De la date des écrits – 3

Désormais, correspondances, notes, comptes rendus, procès-verbaux, registres, déclarations, articles, publications et autres écrits soit sont totalement numériques, soit passent, à un moment ou à un autre de leur genèse, par une « phase numérique ». Ce qui n’est pas sans conséquence sur le système de datation des écrits, qu’il vienne en appui de leur gestion, de leur validation, de leur réception ou de leur traitement.

Ce troisième billet s’intéresse donc à la date de temps dans l’environnement numérique, que ce soit en termes de forme, d’apposition et de fiabilité.

De la forme de la date dans l’environnement numérique

Comme nous l’avons vu dans le premier billet, la date de temps peut prendre plusieurs formes, en fonction du système de temps dans lequel s’inscrivent les acteurs de l’élaboration, de la validation, de la réception et traitement de l’écrit. Le système de temps utilisé en France, fondé sur le calendrier grégorien, n’en constitue qu’un parmi d’autres. Dans l’environnement numérique, en revanche, le système de temps fondé sur le calendrier grégorien tient une place centrale. Cet état de fait résulte de la domination, dans la conception et le déploiement des systèmes informatiques, des pays utilisant ce système de temps, et notamment des États-Unis d’Amérique. Les travaux de normalisation menés sous l’égide de l’Organisation internationale de normalisation, l’ISO, ont consacré cette domination : la norme ISO 8601, adoptée en 1988, destinée à remplacer plusieurs normes existantes datant des années 1970, spécifie en effet la représentation numérique de la date sur la base du calendrier grégorien et du découpage d’une journée en 24 heures. La notation de la date, selon cette norme, peut cependant prendre différentes formes, en fonction du degré de précision attendu pour la datation : l’année seule ; le jour ; la seconde voire la fraction de seconde.

Si la norme ISO 8601 domine les pratiques de datation dans l’environnement informatique, il faut  ajouter que plusieurs formes de représentation de la date subsistent, en fonction de l’ordre retenu pour l’organisation des différents éléments qui la composent. Si la France utilise largement la forme AAAA-MM-JJ ou JJ-MM-AAAA, les États-Unis recourent de leur côté fréquemment à la forme MM-JJ-AAAA, ce qui peut prêter à confusion pour peu qu’on ne soit pas habitué à cette façon d’écrire.

De l’apposition de la date dans l’environnement numérique

Comment la date est-elle apposée sur les écrits dans un environnement numérique ? L’être humain y joue-t-il encore un rôle ?

Dans la majorité des cas, non. Que nous élaborions un document avec un fichier bureautique, que nous prenions une photographie avec un appareil photographique numérique, que nous nous connections à un service en ligne ou réalisions une transaction via celui-ci, nous ne nous inquiétons pas d’apposer une date ou de savoir de quelle manière celle-ci est apposée. Tout se fait automatiquement, par le seul fait de l’action que nous sommes en train d’entreprendre et des moyens que nous utilisons pour l’entreprendre. Pour les transactions qui nécessitent d’être associées à une date de manière précise et totalement sûre, existent des services tiers d’horodatage, appelés aussi autorités d’horodatage. Tout repose donc majoritairement sur le paramétrage des outils techniques sur lesquels s’appuient les actions que nous entreprenons dans l’environnement numérique. Encore faut-il que ces outils soient paramétrés comme il faut, et c’est là que le facteur humain devient critique.

Celui-ci n’est ainsi pas totalement absent de l’apposition des dates dans l’environnement numérique. Le paramétrage des outils constitue le premier cas de figure – et sans doute le plus important  –, mais il n’est pas le seul. Combien d’écrits élaborés au moyen de logiciels bureautiques, notamment, comprennent, dans le texte lui-même, une date apposée manuellement par l’utilisateur. Qui n’a par exemple pas réutilisé ultérieurement un fichier bureautique ancien – un support de cours par exemple – en oubliant de modifier la date apposée précédemment, de manière manuelle ? Qui n’a pas non plus effectué une erreur de saisie en apposant une date manuellement dans un fichier bureautique ?

De la fiabilité de la date dans l’environnement numérique

Alors, peut-on se fier systématiquement à la date associée à un écrit dans l’environnement numérique ? Rappelons ce que dit Marie-Anne Chabin : « La date d’un document participe à l’appréciation de son authenticité. L’authenticité diplomatique est définie comme la caractéristique d’un document « qui peut prouver qu’il est ce qu’il prétend être, qu’il a été créé ou envoyé par la personne qui prétend l’avoir créé ou envoyé, et qu’il a été créé ou envoyé à la date prétendue ».1

Si l’inscription de la date est le fait d’un être humain, la situation est la même, que l’écrit soit rédigé au moyen d’un logiciel bureautique et stocké sous forme numérique sur un espace de travail ou qu’il soit produit et géré sur papier. Insérer dans un écrit électronique une date antérieure ou postérieure à celle à laquelle il a atteint son état définitif est en effet aussi facile que le serait la même opération dans un écrit sur papier. Antidater ou postdater numériquement peut même être involontaire, du fait de fautes de frappe ou d’erreurs de saisie. Le cas le plus emblématique de l’erreur involontaire est le recours, dans la rédaction d’un écrit au moyen de logiciels bureautiques, à l’option offerte par les traitements de texte d’insertion automatique de la date et de l’heure. Pratique, elle évite à l’utilisateur les fautes de saisie. Cependant, une mise à jour de cette date est effectuée automatiquement à chaque ouverture et modification du fichier. C’est ce qui s’est passé pour l’écrit ci-dessous, compte rendu d’une réunion organisée en juillet 2018 et consultée sans modification en mars 2020. Comment, dans ces conditions, connaître la date d’élaboration ou de validation de l’écrit de manière certaine, à défaut de version validée au moyen de l’impression (un fichier PDF) ?

Mais l’insertion automatique de la date par la machine (ordinateur ou serveur) peut aussi réserver quelques surprises. Tout en gardant à l’esprit que celui qui prend connaissance d’un écrit au moyen d’un écran ne voit en général qu’une représentation visuelle d’une date enregistrée sous une toute autre forme dans la mémoire de l’application elle-même.

Prenons quelques exemples.

Le premier est celui des écrits élaborés à partir d’outils bureautiques ou imprimés à l’aide d’une imprimante virtuelle (PDF Creator, par exemple). Leur sont associées des propriétés qui enregistrent les différentes actions entreprises sur eux (création, modification). Quand le matériel et le logiciel utilisés pour créer et modifier ces écrits sont bien paramétrés, ils fournissent des datations fiables sur lesquelles s’appuyer, à défaut de date apposée dans les écrits eux-mêmes. Mais ce n’est pas toujours le cas. J’ai encore en tête le cas d’une présentation Powerpoint dont les propriétés indiquaient une date de création de 1798… Je n’avais malheureusement pas eu la présence d’esprit, à l’époque, d’en faire une copie d’écran.

Le deuxième cas est celui des métadonnées associées à l’enregistrement d’un écrit. Dans l’exemple ci-dessous, nous avons affaire à la description associée, dans une GED, à un compte rendu de réunion, telle qu’exportée depuis la GED elle-même. Cette description fournit une date de création (TimeCreated) et une date de modification (TimeLastModified). Mais à quoi correspondent ces dates ? La réunion est supposée avoir eu lieu le 20 octobre 2004 et la date de dernière modification est de 2007. Cela signifie-t-il que l’écrit rendant compte d’une réunion de 2004 a été modifié en 2007 ? Si c’est le cas, peut-on se fier à cet écrit ? Une investigation plus poussée permet en fait de comprendre qu’il s’agit de la date de dernière modification de la description – en fait la date de sa création dans un nouveau système, puisqu’il s’agit dans le cas présent du résultat d’une migration d’un système vers un autre – et non du document lui-même.

Le troisième cas est celui de la date proposée pour un site internet. Le Service interministériel des archives de France a créé, en juin 2020, sur FranceArchives, une page dédiée à la question des mémoires du confinement. La date indiquée en haut et à gauche de la page est le 30 juin. Mais la copie d’écran a été réalisée… le 26 juin, comme l’indiquent les propriétés de l’impression PDF de la page que j’ai réalisée. Était-ce une date prévisionnelle de publication qui a été restituée à l’utilisateur ? L’erreur provient-elle de l’outil de création et d’édition du site ? D’un autre système ? Difficile à dire sans aller consulter l’outil de création, mais cela ne manque pas d’interroger sur la fiabilité des dates présentées aux utilisateurs.

 

Enfin, le dernier cas de figure est celui de la lecture d’une date qui ne tient pas compte de la date de lieu. En décembre 2018, à l’occasion de l’attentat perpétré à Strasbourg, une fausse rumeur a été propagée sur Twitter selon laquelle des médias auraient annoncé l’événement avant que celui-ci ne se produise. Rumeur qui s’appuyait sur un tweet daté en fonction du fuseau horaire paramétré par défaut dans l’application, celui de la côte ouest des États-Unis (9 heures de décalage horaire). Le tweet avait bien été écrit et publié après l’événement, et non avant2.

L’étude de la datation dans l’environnement numérique réserve donc son lot de surprises, dont le présent billet ne donne qu’un aperçu forcément limité. Si nos lecteurs en ont repéré d’autres, qu’ils n’hésitent pas à les partager avec nous.

Édouard Vasseur

  1. Voir le billet publié ici par Marie-Anne Chabin le 16 mai []
  2. Voir l’article de Mathilde Cousin dans 20 Minutes, 12 décembre 2018 []

1 réflexion sur « De la date des écrits – 3 »

  1. Coutaz, Gilbert

    Dans son dernier numéro, 12/2021, la revue Signata. Annales des sémiotiques/Annals of Semiotics fait du thème « Sémiotiques de l’archive », son dossier, https://journals.openedition.org/signata/2947
    L’article de Bruno Bachimont, « Archive et mémoire : le numérique et les mnémophores »,
    https://journals.openedition.org/signata/2980, écrit ceci : « La diplomatique est devenue cette discipline consacrée à l’établissement de l’authenticité des documents, mettant en place les instruments scientifiques et critiques nécessaires. Le héros de cette entreprise est bien sûr Dom Mabillon et son monumental De Re diplomatica,

    Il laisse dans le même article une considération de grande intelligence sur la perception temporelle et le ressenti sur la datation : « Plongées dans l’éternel présent de leur jouvence technologique nécessaire à leur consultation, les archives numériques ne portent potentiellement plus les marques du temps alors qu’elles montrent le passé ».
    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.