Archives de l’auteur : sarahcadorel

Revues d’archivistique étrangères – 6

 

Archivaria, n° 90, 2020

François Dansereau, « The Portrayal of Gender in Health Care: An Examination of Hospital Photographic Archives », p. 6-43.

Cet article examine les collections photographiques conservées au service d’archives du centre hospitalier de l’université McGill de Montréal sous l’angle des études de genre (place des femmes, représentation sexuée des métiers, transposition des relations de pouvoir au sein des organisations). Il se fonde principalement sur une comparaison entre les reportages officiels commandés par les établissements regroupés désormais dans le centre hospitalier et les photographies collectées dans des archives privées (albums personnels), montrant leur complémentarité dans la perception des rapports de genre. Sur la base de ces conclusions, il insiste sur la nécessité de définir des politiques archivistiques – notamment de collecte d’archives privées – permettant d’assurer une pluralité de lecture et d’écriture des relations entre sexes dans les organisations, au risque, à défaut, que la mémoire institutionnelle soit contrôlée par les services producteurs et leurs dirigeants.

Mario H. Ramirez, « Whither the Human in Human Rights? On Misrecognition, Ontology, and Archives », p. 44-69.

Dans cet article, le directeur des archives de l’université d’État de Californie, Mario H. Ramirez, propose de construire un dialogue entre archives, droits de l’Homme et ontologie. S’intéressant aux rapports de pouvoir et de domination dans les archives, il montre que les archives des droits de l’Homme, qui pourtant font une large place à la dimension communautaire, n’échappent pas à ces rapports. Il montre que ces archives présentent une dichotomie « humain » ou « inhumain » et invite à inventer un vocabulaire plus riche que ces concepts qu’il juge violents, en ce qu’ils ne font pas de place à la diversité et à la nuance.

James Roussain, « Pedagogue in the Archive: Reorienting the Archivist as Educator », p. 70-111.

Plaidoyer en faveur de la reconnaissance du rôle pédagogique de l’archiviste, cet article procède à une analyse de toute la littérature professionnelle sur le sujet, depuis « Clio in the Raw », l’article fondateur d’Hugh Taylor paru en 19721. Il présente les retours d’expérience collectés ces dernières années, notamment par la Society of American Archivists, ainsi que l’expérience menée à l’université de Toronto, dans le cadre de l’Undergraduate Book and Media Studies Program qui associe le département des Special Collections de la Kelly Library. Les travaux mis en œuvre dans le cadre de ce programme et présentés en annexe constituent une ressource particulièrement utile et susceptible d’intéresser archivistes et universitaires.

Simon Patrick Rogers, Curtis Sassur, « On Walden’s Fonds: Life on the Frontier of Monetary Appraisal in the Canadian Archival Landscape », p. 112-145.

Cet article se penche sur la question de la valeur marchande des archives et de sa juste évaluation – sujet peu traité depuis les articles publiés dans Archivaria par David Walden en 19802 et Terry Cook en 20063 – et s’interroge sur l’utilité de l’évaluation actuellement menée pour les intérêts de la communauté archivistique canadienne. Pour ce faire, il compare les approches retenues par deux institutions canadiennes, le Canadian Cultural Property Export Review Board et le National Archival Appraisal Board. Il plaide en faveur d’un rôle accru des archivistes dans l’évaluation financière, d’un rééquilibrage en faveur d’autres dispositifs de donation existants au Canada ainsi que d’un élargissement des critères pris en compte (notamment en matière de représentativité géographique ou sociale).

Michelle Caswell, « Feeling Liberatory Memory Work: On the Archival Uses of Joy and Anger », p. 148-164.

Dans un discours tenu le 12 juin 2020 devant l’Association des archivistes canadiens et influencé par le lourd contexte du printemps 2020 – épidémie de Covid-19, mouvement Black Lives Matter aux États-Unis –, Michelle Caswell plaide pour une meilleure prise en compte des émotions dans les politiques d’archivage et dans la théorie archivistique. Selon elle, seule cette prise en compte permettra aux archives de faciliter le travail de mémoire libératoire nécessaire à certaines catégories de populations ne bénéficiant pas de l’identité WEBCCCHAM (white, ethnically European, bourgeois, cis-, citizen, Christian, heterosexual, able-bodied, male).

 

Hilo_s documentales, an 3, vol. 2, 2020 

Gorka Díaz Majada, « AtoM. La irrupción del software libre de descripción normalizada y difusión archivística », p. 7-21.

Cet article revient sur le développement du logiciel Access To Memory (AtoM) développé par le Conseil international des archives (CIA). Après avoir expliqué le concept de logiciel libre et l’architecture d’AtoM, l’auteur présente ses fonctionnalités et termine en présentant le déploiement du logiciel à travers le monde.

María Gabriela Calotti, « El Archivo como reservorio de la Memoria. Investigación sobre la CNU platense », p. 22-33.

À travers le cas de sa thèse de doctorat, l’autrice évoque l’importance des archives comme « réservoir de mémoire » dans un pays, l’Argentine, qui a connu le terrorisme d’État dans les années 1970. Elle centre plus spécifiquement son propos sur une organisation péroniste de la Plata, la Concentración nacional universitaria (CNU), dont les crimes commis entre 1974 et 1976 furent jugés en 2017. Elle analyse ainsi l’importance des archives dans la documentation des crimes et méfaits et dans le travail de la justice, tout en soulignant leur rôle dans l’institutionnalisation de la mémoire.

Melisa Fernández Marrón, « El Archivo Municipal de la Memoria de Viedma (Argentina) : una experiencia de Trabajo Social Obligatorio para contribuir al derecho a saber y el deber de recordar », p. 34-42.

Les archives municipales de la mémoire de Viedma en Argentine ont fait appel à des personnes employées au titre du travail social obligatoire dans le cadre d’un projet de recherche sur la police dans le Rio Negro. L’objectif était de faire travailler les stagiaires sur des fonds d’archives relatifs aux droits de l’Homme. Le projet s’est structuré en trois parties : dans un premier temps, il s’est agi de comprendre la manière dont travaillait le sous-secrétariat aux droits de l’Homme de la municipalité ; puis d’acquérir les principes de base de l’archivistique ; et enfin de réaliser un travail d’identification, de classement et de description d’un fonds d’archives. Les gains du projet sont présentés comme multiples : acquisition de connaissances sur les archives par les travailleurs ; pistes scientifiques de réinsertion professionnelle identifiées par les chercheurs ; meilleure interaction entre la communauté scientifique et les services d’archives.

 

Journal of Contemporary Archival Studies, vol. 7, 2020

Kara Flynn, « Issues of Ownership: Leveraging Accession Documentation and Provenance Research to Improve Collection Access », article 1.

L’autrice présente les résultats d’un projet mené sur les archives institutionnelles et scientifiques de l’université Augusta en Géorgie. Partant du constat que les archivistes se focalisent sur les fonds qu’ils conservent et ont tendance à oublier qu’ils sont eux-mêmes des producteurs, le projet répond à plusieurs objectifs : clarifier la propriété et la provenance des documents collectés, renforcer le partenariat avec la société d’histoire locale, souligner l’importance des documents qui tracent l’entrée des archives et l’impact que ces choix ont sur l’institution de conservation.

Claire L. Taylor, Lucia Brandi, Cecilia A. Acosta Sánchez, Marcelo Díaz Vallejo, « Archives of Human Rights and Historical Memory: An Analysis of Archival Practices  “From Belowˮ in Four NGOs in Colombia », article 3.

Une équipe de recherche s’est penchée sur les archives de quatre organisations non gouvernementales colombiennes qui travaillent pour les victimes des conflits armés. Chacune d’entre elles a produit des archives relatives à ses activités et aux victimes qu’elle représente. Le projet scientifique analyse l’état des archives et les problèmes que ces organisations rencontrent dans leur production et leur conservation. Les auteurs en concluent que chaque ONG adopte un système de classement spécifique et que si leurs archives sont vulnérables, elles sont conservées avec soin dans un objectif mémoriel et de justice.

Anne Daniel, Amanda Oliver, Amanda Jamieson « Toward a competency framework for Canadian archivists », article 4.

L’article présente les résultats d’un projet de recherche visant à établir un cadre de compétences pour les archivistes canadiens, en partenariat avec l’Association des archivistes canadiens. Pour ce faire, les référentiels existants réalisés par d’autres associations4 ont été analysés et ont permis à l’équipe d’étudier la valeur que revêt le professionnalisme au sein de la communauté des archivistes.

Jarrett Martin Drake, « Blood at the Root », article 6.

L’article retrace l’histoire d’un procès opposant l’université d’Harvard à Tamara Lanier, descendante d’une famille d’esclaves dont des daguerréotypes sont conservés par l’institution et qui en demande la restitution. À travers cette histoire, l’auteur invite à la réflexion autour de la notion de pouvoir archivistique (archival power) et souligne l’importance du contexte dans les pratiques mémorielles modernes. Il propose le concept de « dynamique archivistique » (archival dynamics) pour analyser les violences induites dans ces archives.

Jen Hoyer, « Out of the Archives and into the Streets: Teaching with Primary Sources to Cultivate Civic Engagement », article 9.

Archiviste au sein de la bibliothèque publique de Brooklyn, l’autrice pose la question suivante : l’usage d’archives dans un contexte d’enseignement contribue-t-il à l’éducation civique ? Partant d’une étude qui montre des disparités importantes dans la manière dont les jeunes s’approprient les questions civiques, elle présente les résultats d’un projet mené dans son institution en partenariat avec des écoles locales et répond par l’affirmative à sa problématique initiale.

Karl Blumenthal, Peggy Griesinger, Julia Kim, Shira Peltzman, Vicky Steeves, « What’s Wrong with Digital Stewardship: Evaluating the Organization of Digital Preservation Programs from Practitioners’ Perspectives », article 13.

En 2012, la National Digital Stewardship Alliance américaine avait lancé un sondage auprès de ses membres pour analyser l’importance de la préservation numérique dans leurs activités et évaluer leurs besoins. Les mises à jour de l’enquête en 2017 et 2018 montrent une meilleure gouvernance numérique sur le long terme, une volonté des professionnels de relever le défi, malgré la difficulté qu’ont les institutions à s’engager dans des politiques de long terme. Les professionnels bénéficient ainsi d’une autonomie sans l’autorité nécessaire à la mise en place d’une politique de préservation numérique.

Melanie Griffin, « A Methodology for Implementing the Standardized Statistical Measures and Metrics for Public Services in Archival Repositories and Special Collections Libraries », article 14.

En 2018, l’Association of College and Research Libraries (ACRL) et la SAA ont publié un guide pour la conception d’indicateurs et de statistiques à destination des services d’archives publics. L’étude de cas relatée par l’autrice présente la révision des indicateurs existants au sein du service des archives scientifiques de l’Université d’Arkansas suite à la parution de ce guide. Cette mise à jour a été l’occasion pour le service de s’adapter à la fois aux pratiques de son institution et aux préconisations nationales et de réfléchir aux objectifs et conséquences de son travail. La mise en œuvre du guide est ici présentée sous le prisme de huit thématiques : le profil des usagers, le formulaire de demande d’information, la visite en salle de lecture, l’utilisation des collections, les événements liés à la valorisation, les cours, les expositions, et enfin les interactions en ligne.

Marc Kosciejew, « The Concept of Natureculture Document: A Conceptual Exploration of Seeds, Embodied Information, and Unconventional Records », article 15.

Marc Kosciejew, chercheur à l’université de Malte, mobilise le concept de « document nature-culture » pour présenter les banques de graines, qui permettent de collecter, classifier et préserver les graines de la planète pour en préserver le potentiel génétique. Il reprend ce concept de la chercheuse féministe Donna Haraway, qui vise à mieux comprendre l’entrelacement entre les humains et leur environnement, pour évaluer les points communs entre ces banques et les documents d’archives tout en soulignant leurs spécificités et pour questionner la matérialité des archives.

Cyndi Shein, Sarah Jones, Tammi Kim, Karla Irwin, « Perspectives and Practices: Archival Processing Metrics Survey Findings », article 16.

Cet article présente les résultats d’une enquête menée par les archivistes de l’université du Nevada à Las Vegas sur les indicateurs des services d’archives : quelles sont leurs pratiques en matière ? Quels sont les indicateurs les plus importants et pour quelles raisons ? L’analyse des 176 réponses montre le caractère clivant des indicateurs, tantôt considérés comme essentiels, tantôt jugés inutiles, et pointe le besoin d’une littérature professionnelle sur le sujet.

Jenny Jansson, Katrin Uba, Jaanus Karo, « Labor Gone Digital (DigiFacket)! Experiences from Creating a Web Archive for Swedish Trade Unions », article 19.

Si la Suède dispose d’une tradition ancienne d’archivage des mouvements sociaux, le passage au numérique a généré une perte de mémoire. Le projet DigiFacket lancé en 2015 vise à combler en partie ce manque, en collectant de manière automatique les productions des mouvements syndicaux suédois sur le web, en partenariat avec deux services d’archives spécialisés. L’objectif est double : assurer leur préservation tout en créant des sources pour la recherche. L’article présente les archives des mouvements syndicaux suédois, avant d’aborder les problématiques liées à la création d’archives, les questions juridiques et les modalités techniques de la collecte.

 

RESSI, n° 21, 2021

Dans cette livraison annuelle de la revue, seuls trois articles ont été sélectionnés pour recension, en raison de leur proximité avec les problématiques discutées par les archivistes français. Tous trois constituent une synthèse de mémoires de masters soutenus à la Haute École de gestion (HEG) de Genève et s’appuient sur une méthodologie similaire : revue de littérature ; revue de l’existant ; sur cette base, réalisation soit d’une enquête, soit d’un outil d’aide à la décision. Dans tous les cas, ils constituent, notamment via la présentation des concepts et la revue de littérature, d’excellents points d’entrée sur les sujets concernés.

Anna Hug, « Données médicales et dossiers patients comme actifs informationnels : la gouvernance de l’information dans les hôpitaux universitaires suisses ».

L’autrice s’intéresse à la gouvernance de l’information dans les cinq établissements hospitaliers suisses, et plus particulièrement de celle du dossier patient et des données médicales, par l’archiviste principale des Hôpitaux universitaires de Genève. Après une présentation de la problématique de la gouvernance de l’information, des hôpitaux universitaires suisses, de l’évolution des pratiques de gestion des dossiers patients et des conditions juridiques l’encadrant, elle rend compte des cinq entretiens conduits avec des représentants des établissements, afin de mieux appréhender leurs pratiques (médecins, gestionnaires de risques, archivistes, qualiticiens, etc.). À partir de ces matériaux, l’autrice propose un schéma permettant de modéliser les points importants dont toute organisation hospitalière soucieuse de mettre en place une démarche de gouvernance de l’information doit tenir compte. Elle estime cependant que sa démarche nécessite d’être complétée par une approche plus quantitative et par une comparaison avec les pratiques employées dans le secteur libéral.

Marielle Guirlet, Manuela Bezzi, Manon Bari, « Formation en gestion des données de recherche : propositions de dispositifs d’e-learning pour le projet DLCM ».

Le deuxième article s’intéresse à la question de la formation en ligne à la gestion des données de recherche, dans le cadre du projet Data Life-Cycle Management (DLCM). Après avoir étudié à la fois les concepts de données de recherche et de formation en ligne et présenté un inventaire des formations d’ores et déjà existantes et/ou proposées chez les partenaires du projet, il propose aux porteurs du projet DLCM trois scénarios de formations à distance, recommandant en conclusion de se tourner le plus possible vers les nouvelles techniques d’apprentissage (mobile learning, microlearning, adaptative learning, dispositif intelligent collectant des informations mises à jour sur internet).

Marielle Guirlet, « Ouverture des données de recherche dans le domaine académique suisse : outils pour le choix d’une stratégie institutionnelle en matière de dépôt de données ».

Le troisième article s’intéresse aux entrepôts numériques de données de la recherche, à la fois en terme de concept, de fonctionnalités, de service et de certification. Sur la base d’un état des lieux des recommandations, outils et services fournis par plusieurs établissements suisses, il présente les outils décisionnels conçus dans le cadre du travail de recherche pour aider les établissements universitaires suisses à définir leur stratégie : vademecum, guide décisionnel comprenant des arbres de décision.

 

Records Management Journal, vol. 31, n° 1, 2021

Leisa Gibbons, Janine Douglas, « Markers of professional identity: records management jobs advertisments in Australia », p. 1-17.

Cet article retrace une étude qui interroge l’identité professionnelle des records managers et archivistes australiens, partant du constat que, selon les études gouvernementales australiennes, ces professions seraient en déclin, contrairement à celle de gestionnaires de l’information. En se fondant sur une comparaison des compétences mises en avant dans les référentiels métiers des professionnels du records management et des archives, et dans les fiches de postes publiées sur le site australien d’offres d’emploi SEEK (365 fiches), cette étude montre que les employeurs sont davantage en recherche de collaborateurs expérimentés, dotés de compétences génériques et qu’ils prêtent peu d’attention aux compétences spécialisées des records managers et archivistes décrites dans les référentiels métier. Les emplois proposés en matière de records management et d’archives s’avèrent enfin plus opérationnels que stratégiques ou tactiques et plus physiques que numériques, contrairement aux profils de gestionnaires de l’information. La conclusion invite à poursuivre les recherches sur la perception par les records managers et archivistes des demandes des employeurs et des besoins en termes de formation.

Nathan Moles, « Open government data (OGD): challenging the concept of a  “Designated Communityˮ », p. 18-33.

Cet article revient sur le concept de public-cible développé dans la norme OAIS et à la difficulté de son identification à défaut de communauté d’utilisateurs clairement identifiée, ce qui ne peut que conduire à une insatisfaction des utilisateurs. Il présente l’expérience de la ville de Toronto qui, pour redynamiser son programme d’ouverture des données, s’est appuyée de manière participative sur les représentants des communautés favorables à l’ouverture des données et sur les « civic tech groups » (hackers notamment).

Qianqian Yang, Yuqiao Du, Linyu Shi, « Exploring the mechanisms for records management’s digital transformation: a case study from China », p. 34-47.

Cet article rend compte d’une étude menée pour comprendre les mécanismes de dématérialisation des activités de records management, dans un contexte de production numérique, estimer la performance des outils d’Electronic Records Management Systems (ERMS) et pour évaluer les normes existantes. L’étude s’appuie sur une étude de cas menée dans une agence publique de la province du Guangdong, en Chine. Elle propose une modélisation des transformations induites par la transition numérique sur le records management, en identifiant les défis associés et les mécanismes permettant de stimuler cette transition.

Jari Juga, Jouni Juntunen, Timo Koivumäki, « Willingness to share personal health information: impact of attitudes, trust and control », p. 48-59.

Cet article rend compte d’une étude finlandaise sur les facteurs comportementaux qui influent sur la capacité des individus à accepter le partage et la réutilisation de leurs données de santé, par exemple pour la recherche médicale. Reprenant les résultats obtenus par les études antérieures – notamment une menée en Nouvelle-Zélande en 2006 – il montre, en se focalisant sur les questions comportementales et sur des données collectées en 2016 en Finlande par Kantar, la corrélation forte entre cette capacité à accepter le partage des données de santé et l’attitude plus générale à l’égard du partage des informations. D’autres facteurs tels que la confiance dans l’organisation et l’impression de contrôle sur ses propres données jouent également un rôle dans le partage.

Dari Alhuwail, « Information management practices in public tertiary health-care facilities: an empirical investigation from the state of Kuwait », p. 60-73.

Cet article se penche sur les pratiques de gestion de l’information dans le troisième cercle des établissements de santé koweïtien, celui des plateformes spécialisées, dans un contexte de production exponentielle de données médicales et de recherche croissante de performance des systèmes de santé. Il pointe l’hétérogénéité des systèmes de gestion de l’information utilisés par ces établissements et, en se fondant sur les données fournies pour l’accréditation des systèmes informatiques, les défauts de ceux-ci, que ce soit en terme de transmission, d’agrégation et d’exploitation stratégique des données qu’ils manipulent.

Babatunde Oladejo, Sunčica Haždidedić, « Electronic records management – a state of art review », p. 74-88.

Cet article constitue un état des lieux des recherches menées entre 2008 et 2018 sur l’electronic records management (ERM) afin d’identifier les thématiques dominantes de ces recherches, tout comme leurs silences et les problèmes identifiés. Mise en œuvre sur la base d’une collecte effectuée via Google Scholar, DeepDyve and Jstor, il catégorise et résume 55 des 4 000 articles identifiés, tous en anglais. Les catégories retenues sont les suivantes : concepts (théories archivistiques, processus, classification) ; les défis (culture informationnelle, préservation à long terme) ; les études de cas (implémentation, gestion des messages électroniques, recours au logiciel libre) et les technologies (spécifications, big data, classement automatique des documents, fourniture de services). Les auteurs estiment nécessaire un élargissement de l’enquête aux travaux de l’ARMA et de l’Association for Information and Image Management (AIIM) et au Gartner.

Olefhile Mosweu, Mpho Ngoepe, « Trustworthiness of digital records in government accounting system to support the audit process in Bostwana », p. 89-108.

Cet article rend compte d’une étude sur la manière dont les différents acteurs de l’audit au Botswana – archivistes, informaticiens, auditeurs internes et externes – évaluent l’authenticité des documents électroniques engageants gérés dans le Government Accounting and Budgeting System (GABS) administré par les services de l’Auditor-General du Bostwana. L’étude non seulement montre que les approches sont totalement différentes – avec un poids important accordé aux indicateurs techniques comme l’existence de contrôles et vérifications mis en œuvre par les services informatiques voire le recours à des logiciels dédiés pour vérifier les données –, mais aussi regrette qu’aucune recommandation en matière de préservation de documents engageants authentiques n’ait été édictée par les Botswana National Archives and Records Services.

 

Archives & Records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 42, n°1, 2021

Numéro spécial consacré à l’interdisciplinarité dans les archives.

Joanne Evans, Jacqueline Z. Wilson, Sue McKemmish, Antonina Lewis, David McGinniss, Gregory Rolan & Siobhan Altham « Transformative justice: transdisciplinary collaborations for archival autonomy », p. 3-24.

Issu d’un projet de recherche interdisciplinaire sur les archives et les droits de l’enfant, cet article met en lumière les problèmes systémiques de la conservation des archives de la protection de l’enfance. Les auteurs montrent que le système tend à se protéger lui-même avant même de protéger les enfants, alors que ces archives jouent un rôle important dans le développement de l’identité, le lien avec la famille ou dans la possibilité de demander des comptes. Ils plaident pour une autonomie archivistique de ces enfants devenues adultes, pour la reconnaissance d’une capacité à participer à la conservation et la mémoire. Ils ont ainsi développé un prototype d’application permettant aux personnes de gérer leurs informations personnelles, de recenser les archives les concernant détenues par des organisations et de partager l’ensemble s’ils le souhaitent.

Devon Mordell, « Neither physical nor juridical persons: electronic personhood and an evolving theory of archival diplomatics », p. 25-39.

À la suite de l’adoption par le Parlement européen d’une résolution sur les règles de droit civil sur la robotique5 visant à encadrer d’un point de vue légal et éthique l’usage de robots autonomes, l’auteur de l’article s’interroge sur l’impact de ces robots sur la diplomatique. L’identification de l’auteur constituant un élément essentiel de la diplomatique, quel statut accorder à ces robots autonomes et aux systèmes d’intelligence artificielle ? Il préconise de prendre en compte dans la diplomatique l’existence de ces systèmes qui « écrivent » des documents au nom d’un auteur, sans leur accorder la personnalité légale. Un tel statut pourrait correspondre à un type de personne juridique. Il invite à la création d’une diplomatique algorithmique pour éclairer les professionnels de la conservation sur les prérequis de la création de documents authentiques par des systèmes d’apprentissage automatiques (machine learning systems).

Melinda Haunton, Georgie Salzedo, « “A duty, an opportunity and a pleasure”: connecting archives and public history », p. 40-57.

Les deux autrices, qui travaillent aux Archives nationales britanniques, plaident pour une relation constructive entre les archives et l’histoire publique. Elles examinent des concepts-clés de l’histoire publique tels que la démocratisation de l’histoire, des dynamiques de pouvoir et l’authenticité pour souligner leur proximité avec ceux des archives. Enfin, elles proposent des suggestions pour développer une éthique de l’histoire publique dans les archives qui passe par la formation aux enjeux et à l’utilisation des archives.

Martine Barons, Sidhant Bhatia, Jodie Double, Thais Fonseca, Alex Green, Stephen Krol, Hannah Merwood, Alec Mulinder, Sonia Ranade, Jim Q Smith, Tamara Thornhill & David H Underdown, « Safeguarding the nation’s digital memory: towards a Bayesian model of digital preservation risk », p. 58-78.

Cet article présente les conclusions d’un projet de recherche monté par les Archives nationales britanniques avec des statisticiens de l’université de Warwick et des services d’archives pour développer un système d’aide à la décision qui quantifie les risques liés à la préservation à long terme. Les auteurs ont défini des catégories de risques liés à la fragilité des documents numériques, au contexte et à la provenance, à la transparence et à l’authenticité, ou encore à la politique d’archivage pour aboutir à un diagramme reposant sur un réseau bayésien et qui modélise les risques liés à la préservation numérique. L’objectif est de faire de ce DiAGRAM un outil utilisé par les Archives nationales à l’image de DROID, mobilisé pour l’identification des formats, et du registre PRONOM qui recense ces formats.

Arian Rajh, « Records management and archiving in the pharmaceutical industry and regulatory authorities », p. 79-94.

L’auteur s’interroge sur la place du records management et de l’archivage dans l’industrie pharmaceutique, à l’ère de la dématérialisation. Compte tenu de leur importance, les dossiers portant sur les produits pharmaceutiques doivent être conservés sur une longue durée, ce qui demande des compétences spécifiques. Il analyse donc le rôle des différents acteurs de la chaîne documentaire et conclue en proposant un modèle d’archivage pour ces dossiers, reposant sur le modèle OAIS.

Andrew Janes, « Making maps of records: what cartography can teach us about archival description », p. 95-118.

L’auteur explore ici le potentiel de la cartographie pour aider à comprendre et représenter les inventaires d’archives. Il propose ici cinq éléments d’analogie avec la carte, permettant de comprendre la nature des inventaires d’archives comme outils d’orientation et de lien, comme représentations sélectives de l’information, instruments de revendications archivistiques, et pour lesquels les métadonnées et l’interdisciplinarité sont essentielles. Il conclut en soulignant le potentiel des cartes pour faciliter la navigation des non-professionnels dans les instruments de recherche.

 

Archival science, vol. 21, n°1, 2021

Ce numéro spécial examine le développement des pratiques, théories et traditions archivistiques dans différents contextes nationaux et sociaux. Il exprime un besoin de remettre en question l’histoire des idées dans le domaine des archives, en particulier pour ce qui concerne la construction de la science archivistique occidentale.

Sumayya Ahmed, « People of remembrance: archival thinking and religious memory in Sufi communities », p. 9-23.

 Cet article s’intéresse au soufisme et étudie comment la pensée archivistique est utilisée pour construire une tradition des pratiques en utilisant la mémoire religieuse. Par l’utilisation des traces matérielles et immatérielles du passé (tombeaux, textes écrits, récits oraux ou incarnés) la mémoire assure une continuité dans la pratique soufie en permettant aux communautés de s’enraciner dans le passé. L’autrice décrit ici le concept d’« archives rituelles » où l’événementiel et les gestes ont une fonction archivistique, invitant à repenser la définition du document d’archives alors étendu aux pratiques vivantes. Cette façon d’envisager d’autres formes d’archives en patrimonialisant le rituel est selon l’autrice une façon de prendre en compte le patrimoine africain en dehors du modèle théorique occidental.

Jeannette A. Bastian, « Mine, yours, ours: archival custody from transaction to narrative », p. 25-42.

Il est ici question de la conservation des archives et du rôle qu’ont les institutions patrimoniales par rapport aux documents qu’elles préservent alors que la chaîne de conservation des documents a été transformée avec l’ère numérique. L’autrice constate que l’entrée d’un document dans un service d’archives lui octroie une valeur archivistique, faisant de la garde des archives un enjeu de pouvoir. Elle s’appuie alors sur le post-custodialisme pour montrer que la conservation des archives peut s’effectuer de différentes manières, y compris de façon décentralisée et invite à substituer la notion de « stewardship » à celle de « custodianship ». De plus, à l’heure du numérique, l’accès devient un sujet primordial pour l’archivage et la collaboration doit s’ajouter à la chaîne de conservation des archives.

Surya Bowyer « The Wayback Machine: notes on a re‑enchantment », p. 43-57.

Cet article s’intéresse à l’Internet Archive et à son outil d’exploration, la Wayback Machine. Il interroge le langage que nous utilisons pour décrire la technologie et plus particulièrement l’utilisation des métaphores qui permettent d’invoquer le connu pour nous familiariser avec l’inconnu. Néanmoins, pour l’autrice, cela obscurcit notre connaissance car les compréhensions qui ont donné naissance à une métaphore finissent par être oubliées. L’exemple développé dans le texte est celui de l’emploi du terme de « photographie » utilisé pour caractériser l’archivage d’une page web et qui interroge la notion d’authenticité à l’heure où notre expérience du web est de plus en plus individualisée avec des pages produites à la volée.

J. J. Ghaddar, « Total  archives  for  land, law and sovereignty in settler Canada », p. 59-82.

L’autrice aborde ici l’histoire coloniale canadienne au travers des archives pour montrer comment les archives conditionnent le récit de cette histoire. En étudiant le concept d’« archives totales » apparu dans les années 1970 au Canada, elle dénonce une fiction archivistique motivée par un besoin politique liée à la construction de l’État-nation. Le texte replace la Confédération canadienne dans le contexte plus large de l’impérialisme anglo-américain puis décrit l’établissement des Archives nationales au Canada tout en établissant des liens entre le travail des archivistes, les préoccupations historiques des colons et le rôle de l’État. La thèse soutenue est que les archives jouent un rôle dans l’effacement et l’enfermement des traditions juridiques autochtones, en privilégiant par exemple les traditions écrites aux dépens des traditions orales ou encore avec la création au XIXe siècle de documents (registres, lois foncières etc.) pour produire des preuves de la souveraineté impériale.

Juan Ilerbaig, « Archives as sediments: metaphors of deposition and archival thinking », p. 83-95.

L’article établit un lien entre sciences de la terre et archivistique en examinant le terme de « sédiment » employé pour décrire les archives. Il s’appuie sur le Manuel de Muller, Feith et Fruin6 qui assimile l’accumulation des documents d’archives au processus sédimentaire en géologie. Constatant que les deux domaines d’études ont en commun la préoccupation de la preuve pour retracer un processus historique, l’auteur s’intéresse à l’étymologie du mot « sédiment » et à l’histoire de son utilisation, ce qui nous emmène du côté de l’archivistique italienne où cette métaphore est encore discutée. D’abord employé en médecine (urologie) pour caractériser la recherche d’élément solide dans du liquide, l’utilisation du terme « sédiment » s’est ensuite ouverte aux sciences de la Terre puis s’est progressivement élargie à tous les domaines scientifiques étudiant les traces historiques des personnes. Un sédiment nous permet de comprendre le passé avec ce qu’on voit au présent, il est donc logique que l’archivistique et la diplomatique se soient appropriées ce mot.

Zhaogui Qin, Chunmei Qu, Ashleigh Hawkins, « The Three‑Character Classic of Archival Work: a brief overview of Chinese archival history and practice », p. 97-116.

Cet article nous présente une édition critique d’un poème de Zhoogui Quin (2009) rédigé dans un style traditionnel et décrivant l’histoire du développement de l’archivistique en Chine au travers de l’évolution des supports d’archives, des types de documents, des responsabilités ou encore des dépôts et institutions. À travers la traduction en anglais d’une version révisée de ce poème, les auteurs examinent l’histoire de la pratique archivistique en Chine de l’Antiquité à nos jours. Ils expliquent comment les traditions ont été intégrées dans les pratiques actuelles tandis que d’autres ont été abandonnées. Par exemple, la garantie de la sécurité et l’authenticité des documents a été combinée à la pratique consistant à assurer leur intégrité et leur facilité d’utilisation. Ils s’intéressent aussi à l’enseignement de l’archivistique en Chine en montrant comment il a été la clé de sa professionnalisation depuis les années 1930, notamment avec la création d’une école dédiée sous l’égide de l’éducateur Yin Zhougqi.

Sarah Cadorel, Magalie Moysan et Édouard Vasseur

  1. « Clio in the Raw: Archival Materials and the Teaching of History », American Archivist, 35, n° 3-4 (1972), p. 317-330 []
  2. « Stretching the Dollar: Monetary Appraisal of Manuscripts », Archivaria, 11 (Winter 1980-1981), p. 101-113 []
  3. « Bucks for your Bytes: Monetary Appraisal for Tax Credit of Private-Sector Electronic Database Records », Archivaria, 62, n° 1 (2006), p. 121-125 []
  4. Association of Records Managers and Administrators (ARMA), Society of American Archivists (SAA) []
  5. Résolution du Parlement européen du 16 février 2017 contenant des recommandations à la Commission concernant des règles de droit civil sur la robotique []
  6. Handleiding voor het ordenen en beschrijven van archieven, Groningue, Van der Kamp, 1898 ; traduction française : Manuel pour le classement et la description des archives, La Haye,A. de Jager, 1910 []

Revues d’archivistique étrangères – 5

À défaut de voyager réellement, nous vous proposons dans cette cinquième recension un périple archivistique virtuel aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Afrique du Sud. Au programme de cette recension, des numéros thématiques consacrés à la blockchain, aux archives des guerres et aux cultures populaires et des articles témoignant à nouveau de l’importance de deux sujets majeurs dans la réflexion archivistique anglo-saxonne actuelle : la gouvernance de l’information et les archives des minorités.

 

 

Archives & Records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 41, n°3, 2020

Rüstem Ertuğ Altınay, Olivera Jokić, « Archiving popular culture: editors’ introduction », p. 209-214.

Le troisième numéro de l’année 2020 est consacré au thème de la culture populaire et aux défis auxquels sont confrontés les archivistes et responsables de collections spéciales soucieux d’assurer une conservation d’éléments représentatifs de celle-ci.

Katie Lanning, « Scanner darkly: unpopularization in the Burney Newspapers Collection », p. 215-235.

Le premier article prend pour cas d’étude une collection de périodiques populaires anglais des 17e et 18e siècles, la Burney Newspapers Collection, collectée dans un pub par Charles Burney et conservée à la British Library. L’autrice examine les conséquences des différents traitements successivement subis par cette collection depuis son entrée à la British Library : adjonction des numéros manquants à chaque titre ; microfilmage ne tenant pas compte de la structure chronologique retenue par Burney pour classer les journaux collectés, mais prenant comme logique les titres de journaux eux-mêmes ; numérisation de mauvaise qualité réalisée à partir des microfilms mis à disposition des lecteurs, avec comme conséquence une reconnaissance plein texte de mauvaise qualité. Elle conclut son étude en montrant à quel point le traitement de ce témoignage essentiel de la culture populaire anglaise des 17e et 18e siècles a porté atteinte à son authenticité et à son caractère populaire, d’autant que son accès est désormais principalement réservé à des lecteurs accrédités.

Saygun Gökarıksel, « Beyond transparency: the communist-era secret police archives in postsocialist Eastern Europe », p. 236-253.

Le deuxième article traite de l’accès aux archives héritées des services de police politique des anciens pays de l’Europe de l’Est, via l’exemple de la Pologne. Saygun Gökariksel retrace l’histoire de la conservation des dossiers de surveillance de la population dans la Pologne post-communiste, ainsi que les conséquences de leur prise en charge par l’Institut de la mémoire nationale, chargé officiellement de la réconciliation et de la vérité, mais désormais largement géré par des partisans des partis ultra-conservateurs au pouvoir dans ce pays. Il explique comment ces dossiers sont devenus à la fois un objet de désir et d’angoisse et comment l’État et l’Institut s’en servent pour promouvoir une image systématiquement négative de la période communiste. Il évoque enfin comment ces dossiers de surveillance irriguent aujourd’hui la culture populaire polonaise, par le biais du théâtre et des œuvres de fiction cinématographique.

Christine A. Lutz , Tara Maharjan, Stephanie Crawford, « Going against the archival grain: case studies of pop culture archives of a music scene, regional zines, and local beer », p. 254-273.

Le troisième article se concentre sur l’acquisition, par les Special Collections and University Archives de l’université Rutgers, dans le New Jersey, de trois collections reflétant la culture populaire de cet État de la côte est des États-Unis, dans le cadre d’une politique volontariste de représentation des populations et pratiques marginales, notamment le DIY (Do It Yourself) : la New Brunswick Music Scene Archive, la New Jersey Regional Zine Collection (centrée sur les production des femmes, des artistes, des LGBTQI+ ou des mouvements sportifs), et la  New Jersey Beer Collection (voulant refléter le dynamisme de la brasserie artisanale dans l’État). L’étude examine les stratégies de collecte et de gestion de ces collections, ainsi que l’exploitation pédagogique qui en est faite au sein de l’université.

Anne Peirson-Smith, Ben Peirson-Smith, « Fashion archive fervour: the critical role of fashion archives in preserving, curating, and narrating fashion », p. 274-298.

Le dernier article invite à découvrir la collection d’archives et d’objets de mode (la Fashion Archive) créée par le Hong Kong Design Institute. Après avoir rappelé le regard longtemps méprisant porté par les institutions académiques sur la mode, il évoque les modalités de constitution de cette collection, son exploitation dans un cadre pédagogique et la manière dont elle facilite une meilleure historiographie de la culture et de la société asiatique, dans un contexte postcolonial marqué par de forts liens avec l’Europe et l’Amérique du Nord. Les auteurs estiment que cette collection reflète l’élargissement post-moderne du concept d’archives qui n’est plus limité au périmètre de ce qui a valeur de preuve.

 

 

 

 

Records Management Journal, vol. 30, n° 3, 2020

Sharmila Bhatia, E. Kyle Douglas, Markus Most, « Blockchain and records management: disruptive force or new approach? », p. 277-286.

 Les auteurs de cet article recensent la littérature disponible sur la blockchain et la gestion de l’information. Ils en tirent plusieurs conclusions. Premièrement, la blockchain est une technologie qui permet d’enregistrer des transactions et de vérifier l’authenticité des archives électroniques. La structure distribuée de la blockchain, ensuite, nécessite un changement d’approche et n’est pas adapté au records management centralisé. Comme avec d’autres outils, enfin, il est nécessaire de définir les exigences de conservation avant de développer une application avec cette technologie, d’autant que la nature figée de la blockchain oblige à intégrer ces considérations dès le début des projets.

Patricia C. Franks, « Implications of blockchain distributed ledger technology for records management and information governance programs », p. 287-299.

À partir d’une revue de la littérature, l’autrice analyse la blockchain en tant que technologie de réseau distribué (distributed ledger technology, DLT), sous le prisme du records management. Si chaque projet est spécifique, elle propose une série de questions que les records managers et professionnels de la gouvernance de l’information doivent se poser pour adapter leurs pratiques à cette technologie, de la création des documents à leur utilisation, du stockage à l’archivage.

Victoria L. Lemieux, Chris Rowell, Marc-David L. Seidel, Carson C. Woo, « Caught in the middle? Strategic information governance disruptions in the era of blockchain and distributed trust », p. 301-324.

Les auteurs élaborent un cadre pour conceptualiser le continuum de la gouvernance de l’information centralisée et décentralisée autour de trois dimensions : la durée de conservation, la propriété et les droits d’accès. Ce cadre conceptuel est ensuite appliqué à deux cas concrets d’utilisation de la blockchain : une solution brésilienne d’enregistrement des transferts de propriétés terriennes et un projet canadien de partage de consentements éclairés.

Thomas Sødring, Petter Reinholdtsen, Sven Ølnes, « Publishing and using record-keeping structural information in a blockchain », p. 325-343.

Dans cet article, les auteurs s’interrogent sur les informations d’un système d’archivage qu’il est possible d’intégrer à la blockchain. À partir d’hypothèses théoriques et d’une implémentation logicielle, ils montrent qu’il est possible de séparer la structure du contenu archivé pour intégrer l’information structurée dans la blockchain.

Vladimir Bralić, Hrvoje Stančić, Mats Sengård, « A blockchain approach to digital archiving: digital signature certification chain preservation », p. 345-362.

Les auteurs comparent les exigences requises pour la préservation à long terme des documents signés électroniquement avec les approches actuellement développées. Ils proposent un nouveau modèle à partir de la technologie blockchain, sur la base d’une recherche conduite dans le cadre du projet InterPARES.

Sigal Arie Erez, Tobias Blanke, Mike Bryant, Kepa Rodriguez, Reto Speck, Veerle Vanden Daelen, « Record linking in the EHRI portal », p. 363-378.

Le projet European Holocaust Research Infrastructure (EHRI) a pour objectif de reconstituer virtuellement des collections d’archives transnationales. Cet article interroge la problématique de la fragmentation archivistique d’un point de vue technique et culturel. D’un point de vue technique, il pointe la difficulté d’encoder et de référencer des instruments de recherche en l’absence de vocabulaire contrôlé.  L’article relate cette démarche pionnière à grande échelle, reposant sur la technologie du Linked open data.

Mark Bell, « From tree to network: reordering an archival catalogue », p. 379-394.

L’article relate les résultats d’une expérimentation des Archives nationales britanniques pour organiser ses collections non plus de manière hiérarchique, mais en réseau. L’approche choisie consiste à considérer une notice à n’importe quel niveau de l’arborescence comme le résumé de ses « filles ». Ce faisant, il se crée un réseau de similitudes.

Bernice Ibiricu, Marja Leena van der Made, « Ethics by design: a code of ethics for the digital age », p. 395-414.

Les autrices, respectivement chargée de la gouvernance de l’information à la Banque centrale européenne et déléguée à la protection des données en France, proposent un cadre pour la réalisation d’un code d’éthique dédié au numérique et aux technologies de pointe. Après avoir défini les standards moraux et l’éthique, elles dressent un panorama de la relation entre éthique et nouvelles technologies, interrogeant les risques, la place de l’éthique dans les sciences, ou encore l’articulation entre intelligence artificielle et intelligence éthique. Elles terminent leur analyse sur les technologies déterminantes pour le futur : la blockchain, la 5G ou encore l’intelligence artificielle. Ces constats leur permettent de proposer un code éthique en 10 étapes pouvant être adopté par une organisation.

 

 

Archives and manuscripts, vol. 48, n° 2, 2020.

Special issue: “Engaging with war records: Archival histories and historical practice”

Michael Piggott, « Archives and the Australian Great War centenary: retrospect and prospect », p. 109-122.

L’auteur présente les résultats d’une enquête archivistique sur la relation entre les archives de la Première Guerre mondiale et le Mémorial australien de la guerre. Il décrit quatre périodes : collecter dans un but précis (années 1920 et 1930), détruire (années 1940 aux années 1960), découvrir et redécouvrir (à partir des années 1960), dépasser le Mémorial (fin du 20e siècle). Il souligne le rôle important du Mémorial et ses priorités initiales dans la valorisation de l’histoire de guerre officielle, du front de bataille et des morts de guerre.

Paul Dalgleish, « Recordkeeping in the First Australian Imperial Force: the political imperative », p. 123-141.

L’auteur analyse les procédures de conservation mises en place par le corps expéditionnaire australien (AIF) lors de la Grande guerre et la manière dont elles se sont développées sous l’influence du contexte global. Il décrit plus spécifiquement la manière dont les circonstances ont conduit le gouvernement australien à s’intéresser de près à la conservation des archives constituées par l’AIF en Égypte.

Anne-Marie Condé, « A societal provenance analysis of the First World War service records held at the National Archives of Australia », p. 142-156.

L’autrice propose une analyse de la provenance sociale des états de service de la Première Guerre mondiale conservés aux Archives nationales d’Australie. Elle mobilise ici le « concept de provenance sociale » développé par Tom Nesmith (societal provenance) puis Michael Piggott pour dépasser la provenance archivistique et s’intéresser aux dimensions sociales des archives et montre comment ces archives ont permis de créer des interactions entre les individus, le gouvernement et les communautés. Elle analyse également leur rôle dans la société, à travers leur utilisation dans la construction du Mémorial australien de la guerre ou encore dans la fourniture de pensions aux anciens combattants et à leurs familles. Elle considère enfin que l’accès à ces archives permet la création de nouvelles identités personnelles, de nouvelles communautés d’utilisateurs, qui font désormais partie de l’histoire du fonds.

Sneha Reddy, « Archives and trails from the First World War: repurposing imperial records of North African and Indian soldiers in Palestine and Syria, 1917-1923 », p. 157-170.

S’intéressant aux soldats nord-africains et indiens de la Grande Guerre, l’autrice invite à décolonialiser les archives militaires, à les exploiter en tant qu’expérience de guerre des soldats coloniaux pour répondre à une nouvelle demande historiographique, pour mieux comprendre le contexte colonial de leur production.

Melanie Oppenheimer, « The historian activist and the Gift to the Nation project: preserving the records of the Australian Red Cross », p. 171-185.

Cet article retrace le processus de transfert des archives de la Croix rouge australienne à différentes institutions de conservation à partir de 2014 dans le cadre des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale (Gift to a Nation project). Il interroge leur provenance sociale et montre que la pluralisation des archives est un processus historique.

Elise Edmonds, « Of sentimental value : collecting personal diaries from the First World War », p. 186-199.

Quelques semaines après l’armistice de 1918, le directeur de la Bibliothèque publique de Nouvelle-Galles du Sud demanda que l’on collectât les documents officiels et privés produits pendant la guerre. Dès décembre 1918, des publicités invitèrent ainsi les soldats à vendre leurs journaux intimes à la Bibliothèque. Cet article analyse ce programme de collecte, qui fut le premier de ce type, à l’aune des débats récents sur le rôle de l’archiviste dans l’évaluation, la sélection et la préservation des archives.

María Inés Tato, « Recording the war effort: immigrant communities in Latin America and the memory of the Great War », p. 200-215.

Après la Première Guerre mondiale, les communautés européennes en Argentine, Bolivie, Brésil, Chili et autres pays d’Amérique latine réunirent de nombreux documents sur leurs activités pendant la guerre, donnant lieu à des livres commémoratifs offerts à leurs gouvernements respectifs comme preuve de leur loyauté. L’autrice analyse ces publications comme des traces de l’effort de guerre, leur rôle en tant que documents commémoratifs, mais aussi en tant qu’archives.

Delphine Lauwers, « From Belgium to The Hague via Berlin and Moscow: documenting war crimes and the quest for international justice, 1919-2019 » p. 216-236.

Delphine Lauwers propose une analyse du « fonds de Moscou » belge, c’est-à-dire des archives belges confisquées par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et rapatriées de Russie en Belgique en 2002, considérant qu’elles offrent de nouvelles sources pour l’étude des crimes allemands et de la vie sous l’occupation, mais aussi de l’histoire du droit pénal international. Elle s’interroge également sur les problématiques archivistiques et historiques de ce rapatriement.

Archives & Manuscripts, vol. 48, n° 3, 2020

Michael Smith, Janet Villata, « Applying user centred design to Archives », p. 239-249.

Retour d’expérience sur le déploiement par la ville de Sydney d’un nouveau système d’archivage créé selon une conception centrée sur l’utilisateur (user centred design). Il examine les tensions potentielles entre la pratique archivistique et l’expérience utilisateur.

Blanca Bazaco Palacios, « Another archive is possible », p. 250-258.

Partant du slogan « un autre monde est possible », l’autrice se demande si un autre type d’archives est possible à partir des documents produits et collectés dans le cadre d’attentats ou de mouvements sociaux.

Louis-Gilles Pairault, « Reconstituting “the archives of silence“: how to “recreate“ slavery and slave trade archives », p. 259-270.

Les documents d’archives relatifs à l’esclavage reflètent le plus souvent le point de vue des esclavagistes et il est rare de trouver des traces de l’expérience vécue par les esclaves. L’auteur présente ici un exemple rare : le manuscrit, qu’il a co-édité, d’un officier français ayant participé à la traite négrière entre les côtes africaines et Saint-Domingue1. Celui-ci retrace le récit de vie d’une princesse africaine réduite en esclavage et fournit ainsi un document précieux qui permet de reconstituer les « pages manquantes » de l’Histoire.

Vicenç Ruiz Gómez, Aniol Maria Vallès, « #Cuéntalo: the path between archival activism and the social archive(s) », p. 271-290.

Les auteurs retracent la réflexion des membres de l’Associació d’arxivers-gestors de documents de Catalunya sur l’archivage des réseaux sociaux. Après avoir montré l’importance du regard archivistique sur la société de l’information, ils retracent les étapes qui les ont menés à la préservation de certains hashtags. Ils terminent enfin par une étude de cas sur le hashtag de dénonciation de la violence masculine #Cuéntalo qui leur a permis de réaliser une datavisualisation dynamique à partir de 160 000 tweets.

Isabel S. Schellnack-Kelly, « Decolonising the archives: languages as enablers and barriers to accessing public archives in South Africa », p. 291-299.

Les archives sud-africaines constituent un reflet des onze langues officielles du pays et de la manière dont elles ont contribué à la ségrégation. À partir des résultats d’une enquête sur les langues présentes dans les fonds d’archives de différentes institutions du pays, l’autrice s’interroge sur la manière de décoloniser ces archives dans une logique postmoderne, de les rendre plus accessibles malgré la barrière de la langue.

Weimei Pan, Luciana Duranti, « Sitting in limbo or being the flaming Phoenix: the relevance of the archival discipline to the admissibility of digital evidence in China », p. 300-327.

Cet article retrace l’évolution de la législation chinoise vers l’acceptation de la preuve sous format électronique et le développement de la préservation numérique qui en découle. Il conclut en montrant la manière dont le modèle Trust PaaST développé dans le cadre du programme InterPARES peut aider à résoudre certaines problématiques dans le cadre de la transition numérique.

Journal of the South African Society of Archivists, vol. 53, 2020

David Luyombya, Salmah Ndagire, « Records management procedures and service delivery in private universities. A case study of the Islamic University in Uganda », p. 1-19.

Prenant pour exemple une université privée,  l’Islamic University in Uganda (IUIU), l’article étudie les liens entre fonctionnement des institutions et qualité du records management. Partant du constat que les manquements en terme de gestion de l’information nuisent à la performance des administrations, l’étude présentée vise à établir des recommandations pour améliorer la démarche de records management au sein des universités. Le questionnaire et les entretiens menés durant l’enquête avaient pour but d’identifier les typologies documentaires, les responsabilités, les procédures et politiques mises en place tout au long du cycle de vie des documents. Les réponses ont amené à la conclusion que le papier était largement présent, qu’il existait un cloisonnement entre les différents services avec des procédures sans cohérences les unes avec les autres et aussi qu’il n’existait pas de personnel dédié à la gestion des documents. Les auteurs concluent donc naturellement en recommandant la mise en place d’un records manager pouvant exercer son rôle de manière transversal. L’article ouvre ensuite la perspective d’une comparaison entre universités publiques et universités privées pour élargir le champ d’étude.

Godfrey Tsvuura, Patrick Ngulube , « Digitisation of records and archives at two selected state universities in Zimbabwe », p. 20-34.

Partant du constat d’un écart entre la quantité de documents numériques produits et les moyens alloués à leur gestion dans les universités, cet article nous présente les enjeux, méthodes et conclusions d’une enquête destinée à comprendre les raisons de cette divergence au sein de deux universités publiques au Zimbabwe : la Zimbabwe Open University (ZOU) et l’Harare Institute of Technology (HIT). À l’aide d’un questionnaire et d’entretiens menés auprès de personnels de ces établissements, l’étude démontre que si ces universités ont conscience et comprennent les enjeux de la dématérialisation et ont mis en œuvre certaines procédures – notamment à la ZOU pour les courriels et la numérisation – elles affectent du personnel non formé à la gestion documentaire. En outre, les universités zimbabwéennes souffrent d’un manque de moyens et de compétences informatiques pour assurer une gestion adéquate des documents numériques. Les auteurs pointent aussi l’inadéquation entre la législation, dont le National Archives of Zimbabwe Act date de 1986, et les évolutions technologiques.

Katlego Ncaagae, « eDiscovery readiness at the Ministry of Transport and Communications in Botswana », p. 35-53.

Ce texte évalue la gestion des documents électroniques au travers de l’exemple de l’administration de la preuve au ministère des Transports et des Communications  du Botswana. Le choix de ce cas d’étude s’explique par son rôle central dans la mise en place des nouvelles technologies – notamment par le biais des infrastructures – au sein des organismes gouvernementaux. C’est aussi un ministère fréquemment mis en cause dans des affaires de corruption liées à la délivrance de permis de conduire. L’auteur tente alors d’évaluer, à l’aide du modèle théorique de l’Electronic Discovery Model Reference (EDRM) et de la Discovery Maturity Curve, le degré de maturité du ministère dans la capacité à fournir des preuves fiables sous format électronique dans le cadre de procédures judiciaires. Il conclut que le ministère doit encore progresser quant à la mise en place d’une politique d’archivage, sur la mise en place de procédures ou encore sur l’établissement d’une cartographie des données qui pourrait servir de support à une stratégie efficace.

Lungelo Sanele Mbatha, Lungile P. Luthuli, Tlou Maggie Masenya « Prison breakthrough use of information systems in correctional facilities », p. 54-64.

L’article traite des systèmes d’information utilisés par l’administration pénitentiaire en Afrique. Les auteurs constatent que peu de prisons sont dotées en systèmes d’information et que la gestion sur papier des dossiers mène à un certain nombre d’erreurs quant à la durée de la détention ou nuisent à la prise en charge médicale des détenus. Il présente ensuite un état de l’art de la littérature sur le sujet afin de démontrer d’une part l’utilité des systèmes d’information pour la gestion des prisons et aussi de déterminer le type de système utile à l’administration pénitentiaire. Il établit enfin une corrélation entre système d’information et qualité de la gestion documentaire. Si la conclusion montre les avantages de la mise en place d’un tel dispositif, l’article donne une revue détaillée des différentes solutions logicielles adaptées aux documents produits et reçus par les prisons africaines.

Tlou Maggie Masenya , « Application of modern technologies in the management of records in public libraries », p. 65-79.

Étude de l’usage, au sein des bibliothèques publiques en Afrique du Sud, des nouvelles technologies, en particulier de trois d’entre elles : la blockchain, le cloud computing et l’internet des objets. Si l’article démontre l’intérêt certain de ces technologies pour les bibliothèques, dont le domaine d’activité requiert une information de bonne qualité avec des délais d’obtention rapide, il constate que leur mise en œuvre est lente et que très peu d’institutions sont à un stade avancé. Par l’étude de la littérature, l’autrice souligne que les raisons de ce phénomène relèvent en particulier d’infrastructures informatiques inadaptées, d’un manque de formation des équipes ou encore d’un manque de moyens financiers. L’article se termine en suggérant la collaboration entre bibliothèques et acteurs venant d’autres secteurs pour avancer dans l’adoption des nouvelles technologies.

Brown Bavusile Maaba, « Lost and found an overview of the archival depositories of the Human Science Research Council », p. 80-89.

Le sujet de cet article tranche avec les autres articles de ce numéro, dans la mesure où il est question des archives d’un centre de recherche en sciences humaines et sociales, le Human Sciences Research Council et de son prédécesseur, le South African National Bureau for Educational and Social Research. L’histoire de ces deux institutions est assez controversée en raison de leurs liens avec le National Party arrivé au pouvoir en 1948 et ayant mis en place le régime de l’apartheid. L’auteur offre ici un état des lieux des fonds d’archives relatifs aux deux centres de recherche, dispersés dans plusieurs dépôts et, jusqu’à récemment, peu ou pas connus. L’espoir ici formulé est d’offrir aux chercheurs la possibilité d’écrire l’histoire de ces institutions dont les archives pourront apporter un éclairage sur le rôle des institutions qui servaient les intérêts intellectuels de l’État d’apartheid.

Makutla Mojapelo, « Strengthening public sector records management through the Information Regulator in South Africa », p. 90-102.

Cet article est consacré au records management dans le secteur public sud-africain. Il examine comment l’Information Regulator (IR), organe chargé d’encadrer l’accès à l’information en vertu du Promotion of Access to Information Act, peut aider à améliorer le RM dans le secteur public. Plus précisément l’auteur constate que la mauvaise gestion des documents met à mal la protection des citoyens car il rend difficile l’accès aux archives. Il conclut en formulant un certain nombre de recommandations pour renforcer le rôle de l’IR afin d’établir des règles et des guides de bonnes pratiques en matière de RM, pour désigner un Deputy Information Officer dans les organismes publics, pour améliorer l’exercice du contrôle des National Archives and Records Service of South Africa (NARSSA) sur la gestion des archives dans le secteur public ou encore pour accroître les efforts en matière de formation. En effet, pour lui l’efficacité de l’IR réside dans son indépendance vis-à-vis du gouvernement contrairement aux NARSSA qui sont sous l’égide du ministère de la Culture.

Olefhile Mosweu, Donald Rakemane, « The role of records management in ensuring good governance in Africa impediments and solutions », p. 103-123.

Cet article juge les gouvernements africains au travers de leur gestion des archives. Après avoir dressé un portrait acerbe de la manière dont sont gouvernés les différents pays et face à l’impunité de certains dirigeants due au manque de preuves, les auteurs exposent les raisons qui attestent qu’une bonne gestion des archives peut être garante de l’État de droit. Pour lui, des lois archivistiques obsolètes – ou inexistantes pour ce qui concerne l’accès -, une accumulation d’arriérés ou encore un manque de formation constituent autant d’entraves à la gouvernance des sociétés. Le texte offre ainsi un ensemble de propositions pour remédier à cette situation : mise en place de politiques d’archivage, définition de stratégies en matière de rattachement tutélaire des institutions des conservations, traitements d’arriérés, opérations de sensibilisation à l’archivage, réglementation de l’accès aux archives.

Sidney Netshakhuma, « Preservation stratégies for student affairs records at the University of Venda in South Africa. A preliminary study », p. 124-132.

Article consacré aux dossiers des affaires étudiantes de l’université de Venda, université rurale fondée en 1982 dans la province du Limpopo en Afrique du Sud. Avançant l’argument que ces archives – pourtant précieuses d’un point de vue historiques – sont souvent en souffrance et ont suscité peu d’études, l’article restitue le résultat d’une enquête sur le records management à Venda. Les dix entretiens menés ont permis de pointer le manque de politique d’archivage pour les dossiers des affaires étudiantes dont la conservation incombe au service de la scolarité. Les raisons qui peuvent expliquer ce phénomène sont le vide juridique et réglementaire qui entoure la gestion des archives universitaires, le peu de collaboration entre le service des archives, rattaché à la bibliothèque, et les services fonctionnels de l’université, ou encore l’insuffisance de locaux dédiés. L’auteur plaide ainsi pour le développement d’une culture de l’archivage et pour la mise en œuvre de stratégies de conservation au sein du milieu universitaire.

Sarah Cadorel, Magalie Moysan et Édouard Vasseur

 

  1. Albert-Michel Luc et Louis-Gilles Pairault (éditeurs), Mémoires d’un officier de marine négrier – Histoire des services à la mer et dans les ports de Claude-Vincent Polony (1756-1828), La Geste, 2019 (ISBN 979-10-353-0430-0). []