Archives de l’auteur : magaliemoysan

Revues d’archivistique étrangères – 4

Voici notre quatrième série de recensions de revues, qui, nous l’espérons, vous intéressera autant que nous. Mais il nous faut désormais amplifier notre action et, pour cela, nous avons besoin de vous. Qui, parmi les lecteurs de ce carnet, est germaniste et accepterait de recenser les revues de cette zone linguistique, notamment Der Archivar ? Qui, parmi les lecteurs de ce carnet, est hispanophone et accepterait de se plonger dans la forêt des revues du monde hispanique ? Nous pourrions ainsi élargir notre horizon et dépasser le monde anglo-saxon (Royaume-Uni, Canada, États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande) qui a dominé cette première année. Certes, il s’agit d’une charge de travail supplémentaire, mais elle en vaut la peine !

Dans ce billet, nous vous proposons de découvrir les derniers articles parus dans trois revues anglophones : Archival science, Archives and Records et le Records management journal.

Archives and Records dédie son numéro à l’étude des archives et des special collections des universités britanniques et irlandaises. Archival Science propose deux numéros variés qui traitent aussi bien de la mise en ligne des archives coloniales que de l’archivage des données de surveillance environnementale. Il fera, en ces temps de confinement, voyager vos esprits à travers une étude de la réglementation sur les archives en Israël, l’archivage des données de recherche en Suède ou la mise en mémoire de la Révolution russe. Enfin, le Records management journal interroge la relation entre le records management et la technologie, entre subir et agir.

Archives and Records.The Journal of the Archives and Records Association, vol. 41, n° 2, 2020

Paul Flynn, « Towards a pedagogy of archival engagement », p. 105-108.

Introduction au numéro spécial d’Archives and Records consacré aux Special collections des universités britanniques et irlandaises et aux actions entreprises par ces services pour relever leurs défis actuels : mieux étudier l’impact de leurs actions, contribuer davantage au développement des savoir-être des étudiants et aux activités des départements pédagogiques, faire face à l’évolution des technologies.

Katrina Legg , Rhian Elizabeth Ellis, Chris Hall, « Applying the seven principles of good practice: archives in the 21st century university », p. 109-125.

Cet article examine le cas des Richard Burton Archives (RBA) de l’université de Swansea. Il présente tout d’abord les liens anciens noués par les RBA avec la Swansea Academy of Learning and Teaching (SALT), notamment via l’utilisation du Seven Characteristics of Good University Teaching, programme,  conçu par les chercheurs de ce département pour fournir aux enseignants des directives claires leur permettant d’améliorer enseignement et apprentissage. L’article montre ensuite comment ces principes ont été utilisés pour développer des actions avec d’autres acteurs de l’université, par exemple des chercheurs en linguistique.

Kirsten Mulrennan, « Lessons in making the unique ubiquitous: diversifying the role of the special collections and archives department to enhance teaching and learning at the University of Limerick », p. 126-147.

L’article examine le cas du Special Collections and Archives Department (SpecColl) de l’université de Limerick (Glucksman Library). Il présente les actions entreprises depuis 2018 par ce département pour renforcer sa visibilité : analyse fine des publics pour identifier les axes de travail prioritaires ; amélioration de l’accueil du public dans le cadre de l’ouverture des nouveaux espaces ; conception d’un nouveau site internet ; renforcement des interactions avec les équipes pédagogiques – via par exemple les travaux de transcription de documents d’archives entreprises par des étudiants en histoire et en médecine dans le cadre du projet “Données sur les décès et les enterrements : Irlande 1864-1922” du Dr Ciara Breathnach financé par l’Irish Research Council, ou dans le cadre des travaux de catalogage de la Bolton Library acquise en 2016 – ; participation au séminaire ANCIL (A New Curriculum for Information Literacy) organisé par la bibliothèque. En conclusion, l’article s’interroge sur les facteurs permettant de pérenniser ces actions et sur les améliorations à entreprendre dans les prochaines années (multiplication des points d’entrée dans les collections, conception de projets de recherche et recherche de financements, contact direct avec les sources primaires, systématisation des études d’impact).

Sarah C. Jane, Hannah Maughan, « Making Archives – a case study of creative collaboration », p. 148-169.

L’article examine le cas de l’Archive and Special Collections Service, qui gère les collections de l’université de Falmouth et de l’université d’Exeter, notamment des collections d’archives textiles. Il présente le co-développement entre enseignants-chercheurs et archivistes du projet “Making Archives – Narrative Artefact” qui vise à exploiter les archives textiles dans le cadre d’un module pédagogique demandant aux étudiants de rechercher et développer une collection de dessins textiles pour des clients externes. L’article étudie ensuite l’impact de ce projet, notamment sur les donateurs et les étudiants. En conclusion, il liste les facteurs clés de succès des projets associant enseignants-chercheurs et archivistes : co-construction, innovation, communication sur l’impact, intégration dans le cursus pédagogique lui-même, pérennité du projet.

Karen Watson, Kirsty Pattrick, « Teaching archive skills: a pedagogical journey with impact », p. 170-186.

Le dernier article examine le cas du Special Collections Department de l’université du Sussex, désormais relocalisé avec d’autres services d’archives dans une institution de conservation mutualisée appelée “The Keep”. Il examine l’impact des visites organisées pour les étudiants dans les locaux du service, les innovations pédagogiques qui ont été introduites suite au changement de localisation (recours à de courtes vidéos, définition d’un modèle d’analyse de document, utilisation de Padlet pour la constitution de petits groupes de travail). L’étude se conclut par l’analyse de l’étude d’impact réalisée en 2018 et sur les enseignements tirés de celle-ci.

Journal cover

Archival science, vol. 20, n° 3, 2020

Charles Jeurgens, Michael Karabinos « Paradoxes of curating colonial memory », p. 199-220.

La numérisation des archives de l’héritage colonial permet-elle de les décoloniser ? C’est à cette question que les auteurs de l’article tentent de répondre, en analysant la politique néerlandaise en la matière. Si cette aspiration peut paraître paradoxale dans la mesure où ces archives constituent en elles-mêmes le reflet de l’administration coloniale, les nouvelles infrastructures proposées à travers la numérisation permettent de créer un autre lien entre ces documents du passé et le public d’aujourd’hui. En réinvestissant la notion de « tiers-espace » (Bhabha et Licona) et de « (dé)colonialité », Les auteurs esquissent plusieurs propositions : traduire les termes en indonésiens ou encore proposer une indexation orientée vers la communauté.

Heather A. Soyka, Eliot Wilczek, « Ten years of Archival Education and Research Institutes: a snapshot of scholarship », p. 221-244.

L’Archival Education and Research Initiative fédère des institutions américaines œuvrant pour la promotion des études supérieures et de la recherche en archivistique. L’article explore les programmes et pages de présentation des instituts membres pour analyser les termes émergents et l’évolution de l’appréhension de la terminologie et de la pratique archivistiques.

Noam Tirosh, Amit M. Schejter, « The regulation of archives and society’s memory: the case of Israel », p. 245-261.

Les auteurs de cet article analysent la réglementation israélienne sur les archives en considérant les services d’archives comme un média qui participe de la création et de la persistance d’une société de la mémoire. Cette réglementation est ainsi étudiée du point de vue de l’équilibre entre ouverture et fermeture, des règles régissant l’évaluation ou l’élimination d’archives, ou encore des obligations propres aux archives publiques ou privées.

Carolin Huang, « Dwelling on the “anarchival”: archives as indexes of loss and absence? », p. 263-277.

Cet article réexamine la « pulsion de mort » décrite par Derrida dans Mal d’archive, les forces destructrices de l’archive, au cœur de la notion d’oubli. Il invite à relire Derrida pour documenter la vie des groupes sociaux exclus, en s’inspirant du modèle de l’art contemporain qui s’est approprié cette notion, pour proposer une analyse archivistique de l’« anarchive » du philosophe français.

Charlotte Borgerud, Erik Borglund, « Open research data, an archival challenge? », p. 279-302.

À la suite d’une décision du gouvernement suédois selon laquelle toutes les publications et données de recherche financées sur fonds publics devraient être aussi ouvertes que possibles, cette étude analyse la mise en œuvre de ce changement. Les auteurs ont mené 15 entretiens semi-directifs avec des chercheurs et des fonctionnaires chargés d’évaluer la mise en place de l’Open Data dans leur pays. Ils font état d’un manque de coordination entre les acteurs, de moyens et d’infrastructures, mais pointent également l’absence de stratégie globale de conservation des données. Ils analysent enfin ces résultats en mobilisant les quatre normes constituant l’éthos de la science selon Robert King Merton : universalisme, communalisme, désintéressement et scepticisme.

Archival science, vol. 20, n° 4, 2020

Elizabeth Shepherd et al., « Towards a human‑centred participatory approach to child social care recordkeeping », p. 307-325.

Au Royaume-Uni, on estime qu’1% de la population adulte a été prise en charge par les services d’aide sociale à l’enfance. Les dossiers d’enfants sont confidentiels pendant 75 ans au minimum. Le projet MIRRA (Mémoire, identité, droit aux archives, accès) est un projet de recherche participative co-produit avec les personnes concernées qui interroge les pratiques de conservation des archives de l’aide sociale à l’enfance. Des entretiens et ateliers organisés avec les parties prenantes révèlent des défaillances dans la création, l’utilisation, la gestion et l’accès aux dossiers.

Ina-Maria Jansson, « Creating value of the past through negotiations in the present: balancing professional authority with influence of participants », p. 327-345.

L’article a pour objet le projet participatif “Belgravelser 1861-1912” piloté par le service d’archives de la ville de Copenhague, dont l’objectif est de construire une base de données à partir d’informations relatives aux personnes décédées (noms, causes de décès, etc.). L’autrice analyse le forum mis en place pour ce projet, qui permet aux archivistes et au public d’interagir. Elle montre, à partir du modèle de la recherche participative basée sur la communauté, le partage du pouvoir entre public et archivistes, et l’impact de ce partage sur le projet et ses finalités.

Monica G. Maceli, Kerry Yu, « Usability evaluation of an open‑source environmental monitoring data dashboard for archivists », p. 347-360.

Les données de surveillance environnementale sont souvent produites au moyen de de tableaux de bord rudimentaires. Si les logiciels open source sont largement utilisés dans le domaine des archives, les logiciels propriétaires de surveillance de données environnementales posent des problèmes de conservation. L’article fait état de ces difficultés et montre qu’il est possible d’adopter des solutions techniques plus modernes, ouvertes et flexibles.

Vera Kaplan, « Two archives of the Russian revolution », p. 361-380.

Cet article s’intéresse au rôle des archives dans la commémoration de la Révolution russe de 1917, à partir de deux études de cas : d’une part, la tentative de création des Archives de Pétrograd au printemps et à l’été 1917 ; d’autre part, le projet “Russie à l’étranger” conçu par des Russes blancs à Prague en 1923. Ces deux projets, politiquement engagés, visaient à collecter des sources pour les futurs historiens et à orienter les futurs récits historiques.

Caroline Cunill, « Margins of documents, center of power: a case study on the Consejo de Indias‘ annotated paperwork and the construction of legality in an imperial archive », p.381-400.

Cette étude de cas porte sur une série de rapports envoyés par l’administration espagnole du Nouveau Monde au Conseil des Indes. Leur analyse montre le rôle central des activités de classement, de création de résumés et de liens entre les documents dans le processus de décision de la monarchie espagnole. Ces activités permettent de donner accès à un grand nombre de documents en les synthétisant, au risque que soit perdue de vue leur appartenance à un même fonds. L’étude des mentions marginales permet ainsi de mieux comprendre les relations entre les techniques archivistiques, la communication politique et le développement de l’empire colonial espagnol.

Records Management Journal, vol. 30, n° 2, 2020

Herbjørn Andresen, « A discussion frame for explaining records that are based on algorithmic output », p. 129-141.

Cet article analyse les cadres méthodologiques permettant de rendre compréhensibles les documents d’archives produits au moyen d’algorithmes. Il explore successivement trois cadres méthodologiques potentiellement utilisables : la distinction entre policy transaction et operational transaction hérité des travaux sur le records management et l’archivage (notamment via les ouvrages de Theodor Schellenberg) ; le débat sur la différence entre explication et prévision qui s’est développé dans le monde scientifique depuis une cinquantaine d’années ; le débat juridique sur l’existence dans le RGPD de l’obligation de justifier les décisions automatisées,

Jenny Bunn, « Working in contexts for which transparency is important. A recordkeeping view of explainable artificial intelligence (XAI) », p. 143-153.

Cet article présente le concept d’explainable artificial intelligence (XAI) – que l’on peut définir comme « le défi de faire la lumière sur les modèles opaques d’apprentissage machine (ML) dans des contextes pour lesquels la transparence est importante » – ainsi que les conclusions d’un atelier transdisciplinaire organisé à The National Archives pour l’explorer. L’autrice en conclut que les professionnels de l’archivage doivent chercher à se concentrer sur la qualité des explications qui pourront être proposées à l’avenir dans le cadre de la recherche sur ces sujets, d’autant que celles-ci pourront rester hautement techniques. Elle estime que la communauté de l’archivage dispose, notamment via le concept d’authenticité, de cadres de réflexion qui peuvent s’avérer utiles à la communauté de l’intelligence artificielle et espère que de prochains numéros de la revue viendront contribuer à cette réflexion.

Tim Hutchinson, « Natural language processing and machine learning as practical toolsets for archival processing, p. 155-174.

Cet article fait le point sur les recherches entreprises ces dernières années, en archivistique, dans l’utilisation des technologies de traitement automatique des langues et l’apprentissage machine, tout particulièrement dans les domaines de l’évaluation archivistique et de l’évaluation de la confidentialité des documents. Il regrette cependant que la plupart de ces projets et des outils développés concernent la conservation des archives définitives et non le records management, et souhaite que les travaux dépassent le stade expérimental et le domaine étroit de la gestion des messages électroniques.

Basma Makhlouf Shabou, Julien Tièche, Julien Knafou and Arnaud Gaudinat, « Algorithmic methods to explore the automation of the appraisal of structured and unstructured digital data », p. 175-200.

Cet article rend compte d’une recherche menée par la Haute école de gestion de Genève au profit de l’Office des archives de l’État de Neuchâtel (OAEN), afin de spécifier un outil d’aide à la décision pour procéder à l’évaluation d’archives électroniques. L’article, après avoir fait un état des lieux des projets existants en la matière en Europe comme au Canada, présente la méthodologie utilisée qui associe une approche descendante (« top-down »), basée sur les théories archivistiques et une approche montante (« bottom-up ») qui repose sur l’extraction de métadonnées et le data mining à partir de ressources fournies par l’OAEN. L’étude estime que la valeur des données et des documents d‘archives est mesurable en croisant les deux méthodologies.

Monica Maceli, « Internet of things in the archives: novel tools for environmental monitoring of archival collections », p. 201-220.

Cet article étudie l’apport de l’internet des objets à la conservation préventive des collections patrimoniales et rend compte d’un projet de construction et de test, via un groupe de discussion composé de praticiens d’organisations diverses sous l’égide de la Pratt Institute School of Information en 2018, d’un système de surveillance de l’environnement dans les services d’archives, basé sur des technologies open source génériques. Il résume les bénéfices attendus par les praticiens de ces systèmes et l’intérêt d’une approche basée sur l’internet des objets, mais présente aussi les limites, notamment techniques, à l’adoption d’une telle approche.

Thomas Sødring, Petter Reinholdtsen, David Massey, «A record-keeping approach to managing IoT-data for government agencies », p. 221-239.

Cet article étudie l’apport de l’archivistique à la gestion des données collectées par les organisations publiques au moyen de l’internet des objets, en s’appuyant sur les Generally Accepted Record-keeping Principles (GARP) élaborés par l’ARMA. Il se base pour cela sur l’étude de deux cas : des données relatives à la qualité de l’eau collectées et publiées par la ville de Chicago ; l’enregistrement des automobiles entrant sur le territoire norvégien réalisé par la Norwegian Customs Agency. Il conclut sur l’importance d’intégrer les documents d’archives produits via l’internet des objets dans la stratégie des organisations, notamment lorsqu’ils comprennent des données à caractère personnel, et sur l’intérêt des GARP comme base de discussion.

Marie-Anne Chabin, « The potential for collaboration between AI and archival science in processing data from the French great national debate », p. 241-252.

Cet article explique comment les technologies d’intelligence artificielle ont été utilisées dans le cadre de l’exploitation du matériau documentaire produit lors du Grand débat national lancé en France à l’occasion du mouvement social dit des « Gilets jaunes » en 2018-2019. Il montre les limites des technologies et approches utilisées et de l’intérêt qu’aurait constitué le recours à l’approche diplomatique pour aboutir à une meilleure exploitation de ce corpus, de nombreuses informations n’ayant pas été prises en compte dans l’analyse.

Zack Lischer-Katz, « Archiving experience: an exploration of the challenges of preserving virtual reality », p. 253-274.

Cet article traite des défis lancés à la communauté archivistique par le recours croissant aux technologies de réalité virtuelle et à l’utilisation de données 3D dans le travail de certaines communautés professionnelles. Il estime que cette situation invite les archivistes à revoir leurs certitudes sur la nature et la description des documents d’archives électroniques, et à explorer d’autres approches comme celles de la phénoménologie des documents (“document phenomenology”) et de la matérialité des media (“media materiality”), afin de restituer notamment le caractère interactif et immersif de la réalité virtuelle.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur

Le poids des mots. À propos d’un article de Kirsten Wright

Dans la dernière livraison de 2019 d’Archival Science dont on a pu lire ici les résumés, Kirsten Wright, de l’Université de Melbourne, a publié un article intitulé « Archival interventions and the language we use ». Cela a suscité un débat chez les contributeurs du carnet, dont on trouvera synthétisées ci-dessous les questions, les remarques et les objections.

Partant du postulat que les archives et le système archivistique ne sont pas neutres, Kirsten Wright interroge le rôle de la profession dans la reproduction des structures dominantes, qui, en utilisant le vocabulaire des producteurs dans ses instruments de recherche, relaie sans mise en contexte les discriminations d’une époque. Elle présente un exemple de contextualisation à travers les règles langagières fixées par le portail australien Find & Connect consacré au placement d’office d’enfants aborigènes ou immigrés en institutions.

Sculpture de Frank Meisler (photo de Loco Steve sur Wikimedia Commons)

Les mots du producteur, de l’archiviste et de l’utilisateur

Cet article amène une première remarque : les mots utilisés par les archivistes pour décrire les archives ne sont pas ceux des producteurs eux-mêmes ou ceux des utilisateurs. Ainsi, le vocabulaire contrôlé mobilisé dans les thésaurus ne relève pas du langage naturel et la fixation des mots se conjugue difficilement avec les évolutions langagières. Les termes changent, se policent avec le temps : les « débiles profonds », les « enfants vicieux » des années 1950 sont aujourd’hui caractérisés avec des termes médicaux. Cette difficulté à rendre compte du vocabulaire est renforcée par le fait que le périmètre des institutions productrices change : celui de l’assistance publique n’est pas celui de l’aide sociale à l’enfance. Une des solutions à ce problème consiste en la construction de systèmes de requêtes automatisés, qui permettent de faire le lien entre les mots, et l’intelligence artificielle apportera certainement des développements en ce sens.

Mais est-ce le rôle de l’archiviste de reformuler le vocabulaire du producteur ? Ne doit-il pas se contenter de respecter le document, de lui garder son authenticité ?

Enregistrer et diffuser : les deux visages de Janus

Si l’archiviste peut préserver le vocabulaire initial, l’introduction de l’instrument de recherche présente la possibilité de le contextualiser. Pourtant, les introductions très littéraires que rédigent les archivistes français formés à l’histoire s’intéressent peu à ces questions. De plus, tous les instruments de recherche ne sont pas datés, et cette métadonnée disparaît de certains portails archivistiques.

Ne faut-il pas distinguer deux métiers, réunis en France sous le vocable d’archiviste : celui qui fige et qui enregistre, et celui qui met à disposition ? Un seul archiviste peut-il faire honnêtement les deux, tel un Janus à double face ? Franck Boles, dans un article dont Archivalise(s) publiera bientôt une traduction, insiste sur la distinction entre ces deux activités. Des théories archivistiques récentes mettent l’accent sur une intervention minimale du professionnel sur les documents eux-mêmes pour se concentrer sur leur description. Il y a quinze ans, Mark Greene et Dennis Meissner, dans un article intitulé « More product, less process »1, proposaient déjà de limiter l’intervention de l’archiviste sur la production documentaire afin de rendre les fonds accessibles plus rapidement.

Il faut aussi distinguer deux types de documentation. Le records manager au service du producteur et l’archiviste au service de la collectivité ne répondent pas aux mêmes objectifs, n’utilisent pas les mêmes méthodes de description. Avec le temps, les documents passent de la mémoire individuelle à la mémoire collective, entrent dans l’histoire et les délais de communicabilité fixent la limite d’un point de vue réglementaire. Le public concerné devient alors le grand public et la manière de s’adresser à lui change.

S’inscrire dans la société

S’imbriquent donc plusieurs vocabulaires : celui des documents eux-mêmes, celui des instruments de recherche, celui du public et enfin celui des archivistes en réponse au public. Comment répondre à un demandeur qui souhaite effectuer une recherche sur les « israélites » français des années 1930, alors que ce terme ne fait plus partie du langage courant en France ?  La solution pourrait consister en trois niveaux de réponse, distinguant le vocabulaire de la demande, celui du document concerné et celui de l’administration qui répond.

L’article de Kirsten Wright s’inscrit dans un mouvement archivistique fort dans les pays anglo-saxons consistant à travailler l’articulation entre cette profession et la société, notamment dans la reconnaissance des discriminations dont l’État a fait preuve vis-à-vis des minorités. Ces réflexions ne trouvent pas encore leur place en France, dans un pays pourtant marqué par un passé colonial fort.

Magalie Moysan

  1. American Archivist, 2005 []

Revues d’archivistique étrangères – 1

Archivalise(s) vous propose tous les trimestres un tour d’horizon des articles publiés dans les revues d’archivistique étrangères. Pour cette première, Archival Science et le Records management Journal sont à l’honneur, autour de deux thématiques. Une première série d’articles porte sur les difficultés politiques et techniques inhérentes à la préservation des documents engageants et offre un contrepoint intéressant au contexte français, au sein duquel ces problématiques sont largement commentées. La seconde constitue en revanche un champ de réflexion à peine exploré dans l’Hexagone, autour de la prise en compte par les archivistes des rapports de force et des discriminations – notamment ethniques – à l’œuvre au sein des documents mêmes ou dans leur contexte d’archivage. Un autre billet rendra compte des réactions des contributeurs du carnet à l’un des articles résumés ici.

Records management Journal, vol. 29, n° 3, 2019

Parvaneh Westerlund, Ingemar Andersson, Tero Päivärinta, Jörgen Nilsson, « Towards automated pre-ingest workflow for bridging information systems and digital preservation services », pp. 289-304

Cet article rend compte d’une preuve de concept consacrée à l’automatisation du traitement de documents engageants numériques d’origine variée, en vue de leur entrée dans un système d’archivage électronique, et réalisée dans le cadre du projet européen ForgetIT. L’étude se concentre sur les questions de conception des systèmes placés à l’interface entre les systèmes de production des documents engageants et les systèmes d’archivage électronique. Elle propose un modèle d’interaction fondé sur des protocoles d’échanges libres entre les différents composants, ainsi qu’un flux de travail intégrant les tâches d’extraction de métadonnées, de préparation de la conservation et de transfert dans un service d’archivage électronique. Elle comprend une vérification de la faisabilité technologique de l’implémentation du modèle et de son architecture. Des recherches complémentaires sont cependant nécessaires pour améliorer la prise en compte des éléments de contexte dans le processus et pour améliorer la prise en compte, dans les conventions d’archivage, du paramétrage du flux de travail et de la gestion des anomalies.

Cleophas Mutundu Ambira, Henry Nyabuto Kemoni, Patrick Ngulube, « A framework for electronic records management in support of e-government in Kenya », pp. 305-319

Fondé sur une étude doctorale menée en 2016 à l’Université d’Afrique du Sud, cet article s’efforce de montrer dans quelle mesure les pratiques actuelles de gestion des documents engageants numériques au Kenya facilitent ou complexifient la mise en œuvre de l’administration électronique. Il conclut à l’inadéquation des pratiques actuelles de gestion des documents engageants numériques dans les ministères dans une perspective de développement de l’administration électronique et à leur nécessaire amélioration, via la diffusion des bonnes pratiques identifiées dans l’étude. Celle-ci doit permettre de faire reconnaître les gestionnaires de documents engageants par les responsables de politiques publiques comme des parties prenantes de la politique d’administration électronique.

Tove Engvall, « User participation : what can be learned from the information systems domain ? », pp. 320-332

De nombreux professionnels sont impliqués dans des projets de conception et de réalisation de systèmes d’archivage. Afin de répondre au mieux aux besoins des utilisateurs de ces systèmes, il est nécessaire de prendre en compte leur point de vue lors de la conception de ces systèmes. Cet article, fondé sur une revue de littérature dans le domaine de la gestion des systèmes d’information, cherche à identifier les facteurs clés de succès et les leçons que les professionnels de l’archivage peuvent tirer de ces bonnes pratiques dans leur propre travail. L’étude conclut à l’utilité de cette approche pour la prise en compte à court terme de la valeur secondaire des documents engageants, mais reconnaît que celle-ci peut remettre en cause la répartition traditionnelle des rôles. La place de l’archiviste comme tierce personne, mérite de faire l’objet d’analyses ultérieures.

Archival Science, n° 19, 2019

Fiorella Foscarini, Viviane Frings-Hessami, « Archives in a changing climate: responding to a diversity of environments », pp. 303-307.

 « Les archives dans le contexte du dérèglement climatique » constituait le thème de la 8conférence internationale sur l’histoire des archives (I-CHORA – Conference on the History of Records and Archives) qui a eu lieu à l’université Monash en mai 2018. L’article contextualise I-CHORA et résume les trois articles reproduits dans ce numéro de Archival Science.

Jesse Johnston, David Wallace, Ricardo Punzalan, « Messages sent, and received? Changing perspectives and policies on US federal email as record and the limits of archival accountability », pp. 309-329.

La conservation des courriels a fait son apparition sur le devant de la scène médiatique américaine lors de la dernière élection présidentielle. Cet article revient sur l’histoire des politiques de préservation des messageries électroniques mises en place depuis 1982 au niveau fédéral pour évoquer le changement de climat dans la responsabilité archivistique et dans la responsabilité des acteurs politiques, les auteurs pointant les limites du pouvoir des archivistes face aux institutions qui les emploient.

Kirsten Wright, « Archival interventions and the language we use », pp. 331-348.

Le vocabulaire n’est jamais neutre et les mots que les archivistes utilisent contribuent à la reproduction d’un système de pouvoir dominant. Kirsten Wright propose des actions à mettre en œuvre pour éviter de stigmatiser les personnes en reprenant tel quel le vocabulaire utilisé par les producteurs, tout en étant transparent sur les changements effectués dans la description archivistique. Elle prend comme exemple la politique mise en place au moyen du portail australien Find & Connect dont le but est de faciliter les recherches sur le placement d’office en institutions dont ont été victimes, entre les années 20 et 70, des milliers d’enfants aborigènes ou immigrés.

James Lowry, « “Displaced archives”: proposing a research agenda », pp. 349-358.

Les archives déplacées, que l’auteur définit comme toutes les archives qui ont été retirées de leur contexte de création et dont la propriété est contestée, font l’objet d’un projet de recherche à l’université de Liverpool depuis 2014. L’article suggère d’interroger le sujet du point de vue de la recherche en interrogeant les concepts archivistiques et des théories comme le records continuum à la lumière de cette problématique. Il propose d’élargir la discussion en incluant d’autres acteurs (organisations non gouvernementales et religieuses, collections privées, etc.) et en faisant une place plus importante aux archivistes des pays émergents.

Alicia Chilcott, « Towards protocols for describing racially offensive language in UK public archives », pp. 359-376.

L’histoire du colonialisme anglais a conduit les services d’archives à garder la trace de la variété ethnique des populations, mais aussi de l’oppression dont elles ont été victimes. Si le recours au vocabulaire utilisé par les producteurs est considéré comme une bonne pratique archivistique, les archives deviennent un instrument du colonialisme selon l’autrice. L’article propose d’analyser les initiatives nord-américaines et australiennes ainsi que les pratiques de description en usage au Royaume-Uni pour proposer un nouveau modèle de bonnes pratiques.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur