Archives de l’auteur : Edouard Vasseur

Revues d’archivistique étrangères – 2

Les thématiques des articles analysés dans ce nouveau billet sont diverses, même si l’on retrouve des problématiques dominantes dans le domaine anglo-saxon : déclinaison du modèle de Records continuum ; relations avec les communautés autochtones et étude des rapports de force et des discriminations à travers les archives ; archives des minorités linguistiques et des communautés ; action thérapeutique des archives et prise en compte des traumatismes dans la gestion et l’accès aux archives. D’autres articles font écho à des problématiques également développées en France : rôle des services d’archives dans la lutte contre la désinformation, archives produites par les réseaux sociaux (ici Facebook), impact de la réglementation sur la protection des données à caractère personnel. Certains articles feront l’objet d’un échange entre contributeurs d’Archivalise(s) et ensuite d’un billet sur ce même carnet.

Archives & Manuscripts, vol. 48, n° 1, 2020

Judit Gutiérrez de Armas, « Archival practices in Early Modern Spain: transformation, destruction and (re)construction of family archives in the Canary Islands », pp. 5-24

Influencée par le courant de l’archival turn des sciences humaines, l’autrice traite de la constitution et de la conservation des archives familiales à l’époque moderne dans un contexte colonial, celui des îles Canaries. Elle analyse plus particulièrement l’application des pratiques archivistiques castillanes sur le sol canarien ainsi que les menaces (politiques, sociales et surtout environnementales) qui ont pesé sur la conservation de ce patrimoine à l’époque moderne. Elle étudie surtout, sur la base d’études de cas, des exemples de reconstitution d’archives familiales dans le cadre de conflits entre les familles et des tiers (y compris l’État) et au sein des familles, principalement au 18e siècle. Elle insiste tout particulièrement, dans le cadre de ces études de cas, sur les liens étroits qui unissent pratiques archivistiques publiques (conseils, notaires) et pratiques archivistiques familiales.

Nampombe Saurombe, « Taking archives to the people: an examination of public programs in the National Archives of the Eastern and Southern Africa Regional Branch of the International Council on Archives », pp. 25-44

Les services d’archives membres de la Branche régionale pour l’Afrique orientale et australe (ESARBICA) du Conseil international des archives sont sous-exploitées par les usagers et l’autrice s’efforce de comprendre le faible nombre de campagnes de sensibilisation du public (public programming) entreprises jusqu’alors. Elle utilise pour cela le résultats d’une enquête menée en 2013 auprès des représentants des services d’archives présents à la XXIIe conférence bisannuelle d’ESARBICA qui s’est tenue à Nairobi en 2013. Sur la base des constats effectués, elle présente les six facteurs qui pourront contribuer à l’amélioration de la visibilité des services d’archives d’ESARBICA : révision de la réglementation ; développement de programmes de sensibilisation ; mise à disposition de ressources ; réalisation d’enquêtes auprès du public ; développement des partenariats ; amélioration des connaissances et compétences des archivistes.

Dominique Glassman, « Facebook is creating records – but who is managing them? », pp. 45-58

En se fondant sur le modèle du Records continuum, l’autrice étudie les différents types de documents engageants créés par Facebook à partir des données fournies par ses utilisateurs. Elle analyse particulièrement l’impact du scandale Cambridge Analytica et du Règlement général sur la protection des données (RGPD) sur les pratiques de l’entreprise et sur la conscience qu’ont les utilisateurs de l’exploitation qui est faite de leurs données.

Belinda Battley, « Authenticity in places of belonging: community collective memory as a complex, adaptive recordkeeping system », pp. 59-79

L’autrice s’inscrit dans la lignée des recherches sur les archives communautaires, mais en prenant l’exemple d’une association sportive – l’Auckland University Tramping Club – et non d’une communauté ethnique ou d’une communauté de genre. En s’appuyant sur le modèle du Records continuum, elle souligne que la prise en charge d’archives de n’importe quelle communauté par un service d’archives peut conduire à une forme de colonisation de celle-ci par une autre entité – dans le cas présent, l’université – et de négation des pratiques archivistiques existantes dans la communauté. Elle invite les archivistes à s’intéresser d’avantage aux pratiques archivistiques organiques des communautés elles-mêmes – y compris administratives – ainsi qu’à la manière dont les communautés utilisent leurs archives pour construire leur mémoire, et à mettre en place des méthodes de travail moins invasives, « décolonisées », plus « inclusives » avec ces communautés, pour garantir qu’elles ne perdent pas le lien de symbiose avec leurs archives et qu’elles pourront continuer à s’en servir.

Nicola Laurent, Kirsten Wright, « A trauma-informed approach to managing archives: a new online course », pp. 80-87

Un des trois nouveaux cours mis en ligne en 2020 par la Société des archivistes australiens est dédié à la gestion du traumatisme dans le monde des archives. Destiné aussi bien aux personnes accueillant du public qu’aux archivistes chargés de traiter des fonds d’archives relatant des événements traumatisant ou au personnel d’encadrement, il se décompose en trois modules : le premier constitue une introduction aux problèmes posés par les interactions avec des personnes ayant subi un traumatisme et à la manière de les gérer ; le deuxième présente comment ces problématiques se déclinent dans le domaine des archives – en prenant notamment l’exemple de la manière dont les minorités ont été décrites dans les archives et les outils utilisés par les archivistes ; le troisième étudie l’impact pour les archivistes de leur travail sur des matériaux relatant des événements traumatisants ou de leurs interactions avec des personnes traumatisées, et les moyens d’y remédier.

Archives and records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 41, n° 1, 2020

Medha Chotai « Impact of reminiscence-based services provided by archives for people with dementia » pp. 1-19

L’autrice analyse la place tenue par les archives dans les thérapies dispensées aux personnes atteintes de démence et basées sur la réminiscence. À partir d’une enquête auprès de services volontaires, elle s’intéresse particulièrement à l’adéquation aux besoins thérapeutiques des services offerts par les archives, ainsi qu’à l’impact de ceux-ci sur les malades. Si les archives fournissent toutes des preuves de l’adéquation de leurs services aux besoins, l’impact de ceux-ci reste difficile à évaluer. L’autrice suggère de fournir aux services d’archives un cadre d’évaluation de leurs actions, inspiré par ce qui est mis en place dans le domaine des arts et défini par la littérature médicale.

Victoria Tischler, Sophie Clapp, « Multi-sensory potential of archives in dementia care », pp. 20-31

Une recherche a été menée sur le potentiel thérapeutique que présentent les archives pour des personnes atteintes de démence (notamment en lien avec des maladies neurodégénératives), à l’aide du patrimoine de l’entreprise de produits pharmaceutiques et cosmétiques Boots. Les résultats montrent notamment le potentiel d’une stimulation de l’odorat, via la présentation ou la recréation à partir des archives de produits anciens, en lien avec celle des autres sens, notamment la vue, via la présentation de marques et d’emballages connus. D’autres recherches sur le sujet sont annoncées.

Alix R. Green, Erin Lee, « From transaction to collaboration: redefining the academic-archivist relationship in business collections », pp. 32-51

La collaboration entre archivistes et universitaires au Royaume-Uni est ici abordée en se focalisant sur le cas particulier des archivistes d’entreprises. Sont présentés les résultats d’un projet associant ateliers, entretiens et enquêtes et destiné à aider les archivistes d’entreprises à développer des projets de recherche avec des universitaires, susceptibles de rencontrer les attentes de l’entreprise elle-même. Des problèmes spécifiques se posent aux archivistes d’entreprises pour développer des collaborations avec des universitaires et le site du Business Archives Council publiera prochainement des outils (vidéos, manuels) à ce sujet. La conclusion propose trois facteurs clés pour une collaboration réussie entre archivistes d’entreprises et universitaires : des compétences complémentaires, des contraintes réciproques connues, des échanges réguliers.

Wenhong Zhou, Chuanling Wen, Linxu Dai, « Collaborative construction of social-oriented family archives: a case study based on the practice of China », pp. 52-67

La Chine encourage la constitution et l’ouverture au public d’archives familiales ayant un intérêt pour la mémoire de la société, à travers l’éducation au patriotisme et la culture des traditions familiales. À travers l’exemple des archives de la famille Chen (Chen Yao Family Archives), dont la création a été encouragée et financée par la communauté et les archives d’État du district de Wuhou (Sichuan), les auteurs analysent les modalités de constitution de ce type de fonds, notamment le rôle des différents acteurs (famille, communauté, district), les stratégies de collaboration mises en place, les objectifs sous-jacents ainsi que les enjeux et défis auxquels ces archives familiales sont confrontées.

Archivaria, n° 88, 2019

Gracen Brilmeyer, Joyce Gabiola, Jimmy Zavala, Michelle Caswell, « Reciprocal Archival Imaginaries. The Shifting Boundaries of Communityˮ in Community Archives », pp. 8-48

Les auteurs ont interrogé les usagers de cinq services d’archives communautaires du sud de la Californie pour tenter de comprendre les imaginaires, les craintes et les sentiments des utilisateurs de ces archives par rapport aux autres utilisateurs et à leur communauté. À partir des concepts développés par Benedict Anderson dans son ouvrage Imagined Communities, ils proposent la notion d’imaginaires archivistiques réciproques pour décrire les relations étroites entre les utilisateurs des archives, leurs imaginaires et les archives communautaires, mettant ainsi en avant l’influence des imaginaires de la communauté sur les archives qu’ils façonnent.

Devan Ray Donaldson, « Trust in Archives – Trust in Digital Archival Content Framework », pp. 50-83.

Face à la prolifération des “fake news”, l’auteur se demande quelle confiance on peut accorder aux archives disponibles sur Internet. Il développe un modèle pour analyser la relation entre la confiance accordée aux archives et celle accordée au contenu archivistique numérique (Cadre CA-CCAN). À partir d’une enquête par questionnaire menée auprès de plus de 2 300 personnes, il montre l’existence d’une corrélation entre les deux et propose d’utiliser ce modèle dans d’autres études sur la confiance dans l’information et l’utilisation des archives.

Jennifer Douglas, Alexandra Alisauskas, Devon Mordell, « “Treat Them with the Reverence of Archivists”. Records Work, Grief Work and Relationship Work in the Archives », pp. 84-120

Mobilisant des études théoriques et cliniques sur le deuil, les auteurs montrent comment la création, l’utilisation, le classement et la préservation de documents peuvent contribuer au travail de deuil à partir de fonds d’archives et de collections personnelles conservées en université. Pour terminer, ils analysent les bénéfices d’une telle analyse sur la théorie et la pratique archivistique, en termes principalement éthiques (perception du fonds, description archivistique)

Wendy Duff, Jefferson Sporn, Emily Herron, « Investigating the Impact of the Living Archives on Eugenics in Western Canada », p. 122-161

Une étude a été menée sur les ressources mises en ligne dans le cadre du projet Living Archives on Eugenics in Western Canada, qui sensibilise à l’histoire communautaire en mettant l’accent sur l’autonomisation des personnes ayant survécu aux stérilisations imposées par l’État. Elle visait à analyser l’impact de cette mise en ligne et ses retombées en termes de recherche ou de militantisme par exemple. Les auteurs montrent que si les impacts apparaissent quantitativement limités, le projet a offert une autonomie éditoriale aux survivants en contrepoint du discours eugéniste, a permis l’émergence d’un réseau mêlant scientifiques et membres de la société civile et constitue enfin un modèle pour les projets d’archives numériques.

Jamie A. Lee, « In Critical Condition. (Un)Becoming Bodies in Archival Acts of Truth Telling », pp. 162-195

L’autrice remet en question la notion d’archives comme « preuve autorisée », comme document fini et figé. Mobilisant la notion de parrêsia de Michel Foucault, définie comme le processus par lequel on énonce une vérité tout en la confrontant, elle analyse des entretiens oraux réalisés pour les Arizona Queer Archives pour soutenir les méthodes d’histoire orale comme expressions de vérité.

Archival Science, n° 20, 2020

Frank Golding, « “Problems with records and recordkeeping practices are not confined to the past”: a challenge from the Royal Commission into Institutional Responses to Child Sexual Abuse », pp. 1-19

La communauté des anciens enfants de l’assistance publique et d’autres parties prenantes ont fait campagne pour que soit créée une commission d’enquête sur les abus dont avaient été victimes des mineurs en Australie. Elle n’a pas obtenu gain de cause, mais la Commission royale chargée des réparations et dédommagements à fournir aux enfants victimes d’abus sexuels a grandement réussi à exposer la nature complexe et l’étendue des abus commis. Les problématiques liées aux archives et à l’archivage ne faisaient à l’origine pas partie du mandat accordé à la commission, mais elles ont émergé comme une des questions cruciales qui influencent la qualité de la prise en charge et de la protection des enfants. Cette constatation a créé un nouveau contexte dans lequel les défenseurs de la communauté, les universitaires et autres professionnels peuvent travailler ensemble pour construire un nouveau programme d’archivage dans l’assistance publique.

Sue McKemmish et al., « Decolonizing recordkeeping and archival praxis in childhood outofhome Care and indigenous archival collections », pp. 21-49

Sont présentés ici les objectifs et les conclusions de deux projets de recherche – Rights in Records by design et Indigenous Archiving and Cultural Safety (Archives indigènes et sécurité culturelle) –, en montrant particulièrement comment les systèmes actuels de protection de l’enfant et leurs pratiques de conservation et d’archivage ont été façonnés par la colonisation et ses héritages en Australie, qui persistent au 21e siècle. Les auteurs font la supposition que les constructions classistes, hétéro-patriarcales, sexistes et racistes existent toujours et continuent de prendre corps dans la forme et le contenu des archives, comme dans les principes et les valeurs du système de conservation et d’archivage. Ils remarquent que le principal objectif de la conservation à l’époque coloniale était de fournir une infrastructure critique permettant le contrôle et l’exploitation étatique. Ils soulignent donc la nécessité de décoloniser la conservation et l’archivage pour adopter les conceptions de l’enfant en tant qu’ayant un libre-arbitre ou des droits. Ils concluent enfin par l’analyse de l’apport de ces deux projets à la décolonisation de la théorie et de la pratique archivistique et du rôle que cette dernière peut jouer dans la décolonisation de l’enfance pour les enfants pris en charge par les systèmes de protection.

Viviane Frings-Hessami, « The flexibility of the records continuum model: a response to Michael Karabinos “In the shadow of the continuum” », pp. 51-64

Dans un article d’Archival Science publié en 2018 et intitulé « In the shadows of the continuum: testing the records continuum model through the Foreign and Commonwealth Office “Migrated Archivesˮ1 », Michael Karabinos défendait l’idée que le modèle du records continuum ne pouvait s’appliquer si les archives n’avaient pas été pluralisées2 et que l’ouverture et l’accessibilité étaient les clés du fonctionnement du modèle. Il proposait l’idée d’un « continuum de l’ombre » (shadow continuum) pour analyser les archives déplacées quand leur existence est inconnue du grand public. Viviane Frings-Hessami lui répond ici que son analyse repose sur une mauvaise compréhension des dimensions du modèle du Records continuum et que l’apport de la notion de « continuum de l’ombre » n’est pas nécessaire car le modèle s’applique également aux archives qui n’ont pas été portées à la connaissance du public. Elle propose un schéma alternatif pour intégrer le « continuum de l’ombre » au modèle du Records continuum, schéma qui met en avant les problématiques liées à la propriété, au traitement et à l’utilisation de ces archives.

Jason Lustig, « Epistemologies of the archive: toward a critique of archival reason », pp. 65-89.

L’auteur explore les bases épistémologiques du débat sur la nature de la recherche et de la pratique archivistique, et défend l’idée que la focale de l’épistémologie historique nous aide à comprendre les critiques relatives au tournant archivistique (archival turn), ainsi que l’intérêt du public pour les archives. Une lecture attentive de l’essor de l’histoire scientifique au 19e siècle et de la pratique archivistique moderne telle qu’exprimée dans les manuels du début du 20e siècle permet de proposer une nouvelle théorisation de principes tels que la provenance, le respect des fonds et la conservation et de réanalyser les « histoires d’archives » des historiens comme partie prenante d’une épistémologie globale, mais habituellement tacite des archives, enracinée dans le projet intellectuel du philosophe allemand Wilhelm Dilthey de créer un fondement épistémologique des sciences humaines. En suivant cette théorie, l’auteur suggère que nous pouvons reconceptualiser l’essor de la recherche archivistique, le développement de la profession archivistique moderne ainsi que les critiques relatives au prétendu tournant archivistique et à l’ère post-custodiale de la pratique archivistique en tant que changements non seulement méthodologiques, mais aussi épistémologiques. Aborder l’histoire des archives à travers le canevas de l’épistémologie contribue à donner un sens aux nouvelles critiques et à l’intérêt non démenti pour les archives. Bien que la nature construite des archives soit de plus en plus admise, la piste selon laquelle les documents donnent accès au passé avec une forme de valeur probante conduit à interroger la valeur associée aux archives par les professionnels et le public, ainsi que leur constante opposition.

Shelly Black, « The implications of digital collection takedown requests on archival appraisal », pp. 91-101

L’émergence d’une législation internationale relative à la protection des données à caractère personnel doit conduire les archivistes à analyser l’impact de ces changements sur leur travail et en particulier sur la sélection. Les collections numériques en ligne favorisent l’accès aux archives pour les chercheurs et le grand public. Pourtant, des informations privées ou sensibles peuvent être diffusées par inadvertance via ces collections. Le droit à l’oubli institué par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) permet aux citoyens européens de demander la suppression de leurs informations personnelles. L’autrice étudie la manière dont les demandes de retrait et le droit à l’oubli s’articulent avec les théories archivistiques relatives à l’évaluation, en étudiant notamment les conséquences de cette nouvelle réglementation sur les pratiques d’évaluation et la façon dont les archivistes peuvent se préparer à les gérer.  Elle mentionne ainsi la possibilité de définir une politique ad hoc, de travailler en amont avec les donateurs, ou encore de signaler les types de données à caractère personnel dans les métadonnées chaque article.

Records Management Journal, vol. 30, n°1, 2020

Burkan Hawash, Umi Asma’ Mokhtar, Zawiyah M. Yusof, « The adoption of electronic records management system (ERMS) in the Yemeni oil and gas sector. Influencing factors », pp. 1-22

Une étude a été menée en 2018 pour identifier, à partir d’une revue de littérature et d’un sondage auprès des experts du secteur, les facteurs clés susceptibles de garantir l’adoption de systèmes de gestion des documents engageants (Electronic Records Management Systems) dans le secteur pétrolier au Yémen. Les quinze facteurs clés identifiés ont été modélisés en utilisant la méthodologie TOE (Technology/Organization/Environment).

Nkholedzeni Sidney Netshakhuma, « Assessment of the management of student affairs records. Case of the University of Mpumalanga in South Africa », pp. 23-42

Le système de gestion des archives du département de la vie étudiante de l’université de Mpimalanga (Afrique du Sud) a fait l’objet d’un audit. Celui-ci conclut, à l’issue d’entretiens, d’observations et d’une analyse documentaire, à la défaillance de ce système et recommande le développement des procédures d’archivage, l’établissement de cellules de gestion des documents engageants et le développement de la formation.

Liah Shonhe, Balulwami Grand, « Implementation of electronic records management systems. Lessons learned from Tlokweng land Board-Botswana », pp. 43-62

Le processus de conduite du changement mis en œuvre par Tlokweng land Board (Botswana) lors de la mise en œuvre d’un système de gestion des documents engageants (Electronic Records Management Systems) a fait l’objet d’une évaluation. Elle est fondée sur l’utilisation de deux modèles : ADKAR: A Model for Change in Business, Government and Our Community de J.M. Hiatt et le change management model de J.P. Kotter.

Mayra A. Macías-Jiménez, Luis Carlos Acosta-Fontalvo, Miguel A. Jiménez-Barros, « Document management practices in SMEs. An information management capability-based approach », pp. 63-79

Une enquête a été menée, sur la base d’un questionnaire, auprès de petites et moyennes entreprises pour identifier leurs pratiques de gestion des documents et des archives. Est ici pris comme étude de cas l’exemple des entreprises de transport de marchandises de la ville de Baranquilla (Colombie, région de l’Atlantique), en identifiant les points forts et les points faibles de leur pratiques, les évolutions possibles et les recherches ultérieures à entreprendre.

Azlan Long Abdullah, Zawiyah Mohammad Yusof, Umi Asma Mokhtar, « Factors influencing the implementation of electronic records and information management. A case study in military service in Malaysia », pp. 81-99

Une étude a été menée en 2016 et 2017 auprès de deux institutions militaires de Malaisie, sous forme d’interviews et de revue de documents, sur les facteurs qui influencent l’implémentation et l’utilisation de système de gestion des documents et de l’information électronique. L’étude passe en revue les facteurs humains, organisationnels, technologiques et fonctionnels jouant un rôle en la matière et appelle à la réalisation de recherches complémentaires.

Elizabeth Shepherd, Anna Sexton, Oliver Duke-Williams, Alexandra Eveleigh, « Risk identification and management for the research use of government administrative data », pp. 101-123

L’Administrative Data Research Centre in England a mené une recherche sur l’identification des risques associés à l’accès, par des chercheurs, à des informations publiques administratives. L’étude recense également les acteurs susceptibles d’être impactés par ces risques et les actions susceptibles d’être menées pour réduire les risques identifiés. Elle propose ainsi une grille d’évaluation des risques associée à la réutilisation des données administratives à des fins de recherche.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur

  1. Le terme « migrated archives » désigne les archives des anciennes colonies britanniques déplacées au Royaume-Uni à la veille de la décolonisation []
  2. Au sens du modèle du Records continuum développé par Frank Upward de l’Université Monash (Australie), qui comprend quatre dimensions : créer, capturer, organiser et pluraliser (voir F. Upward, Structuring the records continuum. Part 1: Post custodial principles and properties. Part 2: Structuration theory and recordkeeping). []