Appel à réflexions au pays de Mabillon et de Derrida

Ce carnet trouve son origine dans la participation de deux Français, Marie-Anne Chabin et Goulven Le Brech, au 8ème colloque du Groupe interdisciplinaire de recherche en archivistique qui s’est tenu à l’Université de Montréal le 30 novembre 2018.

De retour en France, les deux auteurs de ce texte ont pensé qu’il serait intéressant de s’inspirer de l’esprit du GIRA pour mener une expérience collective prospective, en France, sur le matériau archivistique et pour, en somme, bousculer un peu la réflexion archivistique en la sortant de sa torpeur actuelle…

Ils en ont parlé à divers collègues – professionnels des archives œuvrant dans des établissements publics et des entreprises et/ou ayant une activité d’enseignement au sein de formations universitaires en archivistique – au cours d’échanges à bâtons rompus à la manière des cafés littéraires ou philosophiques, portant sur les pistes nouvelles que pourrait explorer la recherche en archivistique et en diplomatique.

L’unanimité s’est rapidement faite sur un constat : d’un côté, les archives, au sens élargi de documentation accumulée pour l’action et la connaissance, constituent le matériau d’études de plus en plus nombreuses en sciences humaines et sociales, voire en sciences dures ; de l’autre, des masses de données produites et reçues par les entreprises et les organisations publiques dans l’exercice de leur activité – archives au sens de la loi, même si elles n’en portent pas le nom – inspirent le discours et la réflexion d’acteurs aux profils les plus divers, de l’informatique au droit et de l’histoire à la sociologie, qui semblent tout ignorer de notions séculaires telles que la provenance et la pertinence, les fonds et les dossiers, l’original et la copie, l’authenticité diplomatique et la fiabilité, etc.

De ces échanges est née l’idée d’un carnet de recherches permettant de combler ce hiatus en partageant réflexions et propositions, sous forme d’articles de fond en archivistique et en diplomatique contemporaine, ou relatifs au traitement et à l’exploitation par d’autres disciplines des documents et données d’archives, ainsi que des comptes rendus d’événements ou de colloques, des traductions françaises d’articles ou de billets publiés en langue étrangère et des informations de veille.

Son nom d’Archivalise(s) vient du verbe « archivaliser », néologisme tiré du substantif « archivalisation » créé par Eric Ketelaar à partir de l’ « archivation » exposée par Jacques Derrida dans son Mal d’archive. Libre à nos lecteurs d’interpréter à leur guise ce jeu de mots sur la matière de base de notre entreprise, c’est-à-dire les archives.


1 réflexion sur « Appel à réflexions au pays de Mabillon et de Derrida »

  1. Ping : Rétrospective 2019 : la liste du Père-Noël |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.