Archives de l’auteur : magaliemoysan

Le poids des mots. À propos d’un article de Kirsten Wright

Dans la dernière livraison de 2019 d’Archival Science dont on a pu lire ici les résumés, Kirsten Wright, de l’Université de Melbourne, a publié un article intitulé « Archival interventions and the language we use ». Cela a suscité un débat chez les contributeurs du carnet, dont on trouvera synthétisées ci-dessous les questions, les remarques et les objections.

Partant du postulat que les archives et le système archivistique ne sont pas neutres, Kirsten Wright interroge le rôle de la profession dans la reproduction des structures dominantes, qui, en utilisant le vocabulaire des producteurs dans ses instruments de recherche, relaie sans mise en contexte les discriminations d’une époque. Elle présente un exemple de contextualisation à travers les règles langagières fixées par le portail australien Find & Connect consacré au placement d’office d’enfants aborigènes ou immigrés en institutions.

Sculpture de Frank Meisler (photo de Loco Steve sur Wikimedia Commons)

Les mots du producteur, de l’archiviste et de l’utilisateur

Cet article amène une première remarque : les mots utilisés par les archivistes pour décrire les archives ne sont pas ceux des producteurs eux-mêmes ou ceux des utilisateurs. Ainsi, le vocabulaire contrôlé mobilisé dans les thésaurus ne relève pas du langage naturel et la fixation des mots se conjugue difficilement avec les évolutions langagières. Les termes changent, se policent avec le temps : les « débiles profonds », les « enfants vicieux » des années 1950 sont aujourd’hui caractérisés avec des termes médicaux. Cette difficulté à rendre compte du vocabulaire est renforcée par le fait que le périmètre des institutions productrices change : celui de l’assistance publique n’est pas celui de l’aide sociale à l’enfance. Une des solutions à ce problème consiste en la construction de systèmes de requêtes automatisés, qui permettent de faire le lien entre les mots, et l’intelligence artificielle apportera certainement des développements en ce sens.

Mais est-ce le rôle de l’archiviste de reformuler le vocabulaire du producteur ? Ne doit-il pas se contenter de respecter le document, de lui garder son authenticité ?

Enregistrer et diffuser : les deux visages de Janus

Si l’archiviste peut préserver le vocabulaire initial, l’introduction de l’instrument de recherche présente la possibilité de le contextualiser. Pourtant, les introductions très littéraires que rédigent les archivistes français formés à l’histoire s’intéressent peu à ces questions. De plus, tous les instruments de recherche ne sont pas datés, et cette métadonnée disparaît de certains portails archivistiques.

Ne faut-il pas distinguer deux métiers, réunis en France sous le vocable d’archiviste : celui qui fige et qui enregistre, et celui qui met à disposition ? Un seul archiviste peut-il faire honnêtement les deux, tel un Janus à double face ? Franck Boles, dans un article dont Archivalise(s) publiera bientôt une traduction, insiste sur la distinction entre ces deux activités. Des théories archivistiques récentes mettent l’accent sur une intervention minimale du professionnel sur les documents eux-mêmes pour se concentrer sur leur description. Il y a quinze ans, Mark Greene et Dennis Meissner, dans un article intitulé « More product, less process » (American Archivist, 2005), proposaient déjà de limiter l’intervention de l’archiviste sur la production documentaire afin de rendre les fonds accessibles plus rapidement.

Il faut aussi distinguer deux types de documentation. Le records manager au service du producteur et l’archiviste au service de la collectivité ne répondent pas aux mêmes objectifs, n’utilisent pas les mêmes méthodes de description. Avec le temps, les documents passent de la mémoire individuelle à la mémoire collective, entrent dans l’histoire et les délais de communicabilité fixent la limite d’un point de vue réglementaire. Le public concerné devient alors le grand public et la manière de s’adresser à lui change.

S’inscrire dans la société

S’imbriquent donc plusieurs vocabulaires : celui des documents eux-mêmes, celui des instruments de recherche, celui du public et enfin celui des archivistes en réponse au public. Comment répondre à un demandeur qui souhaite effectuer une recherche sur les « israélites » français des années 1930, alors que ce terme ne fait plus partie du langage courant en France ?  La solution pourrait consister en trois niveaux de réponse, distinguant le vocabulaire de la demande, celui du document concerné et celui de l’administration qui répond.

L’article de Kirsten Wright s’inscrit dans un mouvement archivistique fort dans les pays anglo-saxons consistant à travailler l’articulation entre cette profession et la société, notamment dans la reconnaissance des discriminations dont l’État a fait preuve vis-à-vis des minorités. Ces réflexions ne trouvent pas encore leur place en France, dans un pays pourtant marqué par un passé colonial fort.

Magalie Moysan

Revues d’archivistique étrangères – 1

Archivalise(s) vous propose tous les trimestres un tour d’horizon des articles publiés dans les revues d’archivistique étrangères. Pour cette première, Archival Science et le Records management Journal sont à l’honneur, autour de deux thématiques. Une première série d’articles porte sur les difficultés politiques et techniques inhérentes à la préservation des documents engageants et offre un contrepoint intéressant au contexte français, au sein duquel ces problématiques sont largement commentées. La seconde constitue en revanche un champ de réflexion à peine exploré dans l’Hexagone, autour de la prise en compte par les archivistes des rapports de force et des discriminations – notamment ethniques – à l’œuvre au sein des documents mêmes ou dans leur contexte d’archivage. Un autre billet rendra compte des réactions des contributeurs du carnet à l’un des articles résumés ici.

Records management Journal, vol. 29, n° 3, 2019

Parvaneh Westerlund, Ingemar Andersson, Tero Päivärinta, Jörgen Nilsson, « Towards automated pre-ingest workflow for bridging information systems and digital preservation services », pp. 289-304

Cet article rend compte d’une preuve de concept consacrée à l’automatisation du traitement de documents engageants numériques d’origine variée, en vue de leur entrée dans un système d’archivage électronique, et réalisée dans le cadre du projet européen ForgetIT. L’étude se concentre sur les questions de conception des systèmes placés à l’interface entre les systèmes de production des documents engageants et les systèmes d’archivage électronique. Elle propose un modèle d’interaction fondé sur des protocoles d’échanges libres entre les différents composants, ainsi qu’un flux de travail intégrant les tâches d’extraction de métadonnées, de préparation de la conservation et de transfert dans un service d’archivage électronique. Elle comprend une vérification de la faisabilité technologique de l’implémentation du modèle et de son architecture. Des recherches complémentaires sont cependant nécessaires pour améliorer la prise en compte des éléments de contexte dans le processus et pour améliorer la prise en compte, dans les conventions d’archivage, du paramétrage du flux de travail et de la gestion des anomalies.

Cleophas Mutundu Ambira, Henry Nyabuto Kemoni, Patrick Ngulube, « A framework for electronic records management in support of e-government in Kenya », pp. 305-319

Fondé sur une étude doctorale menée en 2016 à l’Université d’Afrique du Sud, cet article s’efforce de montrer dans quelle mesure les pratiques actuelles de gestion des documents engageants numériques au Kenya facilitent ou complexifient la mise en œuvre de l’administration électronique. Il conclut à l’inadéquation des pratiques actuelles de gestion des documents engageants numériques dans les ministères dans une perspective de développement de l’administration électronique et à leur nécessaire amélioration, via la diffusion des bonnes pratiques identifiées dans l’étude. Celle-ci doit permettre de faire reconnaître les gestionnaires de documents engageants par les responsables de politiques publiques comme des parties prenantes de la politique d’administration électronique.

Tove Engvall, « User participation : what can be learned from the information systems domain ? », pp. 320-332

De nombreux professionnels sont impliqués dans des projets de conception et de réalisation de systèmes d’archivage. Afin de répondre au mieux aux besoins des utilisateurs de ces systèmes, il est nécessaire de prendre en compte leur point de vue lors de la conception de ces systèmes. Cet article, fondé sur une revue de littérature dans le domaine de la gestion des systèmes d’information, cherche à identifier les facteurs clés de succès et les leçons que les professionnels de l’archivage peuvent tirer de ces bonnes pratiques dans leur propre travail. L’étude conclut à l’utilité de cette approche pour la prise en compte à court terme de la valeur secondaire des documents engageants, mais reconnaît que celle-ci peut remettre en cause la répartition traditionnelle des rôles. La place de l’archiviste comme tierce personne, mérite de faire l’objet d’analyses ultérieures.

Archival Science, n° 19, 2019

Fiorella Foscarini, Viviane Frings-Hessami, « Archives in a changing climate: responding to a diversity of environments », pp. 303-307.

 « Les archives dans le contexte du dérèglement climatique » constituait le thème de la 8conférence internationale sur l’histoire des archives (I-CHORA – Conference on the History of Records and Archives) qui a eu lieu à l’université Monash en mai 2018. L’article contextualise I-CHORA et résume les trois articles reproduits dans ce numéro de Archival Science.

Jesse Johnston, David Wallace, Ricardo Punzalan, « Messages sent, and received? Changing perspectives and policies on US federal email as record and the limits of archival accountability », pp. 309-329.

La conservation des courriels a fait son apparition sur le devant de la scène médiatique américaine lors de la dernière élection présidentielle. Cet article revient sur l’histoire des politiques de préservation des messageries électroniques mises en place depuis 1982 au niveau fédéral pour évoquer le changement de climat dans la responsabilité archivistique et dans la responsabilité des acteurs politiques, les auteurs pointant les limites du pouvoir des archivistes face aux institutions qui les emploient.

Kirsten Wright, « Archival interventions and the language we use », pp. 331-348.

Le vocabulaire n’est jamais neutre et les mots que les archivistes utilisent contribuent à la reproduction d’un système de pouvoir dominant. Kirsten Wright propose des actions à mettre en œuvre pour éviter de stigmatiser les personnes en reprenant tel quel le vocabulaire utilisé par les producteurs, tout en étant transparent sur les changements effectués dans la description archivistique. Elle prend comme exemple la politique mise en place au moyen du portail australien Find & Connect dont le but est de faciliter les recherches sur le placement d’office en institutions dont ont été victimes, entre les années 20 et 70, des milliers d’enfants aborigènes ou immigrés.

James Lowry, « “Displaced archives”: proposing a research agenda », pp. 349-358.

Les archives déplacées, que l’auteur définit comme toutes les archives qui ont été retirées de leur contexte de création et dont la propriété est contestée, font l’objet d’un projet de recherche à l’université de Liverpool depuis 2014. L’article suggère d’interroger le sujet du point de vue de la recherche en interrogeant les concepts archivistiques et des théories comme le records continuum à la lumière de cette problématique. Il propose d’élargir la discussion en incluant d’autres acteurs (organisations non gouvernementales et religieuses, collections privées, etc.) et en faisant une place plus importante aux archivistes des pays émergents.

Alicia Chilcott, « Towards protocols for describing racially offensive language in UK public archives », pp. 359-376.

L’histoire du colonialisme anglais a conduit les services d’archives à garder la trace de la variété ethnique des populations, mais aussi de l’oppression dont elles ont été victimes. Si le recours au vocabulaire utilisé par les producteurs est considéré comme une bonne pratique archivistique, les archives deviennent un instrument du colonialisme selon l’autrice. L’article propose d’analyser les initiatives nord-américaines et australiennes ainsi que les pratiques de description en usage au Royaume-Uni pour proposer un nouveau modèle de bonnes pratiques.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur