Frank J. Boles « Il y a un temps pour tout » – 1

La dernière livraison datée de 2019 de The American Archivist contient un article de Frank J. Boles intitulé « To Everything There Is a Season », qui a suscité, dès sa parution en pre-print, un débat très vif. Il nous a paru utile de le faire connaître en français et nous remercions l’auteur et la Society of American Archivists de nous l’avoir permis. Du fait de la longueur de l’article, sa traduction, due à Hélène Guichard-Spica, paraîtra ici sous la forme de deux billets successifs.

Bible polyglotte d’Alcalá, alias Complutense

 Il y a un temps pour tout et un moment pour toute chose sous le ciel1

De tous temps, les archivistes se sont débattus avec une problématique, cœur de l’objet même de la profession : que doit-on garder, que ne doit-on pas garder ? Trois idées, qui ne sont pas toujours parallèles dans la littérature professionnelle, ont eu un impact profond sur ce que les archivistes conservent. L’idée que les archivistes doivent constituer les archives universelles de l’activité humaine, que la justice sociale puisse guider les décisions de sélection et que les archivistes disposent d’une forme unique de pouvoir qui peut être exercé lors de la sélection, ont conduit certains à instaurer « une obligation professionnelle conduisant à construire un futur non seulement plus équitable, mais encore moral »2.

La documentation universelle, la justice sociale et le pouvoir des archives sont des idées qui rendent nobles tant les archivistes que leur profession. Mais un examen approfondi de ces idées conduit à la conclusion que ces notions ont moins de substance que ce que suggèrent leurs adeptes. Certaines doivent être entendues comme une aspiration plutôt que comme une mise en action. D’autres se doivent d’être comprises dans un contexte mitigé. Aucune n’est une recette miracle que les archivistes appliqueraient en fonction des circonstances.

Une alternative à ces idées se situe dans le mandat fixé à chaque service d’archives et dans la responsabilité documentaire spécifique qui en découle. Le but de cet article est de défendre la thèse, contre-intuitive, que le sujet de la profession ne procède pas de l’ambition, enracinée dans la notion de pouvoir des archives, de constituer une documentation universelle ou de construire un monde plus juste, mais de l’autonomie locale et des missions propres à chaque service d’archives. La diversité archivistique est le chemin le plus acceptable pour démontrer notre pouvoir, servir la justice et documenter la société le mieux possible.

Comme c’est bien souvent le cas, il est préférable de remonter aux sources pour expliquer ce qui a amené certains membres de la communauté archivistique à adopter l’idée que la mission de cette profession est bien la documentation universelle et la justice sociale joue un rôle clé dans la sélection, que le pouvoir des archives rend possible. L’appel à une exhaustivité documentaire est un héritage de F. Gerald Ham, qui appelait de ses vœux  « des archives représentatives de l’expérience humaine de notre époque » et voulait que les archives ne fussent pas moins que « le miroir de l’humanité »3. Ham est de ce fait celui qui a lancé les archivistes dans la voie de l’exhaustivité4.

L’appel de Ham fut alimentée en partie par la critique radicale des objectifs documentaires des archives présentée quelques années auparavant par Howard Zinn. Celui-ci incitait les archivistes à devenir des agents du changement œuvrant à l’inclusion culturelle et à la documentation des communautés marginalisées. Sa présentation en 1970, à la Society of American Archivists, est souvent citée comme le point de départ d’une littérature archivistique désormais substantielle sur ce sujet5. La charge de Zinn peut être aussi lue comme les commencements d’un appel à inclure la justice sociale dans les archives, bien qu’il ne l’ait pas exposé aussi fermement que d’autres ont pu le faire depuis.

L’idée d’une documentation sociale exhaustive, bien que de toute évidence séduisante, aurait dû être rapidement contrecarrée sur le terrain de la pratique. Les promoteurs de l’exhaustivité ne se sont jamais intéressés aux obstacles gênants et systémiques qui parsèment une telle trajectoire. En 1983, David Gracy sonnait l’alarme en ces termes : « L’incompréhension de nos publics et de ceux qui disposent du pouvoir d’attribuer des ressources pour nos magasins d’archives frappe au cœur de notre existence et de notre capacité à fonctionner. Avec des ressources diminuées, chaque activité liée aux archives souffre. Nous manquons de monde pour classer et décrire les archives, nous manquons d’espace pour collecter et conserver les documents patrimoniaux, nous manquons de ressources pour la préservation. Chacun d’entre nous en ressent les effets »6. En effet, les archivistes ont emprunté un terme existant pour décrire cette situation, prétendant vivre dans une « culture de la pauvreté »7.

Les archivistes partisans d’un archivage exhaustif de la société n’ont jamais dit comment aller d’une culture de la pauvreté auto-perçue vers une culture où des budgets suffisants pour une documentation universelle seraient disponibles. Lorsque ce sujet fut abordé, à l’issue d’une session de la conférence annuelle de la SAA (ou au bar), la réponse apportée fut plus ou moins identique à celle que me confia un jour une de mes connaissances aux Archives nationales : « mon travail est de débusquer les archives qui doivent être sauvées – leur travail est de trouver l’argent pour sauver les archives »8. « Leur » désigne ici les administratifs tels que David Gracy, et en l’occurrence, F. Gerald Ham. Alors que David Gracy et ses nombreux collègues de l’administration et successeurs trouvaient parfois plus d’argent, ils n’en trouvaient jamais assez. C’était, et c’est toujours, une faille fondamentale pour la constitution d’archives exhaustives de l’humanité, que chaque responsable administratif d’archives devrait avoir clairement vue et que désormais il doit voir.

Certains archivistes continuent d’asséner que leur travail consiste à sauver ce qui compte et que les problèmes administratifs ne les concernent pas. Bien que cet énoncé puisse être vu comme hardiment provocateur face à la réalité budgétaire, personne ne devrait être autorisé à simplement ignorer le fait historique que les archives, dans l’opinion de la communauté archivistique, ont été et sont toujours sous-dotées.  En effet, il serait sage que, lorsqu’ils pensent aux problèmes de financement de la conservation exhaustive des archives de la société, les archivistes se souviennent d’une des phrases favorites de la communauté : « le passé est garant de l’avenir / le passé est un prologue » et qu’ils agissent en conséquence.

Quoi qu’il en soit, contester un objectif visionnaire tel que la documentation universelle en invoquant des questions pratiques semble d’une certaine manière erroné. Cela remplace l’idéalisme par une triste réalité qui étouffe à la fois vision et initiative. Ce qui empêche d’atteindre l’exhaustivité n’est pas simplement pratique. Plus troublante encore que la question du financement est l’incapacité des archivistes à définir ce qu’ils feraient si on leur donnait toutes les ressources qu’ils souhaitaient. En dépit de l’abondante littérature relative à la représentation exhaustive de l’expérience humaine dans les archives, les archivistes ont échoué à répondre aux questions fondamentales qui définiraient ces archives.

Trois questions clés doivent être posées pour créer un miroir de l’humanité :

  1. La définition de l’expérience humaine : les archivistes ont besoin de comprendre ce qui doit être documenté. Quels acteurs et quelles actions les archivistes doivent-ils chercher à documenter ?
  2. Une compréhension de l’univers des archives : une fois déterminé ce qu’il faut chercher à documenter, les archivistes se doivent de comprendre quels documents existent pour établir la base de cette documentation, ou pour un programme archivistique plus ambitieux, quelles archives ils auraient dû chercher à produire9. Qui dit reflet de l’Humanité dit vision totale des archives de l’humanité.
  3. Une définition de ce qu’est un document d’archives représentatif : à supposer que les archivistes soient en mesure de définir non seulement l’expérience humaine, mais aussi l’univers des éléments documentant cette expérience, les archivistes devront aussi s’accorder sur ce qu’est un document représentatif.

La vérité dérangeante est que les archivistes sont incapables de répondre à ces questions et, de ce fait, ne peuvent créer ce miroir social de Ham. Des années à assister aux sessions et aux conférences annuelles de la SAA et à lire la littérature m’ont conduit à conclure que la meilleure réponse que peut apporter la communauté, comparée à sa perception de l’existence d’un patrimoine archivistique, est la combinaison entre « plus » et « différent »10.

La communauté archivistique devrait admettre que l’espoir de documenter de manière holistique la société doit être abandonné du fait de l’incapacité perpétuelle de la communauté à dire clairement comment fonder et définir ce but. Il est temps de laisser de côté l’appel des sirènes du miroir documentaire et le déclarer pour ce qu’il est : l’affirmation d’une ambition archivistique franche et inaccessible, indépendante de tout cadre intellectuel et de toute signification financière raisonnée. Souhaiter un miroir de la société au travers des archives est tout à fait analogue aux bons vœux que l’on échange entre amis et voisins lors des fêtes de fin d’année. Tout comme l’invocation optimiste « Bonne année ! », c’est espérer, mais hors de contrôle.

Pour certains archivistes, rendre une justice sociale au travers de l’entreprise archivistique est, à la surface, encore plus séduisant que la création d’un miroir sociétal. Une profession consacrée à promouvoir la justice sociale est bien plus attrayante. Aussi noble que cela puisse paraître, dans le monde des archives, cette idée comme obligation tant professionnelle qu’universelle n’est pas viable. Comme le fait remarquer élégamment Mark Greene, les archivistes qui promeuvent la justice sociale comme une composante nécessaire des archives s’appuient sur certaines hypothèses11. La première, suivant les mots de Verne Harris, est que « tout pouvoir, finalement, est archontique. Si le travail des archives est de renforcer le pouvoir en vue du Bien, s’il s’agit d’un travail utilisant le pouvoir pour le Bien, alors cela doit être un travail de justice ». Ou dit autrement « l’archiviste est un activiste de la mémoire pour ou contre le système d’oppression »12.

Comme le note Mark Greene, tant Harris que Rand Jimerson admettent qu’appeler les archivistes à travailler « pour le Bien », ce qui signifie, je suppose « contre le système d’oppression », crée de graves problèmes potentiels. Harris écrit, « je peux volontiers admettre que l’argument [de justice sociale] est dangereux. Abandonner la notion de l’archiviste comme gardien impartial, comme intermédiaire honnête, c’est ouvrir la porte aux archivistes militants poursuivant n’importe quel agenda politique »13. Jimerson lui aussi convient du danger d’une telle insertion,  mais il rejette les archivistes passifs, pour cette raison même. Jimerson écrit que les archivistes qui suggèrent comme antidote, suivant les termes de Jimerson, la « neutralité » et la « passivité », se mettent en échec professionnel : « Voulons-nous vraiment être d’obséquieux Uriah Heep14 serviteurs de l’Histoire ? Nous devrions avoir plus de respect de nous-même que cela »15. En fin de compte, le souhait de justice que Jimerson et Harris trouvent dans les missions d’archivistes les conduit à ignorer de possibles problèmes et à imposer aux archivistes l’obligation professionnelle de promouvoir la justice sociale.

Les archivistes doivent rejeter ces obligations pour deux raisons. Selon Christopher Hurley, que Greene cite dans son article, «  il est tout à fait possible de définir le bon archivage dans des termes purement technocratiques. Dans la vraie vie, quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas nous détacher de toute dimension morale »16. Mais le lien entre la conservation des archives et la morale est extrêmement complexe. Pour faire valoir ce point de vue, Greene juxtapose la référence de Hurley aux archives de la Shoah, à partir de l’exemple de Michelle Caswell : « Les documents créés par les Khmers Rouges pour conduire avec plus d’efficacité leur entreprise de torture et de meurtres, lorsqu’ils ont été conservés, ont une capacité incomparable à établir la responsabilité des anciens fonctionnaires du régime ».

Comme en conclut Greene, « il n’est pas possible pour les archivistes, d’un côté, d’être en faillite morale s’ils sont activement impliqués dans la création et le maintien de systèmes d’archivage et d’archives sur les meurtres de masse et, d’un autre côté, d’être d’une grande rigueur morale lorsqu’ils assurent que ces mêmes documents peuvent être utilisés pour condamner les meurtriers ». Les défenseurs de la justice sociale revendiquent un monde, aux dires de Greene, trop « noir et blanc, clair et net », un monde incapable de rendre compte au plus grand nombre des usages très différents auxquels un même fonds d’archives peut être associé17. Hurley lui-même fait un point intéressant au regard de la complexité des bons programmes d’archivage lorsqu’il écrit : « D’un point de vue égoïste, un argument respectable peut être avancé, qui est que les archivistes ont plus à gagner à être employés par des dictateurs et des oppresseurs que par leurs opposants démocratiques. Historiquement, les tyrans sont plus soucieux d’un bon archivage que les démocrates. Les régimes totalitaires sont reconnus pour être de bons archivistes »18.

En d’autres termes, la définition de l’évaluation ironiquement sous-entendue par Hurley est trop orientée vers la bureaucratie et le Records Management. Avec cette acception étroite du RM appliqué aux archives institutionnelles, Hurley, comme Greene, ignore une vision originale, institutionnelle de la création des documents, de leur usage à long terme et de leur conservation comme archives qui prend en compte tous les aspects du processus en tant qu’éléments d’un continuum institutionnel unique.

Caswell pousse le trait encore plus loin, nous forçant à admettre que n’importe quel modèle archivistique pour penser et utiliser les archives ne peut s’appliquer à tous les usagers des archives. Tant que les archives sont ouvertes à tout utilisateur, les fondements moraux qui ont été à l’origine de la création et de la conservation d’un ensemble spécifique de documents ne créent pas un cadre permanent qui interdise les différentes utilisations morales des documents. Les Khmers Rouges, comme beaucoup d’autres régimes totalitaires, avaient besoin de pratiques d’archivage efficaces pour torturer et tuer leurs opposants. Ces mêmes méthodes d’archivage deviennent des preuves permettant de traduire en justice les dirigeants Khmers Rouges pour génocide19. L’utilisation des archives n’est jamais ni noire ni blanche, mais grise. Les archives ne sont pas, de manière intrinsèque et immuable, morales ou immorales. Ce sont les usagers, et non pas les systèmes d’archivage ou ce qui importe aux archivistes, qui imposent un but moral aux documents d’archives.

Une seconde raison pour rejeter la notion de justice sociale comme un composant central de la profession d’archiviste est que le concept, tel qu’employé par les archivistes plaidant en sa faveur, est lié à une vision, noire et blanche, claire et nette, tout aussi insoutenable de la morale elle-même, tout autant que la capacité des archivistes, collectivement ou individuellement, à déterminer ce qui constitue une justice basée sur la morale.

L’étude de deux exemples historiques et d’un cas plus contemporain de luttes pour la justice sociale nous suggère que la manière dont la morale influe sur le consensus public est complexe, dynamique et malléable, bien plus qu’en noir et blanc ou tranchée. Les débats historiques sur l’esclavage et la Prohibition tout comme le débat contemporain sur l’avortement, nous révèlent combien une idée de justice sociale peut être « grise » et comment elle tendrait à desservir la question de l’évaluation.

Aujourd’hui, on admet que l’esclavage, quelle que soit sa forme, quels que soient les individus ou groupes touchés, est moralement répréhensible. De nombreuses citations historiques sont régulièrement utilisées à ces fins, mais deux d’entre elles, d’Abraham Lincoln, sont particulièrement révélatrices : « À chaque fois que j’entends quelqu’un défendre l’esclavage, je ressens une forte pulsion de le voir subir personnellement cette pratique »20 ou encore « Ceux qui refusent la liberté aux autres ne la méritent pas pour eux-mêmes ; et, sous le regard d’un Dieu juste, ne peuvent la conserver longtemps »21.

Aujourd’hui, les paroles de Lincoln et celles de tous ceux qui ont soutenu l’abolition de l’esclavage suscitent l’approbation. Cependant, l’acceptation universelle de l’immoralité de l’esclavage n’existait pas avant la Guerre Civile, lorsque les défenseurs de l’esclavage le défendaient non seulement comme nécessaire d’un point de vue pragmatique, mais encore moral.

David W. Blight, dans un cours à Yale sur la pré-Guerre Civile américaine, expliquait ainsi que « profondément ancré dans l’argument pro-esclavage, il y a l’argument biblique. Presque tous les écrivains favorables à l’esclavage, d’une manière ou d’une autre, plongeront dans l’Ancien Testament pour montrer combien l’esclavage est une ancienne et vénérable institution. Toutes ces sociétés bibliques le pratiquaient. Vous pouvez avoir une lecture de Jérémie ou d’Isaïe et de certains des grands prophètes de l’Ancien Testament, d’une certaine manière, comme des défenseurs de l’esclavage. Vous pouvez supposer que c’était approuvé par Dieu. Vous pouvez aussi chercher des exemples dans le Nouveau Testament de ces justifications. ‘Esclaves, soyez honorables, soyez respectueux  (‘soyez obéissants’ est le terme couramment employé dans la version autorisée de la Bible). Esclaves, soyez obéissants à vos maîtres’. L’esclavage traverse peu ou prou toute la Bible. La Bible, bien sûr, peut être utilisée contre l’esclavage aussi bien que pour l’esclavage »22.

Si les chrétiens et d’autres aujourd’hui sont révulsés par l’idée d’une base biblique de l’esclavage, ils peuvent résoudre ce dilemme en concluant que cela prouve seulement qu’un raciste peut avoir une lecture raciste de n’importe quel texte. C’est une solution convenable et moderne au problème de compréhension d’un débat moral brûlant. Quoi qu’il en soit, pour comprendre l’impact durable que l’esclavage a dans la société contemporaine, il est essentiel pour nous de connaître, grâce aux sources historiques, « le genre d’argument et d’éléments de langage utilisés par ses défenseurs »23.

  1. Ecclésiaste, III, 1 []
  2. Lae’l Hughes-Watkins, « Moving Toward a Reparative Archive: A Roadmap for a Holistic Approach to Disrupting Homogenous Histories in Academic Repositories and Creating Inclusive Spaces for Marginalized Voices », Journal of Contemporary Archival Studies, 5 (2018), article 6 []
  3. Citations tirées de John A. Fleckner, « F. Gerald Ham: Jeremiah to the Profession », American Archivist, 77, n° 2 (2014), p. 386. L’appel de Ham à un enregistrement complet de la société a retenu l’imaginaire archivistique et a réussi à s’imposer dans la profession. Voir par exemple, comment Richard J. Cox et Helen W. Samuels, deux voix majeures de cette époque, trouvent cette idée tellement acceptée qu’il n’y a plus de besoin réel d’en discuter : « The Archivist’s First Responsibility: A Research Agenda to Improve the Identification and Retention of Records of Enduring Value », American Archivist, 51 n°1–2 (1988), p. 30 []
  4. Pour un examen en profondeur de l’influence de Ham, voir Fleckner, « F. Gerald Ham: Jeremiah … », p. 377-393 []
  5. Pour une histoire approfondie de cette littérature, voir Hughes-Watkins, « Moving … » []
  6. David B. Gracy II,« Archives and Society: The First Archival Revolution », American Archivist, 47, n°1 (1984), p. 8 []
  7. Kate Theimer, « What Is the Meaning of Archives 2.0? », American Archivist, 74, n° 1 (2011), p. 64. Le fait que les archivistes pensent que les archives sont sous-financées est un thème assez ancien. Andrea Hinding fait référence à « des programmes sous-financés de manière chronique », dans « Of Archivists and Other Termites », American Archivist, 56, n° 1 (1993), p. 55, et identifie la première doléance sur le manque d’appréciation des archives, et en conséquence, des fonds insuffisants pour conduire la mission, en 1834, en Angleterre. On aimerait pouvoir dire que les budgets alloués aux archives se sont améliorés depuis 1848, mais compte tenu de l’inflation, ce n’est sans doute pas le cas []
  8. Comme me le dit, un soir où nous prenions un verre, le regretté Leonard Rapport, qui était notoirement peu porté à apprécier les administratifs et leurs problèmes []
  9. L’idée que les archivistes doivent être impliqués dès la création des documents est un topos ancien dans la littérature. Un exemple récent et plus radical (bien que quelque peu rhétorique) de cette façon de penser a été cadré en 2016 par Geof Huth, qui écrit « Je devrais reformuler cette règle, pour défendre que les archivistes doivent commencer leur travail, dès que possible, avant le moment de création, au moment de la conception ». Geof Huth, « Module 14 : Appraising Digital Records », Appraisal and Acquisition Strategies, ed. Michael Shallcross et Christopher J. Prom (Chicago: Society of American Archivists, 2016), p. 14 []
  10. Parmi quelques exemples récents de cette tendance dans les pages de cette revue, citons Jessica Wagner Webster, « ‘Filling the Gaps’: Oral Histories and Underdocumented Populations in The American Archivist, 1938-2011 », American Archivist, 79, n° 2 (2016), qui dans le résumé de son article dit utiliser « des histoires de toutes les parties de la société, pas seulement des histoires d’hommes de race blanche » et spécifiquement « pour documenter les gens de couleur, les femmes, la classe ouvrière, et d’autres populations peu documentées ». Les archivistes sont ainsi incités à ne pas se borner aux sources relatives aux mâles blancs, mais à prendre en compte les gens de couleurs, les femmes, la classe ouvrière et cette malheureuse catégorie appelée « autres ». Krista McCraken, « Community Archival Practice: Indigenous Grassroots Collaboration at the Shingwauk Residential Schools Centre », American Archivist, 78, n° 1 (2015), p. 181, note dans son résumé que « les archives à base communautaire peuvent offrir une voix aux groupes marginalisés, ajouter de nouveaux points de vue aux traditionnelles archives historiques et préserver un patrimoine qui a été négligé par les services d’archives et musées traditionnels. Les racines coloniales du Canada ont grandement affecté les relations des services d’archives, bibliothèques, musées avec les communautés aborigènes ». Elle fait donc sienne l’idée d’archives à base communautaire et ajoute les « communautés aborigènes » à la liste de Wagner Webster. Il existe évidemment bien d’autres manières de caractériser les communautés peu documentées. Dans le même numéro de The American Archivist, Caroline Daniels, Heather Fox, Sarah-Jane Poindexter and Elizabeth Reilly, « Saving All the Freaks on the Life Raft: Blending Documentation Strategy with Community Engagement to Build a Local Music Archives », disent dans le résumé de leur article : « Le projet Louisville Underground Music Archives (LUMA) applique avec succès une stratégie documentaire, couplé à un engagement communautaire fort, pour combler les lacunes des archives historiques relatives à cette culture ». Ces trois articles contemporains sont des exemples de l’approche continue et fragmentée de l’expérience humaine par les archivistes []
  11. Il est remarquable que l’argumentation de Greene, comme celles d’Harris et d’autres, prend le temps de citer et de discuter, parfois longuement, les idées d’historiens ou de philosophes comme Jacques Derrida et Michel Foucault, et des concepts comme la déconstruction et le post-modernisme. J’ai lu l’intégralité du discours archivistique sur ces sujets : il est intéressant, mais malheureusement il nous détourne de ce que nous devrions discuter. Non que ces idées soient sans importance, mais elles n’ont pas de solution donnant lieu à une application définitive, sinon utile, aux archives. Les philosophes depuis des siècles débattent de la nature de l’univers et de son contenu et, à mon avis, continueront de le faire encore pour un bon moment. Se saisir d’une idée ou d’une autre et déclarer combien elle éclaire le discours archivistique, c’est ignorer que, quel que soit ce que tel philosophe ou telle école de pensée considère comme signifiant, il se trouve et se trouvera un autre philosophe ou une autre école de pensée pour se faire un plaisir de pointer les défauts de la précédente, avec un argument qui en entraîne un autre et continuant ainsi profondément dans un terrier de lapin. Les théoriciens de l’archivistique ont eu recours à beaucoup d’idées de philosophes, d’historiens ou d’autres pour leur culture personnelle ou à l’appui de leur discours professionnel. Mais j’ai bien peur que beaucoup de ceux qui ont choisi ce chemin n’aient pas considéré comment sortir de l’ornière dans laquelle ils se sont placés. En adepte des solutions simples, je suggère que la réponse à ce problème soit de ne pas entrer dans le terrier du lapin []
  12. Verne Harris « Jacques Derrida meets Nelson Mandela: archival ethics at the endgame », Archival Science, 1, n° 1–2 (2011), p. 120, cité dans l’article de Mark A. Greene « A Critique of Social Justice as an Archival Imperative: What Is It We’re Doing That’s All That Important ? », American Archivist, 76, n° 2 (2013), p. 304, 306. La majorité des écrits de Greene traitent de la place que les arguments en faveur du post-modernisme tiennent dans ce débat. Notons aussi que, avec cette division des documents entre les ténèbres et la lumière et cet appel à se ranger du côté de la lumière, se pose la question du sort à réserver aux documents des ténèbres. Si l’on veut refléter la société, après tout, il faut prendre en compte les bonnes et les mauvaises personnes, les documents du Bien et ceux du Mal []
  13. Verne Harris, Archives and Justice: A South African Perspective (Chicago: Society of American Archivists, 2006), cité dans Greene « A critique … », p. 307 []
  14. NdT Uriah Heep est un personnage de David Copperfield de Dickens qui se caractérise par sa servilité et son hypocrisie []
  15. Randall Jimerson, « Embracing the Power of Archives », American Archivist, 69, n° 1, (2006) aussi cité dans Greene, p. 311 []
  16. Chris Hurley, «The Evolving Role of Government Archives in Democratic Societies » (communication présentée à la conférence annuelle de l’Association des Archivistes canadiens, Winnipeg, Canada, 9 juin 2001), p. 1. Greene utilise une citation plus enflammée qui suit celle que j’ai sélectionnée et qui commence à la page 1 : « nous ne pouvons pas confortablement concevoir de meilleur système pour documenter le nombre de gens qui sont passés par les chambres à gaz si un bon système d’archivage (au sens technique du terme) peut être dissocié des usages pour lesquels il a été réalisé » ; d’autres citations de Chris Hurley «The Evolving Role … » dans Harris, Archives and Justice, p. 243 []
  17. Greene, « A critique … », p. 304-307 []
  18. Hurley, « The Evolving Role… », p. 1-2 []
  19. Le 16 novembre 2018, ces archives ont permis de convaincre deux anciens chefs Khmers Rouges de génocide. « Khmer Rouge leaders found guilty of Cambodia genocide », BBC News, 16 novembre 2018 []
  20. Roy P. Basler, ed., The collected Works of Abraham Lincoln, vol. 8 , « Speech to One Hundred Fortieth Indiana Regiment », 17 mars 1865, p. 361 []
  21. Basler, ed., The Collected Works of Abraham Lincoln, vol. 3, « Letter To Henry L. Pierce and Others », 6 avril 1858, p. 376 []
  22. David W. Blight, History 119, Lecture 3, Open Yale Courses []
  23. Blight, ibidem. Mon propos n’est pas d’approuver ces défenseurs, mais de donner un exemple historique d’une position défendue jadis par de nombreuses personnes et que nous trouvons désormais odieuse []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.