteurs eux-mêmes. Le DangAn à la prise en charge par un service d’archives, d’abord chez le producteur lui-même puis à l’extérieur de celui-ci. L’article revient sur la distinction entre ces deux concepts et sur les trois grands événements qui ont marqué l’archivistique chinoise au 20e siècle et ont occasionné un réexamen de l’articulation entre les deux concepts : la réforme WenShu-DangAn dans les années 1930 ; l’intégration de la gestion de WengJian et DangAn dans les années 1980 et enfin la gestion intégrée depuis les années 2000. Les auteurs évoquent le contexte, les mécanismes et les résultats de chacun de ces événements, ainsi que les différences entre eux, et cherchent ainsi à améliorer la connaissance de l’histoire des archives en Chine, telle que portée par la communauté des archivistes de DangAn.

Viviane Frings-Hessami, « The societal embeddedness of records: teaching the meaning of the fourth dimension of the Records Continuum Model in different cultural contexts », p. 139-154.

Partant du constat que le concept de pluralisation développé dans le cadre de la théorie du records continuum est difficile à expliquer dans des contextes archivistiques différents, l’autrice propose d’utiliser le concept d’intégration sociétale (societal embeddedness). L’utilisation de ce dernier permet selon elle de comprendre que la pluralisation ne correspond pas seulement à un partage a posteriori des archives dans le futur, mais à la prise en compte a priori des attentes sociales dans la gestion des documents d’archives (records and recordkeeping systems). Après une courte revue de littérature, Viviane Frings-Hessami appuie son propos en évoquant deux exemples simples (deux photographies) utilisés dans divers environnements d’apprentissage – notamment non anglo-saxons – pour enseigner la théorie du records continuum et faire comprendre l’importance que revêt pour elle la prise en compte du contexte sociétal (réglementation, coutumes et attentes locales qui ont des conséquences sur la création des documents eux-mêmes).

Sindiso Bhebhe, Mpho Ngoepe, « Elitism in critical emancipatory paradigm: national archival oral history collection in Zimbabwe and South Africa », p. 155-172.

Cet article s’intéresse à la manière dont la mémoire des groupes minoritaires s’est constituée en Afrique du Sud et au Zimbabwe. Les auteurs constatent tout d’abord l’échec des politiques de collecte d’archives orales mises en œuvre par les institutions officielles auprès des groupes minoritaires, en raison du refus de ceux-ci de collaborer avec des institutions officielles (National Archives of Zimbabwe et National Archives and Records Services of South Africa) et de la tendance de celles-ci à se focaliser sur la parole des élites au pouvoir (blanches d’abord, noires ensuite). Les programmes d’archives orales se contentent de reproduire le schéma de domination hérité de l’époque coloniale. En conséquence, l’article recommande en conclusion la dépolitisation des services nationaux d’archives.

Mengqiu Li, Huiling Feng, Yubao Gao, « A typology of Chinese “archives” », p. 173-192.

Cet article rend compte des conclusions d’une étude visant à proposer une classification des différents types d’archives chinoises, pour aider à cerner la complexité de la pratique archivistique de ce pays, en plein développement depuis 70 ans. Adoptant la méthode de la recherche historique, le texte oppose d’une part, dans une approche par origine, archives gouvernementales (ministères, entreprises publiques, institutions publiques) et archives non gouvernementales (archives familiales, archives d’entreprises privées, archives communautaires) et d’autre part, dans une approche fonctionnelle, archives administratives, archives scientifiques et techniques et archives spécialisées. Pour chacun de ces types, les auteurs reviennent sur le contexte historique, les caractéristiques propres. Cette présentation encore imparfaite selon les auteurs – car excluant quelques types particuliers d’archives – vise à améliorer la connaissance et la compréhension de la situation chinoise et de ses spécificités, dans la perspective d’approches comparatives.

Sébastien Rozenberg, « Digital records as relational objects–Yuk Hui’s concept of digital objects applied to archival science », p. 193-218.

L’article propose de s’emparer des théories de l’informaticien et philosophe hongkongais Yuk Hui et plus spécifiquement de son ouvrage On the existence of Digital Objects (non traduit en français à notre connaissance) pour repenser le concept d’archives électroniques (digital records). Yuk Hui considère que les objets numériques mobilisent deux types d’ontologies : les ontologies qui renvoient au langage technique et à la représentation de la connaissance comme les métadonnées ; et l’ontologie au sens de la phénoménologie d’Heidegger qui permet de comprendre ce qui se trouve dans le monde. Les objets numériques sont produits et constitués à travers leurs relations discursives (techniques et logiques) et existentielles. Après avoir comparé les théories de Hui avec différentes conceptions des archives électroniques, l’auteur propose sa propre définition de celles-ci, soulignant ces relations discursives et existentielles.

Archival science, vol. 21, n°3, 2021

Jinfang Niu, « The need for shared personal/family archivists », p. 219-241.

Cet article étudie, sur la base d’une enquête principalement menée auprès des répondants américains, les pratiques de conservation et les besoins de conseils en archivage des citoyens. Les individus et les familles gèrent en effet une masse croissante d’informations et d’archives accumulées sous toutes les formes par eux ou par des tiers (dossiers médicaux ou dossiers d’assurance, par exemple). Face à l’insuffisance des services fournis par les archives et les bibliothèques de proximité, il recommande le développement de nouveaux types d’archivistes – autoentrepreneurs sur le modèles des photographes freelance –, capables de répondre aux besoins des individus et des familles et examine la meilleure manière d’y parvenir – y compris via le développement de cours spécialisés dans les formations en sciences de l’information et la création de plateformes d’opérateurs similaires à Uber.

James Lappin, Tom Jackson, Graham Matthews, Clare Ravenwood, « Rival records management models in an era of partial automation », p. 243-266.

Les auteurs partent du constat que deux modèles en matière de records management ont émergé dans les années 1990 : celui développé par Luciana Duranti invitant à intégrer les documents engageants dans un système dédié et optimisé ; celui recommandé par David Bearman et invitant à vérifier l’existence de fonctionnalités de gestion et d’archivage dans les applications métier. En 2013, la National Archives and Records Administration a de son côté invité les agences fédérales à cibler les comptes de messagerie à conserver définitivement, approche qui ne peut être rapprochée d’aucune des deux précédentes. Un troisième modèle en matière de records management a donc émergé (le in-place model), dans lequel les documents sont gérés sur place dans les applications métiers, même si celles-ci ne disposent pas d’une structuration optimale. L’article étudie ce nouveau modèle en examinant comment la gestion des archives dans les organisations a été appréhendée par les théoriciens de l’archivistique (Jenkinson, Schellenberg, Scott, Upward, Duranti, et Bearman) et par les praticiens. Il examine enfin dans quelles circonstances ce modèle, complémentaire des deux autres, leur est préférable, dans une perspective qui concilie pragmatisme et respect de la théorie du records continuum.

Tsepho Mosweu, « Accountability for governance of liquid communication generated through the use of social media in Botswana: whose duty is it? », p. 267-280.

Partant du constat que les contenus diffusés sur les réseaux sociaux – ce que l’auteur regroupe sous le vocable de « communication liquide » (liquid communication) – nécessitent une gouvernance documentaire, cet article examine, au travers d’une approche qualitative, la manière dont les rôles et responsabilités en la matière sont répartis au Botswana. Il constate que des documents engageants sont principalement placés sous la responsabilité des services de communication et que les Botswana National Archives and Records Services ne sont aucunement impliqués dans l’affaire. L’auteur recommande en conséquence l’adoption d’une approche cross-fonctionnelle pour gouverner ces documents et la définition claire et documentée des rôles et responsabilités de l’ensemble des services et personnes concernées.

Michael Reimsbach, John Aycock, « Decoding the Cauzin Softstrip: a case study in extracting information from old media », p. 281-294.

Cet article examine la problématique de conservation à long terme des premiers codes-barres bidimensionnels (les « Cauzin Softstrip »), lancés en 1985 par Cauzin Systems, utilisés pour coder toutes sortes de données numériques. Imprimé sur papier (magazines informatiques, ouvrages informatiques, brochures), le code-barre donnait accès à une information numérique qui était extraite en utilisant le lecteur Cauzin Softstrip. Afin d’extraire et de consulter les données numériques, un lecteur de code-barres Cauzin a été développé qui donne plus de 90 % de résultats positifs comme l’expliquent les auteurs. L’étude montre également que les technologies d’apprentissage profond (deep-learning) utilisées pour concevoir ce lecteur sont accessibles, même à des non-experts.

Stephen Abrams, « Tacit attitudinal principles for evaluating digital preservation success », p. 295-315.

Dans cet article, l’auteur s’intéresse à la façon dont la communauté de la préservation du numérique intègre dans sa réflexion la notion de succès. Se fondant sur l’étude de six politiques et déclarations identifiées dans un corpus de 95 émises par des institutions patrimoniales, il pointe le fait que les notions d’intégrité, d’accessibilité et d’authenticité restent au centre des réflexions de la communauté, alors que celle d’utilisabilité (usability) est insuffisamment étudiée. L’auteur propose des solutions pour mieux prendre en compte ce critère et invite à prendre davantage en considération ce que l’on appelle « l’expérience utilisateur », à savoir la manière dont les êtres humains interagissent avec les objets numériques pour évaluer les chances de succès des opérations de préservation.

Archival science, vol. 21, n°4, 2021

Mikulas Čtvrtnik, « Closure periods for access to public records and archives. Comparative-historical analysis », p. 317-351.

Cet article rend compte d’une analyse comparée de la législation en matière d’accès aux archives et de ses conséquences en matière de relations entre le public et l’administration et de possibilité pour le public de consulter les documents. Sont étudiés, conjointement avec l’Union européenne, les pays suivants : le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, l’Allemagne, la Suède, la Suisse et la République tchèque. Il étudie ensuite plus précisément le cas britannique pour comprendre comment les périodes d’ouverture et de fermeture de l’accès ont évolué depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. L’étude s’achève sur un examen de la question du droit d’accès à l’information et son rapport au droit d’accès aux archives.

Katherine Jarvie, Joanne Evans, Sue McKemmish, « Radical appraisal in support of archival autonomy for animal rights activism », p. 353-372.

L’article examine le rapport qu’entretient la communauté des défenseurs des animaux avec ses archives, en étudiant le cas de Direct Action Everywhere (DxE), un groupe de libération animale basé aux États-Unis, à l’heure où le militantisme agit principalement sur des plateformes en ligne. L’étude montre le rôle actif que tiennent la politique d’archivage comme témoignage stratégique des activités et les documents dans les actions de communication. Il explique également que l’association est comme les autres confrontée au défi de la préservation de ses documents numériques à long terme, ce qui nécessite d’intégrer les pratiques archivistiques dans les actions quotidiennes. Les autrices insistent sur l’intérêt que présente la théorie du records continuum dans l’étude de ce type de cas et le risque que présente l’utilisation de plateformes collaboratives en ligne pour la conservation des archives du mouvement.

Katie Young, « Walking through postcolonial archives in Tamale, Northern Ghana », p. 373-389.

Étudier les conséquences de la colonisation sur un territoire donné implique de parcourir celui-ci et de consulter les archives qui le concerne. Katie Young, spécialiste du Ghana, rend compte dans cet article de sa pratique de chercheuse dans la ville de Tamale, au nord du pays, et fait part des réflexions suggérées par sa pratique de la marche sur ce territoire. Elle évoque successivement la difficulté à localiser le service d’archives – et l’incapacité des habitants à l’aider –, les conversations échangées avec des passants sur le chemin du service d’archives, et les leçons qu’elle tire de la consultation des archives en matière de conséquences de la colonisation sur l’urbanisme, sur la toponymie et sur la ségrégation spatiale dans la ville. Elle rend compte enfin de sa découverte, lors de ses pérégrinations, d’un rapport inattendu des habitants aux archives – via leur passion pour d’anciens enregistrements musicaux sur cassettes numérisés par des disquaires et partagés largement sur les téléphones.

Huiling Feng, Zhiying Lian, Weimei Pan, Chunmei Qu, Wenhong Zhou, Ning Wang, Mengqiu Li, « Retrospect and prospect: the research landscape of archival studies », p. 391-411.

Cet article présente les résultats d’une étude destinée à dresser un état des lieux comparatif des recherches en archivistique menées en Chine et à l’étranger ces dernières années. Points communs et différences sont passés en revue, afin d’identifier les domaines prioritaires de recherche à développer en Chine dans les cinq prochaines années : « management » (préservation numérique, accès et usage des archives, records management intégré, gestion des archives personnelles) ; « technologie » (études d’archivistique computationnelle, application de technologies innovantes à la gestion des archives, à la préservation numérique et à l’archivage électronique en général) ; « humanités » (activisme archivistique, « archival multiverse », gestion participative des archives). L’étude estime néanmoins que le troisième volet fera l’objet d’un nombre de recherches limité, dans la mesure où la recherche archivistique chinoise est davantage utilitariste que la recherche archivistique étrangère. Par ailleurs, la théorie archivistique, l’histoire des archives et la discipline archivistique continueront à faire l’objet de travaux importants, comme précédemment.

Colin Post, Alexandra Chassanoff, « Beyond the workflow: archivists’ aspirations for digital curation practices », p. 413-432.

Cet article rend compte d’une étude menée auprès de 12 institutions culturelles parties prenantes du projet OSSArcFlow (2017-2020) utilisant divers logiciels d’archivage (ArchivesSPace, Archivematica, BitCurator) et relative aux défis en matière de documentation des pratiques de conservation numérique. Sur la base d’enquêtes semi-directives, les auteurs montrent tout d’abord la difficulté des archivistes à se projeter en matière d’évolution de leurs processus de travail, avec une tendance à aller au-delà de la simple modification du processus. La réunion des archivistes en groupe de discussion a permis aux auteurs de dépasser ces blocages et de catégoriser les souhaits des archivistes (processus de travail mais aussi facteurs sociotechniques comme les outils, les ressources humaines et les facteurs organisationnels et administratifs). En conclusion, les auteurs estiment qu’un travail sous forme de communauté de pratiques et une bonne documentation peuvent aider les archivistes à comprendre les lacunes et les défis en matière de processus de travail, ainsi qu’à imaginer les développements nécessaires de leurs systèmes d’archivage électronique, dans la mesure où la conservation numérique est fondamentalement une activité socio-technique.

Archival science, vol. 22, n°1, 2022

Sara Martinez Cardama, Ana R. Pacios, « National archives’ priorities: an international overview », p. 1-42.

Quelles sont les priorités des services nationaux d’archives affiliés au Conseil international des archives ? Telle est la question posée par cet article qui constitue le résultat d’une enquête conduite en juin 2020 et qui a permis de comparer les 18 plans stratégiques et 41 déclarations identifiées sur internet. Si l’accès, la conservation et la numérisation constituent des points de convergence, l’étude montre que d’autres priorités, comme la protection du patrimoine, la mémoire collective et le renforcement de l’autorité des services d’archives nationaux, sont également présentes dans certaines régions. En conclusion, les autrices rappellent que la publication de plans stratégiques régulièrement mis à jour joue un rôle important pour garantir la transparence de l’action des archivistes et pour faciliter la comparaison entre services.

Rebecca D. Franks, « Risk in trustworthy digital repository audit and certification », p. 43-73.

La notion de risque joue un rôle important dans la préservation des archives électroniques et est au centre des procédures d’audit qui ont été conçues. Partant de l’hypothèse que celles-ci se focalisent sur les questions techniques, économiques et organisationnelles, l’autrice étudie la manière dont la notion de risque est appréhendée par ceux qui ont conçu les normes d’audit, ceux qui délivrent des certifications et les archivistes responsables d’un dépôt ayant fait l’objet d’un audit. L’étude montre, en se concentrant sur les 5 thématiques principales abordées dans la norme (questions financières, juridiques, organisationnelles, procédurales et techniques), que si les différents intervenants se rejoignent sur l’identification des principaux risques, les archivistes sont moins confiants que les deux autres populations sur les résultats des audits menés et les propositions d’atténuation des risques émises. Ils s’interrogent, en conséquence, sur la fiabilité et la viabilité de leurs dépôts.

Ciaran B. Trace, « Archival infrastructure and the information backlog », p. 75-93.

La production exponentielle d’informations augmente logiquement le flux d’informations transférées depuis le producteur vers les services d’archives. Or on observe une rupture à ce moment de la chaîne, le flux devient discontinu et perturbé en raison du temps considérable nécessaire au classement et à la mise à disposition. Ce que les archivistes appellent avec euphémisme l’arriéré est en fait un constat d’échec devenu une norme dans les services d’archives. L’autrice s’attache à quantifier et qualifier l’arriéré aux États-Unis avant d’étudier les solutions qui s’offrent aux archivistes (demander des moyens supplémentaires, augmenter les performances de classement, …).

Jennifer Y. Pearson, « How archival studies and knowledge management practitioners describe the value of research: assessing the “quiet” archivist persona », p. 95-112.

Les archivistes sont souvent perçus comme des individus passifs, introvertis et manquant de visibilité. L’article revient sur ces stéréotypes en comparant le vocabulaire utilisé par les archivistes et par les spécialistes du knowledge management dans leurs revues professionnelles respectives, entre 2015 et 2019 (titres et résumés des articles). Les conclusions de l’étude confirment que les archivistes sont plus discrets que les spécialistes du knowledge management, et recourent moins à des termes ou des expressions qui induisent un apport de valeur (comme important, nouveau, significatif, clé, performance, succès, avantage compétitif, crucial, etc.). L’autrice invite en conséquence les archivistes à employer un vocabulaire plus adapté aux attentes de leurs interlocuteurs en matière d’efficacité, d’amélioration, d’impact, d’amélioration, de succès.

Viviane Frings-Hessami, « Continuum, continuity, continuum actions: reflection on the meaning of a continuum perspective and on its compatibility with a life cycle framework », p. 113-128.

D’origine australienne, la théorie du records continuum peine à s’implanter dans le monde francophone en raison d’une culture archivistique différente et de difficultés de compréhension (problèmes de traduction comme d’interprétation des concepts, y compris dans des articles publiés par des enseignants-chercheurs). L’article de Viviane Frings-Hessami présente le résultat d’une enquête menée auprès de huit archivistes suisses en décembre 2019 relative à la compréhension de la théorie par des archivistes non familiers du monde archivistique australien. Elle montre que, même si ceux-ci ont du mal à comprendre le modèle, ils mettent en œuvre au quotidien des actions en matière de création et de préservation des documents d’archives compatibles avec la pluralité des usages possibles sur le long terme et donc avec la théorie du records continuum.

 

Archivaria, n° 92, 2021

Colin Post, « The Art of Digital Curation. Co-operative Stewardship of Net-Based Art », p. 6-47.

L’article se penche sur une plateforme de création et de diffusion d’œuvres d’art, Paper Thin, animée par des artistes. En s’intéressant aux nouveaux réseaux d’acteurs coopératifs dans le monde de l’art, il décrit les modalités de travail de cette plateforme, de la création à la diffusion en passant par la curation numérique pour montrer comment ces pratiques émergentes dépassent le « paradigme custodial » théorisé par Terry Cook.

Sarah Cook, « Archival Interventions and Disentangling Legacy Records », p. 48-73.

Cet article s’interroge sur les conséquences du processus de classement et de diffusion des archives à Bibliothèque et Archives Canada (BAC). En se focalisant plus spécifiquement sur le fonds photographique du Fonds de l’office national du film du Canada, l’autrice montre comment les interventions successives des archivistes pour décrire ces archives ont largement influencé leur compréhension et leur usage futur. Son étude de cas s’inscrit dans un projet de recontextualisation actuellement mené à BAC et propose des solutions pour améliorer la description archivistique en mettant en valeur les provenances multiples et en fournissant un contexte historique complet du document.

Harrison Apple, « I Can’t Wait for You to Die: A Community Archives », p. 110-137.

L’auteur revient sur le Pittsburgh Queer History Project dont il présente les origines et les missions. Son analyse le conduit à souligner les limites de la pratique archivistique qui ne permet pas selon lui de produire les conditions de la libération sociale des communautés concernées. Se positionnant du point de vue des archives de communautés, il observe que les institutions portent une attention particulière aux archives des communautés, mais attendent de ces dernières qu’elles reconnaissent un besoin d’accompagnement aux bonnes pratiques archivistiques.

Shelley Sweeney, Cheryl Avery, « Write Us in the Story: Archives and Archivists in Narratives for Children », p. 140-159.

La sensibilisation des enfants aux archives passe souvent par le prisme de visites de classes ou par la construction de matériaux pédagogiques. Les autrices ont souhaité ici étudier la représentation des archives et des archivistes dans la littérature jeunesse. Elles notent que la bibliographie est peu conséquente sur ce sujet, mais pointent tout de même deux cas intéressants de livres créés par un archiviste et commandés par un service d’archives.

Alison Turner, « Archival Readiness: Archive Making in an Emergency Shelter », p. 74-107.

À partir de son expérience de membre d’un refuge d’urgence temporaire pendant la pandémie de Covid 19, l’autrice explore les enjeux archivistiques associés aux communautés itinérantes et à leur production documentaire. Considérant que l’itinérance des personnes constitue un défi pour le développement de pratiques d’archivage institutionnelles et communautaires inclusives, elle propose le concept de « préparation archivistique » pour créer des archives avec ces communautés et non plus simplement les collecter, par exemple en les documentant et en les enrichissant avec l’expérience de la communauté.

Records Management Journal, vol. 31, n° 3, 2021

Ce numéro spécial intitulé « Records management in the Anthropocene: pathways and challenges presented by climate change » est consacré aux enjeux archivistiques induits par le dérèglement climatique.

Moisés Rockembach, « Climate change and web archives: an Ibero-American study based on the Portuguese and Brazilian contexts », p. 222-239.

L’auteur étudie trois sites d’archives du web (Internet Archives, Archives-It et les archives du web portugaises) pour analyser l’importance du changement climatique dans les collectes réalisées. Il montre que la thématique est présente et distribuée sur un vaste ensemble de sites (en lien par exemple avec la dernière élection présidentielle américaine, les feux de forêt australiens ou encore les « vendredis pour le futur » de Greta Thunberg).

Lois M. Evans, « Sometimes, green is the outcome: climate action in records management and archives in Canada », p. 240-268.

Une recherche qualitative réalisée à partir d’entretiens dans les agences gouvernementales, les universités et les entreprises canadiennes interroge leur relation au développement durable. L’autrice invite les archivistes qui mobilisent largement la littérature des musées et des bibliothèques à créer leurs propres outils pour construire une pratique durable. Elle préconise une évaluation des bâtiments d’archives existants, la réalisation d’une enquête nationale sur l’utilisation des plans d’urgence ou encore l’inclusion d’un volet environnemental dans les formations archivistiques.

Nkoledzeni Sidney Netshakhuma « The impact of climate change on the Mpumalanga Provincial Archives and records management activities », p. 269-283.

Le responsable des archives de la province du Mpumalanga en Afrique du Sud s’interroge sur les conséquences du réchauffement climatique sur les archives. À partir d’une revue de la littérature et d’entretiens avec 10 archivistes, il montre le manque de préparation de la province, qui ne dispose ni de plans d’urgence, ni d’agents formés pour les mettre en œuvre.

Amanda Oliver « The impact of climate change on Canadian archives », p. 284-302.

Cet article s’intéresse à la situation au Canada en matière de changement climatique. L’autrice a analysé les projections climatiques pour le pays et conclut que l’ensemble des archives canadiennes seront touchées par le dérèglement du climat. Un questionnaire en ligne montre que les plans d’urgence sont répandus (70,9% des répondants), qu’une majorité d’archivistes n’a jamais eu à faire face à un sinistre et que le besoin de formation se fait cruellement sentir. La construction de bâtiments d’archives résilients apparaît également comme une priorité.

Salvador Barragan, « Infonomics and the environment », p. 303-313.

L’auteur revient sur les méthodes existantes d’évaluation des archives et montre qu’elles pourraient constituer un atout pour évaluer et réduire l’empreinte carbone du numérique. Il mobilise l’approche infonomique (infonomics), une théorie économique visant à considérer la valeur monétaire de l’information à travers trois champs d’action : mesurer, gérer, monétiser. Il recommande de remplacer la traditionnelle « valeur d’information » exprimée pour évaluer les archives par trois valeurs : la valeur réalisée (valeur intrinsèque de l’information), probable (valeur de performance) et potentielle (valeur marchande).

Georgina Robinson « Come hell or high water: climate action by archives, records and cultural heritage professionals in the United Kingdom », p. 314-340.

Cet article fait également appel à une enquête par questionnaire pour interroger les archivistes et records managers britanniques sur les thématiques qu’ils jugent prioritaires en lien avec le changement climatique. L’enquête montre que les professionnels se sentent investis d’une mission de conservation et de communication d’archives qui justifie leur engagement sur la question. L’autrice établit qu’ils souhaitent construire des bâtiments passifs et diminuer le volume des fonds d’archives pour répondre aux enjeux climatiques, mais rencontrent plusieurs points d’achoppement : manque de moyens, tension entre volonté d’agir pour le climat et devoir de conservation, ou encore organisations trop hiérarchiques.

Records Management Journal, vol. 32, n° 1, 2022

Ragna Kemp Haraldsdottir, Johanna Gunnlaugsdottir, « Contradicting challenges: the complexity of documenting personal information in a regulatory environment », p. 1-20.

La législation islandaise en matière d’égalité des salaires impose aux employeurs d’acquérir une certification pour attester de leurs efforts en la matière et de conserver une trace des actions réalisées. Cet article s’interroge sur l’articulation entre ces exigences et le respect du RGPD. Les autrices montrent que les organisations étaient insuffisamment préparées à cette réforme et n’ont pas perçu l’intérêt du records management pour la mettre en œuvre.

Samuel Maredi Mojapelo, « Records management in government schools in South Africa: a case study in Limpopo province », p. 21-42.

Cette enquête qualitative dans les écoles gouvernementales sud-africaines montre que si les principaux et les personnels administratifs sont soucieux de la conservation de leurs archives, aucun système unifié n’est mis en place. La conservation apparaît donc comme aléatoire. L’auteur recommande la création d’un plan de classement unifié pour améliorer la gouvernance des archives et promouvoir une gestion plus transparente.

Mulikat Yetunde Adbulkareem, « Training and resources of e-records readiness at the Federal Ministry of finance in Nigeria », p. 43-61.

Cet article s’intéresse à la capacité du ministère des Finances nigérian à gérer des documents électroniques. À partir d’une observation de terrain et d’une enquête par questionnaire réalisée auprès des personnes qui gèrent et conservent des archives, l’auteur montre que le manque de budget constitue un handicap important dans la prise en charge des documents électroniques du ministère, malgré l’intérêt des personnels pour ce sujet. Il souligne l’importance d’une réelle politique en la matière, ainsi que d’un programme de formation des agents.

Tshepho Lydia Mosweu, « A review of the legislative framework for social media records in Botswana », p. 62-74.

L’autrice analyse le cadre réglementaire du Botswana relatif aux archives électroniques et montre que si les réformes ont pris en compte l’usage croissant d’Internet et du cloud, elles n’ont pas suffisamment intégré la question des réseaux sociaux.

Mordecai Chrysostom Matto, « Records management and performance of procurement management units in Tanzania: a case study », p. 75-95.

Les unités de gestion des achats constituent un enjeu de lutte contre la corruption en Tanzanie. Une autorité indépendante les invitait à utiliser le records management pour améliorer leur gestion. En analysant 164 de ces unités, l’auteur conclut à une nécessaire acculturation des responsables de ces structures aux principes du records management. Il invite également à attacher une importance plus grande à la conservation des documents produits par ces unités pour assurer leur authenticité, leur fiabilité, leur intégrité et leur réutilisation.

Fiorella Foscarini, Madeleine Krucker, « Meeting technologies and recordkeeping: a preliminary study », p. 96-109.

Les autrices s’interrogent sur l’impact des réunions à distance promues par le Covid sur la conservation des documents. Elles considèrent que ces nouvelles modalités ont facilité la création, la capture et le partage d’informations, mais envahissent davantage la vie privée des participants. Elles soulignent donc l’importance de faire appel à des professionnels de l’information pour choisir les outils ou déterminer les modalités d’enregistrement et de conservation de ces données.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.