Archives mensuelles : juillet 2020

Revues d’archivistique étrangères – 3

Fournir régulièrement aux lecteurs d’Archivalise(s) une recension des articles parus dans les revues étrangères est loin de constituer une sinécure. Tout d’abord, le nombre de revues, comme le nombre de numéros publiés chaque année, est important. Encore nous concentrons-nous uniquement pour l’instant sur le monde anglo-saxon, ce qui laisse de côté des secteurs entiers de la réflexion archivistique internationale – mondes ibériques, germaniques, slaves, asiatiques, pour ne citer que ceux-là. Et, même pour le monde anglo-saxon, nous avons identifié récemment une revue que nous ne connaissions pas, le Journal of Archival Organization. Accéder à ces revues et à leurs livraisons, d’autre part, constitue un chemin semé d’embûches. Aucune bibliothèque en France n’est abonnée à l’ensemble de ces revues. Pendant la période du confinement, nous avons eu accès à Archives and Manuscripts et à Archives and Records. Depuis la fin du confinement, ce n’est plus possible ! Nous essayons d’y remédier en demandant à nos institutions de rattachement de s’abonner à ces revues.

The American Archivist, n° 82-2, 2019

Diana E. Marsh, Ricardo L. Punzalan, Jesse A. Johnston, « Preserving Anthropology’s Digital Record: CoPAR in the Age of Electronic Fieldnotes, Data Curation, and Community Sovereignty », p. 268-302.

Le Council for the Preservation of Anthropological Records (CoPAR) a été créé dans les années 1990 pour encourager les anthropologues et les institutions à conserver les matériaux de terrain, à identifier et localiser ces archives et à en promouvoir la réutilisation. Devenu inactif au début des années 2000, le conseil a réorienté ses activités en direction des archives numériques dont il valorise l’accès en ligne. L’article revient sur les conclusions d’un événement scientifique qui s’est tenu en 2015 sur les nouveaux enjeux pour les archives anthropologiques, qui encourage une approche basée sur le cycle de vie et soucieuse de répondre aux demandes des communautés.

Jennifer G. Eidson, Christina J. Zamon, « EAD Twenty Years Later: A Retrospective of Adoption in the Early Twenty-first Century and the Future of EAD », p. 303-330.

L’ Encoded Archival Description (EAD), première norme d’encodage d’instruments de recherche a été adoptée en 1998. À partir d’un premier sondage, puis d’un second, les autrices s’interrogent sur le moment du basculement vers une utilisation massive de la norme, sur les critères de son adoption ou non dans les institutions et sur le rôle moteur des technologies dans sa diffusion.

Michelle Sweetser, Alexandra A. A. Orchard, « Are We Coming Together? The Archival Descriptive Landscape and the Roles of Archivist and Cataloger », p. 331-380.

L’évolution du format MARC, traditionnellement utilisé en bibliothèque, a permis son adoption par la communauté archivistique. À partir d’une enquête menée par l’Association des membres des bibliothèques universitaires américaine, les autrices montrent que la description archivistique reste réalisée par les archivistes malgré les compétences acquises par leurs collègues bibliothécaires et que les pratiques de description mobilisent des standards issus des deux métiers.

Gregory Wiedeman, « The Historical Hazards of Finding Aids », p. 381-420.

Cet article retrace les pratiques archivistiques américaines concernant l’utilisation des instruments de recherche et montre comment ces derniers ont influencé la vision des archivistes concernant l’accès aux documents. Il explique comment la compréhension qu’ils ont eue de cet outil a entravé la standardisation de la description archivistique en tant que données.

Samantha Abrams, Alexis Antracoli, Rachel Appel, Celia Caust-Ellenbogen, Sarah Denison, Sumitra Duncan, Stefanie Ramsay, « Sowing the Seeds for More Usable Web Archives: A Usability Study of Archive-It », p. 440-469.

Une étude a été menée en 2017 par le groupe d’utilisateurs d’Archive-it, qui constitue le premier outil utilisé pour l’archivage du web. Elle interroge les attentes et opinions des utilisateurs de l’outil et identifie des perspectives d’amélioration, malgré une opinion globalement positive.

Brady D. Lund,Shari Scribner, « Developing Virtual Reality Experiences for Archival Collections: Case Study of the May Massee Collection at Emporia State University », p. 470-483.

La Collection May Massee de l’Université d’Emporia a fait l’objet d’une étude de cas sur l’utilisation de technologies de réalité virtuelle pour la valorisation du fonds d’archives. L’article montre que ces techniques, maintenant démocratisées, peuvent être mobilisées par un stagiaire ou un étudiant pour valoriser les archives, sans représenter une charge de travail ou un coût trop importants.

Kathryn G. Matheny, « Instruction Consultation for Archives Visits: Why No One Talks About It, and Why They Should », p. 484-507.

Cet article s’intéresse à la négociation entre professeurs et archivistes lors de la venue des classes universitaires dans les services d’archives. Il identifie quatre enjeux d’une collaboration productive entre ces deux acteurs : le passage à des pédagogies actives, la difficulté que rencontrent les chercheurs à comprendre les besoins des plus jeunes, la complexité des demandes faites aux services d’archives et les relations difficiles entre archivistes et membres du corps enseignant.

Marcella Huggard, Laura Uglean Jackson, « Practices in Progress: The State of Reappraisal and Deaccessioning in Archives », p. 508-547.

Un sondage a été réalisé en 2017 auprès des archivistes américains et canadiens pour connaître leurs pratiques de réévaluation et d’aliénation des fonds. Il montre que ces pratiques sont courantes dans la profession, mais qu’elles ne sont pas toujours menées de manière éthique et responsable, faute de transparence dans le choix des critères d’évaluation.

April Karlene Anderson-Zorn, « Digging Up the Past: Archival Issues with Found Time Capsules at Illinois State University », p. 548-565.

Lors de la destruction d’un dortoir de l’Université d’État de l’Illinois, deux capsules temporelles ont été retrouvées. Par ce terme, l’autrice désigne des matériaux historiques représentatifs d’une culture qui ont été déposés avec l’objectif d’être préservés jusqu’à leur découverte future. Elle s’interroge sur l’intégration de ces matériaux aux fonds de l’université et sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre lors de telles découvertes.

Paul Conway, Robert B. Markum, « Performers First: Gift Exchange and Digital Access to Live Folk Music Archives », p. 566-597.

Le projet décrit ici porte sur la sauvegarde et la valorisation d’enregistrements de musique folk des années 1969-1980. Les auteurs font part de leurs idées de solution des difficultés liées au copyright et à la propriété intellectuelle et de valorisation de ces musiques en streaming.

Frank J. Boles, « To Everything There Is a Season », p. 598-617.

L’auteur examine trois idées répandues dans la communauté archivistique et qui influencent les pratiques de conservation : les archivistes devraient créer une documentation universelle de l’activité humaine ; le souci de la justice sociale devrait inspirer les décisions de sélection ; les archivistes détiennent une forme de pouvoir unique à travers l’évaluation. Ces trois idées ont selon lui conduit la profession à considérer qu’elle doit travailler à un futur plus équitable, mais aussi plus moral. Il plaide au contraire pour une autonomie locale et des missions propres à chaque service d’archives.1

The American Archivist, n° 83-1, 2020

Emily Larson, « Big Questions: Digital Preservation of Big Data in Government », p. 5-20.

Cet article part du postulat que les gouvernements recourent de plus en plus massivement aux technologies du big data pour prendre leurs décisions, en mobilisant des masses de données hétérogènes quoique parfois inexactes. L’autrice analyse en conséquence le big data au regard des théories archivistiques, et tout particulièrement des travaux du groupe InterPARES : a-t-on affaire à des records ? Quels problèmes pose-t-il aux records managers et archivistes ? Faut-il procéder à l’archivage des données concernées ? Si oui, comment ? Elle estime qu’une intervention archivistique peut réduire un certain nombre de risques associés à l’existence de ces données, insiste tout particulièrement sur l’importance de la contextualisation de celles-ci lors de leur prise en charge (provenance des données, modalités de fonctionnement et d’utilisation de l’agrégat constitué) et conclut sur la capacité, via l’archivage, à rendre aux individus un pouvoir sur leurs données. Elle invite donc les archivistes à s’investir sur le sujet.

Veronica Ehrenreich-Risner, « Reading Geographical Names as Text: Refiguring the “Living Archive” in Postcolonial South Africa », p. 21-56.

Cet article analyse le processus de renommage des lieux en Afrique du Sud après la fin de l’Apartheid. L’autrice soutient que les noms de lieux constituent des outils de domination et que le lieu et son nom se combinent pour créer une « archive vivante » (living archive) de la structure du pouvoir au moment du changement de nom. C’est, selon elle, l’intention perçue dans le renommage qui détermine son acceptation ou non.

Edward Janak, « What Do You Mean It’s Not There? Doing Null History », p. 57-76.

Cet article part du constat qu’un chercheur peut, dans un dépôt d’archives, constater l’absence d’archives qui devraient normalement s’y trouver et que cette absence a autant de sens que la présence des mêmes archives. Pour illustrer son propos, l’auteur prend l’exemple de l’action au Texas du General Education Board, fondation philanthropique de la famille Rockfeller, qui n’est connue que par le Rockfeller Archive, sans qu’aucune trace en existe dans les archives de l’État du Texas. L’absence d’archives oblige le chercheur à déplacer son centre d’attention vers cette absence et ses causes.

Jessica Holden,Ana Roeschley, « Privacy and Access in the Massachusetts Society for the Prevention of Cruelty to Children Records », p. 77-90.

Cet article décrit la politique et les procédures d’accès mises en place par l’université du Massachusetts à l’égard des archives de la Massachusetts Society for the Prevention of Cruelty to Children (MSPCC), en étroite collaboration avec cette dernière. Le principal objectif de l’Université est de garantir l’accès aux survivants des abus, tout en respectant leur vie privée quand la demande d’accès provient de tiers.

Ciaran B. Trace, « Maintaining Records in Context: A Historical Exploration of the Theory and Practice of Archival Classification and Arrangement », p. 91-127.

Cet article, premier d’une série de deux, est consacré à la naissance des concepts de classification et de classement aux États-Unis. L’autrice explore 60 ans de littérature professionnelle (1900-1960) pour mettre en lumière tant les enjeux historiques, sociaux, économiques et technologiques que les circonstances de leur émergence. Elle démontre que les notions de classification et de classement sont emblématiques de l’identité et des aspirations de la profession. Elles s’inscrivent dans un champ de connaissances à la fois tacite et déclaré, matérialisé par la pratique, et pourtant toujours remis en question par les changements politiques et sociaux. Le second article couvrira la période qui nous sépare des années 1960.

Peter Botticelli, « Curating Digital Surrogates in a Museum Archives: The Historic Boards Collection at the Peabody Museum of Archaeology and Ethnology at Harvard University », p. 128-143.

Cet article propose une analyse croisée des méthodes de curation numérique propres aux archives et aux musées à partir d’un cas pratique : la collection photographique numérisée du Peabody Museum of Archaeology and Ethnology de l’université Harvard. Il montre les conséquences des pratiques documentaires sur la recherche et l’interprétation de ces photographies. L’utilisation d’un logiciel de gestion des objets muséaux ainsi que les choix effectués en termes de prise de vue – numérisation de chaque photographie et non des fiches créées au début du 20e siècle qui rassemblaient plusieurs photographies – et d’indexation – reprise des légendes correspondant à chaque photographie sans tenir compte des autres légendes présentes sur chaque fiche – ont un impact important. L’article insiste in fine sur l’importance du caractère itératif du travail de numérisation et d’indexation.

Carli V. Lowe, « Partnering Preservation with Sustainability », p. 144-164.

Cet article s’interroge, via une importante revue de littérature, sur les moyens que les archivistes peuvent mettre en œuvre pour s’inscrire dans une logique de développement durable, principalement en termes de conception et de gestion de bâtiment d’archives (recours à des techniques de construction traditionnelle, application de la méthodologie développée par Hugo Stehkämper, ancien directeur des Archives historiques de la ville de Cologne). Il invite cependant à élargir la perspective à tous les aspects de la pratique archivistique, comme les politiques de collecte – notamment d’archives numériques – et de numérisation.

Archival science, vol. 20, n°2, 2020

Amelia Acker, Adam Kreisberg, « Social media data archives in an API2 driven world », p. 105-123.

Cet article s’intéresse aux enjeux de la conservation et de l’accès aux données des API. Après avoir évoqué les problèmes que posent l’extraction et la conservation des données issues de ces API, les auteurs décrivent les utilisations potentielles des archives des médias sociaux et s’intéressent aux conditions générales des services, qui constituent une difficulté dans l’archivage. Ils terminent en analysant les premières initiatives de conservation de données issues d’API au sein des archives communautaires et universitaires, ou encore à travers les partenariats entre les entreprises et les universités.

Lauren Haberstock, « Participatory description : decolonizing descriptive methodologies in archives », p. 125-138.

Cet article part du postulat que les archives doivent être décrites et contextualisées d’une manière qui garantisse la multiplicité des approches et qui reflète notamment les systèmes de pensées des communautés qui les ont produites ou qui sont concernées par celles-ci. L’autrice plaide en conséquence pour le développement d’une description des archives plus collaborative, prenant davantage en compte la voix des communautés. Elle cite, à titre d’exemple, quatre projets menés au Canada et aux États-Unis : le Digital Archives and Marginalized Communities Project (DAMC) à l’Université du Manitoba ; the A:shiwi A:wan Museum and Heritage Center (AAMHC) au Nouveau-Mexique ; le Decolonizing Description Working Group (DDWG) des bibliothèques de l’Université de l’Alberta Libraries (UAL) ; le Native Canadian Centre de Toronto. Si son discours se situe dans le contexte du débat autour de la décolonisation et de l’amélioration des relations avec les communautés indigènes, il pose aussi la question de la diversité des modalités d’accès aux archives et de la nécessité de faciliter différentes représentations, et donc différentes voies d’accès à celles-ci.

Tessa Hauswedell, Julianne Nyhan, M. H. Beals, Melissa Terras, Emily Bell, « Of global reach yet of situated contexts: an examination of the implicit and explicit selection criteria that shape digital archives of historical newspaper », p. 139-165.

Les autrices examinent ici les facteurs institutionnels, intellectuels, économiques, techniques, pratiques et sociaux qui président aux choix liés à la diffusion de journaux en ligne. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des responsables de numérisation de journaux publics et privés. Ils montrent la tendance des journaux à numériser en priorité des articles qui intéressent leur public, ce qui conduit les autrices à plaider pour une meilleure prise en compte de l’utilisateur final en archivistique.

Tianjiao Qi, « Rural archives in China over the past 40 years », p. 167-185.

Cet article présente les services d’archives dans le monde rural en Chine et leur développement depuis la fin des années 1970, que ce soit au niveau des villages administratifs ou des communautés rurales. Il expose les principaux résultats obtenus et explique les défis auxquels sont confrontés aujourd’hui ces services d’archives, notamment en terme de développement du travail en réseau.

Michael Karabinos, « Acknowledging the shadows », p. 187-196.

L’auteur répond aux critiques adressées à son idée de « continuum de l’ombre » par Viviane Frings-Hessami dans le n° 20 d’Archival Science3 . Il rappelle que son propos n’est pas de remplacer le modèle du Records continuum, mais de montrer qu’il peut comporter des phases d’obscurité. Le modèle en effet fonctionne bien quand la « pluralisation » des archives est acquise, mais pas du tout lorsque personne ne connaît leur existence, comme ce fut longtemps le cas pour certaines archives coloniales britanniques rapatriées en Angleterre et gardées secrètes par le Foreign Office pendant plusieurs décennies. De ce fait le schéma alternatif proposé par Viviane Frings-Hessami ne lui semble pas constituer une nouveauté, mais complexifier inutilement le modèle. 

Archivaria, n° 89, 2020

Elspeth H. Brown, « Archival Activism, Symbolic Annihilation, and the LGBTQ2+4 Community Archive», p. 6-33.

L’autrice, membre du conseil d’ArQuives et directrice du programme collaboratif d’histoire orale numérique LGBTQ2+ (LGBTQ2+ Oral History Digital Collaboratory), constate que les archives des communautés LGBTQ2+ ne se situent plus nécessairement en dehors des courants archivistiques dominants et que le contenu des documents d’archives de ces centres peut entraîner l’« annihilation symbolique » des histoires des minorités (trans, noirs, autochtones…). Cet article décrit le travail mené dans le cadre du programme collaboratif d’histoire orale numérique LGBTQ2+ pour encourager l’adoption d’un cadre de travail intersectionnel et inclusif pour les trans dans les archives communautaires LGBTQ2, favorisant la valorisation des archives de ces communautés dans une approche postcustodiale.

Alexandra Mills, Désirée Rochat, Steven High, « Telling Stories from Montreal’s Negro Community Centre Fonds. The Archives as Community-Engaged Classroom », p. 34-69.

L’université Concordia de Montréal a développé un cours d’histoire pour les étudiants de premier cycle autour du fonds d’archives du Negro Community Centre, un centre de la communauté noire anglophone de Montréal, fermé en 1992. Avec ces étudiants qui constituent les premiers lecteurs de ce fonds, l’objectif est de faire connaître l’histoire du centre et d’organiser son retour à la communauté.

Ed Summers, « Appraisal Talk in Web Archives », p. 70-103.

À partir d’entretiens ethnographiques avec des archivistes du web, l’auteur montre un lien entre le discours des archivistes et les méthodes de sélection qu’ils mettent en œuvre. Il analyse la façon dont les outils d’archivage du web façonnent leurs décisions et leurs interactions avec les communautés qu’ils documentent.

Nicole Gray, « Toward an Embodied Poetics in Appraisal. Walt Whitman in the US National Archives », p. 106-127.

L’autrice mobilise un ensemble de documents écrits par le poète Walt Whitman au nom du bureau du procureur général des États-Unis pour démontrer que le créateur de documents d’archives est en fait une entité composée de nombreux acteurs, comme les commis dont le travail est passé sous silence. À partir des concepts de Records continuum et de multivers archivistiques, elle présente une approche poétique de l’évaluation et met l’accent sur les interactions humaines en tant que facteurs importants dans la production et la conservation d’archives.

Renée Saucier, « Medical Cartography in Southern Ontario, 1880–1920. A Records Perspective », p. 130-163.

Cet article propose une analyse archivistique des cartes de maladies produites en Ontario à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. L’autrice les considère non seulement comme des outils de santé publique, mais aussi comme des documents de gestion des données qui reflètent les technologies d’un gouvernement libéral.

Archives, vol. 48, n°1, 2019

Numéro spécial réalisé à l’occasion du 50e anniversaire de l’Association des archivistes du Québec (AAQ).

Dominic Forest, Sabine Mas, Valérie Rioux, Vincent Larivière, Benoît Macaluso, « Cartographier l’évolution du contenu de la revue Archives au moyen des techniques de fouille de textes et de bibliométrie », p. 7-39.

Cet article présente un projet d’analyse lexicométrique du contenu de la revue Archives pour la période 1994-2016, en utilisant les techniques de fouille de textes ainsi qu’une analyse bibliométrique. Via l’analyse des 236 documents constituant le corpus – qui exclut comptes rendus de lecture et notes de la rédaction – sont ainsi successivement étudiés le vocabulaire utilisé et les thématiques abordées dans la revue, le poids respectif des hommes et des femmes, le nombre et l’origine des références utilisées, ainsi que leur évolution dans le temps. Les auteurs conçoivent cette recherche comme un premier essai d’usage de ces méthodes sur le corpus, qu’il conviendrait de mettre en regard avec une analyse qualitative.

Louise Gagnon-Arguin, « L’Association des archivistes du Québec à travers “ses” histoires », p. 41-53.

Cet article recense et commente l’ensemble des articles écrits sur l’histoire de l’AAQ, identifiant les moments d’écriture et thématiques abordées, et aboutissant à une nouvelle histoire de l’association « à travers les textes ».

Céline Gendron, « Les archives manuscrites avouent ! Papier d’écriture en Nouvelle-France au XVIIe siècle : usages, usagers et catégories de documents », p. 55-87.

Compte rendu d’une recherche doctorale menée sur le papier et son usage en Nouvelle-France au 17e siècle, à partir d’une étude des documents conservés dans différentes institutions. Sont successivement présentées les huit catégories d’usage identifiées par l’auteur, illustrées par leur fonction, leurs acteurs et un exemple représentatif.

Danielle Léger, « Théâtre à Montréal, 1825-1930 : un récit visuel mettant en scène des documents patrimoniaux », p. 89-106.

Cet article rend compte d’un projet de « recherche-diffusion » sur l’histoire des arts du spectacle à Montréal (Théâtre à Montréal, 1825-1930) qui a abouti à la création d’un site web donnant accès, à partir d’une approche géographique, aux ressources textuelles et iconographiques principalement conservées par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BanQ).

Jacques Rouillard, « Sortir de la Grande Noirceur grâce aux documents d’archives », p. 107-143.

L’auteur montre dans cet article comment la consultation d’archives l’a amené à remettre en cause le mythe de la « Grande noirceur », forgé par les sociologues des années 1950 et selon lequel, jusqu’aux années 1960, le Québec aurait été uniquement placé sous le signe du conservatisme clérical. Ses travaux d’histoire économique, sociale et politique montrent au contraire que le Québec n’est pas en retard sur les autres provinces, sans pour autant minorer l’importance de la « Révolution tranquille » survenue dans les années 1960 et qui constitue une accélération des évolutions précédentes.

Archives, vol. 48, n°2, 2019

Bogdan Florin Popovici, « Records in context : vers un nouveau niveau dans la description archivistique ? », p. 7-39.

Cet article constitue une présentation sommaire du projet de modèle conceptuel de description archivistique Records in Context (RiC), élaboré par le Conseil international des archives (CIA). Il s’appuie surtout sur une riche revue critique des concepts archivistiques (principe de provenance, description arborescente) ayant servi de base à la conception des actuelles normes du CIA – notamment ISAD(G) – au regard des approches postmodernes, tout en reconnaissant que leur adoption a constitué une étape importante de l’histoire professionnelle. Il conclut sur les objectifs attendus de l’adoption de cette nouvelle approche de la description archivistique.

William Yoakim, « Wikipédia, Wikimedia Commons et Wikisource, un eldorado de visibilité », p. 41-81.

L’auteur présente la fondation Wikimedia et ses différents projets (notamment Wikipedia et Wikimedia Commons). Selon lui, les services d’archives ont intérêt à contribuer à l’encyclopédie en ligne, à condition de se fixer dès le départ quelques règles de base et de s’y tenir : déterminer des priorités en matière de contribution (mettre en ligne des images de documents sur Wikimedia Commons ou enrichir les articles de Wikipédia par des références aux sources d’archives ou encore éditer des textes dans Wikisource), agir en lien avec la fondation, en essayant d’être en phase avec ses projets, et surtout avec la communauté des wikipédiens, en participant aux débats au sein de la communauté et en effectuant une veille sur les modifications que certains apportent aux contributions du service, et enfin évoquer régulièrement ces contributions parmi les actualités du service.

Anne-Marie Charuest, « Les archives dans les entreprises industrielles : le cas de Casavant Frères », p. 83-120.

Cet article rend compte d’un stage effectué par l’autrice au sein de l’entreprise de facteurs d’orgues Casavant Frères de Saint-Hyacinthe. La présentation du stage s’inscrit dans une réflexion plus générale sur la difficile conservation des archives d’entreprises au Québec et sur les options envisageables pour améliorer celle-ci.

Geneviève Piché, « Le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa : 60 ans dévoués à la mémoire documentaire des francophones du Canada », p. 121-136.

Cet article présente l’histoire et les activités du Centre de recherche en littérature canadienne française (CRLCF) de l’université d’Ottawa, devenu en 1968 Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), chargé de préserver la culture française en Ontario. Il insiste en conclusion sur les défis auxquels est confronté le CRCCF aujourd’hui : espace de stockage insuffisant ; retards dans le traitement des fonds ; collecte d’archives numériques.

Normand Charbonneau, « Décolonisation et réconciliation, les rôles institutionnels et personnels », p. 137-148.

Cet article rappelle l’historique des relations entre le gouvernement fédéral et les populations autochtones au Canada, présente les grandes lignes du programme de réconciliation gouvernemental ainsi que les actions menées par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), ainsi que son engagement en faveur de ce programme.

Raymond Frogner, « Qui sont ces enfants perdus ! Origine et conception du registre des noms des enfants autochtones décédés dans le système des pensionnats du Canada, selon le Centre national pour la vérité et réconciliation », p. 149-159.

Cet article présente le projet de constitution d’un registre des enfants autochtones disparus dans les pensionnats créés par l’administration coloniale en vue d’acculturer les populations autochtones. Ce registre, créé par le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) et alimenté en étroite relation avec les communautés autochtones, comporte une version publique et une version à accès restreint, comportant l’ensemble des données à caractère personnel concernant les enfants disparus.

Johanna Smith, Benjamin Ellis, « Revitaliser les cultures et les langues autochtones au Canada : les nouvelles initiatives de Bibliothèque et Archives Canada », p. 161-170.

Cet article rend compte des actions menées par Bibliothèque et Archives Canada (BAC) dans le cadre du programme d’amélioration des relations entre le gouvernement fédéral et les populations autochtones. Parmi les initiatives prises par BAC, sont présentés : le projet de numérisation des collections concernant les populations autochtones ; la production de guides et d’instruments de recherche dédiés ; le projet Écoutez pour entendre nos voix, qui vise à soutenir la préservation et la diffusion des enregistrements en langue autochtones ; la création de postes d’archivistes localisés dans les collectivités autochtones ; le développement de l’indexation collaborative pour redonner un nom aux autochtones photographiés par les institutions fédérales et pour faciliter la description des contenus eux-mêmes. Le programme est appuyé par une sensibilisation du personnel aux enjeux de la réconciliation et à une plus grande association des populations autochtones au fonctionnement de BAC via un Cercle consultatif autochtone.

Magalie Moysan et Édouard Vasseur

  1. La traduction de cet article a été publiée ici les 9 et 21 mai 2020 []
  2. Interface de programmation []
  3. Voir la précédente recension de revues d’archivistique étrangères publiée ici le 1er mai 2020 []
  4. Personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, queers et en questionnement []