Archives de l’auteur : Edouard Vasseur

Revues d’archivistique étrangères – 3

Fournir régulièrement aux lecteurs d’Archivalise(s) une recension des articles parus dans les revues étrangères est loin de constituer une sinécure. Tout d’abord, le nombre de revues, comme le nombre de numéros publiés chaque année, est important. Encore nous concentrons-nous uniquement pour l’instant sur le monde anglo-saxon, ce qui laisse de côté des secteurs entiers de la réflexion archivistique internationale – mondes ibériques, germaniques, slaves, asiatiques, pour ne citer que ceux-là. Et, même pour le monde anglo-saxon, nous avons identifié récemment une revue que nous ne connaissions pas, le Journal of Archival Organization. Accéder à ces revues et à leurs livraisons, d’autre part, constitue un chemin semé d’embûches. Aucune bibliothèque en France n’est abonnée à l’ensemble de ces revues. Pendant la période du confinement, nous avons eu accès à Archives and Manuscripts et à Archives and Records. Depuis la fin du confinement, ce n’est plus possible ! Nous essayons d’y remédier en demandant à nos institutions de rattachement de s’abonner à ces revues.

The American Archivist, n° 82-2, 2019

Diana E. Marsh, Ricardo L. Punzalan, Jesse A. Johnston, « Preserving Anthropology’s Digital Record: CoPAR in the Age of Electronic Fieldnotes, Data Curation, and Community Sovereignty », p. 268-302.

Le Council for the Preservation of Anthropological Records (CoPAR) a été créé dans les années 1990 pour encourager les anthropologues et les institutions à conserver les matériaux de terrain, à identifier et localiser ces archives et à en promouvoir la réutilisation. Devenu inactif au début des années 2000, le conseil a réorienté ses activités en direction des archives numériques dont il valorise l’accès en ligne. L’article revient sur les conclusions d’un événement scientifique qui s’est tenu en 2015 sur les nouveaux enjeux pour les archives anthropologiques, qui encourage une approche basée sur le cycle de vie et soucieuse de répondre aux demandes des communautés.

Jennifer G. Eidson, Christina J. Zamon, « EAD Twenty Years Later: A Retrospective of Adoption in the Early Twenty-first Century and the Future of EAD », p. 303-330.

L’ Encoded Archival Description (EAD), première norme d’encodage d’instruments de recherche a été adoptée en 1998. À partir d’un premier sondage, puis d’un second, les autrices s’interrogent sur le moment du basculement vers une utilisation massive de la norme, sur les critères de son adoption ou non dans les institutions et sur le rôle moteur des technologies dans sa diffusion.

Michelle Sweetser, Alexandra A. A. Orchard, « Are We Coming Together? The Archival Descriptive Landscape and the Roles of Archivist and Cataloger », p. 331-380.

L’évolution du format MARC, traditionnellement utilisé en bibliothèque, a permis son adoption par la communauté archivistique. À partir d’une enquête menée par l’Association des membres des bibliothèques universitaires américaine, les autrices montrent que la description archivistique reste réalisée par les archivistes malgré les compétences acquises par leurs collègues bibliothécaires et que les pratiques de description mobilisent des standards issus des deux métiers.

Gregory Wiedeman, « The Historical Hazards of Finding Aids », p. 381-420.

Cet article retrace les pratiques archivistiques américaines concernant l’utilisation des instruments de recherche et montre comment ces derniers ont influencé la vision des archivistes concernant l’accès aux documents. Il explique comment la compréhension qu’ils ont eue de cet outil a entravé la standardisation de la description archivistique en tant que données.

Samantha Abrams, Alexis Antracoli, Rachel Appel, Celia Caust-Ellenbogen, Sarah Denison, Sumitra Duncan, Stefanie Ramsay, « Sowing the Seeds for More Usable Web Archives: A Usability Study of Archive-It », p. 440-469.

Une étude a été menée en 2017 par le groupe d’utilisateurs d’Archive-it, qui constitue le premier outil utilisé pour l’archivage du web. Elle interroge les attentes et opinions des utilisateurs de l’outil et identifie des perspectives d’amélioration, malgré une opinion globalement positive.

Brady D. Lund,Shari Scribner, « Developing Virtual Reality Experiences for Archival Collections: Case Study of the May Massee Collection at Emporia State University », p. 470-483.

La Collection May Massee de l’Université d’Emporia a fait l’objet d’une étude de cas sur l’utilisation de technologies de réalité virtuelle pour la valorisation du fonds d’archives. L’article montre que ces techniques, maintenant démocratisées, peuvent être mobilisées par un stagiaire ou un étudiant pour valoriser les archives, sans représenter une charge de travail ou un coût trop importants.

Kathryn G. Matheny, « Instruction Consultation for Archives Visits: Why No One Talks About It, and Why They Should », p. 484-507.

Cet article s’intéresse à la négociation entre professeurs et archivistes lors de la venue des classes universitaires dans les services d’archives. Il identifie quatre enjeux d’une collaboration productive entre ces deux acteurs : le passage à des pédagogies actives, la difficulté que rencontrent les chercheurs à comprendre les besoins des plus jeunes, la complexité des demandes faites aux services d’archives et les relations difficiles entre archivistes et membres du corps enseignant.

Marcella Huggard, Laura Uglean Jackson, « Practices in Progress: The State of Reappraisal and Deaccessioning in Archives », p. 508-547.

Un sondage a été réalisé en 2017 auprès des archivistes américains et canadiens pour connaître leurs pratiques de réévaluation et d’aliénation des fonds. Il montre que ces pratiques sont courantes dans la profession, mais qu’elles ne sont pas toujours menées de manière éthique et responsable, faute de transparence dans le choix des critères d’évaluation.

April Karlene Anderson-Zorn, « Digging Up the Past: Archival Issues with Found Time Capsules at Illinois State University », p. 548-565.

Lors de la destruction d’un dortoir de l’Université d’État de l’Illinois, deux capsules temporelles ont été retrouvées. Par ce terme, l’autrice désigne des matériaux historiques représentatifs d’une culture qui ont été déposés avec l’objectif d’être préservés jusqu’à leur découverte future. Elle s’interroge sur l’intégration de ces matériaux aux fonds de l’université et sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre lors de telles découvertes.

Paul Conway, Robert B. Markum, « Performers First: Gift Exchange and Digital Access to Live Folk Music Archives », p. 566-597.

Le projet décrit ici porte sur la sauvegarde et la valorisation d’enregistrements de musique folk des années 1969-1980. Les auteurs font part de leurs idées de solution des difficultés liées au copyright et à la propriété intellectuelle et de valorisation de ces musiques en streaming.

Frank J. Boles, « To Everything There Is a Season », p. 598-617.

L’auteur examine trois idées répandues dans la communauté archivistique et qui influencent les pratiques de conservation : les archivistes devraient créer une documentation universelle de l’activité humaine ; le souci de la justice sociale devrait inspirer les décisions de sélection ; les archivistes détiennent une forme de pouvoir unique à travers l’évaluation. Ces trois idées ont selon lui conduit la profession à considérer qu’elle doit travailler à un futur plus équitable, mais aussi plus moral. Il plaide au contraire pour une autonomie locale et des missions propres à chaque service d’archives.1

The American Archivist, n° 83-1, 2020

Emily Larson, « Big Questions: Digital Preservation of Big Data in Government », p. 5-20.

Cet article part du postulat que les gouvernements recourent de plus en plus massivement aux technologies du big data pour prendre leurs décisions, en mobilisant des masses de données hétérogènes quoique parfois inexactes. L’autrice analyse en conséquence le big data au regard des théories archivistiques, et tout particulièrement des travaux du groupe InterPARES : a-t-on affaire à des records ? Quels problèmes pose-t-il aux records managers et archivistes ? Faut-il procéder à l’archivage des données concernées ? Si oui, comment ? Elle estime qu’une intervention archivistique peut réduire un certain nombre de risques associés à l’existence de ces données, insiste tout particulièrement sur l’importance de la contextualisation de celles-ci lors de leur prise en charge (provenance des données, modalités de fonctionnement et d’utilisation de l’agrégat constitué) et conclut sur la capacité, via l’archivage, à rendre aux individus un pouvoir sur leurs données. Elle invite donc les archivistes à s’investir sur le sujet.

Veronica Ehrenreich-Risner, « Reading Geographical Names as Text: Refiguring the “Living Archive” in Postcolonial South Africa », p. 21-56.

Cet article analyse le processus de renommage des lieux en Afrique du Sud après la fin de l’Apartheid. L’autrice soutient que les noms de lieux constituent des outils de domination et que le lieu et son nom se combinent pour créer une « archive vivante » (living archive) de la structure du pouvoir au moment du changement de nom. C’est, selon elle, l’intention perçue dans le renommage qui détermine son acceptation ou non.

Edward Janak, « What Do You Mean It’s Not There? Doing Null History », p. 57-76.

Cet article part du constat qu’un chercheur peut, dans un dépôt d’archives, constater l’absence d’archives qui devraient normalement s’y trouver et que cette absence a autant de sens que la présence des mêmes archives. Pour illustrer son propos, l’auteur prend l’exemple de l’action au Texas du General Education Board, fondation philanthropique de la famille Rockfeller, qui n’est connue que par le Rockfeller Archive, sans qu’aucune trace en existe dans les archives de l’État du Texas. L’absence d’archives oblige le chercheur à déplacer son centre d’attention vers cette absence et ses causes.

Jessica Holden,Ana Roeschley, « Privacy and Access in the Massachusetts Society for the Prevention of Cruelty to Children Records », p. 77-90.

Cet article décrit la politique et les procédures d’accès mises en place par l’université du Massachusetts à l’égard des archives de la Massachusetts Society for the Prevention of Cruelty to Children (MSPCC), en étroite collaboration avec cette dernière. Le principal objectif de l’Université est de garantir l’accès aux survivants des abus, tout en respectant leur vie privée quand la demande d’accès provient de tiers.

Ciaran B. Trace, « Maintaining Records in Context: A Historical Exploration of the Theory and Practice of Archival Classification and Arrangement », p. 91-127.

Cet article, premier d’une série de deux, est consacré à la naissance des concepts de classification et de classement aux États-Unis. L’autrice explore 60 ans de littérature professionnelle (1900-1960) pour mettre en lumière tant les enjeux historiques, sociaux, économiques et technologiques que les circonstances de leur émergence. Elle démontre que les notions de classification et de classement sont emblématiques de l’identité et des aspirations de la profession. Elles s’inscrivent dans un champ de connaissances à la fois tacite et déclaré, matérialisé par la pratique, et pourtant toujours remis en question par les changements politiques et sociaux. Le second article couvrira la période qui nous sépare des années 1960.

Peter Botticelli, « Curating Digital Surrogates in a Museum Archives: The Historic Boards Collection at the Peabody Museum of Archaeology and Ethnology at Harvard University », p. 128-143.

Cet article propose une analyse croisée des méthodes de curation numérique propres aux archives et aux musées à partir d’un cas pratique : la collection photographique numérisée du Peabody Museum of Archaeology and Ethnology de l’université Harvard. Il montre les conséquences des pratiques documentaires sur la recherche et l’interprétation de ces photographies. L’utilisation d’un logiciel de gestion des objets muséaux ainsi que les choix effectués en termes de prise de vue – numérisation de chaque photographie et non des fiches créées au début du 20e siècle qui rassemblaient plusieurs photographies – et d’indexation – reprise des légendes correspondant à chaque photographie sans tenir compte des autres légendes présentes sur chaque fiche – ont un impact important. L’article insiste in fine sur l’importance du caractère itératif du travail de numérisation et d’indexation.

Carli V. Lowe, « Partnering Preservation with Sustainability », p. 144-164.

Cet article s’interroge, via une importante revue de littérature, sur les moyens que les archivistes peuvent mettre en œuvre pour s’inscrire dans une logique de développement durable, principalement en termes de conception et de gestion de bâtiment d’archives (recours à des techniques de construction traditionnelle, application de la méthodologie développée par Hugo Stehkämper, ancien directeur des Archives historiques de la ville de Cologne). Il invite cependant à élargir la perspective à tous les aspects de la pratique archivistique, comme les politiques de collecte – notamment d’archives numériques – et de numérisation.

Archival science, vol. 20, n°2, 2020

Amelia Acker, Adam Kreisberg, « Social media data archives in an API2 driven world », p. 105-123.

Cet article s’intéresse aux enjeux de la conservation et de l’accès aux données des API. Après avoir évoqué les problèmes que posent l’extraction et la conservation des données issues de ces API, les auteurs décrivent les utilisations potentielles des archives des médias sociaux et s’intéressent aux conditions générales des services, qui constituent une difficulté dans l’archivage. Ils terminent en analysant les premières initiatives de conservation de données issues d’API au sein des archives communautaires et universitaires, ou encore à travers les partenariats entre les entreprises et les universités.

Lauren Haberstock, « Participatory description : decolonizing descriptive methodologies in archives », p. 125-138.

Cet article part du postulat que les archives doivent être décrites et contextualisées d’une manière qui garantisse la multiplicité des approches et qui reflète notamment les systèmes de pensées des communautés qui les ont produites ou qui sont concernées par celles-ci. L’autrice plaide en conséquence pour le développement d’une description des archives plus collaborative, prenant davantage en compte la voix des communautés. Elle cite, à titre d’exemple, quatre projets menés au Canada et aux États-Unis : le Digital Archives and Marginalized Communities Project (DAMC) à l’Université du Manitoba ; the A:shiwi A:wan Museum and Heritage Center (AAMHC) au Nouveau-Mexique ; le Decolonizing Description Working Group (DDWG) des bibliothèques de l’Université de l’Alberta Libraries (UAL) ; le Native Canadian Centre de Toronto. Si son discours se situe dans le contexte du débat autour de la décolonisation et de l’amélioration des relations avec les communautés indigènes, il pose aussi la question de la diversité des modalités d’accès aux archives et de la nécessité de faciliter différentes représentations, et donc différentes voies d’accès à celles-ci.

Tessa Hauswedell, Julianne Nyhan, M. H. Beals, Melissa Terras, Emily Bell, « Of global reach yet of situated contexts: an examination of the implicit and explicit selection criteria that shape digital archives of historical newspaper », p. 139-165.

Les autrices examinent ici les facteurs institutionnels, intellectuels, économiques, techniques, pratiques et sociaux qui président aux choix liés à la diffusion de journaux en ligne. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des responsables de numérisation de journaux publics et privés. Ils montrent la tendance des journaux à numériser en priorité des articles qui intéressent leur public, ce qui conduit les autrices à plaider pour une meilleure prise en compte de l’utilisateur final en archivistique.

Tianjiao Qi, « Rural archives in China over the past 40 years », p. 167-185.

Cet article présente les services d’archives dans le monde rural en Chine et leur développement depuis la fin des années 1970, que ce soit au niveau des villages administratifs ou des communautés rurales. Il expose les principaux résultats obtenus et explique les défis auxquels sont confrontés aujourd’hui ces services d’archives, notamment en terme de développement du travail en réseau.

Michael Karabinos, « Acknowledging the shadows », p. 187-196.

L’auteur répond aux critiques adressées à son idée de « continuum de l’ombre » par Viviane Frings-Hessami dans le n° 20 d’Archival Science3 . Il rappelle que son propos n’est pas de remplacer le modèle du Records continuum, mais de montrer qu’il peut comporter des phases d’obscurité. Le modèle en effet fonctionne bien quand la « pluralisation » des archives est acquise, mais pas du tout lorsque personne ne connaît leur existence, comme ce fut longtemps le cas pour certaines archives coloniales britanniques rapatriées en Angleterre et gardées secrètes par le Foreign Office pendant plusieurs décennies. De ce fait le schéma alternatif proposé par Viviane Frings-Hessami ne lui semble pas constituer une nouveauté, mais complexifier inutilement le modèle. 

Archivaria, n° 89, 2020

Elspeth H. Brown, « Archival Activism, Symbolic Annihilation, and the LGBTQ2+4 Community Archive», p. 6-33.

L’autrice, membre du conseil d’ArQuives et directrice du programme collaboratif d’histoire orale numérique LGBTQ2+ (LGBTQ2+ Oral History Digital Collaboratory), constate que les archives des communautés LGBTQ2+ ne se situent plus nécessairement en dehors des courants archivistiques dominants et que le contenu des documents d’archives de ces centres peut entraîner l’« annihilation symbolique » des histoires des minorités (trans, noirs, autochtones…). Cet article décrit le travail mené dans le cadre du programme collaboratif d’histoire orale numérique LGBTQ2+ pour encourager l’adoption d’un cadre de travail intersectionnel et inclusif pour les trans dans les archives communautaires LGBTQ2, favorisant la valorisation des archives de ces communautés dans une approche postcustodiale.

Alexandra Mills, Désirée Rochat, Steven High, « Telling Stories from Montreal’s Negro Community Centre Fonds. The Archives as Community-Engaged Classroom », p. 34-69.

L’université Concordia de Montréal a développé un cours d’histoire pour les étudiants de premier cycle autour du fonds d’archives du Negro Community Centre, un centre de la communauté noire anglophone de Montréal, fermé en 1992. Avec ces étudiants qui constituent les premiers lecteurs de ce fonds, l’objectif est de faire connaître l’histoire du centre et d’organiser son retour à la communauté.

Ed Summers, « Appraisal Talk in Web Archives », p. 70-103.

À partir d’entretiens ethnographiques avec des archivistes du web, l’auteur montre un lien entre le discours des archivistes et les méthodes de sélection qu’ils mettent en œuvre. Il analyse la façon dont les outils d’archivage du web façonnent leurs décisions et leurs interactions avec les communautés qu’ils documentent.

Nicole Gray, « Toward an Embodied Poetics in Appraisal. Walt Whitman in the US National Archives », p. 106-127.

L’autrice mobilise un ensemble de documents écrits par le poète Walt Whitman au nom du bureau du procureur général des États-Unis pour démontrer que le créateur de documents d’archives est en fait une entité composée de nombreux acteurs, comme les commis dont le travail est passé sous silence. À partir des concepts de Records continuum et de multivers archivistiques, elle présente une approche poétique de l’évaluation et met l’accent sur les interactions humaines en tant que facteurs importants dans la production et la conservation d’archives.

Renée Saucier, « Medical Cartography in Southern Ontario, 1880–1920. A Records Perspective », p. 130-163.

Cet article propose une analyse archivistique des cartes de maladies produites en Ontario à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. L’autrice les considère non seulement comme des outils de santé publique, mais aussi comme des documents de gestion des données qui reflètent les technologies d’un gouvernement libéral.

Archives, vol. 48, n°1, 2019

Numéro spécial réalisé à l’occasion du 50e anniversaire de l’Association des archivistes du Québec (AAQ).

Dominic Forest, Sabine Mas, Valérie Rioux, Vincent Larivière, Benoît Macaluso, « Cartographier l’évolution du contenu de la revue Archives au moyen des techniques de fouille de textes et de bibliométrie », p. 7-39.

Cet article présente un projet d’analyse lexicométrique du contenu de la revue Archives pour la période 1994-2016, en utilisant les techniques de fouille de textes ainsi qu’une analyse bibliométrique. Via l’analyse des 236 documents constituant le corpus – qui exclut comptes rendus de lecture et notes de la rédaction – sont ainsi successivement étudiés le vocabulaire utilisé et les thématiques abordées dans la revue, le poids respectif des hommes et des femmes, le nombre et l’origine des références utilisées, ainsi que leur évolution dans le temps. Les auteurs conçoivent cette recherche comme un premier essai d’usage de ces méthodes sur le corpus, qu’il conviendrait de mettre en regard avec une analyse qualitative.

Louise Gagnon-Arguin, « L’Association des archivistes du Québec à travers “ses” histoires », p. 41-53.

Cet article recense et commente l’ensemble des articles écrits sur l’histoire de l’AAQ, identifiant les moments d’écriture et thématiques abordées, et aboutissant à une nouvelle histoire de l’association « à travers les textes ».

Céline Gendron, « Les archives manuscrites avouent ! Papier d’écriture en Nouvelle-France au XVIIe siècle : usages, usagers et catégories de documents », p. 55-87.

Compte rendu d’une recherche doctorale menée sur le papier et son usage en Nouvelle-France au 17e siècle, à partir d’une étude des documents conservés dans différentes institutions. Sont successivement présentées les huit catégories d’usage identifiées par l’auteur, illustrées par leur fonction, leurs acteurs et un exemple représentatif.

Danielle Léger, « Théâtre à Montréal, 1825-1930 : un récit visuel mettant en scène des documents patrimoniaux », p. 89-106.

Cet article rend compte d’un projet de « recherche-diffusion » sur l’histoire des arts du spectacle à Montréal (Théâtre à Montréal, 1825-1930) qui a abouti à la création d’un site web donnant accès, à partir d’une approche géographique, aux ressources textuelles et iconographiques principalement conservées par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BanQ).

Jacques Rouillard, « Sortir de la Grande Noirceur grâce aux documents d’archives », p. 107-143.

L’auteur montre dans cet article comment la consultation d’archives l’a amené à remettre en cause le mythe de la « Grande noirceur », forgé par les sociologues des années 1950 et selon lequel, jusqu’aux années 1960, le Québec aurait été uniquement placé sous le signe du conservatisme clérical. Ses travaux d’histoire économique, sociale et politique montrent au contraire que le Québec n’est pas en retard sur les autres provinces, sans pour autant minorer l’importance de la « Révolution tranquille » survenue dans les années 1960 et qui constitue une accélération des évolutions précédentes.

Archives, vol. 48, n°2, 2019

Bogdan Florin Popovici, « Records in context : vers un nouveau niveau dans la description archivistique ? », p. 7-39.

Cet article constitue une présentation sommaire du projet de modèle conceptuel de description archivistique Records in Context (RiC), élaboré par le Conseil international des archives (CIA). Il s’appuie surtout sur une riche revue critique des concepts archivistiques (principe de provenance, description arborescente) ayant servi de base à la conception des actuelles normes du CIA – notamment ISAD(G) – au regard des approches postmodernes, tout en reconnaissant que leur adoption a constitué une étape importante de l’histoire professionnelle. Il conclut sur les objectifs attendus de l’adoption de cette nouvelle approche de la description archivistique.

William Yoakim, « Wikipédia, Wikimedia Commons et Wikisource, un eldorado de visibilité », p. 41-81.

L’auteur présente la fondation Wikimedia et ses différents projets (notamment Wikipedia et Wikimedia Commons). Selon lui, les services d’archives ont intérêt à contribuer à l’encyclopédie en ligne, à condition de se fixer dès le départ quelques règles de base et de s’y tenir : déterminer des priorités en matière de contribution (mettre en ligne des images de documents sur Wikimedia Commons ou enrichir les articles de Wikipédia par des références aux sources d’archives ou encore éditer des textes dans Wikisource), agir en lien avec la fondation, en essayant d’être en phase avec ses projets, et surtout avec la communauté des wikipédiens, en participant aux débats au sein de la communauté et en effectuant une veille sur les modifications que certains apportent aux contributions du service, et enfin évoquer régulièrement ces contributions parmi les actualités du service.

Anne-Marie Charuest, « Les archives dans les entreprises industrielles : le cas de Casavant Frères », p. 83-120.

Cet article rend compte d’un stage effectué par l’autrice au sein de l’entreprise de facteurs d’orgues Casavant Frères de Saint-Hyacinthe. La présentation du stage s’inscrit dans une réflexion plus générale sur la difficile conservation des archives d’entreprises au Québec et sur les options envisageables pour améliorer celle-ci.

Geneviève Piché, « Le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa : 60 ans dévoués à la mémoire documentaire des francophones du Canada », p. 121-136.

Cet article présente l’histoire et les activités du Centre de recherche en littérature canadienne française (CRLCF) de l’université d’Ottawa, devenu en 1968 Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), chargé de préserver la culture française en Ontario. Il insiste en conclusion sur les défis auxquels est confronté le CRCCF aujourd’hui : espace de stockage insuffisant ; retards dans le traitement des fonds ; collecte d’archives numériques.

Normand Charbonneau, « Décolonisation et réconciliation, les rôles institutionnels et personnels », p. 137-148.

Cet article rappelle l’historique des relations entre le gouvernement fédéral et les populations autochtones au Canada, présente les grandes lignes du programme de réconciliation gouvernemental ainsi que les actions menées par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), ainsi que son engagement en faveur de ce programme.

Raymond Frogner, « Qui sont ces enfants perdus ! Origine et conception du registre des noms des enfants autochtones décédés dans le système des pensionnats du Canada, selon le Centre national pour la vérité et réconciliation », p. 149-159.

Cet article présente le projet de constitution d’un registre des enfants autochtones disparus dans les pensionnats créés par l’administration coloniale en vue d’acculturer les populations autochtones. Ce registre, créé par le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) et alimenté en étroite relation avec les communautés autochtones, comporte une version publique et une version à accès restreint, comportant l’ensemble des données à caractère personnel concernant les enfants disparus.

Johanna Smith, Benjamin Ellis, « Revitaliser les cultures et les langues autochtones au Canada : les nouvelles initiatives de Bibliothèque et Archives Canada », p. 161-170.

Cet article rend compte des actions menées par Bibliothèque et Archives Canada (BAC) dans le cadre du programme d’amélioration des relations entre le gouvernement fédéral et les populations autochtones. Parmi les initiatives prises par BAC, sont présentés : le projet de numérisation des collections concernant les populations autochtones ; la production de guides et d’instruments de recherche dédiés ; le projet Écoutez pour entendre nos voix, qui vise à soutenir la préservation et la diffusion des enregistrements en langue autochtones ; la création de postes d’archivistes localisés dans les collectivités autochtones ; le développement de l’indexation collaborative pour redonner un nom aux autochtones photographiés par les institutions fédérales et pour faciliter la description des contenus eux-mêmes. Le programme est appuyé par une sensibilisation du personnel aux enjeux de la réconciliation et à une plus grande association des populations autochtones au fonctionnement de BAC via un Cercle consultatif autochtone.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur

  1. La traduction de cet article a été publiée ici les 9 et 21 mai 2020 []
  2. Interface de programmation []
  3. Voir la précédente recension de revues d’archivistique étrangères publiée ici le 1er mai 2020 []
  4. Personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, queers et en questionnement []

Revues d’archivistique étrangères – 2

Les thématiques des articles analysés dans ce nouveau billet sont diverses, même si l’on retrouve des problématiques dominantes dans le domaine anglo-saxon : déclinaison du modèle de Records continuum ; relations avec les communautés autochtones et étude des rapports de force et des discriminations à travers les archives ; archives des minorités linguistiques et des communautés ; action thérapeutique des archives et prise en compte des traumatismes dans la gestion et l’accès aux archives. D’autres articles font écho à des problématiques également développées en France : rôle des services d’archives dans la lutte contre la désinformation, archives produites par les réseaux sociaux (ici Facebook), impact de la réglementation sur la protection des données à caractère personnel. Certains articles feront l’objet d’un échange entre contributeurs d’Archivalise(s) et ensuite d’un billet sur ce même carnet.

Archives & Manuscripts, vol. 48, n° 1, 2020

Judit Gutiérrez de Armas, « Archival practices in Early Modern Spain: transformation, destruction and (re)construction of family archives in the Canary Islands », pp. 5-24

Influencée par le courant de l’archival turn des sciences humaines, l’autrice traite de la constitution et de la conservation des archives familiales à l’époque moderne dans un contexte colonial, celui des îles Canaries. Elle analyse plus particulièrement l’application des pratiques archivistiques castillanes sur le sol canarien ainsi que les menaces (politiques, sociales et surtout environnementales) qui ont pesé sur la conservation de ce patrimoine à l’époque moderne. Elle étudie surtout, sur la base d’études de cas, des exemples de reconstitution d’archives familiales dans le cadre de conflits entre les familles et des tiers (y compris l’État) et au sein des familles, principalement au 18e siècle. Elle insiste tout particulièrement, dans le cadre de ces études de cas, sur les liens étroits qui unissent pratiques archivistiques publiques (conseils, notaires) et pratiques archivistiques familiales.

Nampombe Saurombe, « Taking archives to the people: an examination of public programs in the National Archives of the Eastern and Southern Africa Regional Branch of the International Council on Archives », pp. 25-44

Les services d’archives membres de la Branche régionale pour l’Afrique orientale et australe (ESARBICA) du Conseil international des archives sont sous-exploitées par les usagers et l’autrice s’efforce de comprendre le faible nombre de campagnes de sensibilisation du public (public programming) entreprises jusqu’alors. Elle utilise pour cela le résultats d’une enquête menée en 2013 auprès des représentants des services d’archives présents à la XXIIe conférence bisannuelle d’ESARBICA qui s’est tenue à Nairobi en 2013. Sur la base des constats effectués, elle présente les six facteurs qui pourront contribuer à l’amélioration de la visibilité des services d’archives d’ESARBICA : révision de la réglementation ; développement de programmes de sensibilisation ; mise à disposition de ressources ; réalisation d’enquêtes auprès du public ; développement des partenariats ; amélioration des connaissances et compétences des archivistes.

Dominique Glassman, « Facebook is creating records – but who is managing them? », pp. 45-58

En se fondant sur le modèle du Records continuum, l’autrice étudie les différents types de documents engageants créés par Facebook à partir des données fournies par ses utilisateurs. Elle analyse particulièrement l’impact du scandale Cambridge Analytica et du Règlement général sur la protection des données (RGPD) sur les pratiques de l’entreprise et sur la conscience qu’ont les utilisateurs de l’exploitation qui est faite de leurs données.

Belinda Battley, « Authenticity in places of belonging: community collective memory as a complex, adaptive recordkeeping system », pp. 59-79

L’autrice s’inscrit dans la lignée des recherches sur les archives communautaires, mais en prenant l’exemple d’une association sportive – l’Auckland University Tramping Club – et non d’une communauté ethnique ou d’une communauté de genre. En s’appuyant sur le modèle du Records continuum, elle souligne que la prise en charge d’archives de n’importe quelle communauté par un service d’archives peut conduire à une forme de colonisation de celle-ci par une autre entité – dans le cas présent, l’université – et de négation des pratiques archivistiques existantes dans la communauté. Elle invite les archivistes à s’intéresser d’avantage aux pratiques archivistiques organiques des communautés elles-mêmes – y compris administratives – ainsi qu’à la manière dont les communautés utilisent leurs archives pour construire leur mémoire, et à mettre en place des méthodes de travail moins invasives, « décolonisées », plus « inclusives » avec ces communautés, pour garantir qu’elles ne perdent pas le lien de symbiose avec leurs archives et qu’elles pourront continuer à s’en servir.

Nicola Laurent, Kirsten Wright, « A trauma-informed approach to managing archives: a new online course », pp. 80-87

Un des trois nouveaux cours mis en ligne en 2020 par la Société des archivistes australiens est dédié à la gestion du traumatisme dans le monde des archives. Destiné aussi bien aux personnes accueillant du public qu’aux archivistes chargés de traiter des fonds d’archives relatant des événements traumatisant ou au personnel d’encadrement, il se décompose en trois modules : le premier constitue une introduction aux problèmes posés par les interactions avec des personnes ayant subi un traumatisme et à la manière de les gérer ; le deuxième présente comment ces problématiques se déclinent dans le domaine des archives – en prenant notamment l’exemple de la manière dont les minorités ont été décrites dans les archives et les outils utilisés par les archivistes ; le troisième étudie l’impact pour les archivistes de leur travail sur des matériaux relatant des événements traumatisants ou de leurs interactions avec des personnes traumatisées, et les moyens d’y remédier.

Archives and records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 41, n° 1, 2020

Medha Chotai « Impact of reminiscence-based services provided by archives for people with dementia » pp. 1-19

L’autrice analyse la place tenue par les archives dans les thérapies dispensées aux personnes atteintes de démence et basées sur la réminiscence. À partir d’une enquête auprès de services volontaires, elle s’intéresse particulièrement à l’adéquation aux besoins thérapeutiques des services offerts par les archives, ainsi qu’à l’impact de ceux-ci sur les malades. Si les archives fournissent toutes des preuves de l’adéquation de leurs services aux besoins, l’impact de ceux-ci reste difficile à évaluer. L’autrice suggère de fournir aux services d’archives un cadre d’évaluation de leurs actions, inspiré par ce qui est mis en place dans le domaine des arts et défini par la littérature médicale.

Victoria Tischler, Sophie Clapp, « Multi-sensory potential of archives in dementia care », pp. 20-31

Une recherche a été menée sur le potentiel thérapeutique que présentent les archives pour des personnes atteintes de démence (notamment en lien avec des maladies neurodégénératives), à l’aide du patrimoine de l’entreprise de produits pharmaceutiques et cosmétiques Boots. Les résultats montrent notamment le potentiel d’une stimulation de l’odorat, via la présentation ou la recréation à partir des archives de produits anciens, en lien avec celle des autres sens, notamment la vue, via la présentation de marques et d’emballages connus. D’autres recherches sur le sujet sont annoncées.

Alix R. Green, Erin Lee, « From transaction to collaboration: redefining the academic-archivist relationship in business collections », pp. 32-51

La collaboration entre archivistes et universitaires au Royaume-Uni est ici abordée en se focalisant sur le cas particulier des archivistes d’entreprises. Sont présentés les résultats d’un projet associant ateliers, entretiens et enquêtes et destiné à aider les archivistes d’entreprises à développer des projets de recherche avec des universitaires, susceptibles de rencontrer les attentes de l’entreprise elle-même. Des problèmes spécifiques se posent aux archivistes d’entreprises pour développer des collaborations avec des universitaires et le site du Business Archives Council publiera prochainement des outils (vidéos, manuels) à ce sujet. La conclusion propose trois facteurs clés pour une collaboration réussie entre archivistes d’entreprises et universitaires : des compétences complémentaires, des contraintes réciproques connues, des échanges réguliers.

Wenhong Zhou, Chuanling Wen, Linxu Dai, « Collaborative construction of social-oriented family archives: a case study based on the practice of China », pp. 52-67

La Chine encourage la constitution et l’ouverture au public d’archives familiales ayant un intérêt pour la mémoire de la société, à travers l’éducation au patriotisme et la culture des traditions familiales. À travers l’exemple des archives de la famille Chen (Chen Yao Family Archives), dont la création a été encouragée et financée par la communauté et les archives d’État du district de Wuhou (Sichuan), les auteurs analysent les modalités de constitution de ce type de fonds, notamment le rôle des différents acteurs (famille, communauté, district), les stratégies de collaboration mises en place, les objectifs sous-jacents ainsi que les enjeux et défis auxquels ces archives familiales sont confrontées.

Archivaria, n° 88, 2019

Gracen Brilmeyer, Joyce Gabiola, Jimmy Zavala, Michelle Caswell, « Reciprocal Archival Imaginaries. The Shifting Boundaries of Communityˮ in Community Archives », pp. 8-48

Les auteurs ont interrogé les usagers de cinq services d’archives communautaires du sud de la Californie pour tenter de comprendre les imaginaires, les craintes et les sentiments des utilisateurs de ces archives par rapport aux autres utilisateurs et à leur communauté. À partir des concepts développés par Benedict Anderson dans son ouvrage Imagined Communities, ils proposent la notion d’imaginaires archivistiques réciproques pour décrire les relations étroites entre les utilisateurs des archives, leurs imaginaires et les archives communautaires, mettant ainsi en avant l’influence des imaginaires de la communauté sur les archives qu’ils façonnent.

Devan Ray Donaldson, « Trust in Archives – Trust in Digital Archival Content Framework », pp. 50-83.

Face à la prolifération des “fake news”, l’auteur se demande quelle confiance on peut accorder aux archives disponibles sur Internet. Il développe un modèle pour analyser la relation entre la confiance accordée aux archives et celle accordée au contenu archivistique numérique (Cadre CA-CCAN). À partir d’une enquête par questionnaire menée auprès de plus de 2 300 personnes, il montre l’existence d’une corrélation entre les deux et propose d’utiliser ce modèle dans d’autres études sur la confiance dans l’information et l’utilisation des archives.

Jennifer Douglas, Alexandra Alisauskas, Devon Mordell, « “Treat Them with the Reverence of Archivists”. Records Work, Grief Work and Relationship Work in the Archives », pp. 84-120

Mobilisant des études théoriques et cliniques sur le deuil, les auteurs montrent comment la création, l’utilisation, le classement et la préservation de documents peuvent contribuer au travail de deuil à partir de fonds d’archives et de collections personnelles conservées en université. Pour terminer, ils analysent les bénéfices d’une telle analyse sur la théorie et la pratique archivistique, en termes principalement éthiques (perception du fonds, description archivistique)

Wendy Duff, Jefferson Sporn, Emily Herron, « Investigating the Impact of the Living Archives on Eugenics in Western Canada », p. 122-161

Une étude a été menée sur les ressources mises en ligne dans le cadre du projet Living Archives on Eugenics in Western Canada, qui sensibilise à l’histoire communautaire en mettant l’accent sur l’autonomisation des personnes ayant survécu aux stérilisations imposées par l’État. Elle visait à analyser l’impact de cette mise en ligne et ses retombées en termes de recherche ou de militantisme par exemple. Les auteurs montrent que si les impacts apparaissent quantitativement limités, le projet a offert une autonomie éditoriale aux survivants en contrepoint du discours eugéniste, a permis l’émergence d’un réseau mêlant scientifiques et membres de la société civile et constitue enfin un modèle pour les projets d’archives numériques.

Jamie A. Lee, « In Critical Condition. (Un)Becoming Bodies in Archival Acts of Truth Telling », pp. 162-195

L’autrice remet en question la notion d’archives comme « preuve autorisée », comme document fini et figé. Mobilisant la notion de parrêsia de Michel Foucault, définie comme le processus par lequel on énonce une vérité tout en la confrontant, elle analyse des entretiens oraux réalisés pour les Arizona Queer Archives pour soutenir les méthodes d’histoire orale comme expressions de vérité.

Archival Science, n° 20, 2020

Frank Golding, « “Problems with records and recordkeeping practices are not confined to the past”: a challenge from the Royal Commission into Institutional Responses to Child Sexual Abuse », pp. 1-19

La communauté des anciens enfants de l’assistance publique et d’autres parties prenantes ont fait campagne pour que soit créée une commission d’enquête sur les abus dont avaient été victimes des mineurs en Australie. Elle n’a pas obtenu gain de cause, mais la Commission royale chargée des réparations et dédommagements à fournir aux enfants victimes d’abus sexuels a grandement réussi à exposer la nature complexe et l’étendue des abus commis. Les problématiques liées aux archives et à l’archivage ne faisaient à l’origine pas partie du mandat accordé à la commission, mais elles ont émergé comme une des questions cruciales qui influencent la qualité de la prise en charge et de la protection des enfants. Cette constatation a créé un nouveau contexte dans lequel les défenseurs de la communauté, les universitaires et autres professionnels peuvent travailler ensemble pour construire un nouveau programme d’archivage dans l’assistance publique.

Sue McKemmish et al., « Decolonizing recordkeeping and archival praxis in childhood outofhome Care and indigenous archival collections », pp. 21-49

Sont présentés ici les objectifs et les conclusions de deux projets de recherche – Rights in Records by design et Indigenous Archiving and Cultural Safety (Archives indigènes et sécurité culturelle) –, en montrant particulièrement comment les systèmes actuels de protection de l’enfant et leurs pratiques de conservation et d’archivage ont été façonnés par la colonisation et ses héritages en Australie, qui persistent au 21e siècle. Les auteurs font la supposition que les constructions classistes, hétéro-patriarcales, sexistes et racistes existent toujours et continuent de prendre corps dans la forme et le contenu des archives, comme dans les principes et les valeurs du système de conservation et d’archivage. Ils remarquent que le principal objectif de la conservation à l’époque coloniale était de fournir une infrastructure critique permettant le contrôle et l’exploitation étatique. Ils soulignent donc la nécessité de décoloniser la conservation et l’archivage pour adopter les conceptions de l’enfant en tant qu’ayant un libre-arbitre ou des droits. Ils concluent enfin par l’analyse de l’apport de ces deux projets à la décolonisation de la théorie et de la pratique archivistique et du rôle que cette dernière peut jouer dans la décolonisation de l’enfance pour les enfants pris en charge par les systèmes de protection.

Viviane Frings-Hessami, « The flexibility of the records continuum model: a response to Michael Karabinos “In the shadow of the continuum” », pp. 51-64

Dans un article d’Archival Science publié en 2018 et intitulé « In the shadows of the continuum: testing the records continuum model through the Foreign and Commonwealth Office “Migrated Archivesˮ1 », Michael Karabinos défendait l’idée que le modèle du records continuum ne pouvait s’appliquer si les archives n’avaient pas été pluralisées2 et que l’ouverture et l’accessibilité étaient les clés du fonctionnement du modèle. Il proposait l’idée d’un « continuum de l’ombre » (shadow continuum) pour analyser les archives déplacées quand leur existence est inconnue du grand public. Viviane Frings-Hessami lui répond ici que son analyse repose sur une mauvaise compréhension des dimensions du modèle du Records continuum et que l’apport de la notion de « continuum de l’ombre » n’est pas nécessaire car le modèle s’applique également aux archives qui n’ont pas été portées à la connaissance du public. Elle propose un schéma alternatif pour intégrer le « continuum de l’ombre » au modèle du Records continuum, schéma qui met en avant les problématiques liées à la propriété, au traitement et à l’utilisation de ces archives.

Jason Lustig, « Epistemologies of the archive: toward a critique of archival reason », pp. 65-89.

L’auteur explore les bases épistémologiques du débat sur la nature de la recherche et de la pratique archivistique, et défend l’idée que la focale de l’épistémologie historique nous aide à comprendre les critiques relatives au tournant archivistique (archival turn), ainsi que l’intérêt du public pour les archives. Une lecture attentive de l’essor de l’histoire scientifique au 19e siècle et de la pratique archivistique moderne telle qu’exprimée dans les manuels du début du 20e siècle permet de proposer une nouvelle théorisation de principes tels que la provenance, le respect des fonds et la conservation et de réanalyser les « histoires d’archives » des historiens comme partie prenante d’une épistémologie globale, mais habituellement tacite des archives, enracinée dans le projet intellectuel du philosophe allemand Wilhelm Dilthey de créer un fondement épistémologique des sciences humaines. En suivant cette théorie, l’auteur suggère que nous pouvons reconceptualiser l’essor de la recherche archivistique, le développement de la profession archivistique moderne ainsi que les critiques relatives au prétendu tournant archivistique et à l’ère post-custodiale de la pratique archivistique en tant que changements non seulement méthodologiques, mais aussi épistémologiques. Aborder l’histoire des archives à travers le canevas de l’épistémologie contribue à donner un sens aux nouvelles critiques et à l’intérêt non démenti pour les archives. Bien que la nature construite des archives soit de plus en plus admise, la piste selon laquelle les documents donnent accès au passé avec une forme de valeur probante conduit à interroger la valeur associée aux archives par les professionnels et le public, ainsi que leur constante opposition.

Shelly Black, « The implications of digital collection takedown requests on archival appraisal », pp. 91-101

L’émergence d’une législation internationale relative à la protection des données à caractère personnel doit conduire les archivistes à analyser l’impact de ces changements sur leur travail et en particulier sur la sélection. Les collections numériques en ligne favorisent l’accès aux archives pour les chercheurs et le grand public. Pourtant, des informations privées ou sensibles peuvent être diffusées par inadvertance via ces collections. Le droit à l’oubli institué par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) permet aux citoyens européens de demander la suppression de leurs informations personnelles. L’autrice étudie la manière dont les demandes de retrait et le droit à l’oubli s’articulent avec les théories archivistiques relatives à l’évaluation, en étudiant notamment les conséquences de cette nouvelle réglementation sur les pratiques d’évaluation et la façon dont les archivistes peuvent se préparer à les gérer.  Elle mentionne ainsi la possibilité de définir une politique ad hoc, de travailler en amont avec les donateurs, ou encore de signaler les types de données à caractère personnel dans les métadonnées chaque article.

Records Management Journal, vol. 30, n°1, 2020

Burkan Hawash, Umi Asma’ Mokhtar, Zawiyah M. Yusof, « The adoption of electronic records management system (ERMS) in the Yemeni oil and gas sector. Influencing factors », pp. 1-22

Une étude a été menée en 2018 pour identifier, à partir d’une revue de littérature et d’un sondage auprès des experts du secteur, les facteurs clés susceptibles de garantir l’adoption de systèmes de gestion des documents engageants (Electronic Records Management Systems) dans le secteur pétrolier au Yémen. Les quinze facteurs clés identifiés ont été modélisés en utilisant la méthodologie TOE (Technology/Organization/Environment).

Nkholedzeni Sidney Netshakhuma, « Assessment of the management of student affairs records. Case of the University of Mpumalanga in South Africa », pp. 23-42

Le système de gestion des archives du département de la vie étudiante de l’université de Mpimalanga (Afrique du Sud) a fait l’objet d’un audit. Celui-ci conclut, à l’issue d’entretiens, d’observations et d’une analyse documentaire, à la défaillance de ce système et recommande le développement des procédures d’archivage, l’établissement de cellules de gestion des documents engageants et le développement de la formation.

Liah Shonhe, Balulwami Grand, « Implementation of electronic records management systems. Lessons learned from Tlokweng land Board-Botswana », pp. 43-62

Le processus de conduite du changement mis en œuvre par Tlokweng land Board (Botswana) lors de la mise en œuvre d’un système de gestion des documents engageants (Electronic Records Management Systems) a fait l’objet d’une évaluation. Elle est fondée sur l’utilisation de deux modèles : ADKAR: A Model for Change in Business, Government and Our Community de J.M. Hiatt et le change management model de J.P. Kotter.

Mayra A. Macías-Jiménez, Luis Carlos Acosta-Fontalvo, Miguel A. Jiménez-Barros, « Document management practices in SMEs. An information management capability-based approach », pp. 63-79

Une enquête a été menée, sur la base d’un questionnaire, auprès de petites et moyennes entreprises pour identifier leurs pratiques de gestion des documents et des archives. Est ici pris comme étude de cas l’exemple des entreprises de transport de marchandises de la ville de Baranquilla (Colombie, région de l’Atlantique), en identifiant les points forts et les points faibles de leur pratiques, les évolutions possibles et les recherches ultérieures à entreprendre.

Azlan Long Abdullah, Zawiyah Mohammad Yusof, Umi Asma Mokhtar, « Factors influencing the implementation of electronic records and information management. A case study in military service in Malaysia », pp. 81-99

Une étude a été menée en 2016 et 2017 auprès de deux institutions militaires de Malaisie, sous forme d’interviews et de revue de documents, sur les facteurs qui influencent l’implémentation et l’utilisation de système de gestion des documents et de l’information électronique. L’étude passe en revue les facteurs humains, organisationnels, technologiques et fonctionnels jouant un rôle en la matière et appelle à la réalisation de recherches complémentaires.

Elizabeth Shepherd, Anna Sexton, Oliver Duke-Williams, Alexandra Eveleigh, « Risk identification and management for the research use of government administrative data », pp. 101-123

L’Administrative Data Research Centre in England a mené une recherche sur l’identification des risques associés à l’accès, par des chercheurs, à des informations publiques administratives. L’étude recense également les acteurs susceptibles d’être impactés par ces risques et les actions susceptibles d’être menées pour réduire les risques identifiés. Elle propose ainsi une grille d’évaluation des risques associée à la réutilisation des données administratives à des fins de recherche.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur

  1. Le terme « migrated archives » désigne les archives des anciennes colonies britanniques déplacées au Royaume-Uni à la veille de la décolonisation []
  2. Au sens du modèle du Records continuum développé par Frank Upward de l’Université Monash (Australie), qui comprend quatre dimensions : créer, capturer, organiser et pluraliser (voir F. Upward, Structuring the records continuum. Part 1: Post custodial principles and properties. Part 2: Structuration theory and recordkeeping). []