Archives mensuelles : mars 2021

Revues d’archivistique étrangères – 5

À défaut de voyager réellement, nous vous proposons dans cette cinquième recension un périple archivistique virtuel aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Afrique du Sud. Au programme de cette recension, des numéros thématiques consacrés à la blockchain, aux archives des guerres et aux cultures populaires et des articles témoignant à nouveau de l’importance de deux sujets majeurs dans la réflexion archivistique anglo-saxonne actuelle : la gouvernance de l’information et les archives des minorités.

 

 

Archives & Records. The Journal of the Archives and Records Association, vol. 41, n°3, 2020

Rüstem Ertuğ Altınay, Olivera Jokić, « Archiving popular culture: editors’ introduction », p. 209-214.

Le troisième numéro de l’année 2020 est consacré au thème de la culture populaire et aux défis auxquels sont confrontés les archivistes et responsables de collections spéciales soucieux d’assurer une conservation d’éléments représentatifs de celle-ci.

Katie Lanning, « Scanner darkly: unpopularization in the Burney Newspapers Collection », p. 215-235.

Le premier article prend pour cas d’étude une collection de périodiques populaires anglais des 17e et 18e siècles, la Burney Newspapers Collection, collectée dans un pub par Charles Burney et conservée à la British Library. L’autrice examine les conséquences des différents traitements successivement subis par cette collection depuis son entrée à la British Library : adjonction des numéros manquants à chaque titre ; microfilmage ne tenant pas compte de la structure chronologique retenue par Burney pour classer les journaux collectés, mais prenant comme logique les titres de journaux eux-mêmes ; numérisation de mauvaise qualité réalisée à partir des microfilms mis à disposition des lecteurs, avec comme conséquence une reconnaissance plein texte de mauvaise qualité. Elle conclut son étude en montrant à quel point le traitement de ce témoignage essentiel de la culture populaire anglaise des 17e et 18e siècles a porté atteinte à son authenticité et à son caractère populaire, d’autant que son accès est désormais principalement réservé à des lecteurs accrédités.

Saygun Gökarıksel, « Beyond transparency: the communist-era secret police archives in postsocialist Eastern Europe », p. 236-253.

Le deuxième article traite de l’accès aux archives héritées des services de police politique des anciens pays de l’Europe de l’Est, via l’exemple de la Pologne. Saygun Gökariksel retrace l’histoire de la conservation des dossiers de surveillance de la population dans la Pologne post-communiste, ainsi que les conséquences de leur prise en charge par l’Institut de la mémoire nationale, chargé officiellement de la réconciliation et de la vérité, mais désormais largement géré par des partisans des partis ultra-conservateurs au pouvoir dans ce pays. Il explique comment ces dossiers sont devenus à la fois un objet de désir et d’angoisse et comment l’État et l’Institut s’en servent pour promouvoir une image systématiquement négative de la période communiste. Il évoque enfin comment ces dossiers de surveillance irriguent aujourd’hui la culture populaire polonaise, par le biais du théâtre et des œuvres de fiction cinématographique.

Christine A. Lutz , Tara Maharjan, Stephanie Crawford, « Going against the archival grain: case studies of pop culture archives of a music scene, regional zines, and local beer », p. 254-273.

Le troisième article se concentre sur l’acquisition, par les Special Collections and University Archives de l’université Rutgers, dans le New Jersey, de trois collections reflétant la culture populaire de cet État de la côte est des États-Unis, dans le cadre d’une politique volontariste de représentation des populations et pratiques marginales, notamment le DIY (Do It Yourself) : la New Brunswick Music Scene Archive, la New Jersey Regional Zine Collection (centrée sur les production des femmes, des artistes, des LGBTQI+ ou des mouvements sportifs), et la  New Jersey Beer Collection (voulant refléter le dynamisme de la brasserie artisanale dans l’État). L’étude examine les stratégies de collecte et de gestion de ces collections, ainsi que l’exploitation pédagogique qui en est faite au sein de l’université.

Anne Peirson-Smith, Ben Peirson-Smith, « Fashion archive fervour: the critical role of fashion archives in preserving, curating, and narrating fashion », p. 274-298.

Le dernier article invite à découvrir la collection d’archives et d’objets de mode (la Fashion Archive) créée par le Hong Kong Design Institute. Après avoir rappelé le regard longtemps méprisant porté par les institutions académiques sur la mode, il évoque les modalités de constitution de cette collection, son exploitation dans un cadre pédagogique et la manière dont elle facilite une meilleure historiographie de la culture et de la société asiatique, dans un contexte postcolonial marqué par de forts liens avec l’Europe et l’Amérique du Nord. Les auteurs estiment que cette collection reflète l’élargissement post-moderne du concept d’archives qui n’est plus limité au périmètre de ce qui a valeur de preuve.

 

 

 

 

Records Management Journal, vol. 30, n° 3, 2020

Sharmila Bhatia, E. Kyle Douglas, Markus Most, « Blockchain and records management: disruptive force or new approach? », p. 277-286.

 Les auteurs de cet article recensent la littérature disponible sur la blockchain et la gestion de l’information. Ils en tirent plusieurs conclusions. Premièrement, la blockchain est une technologie qui permet d’enregistrer des transactions et de vérifier l’authenticité des archives électroniques. La structure distribuée de la blockchain, ensuite, nécessite un changement d’approche et n’est pas adapté au records management centralisé. Comme avec d’autres outils, enfin, il est nécessaire de définir les exigences de conservation avant de développer une application avec cette technologie, d’autant que la nature figée de la blockchain oblige à intégrer ces considérations dès le début des projets.

Patricia C. Franks, « Implications of blockchain distributed ledger technology for records management and information governance programs », p. 287-299.

À partir d’une revue de la littérature, l’autrice analyse la blockchain en tant que technologie de réseau distribué (distributed ledger technology, DLT), sous le prisme du records management. Si chaque projet est spécifique, elle propose une série de questions que les records managers et professionnels de la gouvernance de l’information doivent se poser pour adapter leurs pratiques à cette technologie, de la création des documents à leur utilisation, du stockage à l’archivage.

Victoria L. Lemieux, Chris Rowell, Marc-David L. Seidel, Carson C. Woo, « Caught in the middle? Strategic information governance disruptions in the era of blockchain and distributed trust », p. 301-324.

Les auteurs élaborent un cadre pour conceptualiser le continuum de la gouvernance de l’information centralisée et décentralisée autour de trois dimensions : la durée de conservation, la propriété et les droits d’accès. Ce cadre conceptuel est ensuite appliqué à deux cas concrets d’utilisation de la blockchain : une solution brésilienne d’enregistrement des transferts de propriétés terriennes et un projet canadien de partage de consentements éclairés.

Thomas Sødring, Petter Reinholdtsen, Sven Ølnes, « Publishing and using record-keeping structural information in a blockchain », p. 325-343.

Dans cet article, les auteurs s’interrogent sur les informations d’un système d’archivage qu’il est possible d’intégrer à la blockchain. À partir d’hypothèses théoriques et d’une implémentation logicielle, ils montrent qu’il est possible de séparer la structure du contenu archivé pour intégrer l’information structurée dans la blockchain.

Vladimir Bralić, Hrvoje Stančić, Mats Sengård, « A blockchain approach to digital archiving: digital signature certification chain preservation », p. 345-362.

Les auteurs comparent les exigences requises pour la préservation à long terme des documents signés électroniquement avec les approches actuellement développées. Ils proposent un nouveau modèle à partir de la technologie blockchain, sur la base d’une recherche conduite dans le cadre du projet InterPARES.

Sigal Arie Erez, Tobias Blanke, Mike Bryant, Kepa Rodriguez, Reto Speck, Veerle Vanden Daelen, « Record linking in the EHRI portal », p. 363-378.

Le projet European Holocaust Research Infrastructure (EHRI) a pour objectif de reconstituer virtuellement des collections d’archives transnationales. Cet article interroge la problématique de la fragmentation archivistique d’un point de vue technique et culturel. D’un point de vue technique, il pointe la difficulté d’encoder et de référencer des instruments de recherche en l’absence de vocabulaire contrôlé.  L’article relate cette démarche pionnière à grande échelle, reposant sur la technologie du Linked open data.

Mark Bell, « From tree to network: reordering an archival catalogue », p. 379-394.

L’article relate les résultats d’une expérimentation des Archives nationales britanniques pour organiser ses collections non plus de manière hiérarchique, mais en réseau. L’approche choisie consiste à considérer une notice à n’importe quel niveau de l’arborescence comme le résumé de ses « filles ». Ce faisant, il se crée un réseau de similitudes.

Bernice Ibiricu, Marja Leena van der Made, « Ethics by design: a code of ethics for the digital age », p. 395-414.

Les autrices, respectivement chargée de la gouvernance de l’information à la Banque centrale européenne et déléguée à la protection des données en France, proposent un cadre pour la réalisation d’un code d’éthique dédié au numérique et aux technologies de pointe. Après avoir défini les standards moraux et l’éthique, elles dressent un panorama de la relation entre éthique et nouvelles technologies, interrogeant les risques, la place de l’éthique dans les sciences, ou encore l’articulation entre intelligence artificielle et intelligence éthique. Elles terminent leur analyse sur les technologies déterminantes pour le futur : la blockchain, la 5G ou encore l’intelligence artificielle. Ces constats leur permettent de proposer un code éthique en 10 étapes pouvant être adopté par une organisation.

 

 

Archives and manuscripts, vol. 48, n° 2, 2020.

Special issue: “Engaging with war records: Archival histories and historical practice”

Michael Piggott, « Archives and the Australian Great War centenary: retrospect and prospect », p. 109-122.

L’auteur présente les résultats d’une enquête archivistique sur la relation entre les archives de la Première Guerre mondiale et le Mémorial australien de la guerre. Il décrit quatre périodes : collecter dans un but précis (années 1920 et 1930), détruire (années 1940 aux années 1960), découvrir et redécouvrir (à partir des années 1960), dépasser le Mémorial (fin du 20e siècle). Il souligne le rôle important du Mémorial et ses priorités initiales dans la valorisation de l’histoire de guerre officielle, du front de bataille et des morts de guerre.

Paul Dalgleish, « Recordkeeping in the First Australian Imperial Force: the political imperative », p. 123-141.

L’auteur analyse les procédures de conservation mises en place par le corps expéditionnaire australien (AIF) lors de la Grande guerre et la manière dont elles se sont développées sous l’influence du contexte global. Il décrit plus spécifiquement la manière dont les circonstances ont conduit le gouvernement australien à s’intéresser de près à la conservation des archives constituées par l’AIF en Égypte.

Anne-Marie Condé, « A societal provenance analysis of the First World War service records held at the National Archives of Australia », p. 142-156.

L’autrice propose une analyse de la provenance sociale des états de service de la Première Guerre mondiale conservés aux Archives nationales d’Australie. Elle mobilise ici le « concept de provenance sociale » développé par Tom Nesmith (societal provenance) puis Michael Piggott pour dépasser la provenance archivistique et s’intéresser aux dimensions sociales des archives et montre comment ces archives ont permis de créer des interactions entre les individus, le gouvernement et les communautés. Elle analyse également leur rôle dans la société, à travers leur utilisation dans la construction du Mémorial australien de la guerre ou encore dans la fourniture de pensions aux anciens combattants et à leurs familles. Elle considère enfin que l’accès à ces archives permet la création de nouvelles identités personnelles, de nouvelles communautés d’utilisateurs, qui font désormais partie de l’histoire du fonds.

Sneha Reddy, « Archives and trails from the First World War: repurposing imperial records of North African and Indian soldiers in Palestine and Syria, 1917-1923 », p. 157-170.

S’intéressant aux soldats nord-africains et indiens de la Grande Guerre, l’autrice invite à décolonialiser les archives militaires, à les exploiter en tant qu’expérience de guerre des soldats coloniaux pour répondre à une nouvelle demande historiographique, pour mieux comprendre le contexte colonial de leur production.

Melanie Oppenheimer, « The historian activist and the Gift to the Nation project: preserving the records of the Australian Red Cross », p. 171-185.

Cet article retrace le processus de transfert des archives de la Croix rouge australienne à différentes institutions de conservation à partir de 2014 dans le cadre des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale (Gift to a Nation project). Il interroge leur provenance sociale et montre que la pluralisation des archives est un processus historique.

Elise Edmonds, « Of sentimental value : collecting personal diaries from the First World War », p. 186-199.

Quelques semaines après l’armistice de 1918, le directeur de la Bibliothèque publique de Nouvelle-Galles du Sud demanda que l’on collectât les documents officiels et privés produits pendant la guerre. Dès décembre 1918, des publicités invitèrent ainsi les soldats à vendre leurs journaux intimes à la Bibliothèque. Cet article analyse ce programme de collecte, qui fut le premier de ce type, à l’aune des débats récents sur le rôle de l’archiviste dans l’évaluation, la sélection et la préservation des archives.

María Inés Tato, « Recording the war effort: immigrant communities in Latin America and the memory of the Great War », p. 200-215.

Après la Première Guerre mondiale, les communautés européennes en Argentine, Bolivie, Brésil, Chili et autres pays d’Amérique latine réunirent de nombreux documents sur leurs activités pendant la guerre, donnant lieu à des livres commémoratifs offerts à leurs gouvernements respectifs comme preuve de leur loyauté. L’autrice analyse ces publications comme des traces de l’effort de guerre, leur rôle en tant que documents commémoratifs, mais aussi en tant qu’archives.

Delphine Lauwers, « From Belgium to The Hague via Berlin and Moscow: documenting war crimes and the quest for international justice, 1919-2019 » p. 216-236.

Delphine Lauwers propose une analyse du « fonds de Moscou » belge, c’est-à-dire des archives belges confisquées par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et rapatriées de Russie en Belgique en 2002, considérant qu’elles offrent de nouvelles sources pour l’étude des crimes allemands et de la vie sous l’occupation, mais aussi de l’histoire du droit pénal international. Elle s’interroge également sur les problématiques archivistiques et historiques de ce rapatriement.

Archives & Manuscripts, vol. 48, n° 3, 2020

Michael Smith, Janet Villata, « Applying user centred design to Archives », p. 239-249.

Retour d’expérience sur le déploiement par la ville de Sydney d’un nouveau système d’archivage créé selon une conception centrée sur l’utilisateur (user centred design). Il examine les tensions potentielles entre la pratique archivistique et l’expérience utilisateur.

Blanca Bazaco Palacios, « Another archive is possible », p. 250-258.

Partant du slogan « un autre monde est possible », l’autrice se demande si un autre type d’archives est possible à partir des documents produits et collectés dans le cadre d’attentats ou de mouvements sociaux.

Louis-Gilles Pairault, « Reconstituting “the archives of silence“: how to “recreate“ slavery and slave trade archives », p. 259-270.

Les documents d’archives relatifs à l’esclavage reflètent le plus souvent le point de vue des esclavagistes et il est rare de trouver des traces de l’expérience vécue par les esclaves. L’auteur présente ici un exemple rare : le manuscrit, qu’il a co-édité, d’un officier français ayant participé à la traite négrière entre les côtes africaines et Saint-Domingue1. Celui-ci retrace le récit de vie d’une princesse africaine réduite en esclavage et fournit ainsi un document précieux qui permet de reconstituer les « pages manquantes » de l’Histoire.

Vicenç Ruiz Gómez, Aniol Maria Vallès, « #Cuéntalo: the path between archival activism and the social archive(s) », p. 271-290.

Les auteurs retracent la réflexion des membres de l’Associació d’arxivers-gestors de documents de Catalunya sur l’archivage des réseaux sociaux. Après avoir montré l’importance du regard archivistique sur la société de l’information, ils retracent les étapes qui les ont menés à la préservation de certains hashtags. Ils terminent enfin par une étude de cas sur le hashtag de dénonciation de la violence masculine #Cuéntalo qui leur a permis de réaliser une datavisualisation dynamique à partir de 160 000 tweets.

Isabel S. Schellnack-Kelly, « Decolonising the archives: languages as enablers and barriers to accessing public archives in South Africa », p. 291-299.

Les archives sud-africaines constituent un reflet des onze langues officielles du pays et de la manière dont elles ont contribué à la ségrégation. À partir des résultats d’une enquête sur les langues présentes dans les fonds d’archives de différentes institutions du pays, l’autrice s’interroge sur la manière de décoloniser ces archives dans une logique postmoderne, de les rendre plus accessibles malgré la barrière de la langue.

Weimei Pan, Luciana Duranti, « Sitting in limbo or being the flaming Phoenix: the relevance of the archival discipline to the admissibility of digital evidence in China », p. 300-327.

Cet article retrace l’évolution de la législation chinoise vers l’acceptation de la preuve sous format électronique et le développement de la préservation numérique qui en découle. Il conclut en montrant la manière dont le modèle Trust PaaST développé dans le cadre du programme InterPARES peut aider à résoudre certaines problématiques dans le cadre de la transition numérique.

Journal of the South African Society of Archivists, vol. 53, 2020

David Luyombya, Salmah Ndagire, « Records management procedures and service delivery in private universities. A case study of the Islamic University in Uganda », p. 1-19.

Prenant pour exemple une université privée,  l’Islamic University in Uganda (IUIU), l’article étudie les liens entre fonctionnement des institutions et qualité du records management. Partant du constat que les manquements en terme de gestion de l’information nuisent à la performance des administrations, l’étude présentée vise à établir des recommandations pour améliorer la démarche de records management au sein des universités. Le questionnaire et les entretiens menés durant l’enquête avaient pour but d’identifier les typologies documentaires, les responsabilités, les procédures et politiques mises en place tout au long du cycle de vie des documents. Les réponses ont amené à la conclusion que le papier était largement présent, qu’il existait un cloisonnement entre les différents services avec des procédures sans cohérences les unes avec les autres et aussi qu’il n’existait pas de personnel dédié à la gestion des documents. Les auteurs concluent donc naturellement en recommandant la mise en place d’un records manager pouvant exercer son rôle de manière transversal. L’article ouvre ensuite la perspective d’une comparaison entre universités publiques et universités privées pour élargir le champ d’étude.

Godfrey Tsvuura, Patrick Ngulube , « Digitisation of records and archives at two selected state universities in Zimbabwe », p. 20-34.

Partant du constat d’un écart entre la quantité de documents numériques produits et les moyens alloués à leur gestion dans les universités, cet article nous présente les enjeux, méthodes et conclusions d’une enquête destinée à comprendre les raisons de cette divergence au sein de deux universités publiques au Zimbabwe : la Zimbabwe Open University (ZOU) et l’Harare Institute of Technology (HIT). À l’aide d’un questionnaire et d’entretiens menés auprès de personnels de ces établissements, l’étude démontre que si ces universités ont conscience et comprennent les enjeux de la dématérialisation et ont mis en œuvre certaines procédures – notamment à la ZOU pour les courriels et la numérisation – elles affectent du personnel non formé à la gestion documentaire. En outre, les universités zimbabwéennes souffrent d’un manque de moyens et de compétences informatiques pour assurer une gestion adéquate des documents numériques. Les auteurs pointent aussi l’inadéquation entre la législation, dont le National Archives of Zimbabwe Act date de 1986, et les évolutions technologiques.

Katlego Ncaagae, « eDiscovery readiness at the Ministry of Transport and Communications in Botswana », p. 35-53.

Ce texte évalue la gestion des documents électroniques au travers de l’exemple de l’administration de la preuve au ministère des Transports et des Communications  du Botswana. Le choix de ce cas d’étude s’explique par son rôle central dans la mise en place des nouvelles technologies – notamment par le biais des infrastructures – au sein des organismes gouvernementaux. C’est aussi un ministère fréquemment mis en cause dans des affaires de corruption liées à la délivrance de permis de conduire. L’auteur tente alors d’évaluer, à l’aide du modèle théorique de l’Electronic Discovery Model Reference (EDRM) et de la Discovery Maturity Curve, le degré de maturité du ministère dans la capacité à fournir des preuves fiables sous format électronique dans le cadre de procédures judiciaires. Il conclut que le ministère doit encore progresser quant à la mise en place d’une politique d’archivage, sur la mise en place de procédures ou encore sur l’établissement d’une cartographie des données qui pourrait servir de support à une stratégie efficace.

Lungelo Sanele Mbatha, Lungile P. Luthuli, Tlou Maggie Masenya « Prison breakthrough use of information systems in correctional facilities », p. 54-64.

L’article traite des systèmes d’information utilisés par l’administration pénitentiaire en Afrique. Les auteurs constatent que peu de prisons sont dotées en systèmes d’information et que la gestion sur papier des dossiers mène à un certain nombre d’erreurs quant à la durée de la détention ou nuisent à la prise en charge médicale des détenus. Il présente ensuite un état de l’art de la littérature sur le sujet afin de démontrer d’une part l’utilité des systèmes d’information pour la gestion des prisons et aussi de déterminer le type de système utile à l’administration pénitentiaire. Il établit enfin une corrélation entre système d’information et qualité de la gestion documentaire. Si la conclusion montre les avantages de la mise en place d’un tel dispositif, l’article donne une revue détaillée des différentes solutions logicielles adaptées aux documents produits et reçus par les prisons africaines.

Tlou Maggie Masenya , « Application of modern technologies in the management of records in public libraries », p. 65-79.

Étude de l’usage, au sein des bibliothèques publiques en Afrique du Sud, des nouvelles technologies, en particulier de trois d’entre elles : la blockchain, le cloud computing et l’internet des objets. Si l’article démontre l’intérêt certain de ces technologies pour les bibliothèques, dont le domaine d’activité requiert une information de bonne qualité avec des délais d’obtention rapide, il constate que leur mise en œuvre est lente et que très peu d’institutions sont à un stade avancé. Par l’étude de la littérature, l’autrice souligne que les raisons de ce phénomène relèvent en particulier d’infrastructures informatiques inadaptées, d’un manque de formation des équipes ou encore d’un manque de moyens financiers. L’article se termine en suggérant la collaboration entre bibliothèques et acteurs venant d’autres secteurs pour avancer dans l’adoption des nouvelles technologies.

Brown Bavusile Maaba, « Lost and found an overview of the archival depositories of the Human Science Research Council », p. 80-89.

Le sujet de cet article tranche avec les autres articles de ce numéro, dans la mesure où il est question des archives d’un centre de recherche en sciences humaines et sociales, le Human Sciences Research Council et de son prédécesseur, le South African National Bureau for Educational and Social Research. L’histoire de ces deux institutions est assez controversée en raison de leurs liens avec le National Party arrivé au pouvoir en 1948 et ayant mis en place le régime de l’apartheid. L’auteur offre ici un état des lieux des fonds d’archives relatifs aux deux centres de recherche, dispersés dans plusieurs dépôts et, jusqu’à récemment, peu ou pas connus. L’espoir ici formulé est d’offrir aux chercheurs la possibilité d’écrire l’histoire de ces institutions dont les archives pourront apporter un éclairage sur le rôle des institutions qui servaient les intérêts intellectuels de l’État d’apartheid.

Makutla Mojapelo, « Strengthening public sector records management through the Information Regulator in South Africa », p. 90-102.

Cet article est consacré au records management dans le secteur public sud-africain. Il examine comment l’Information Regulator (IR), organe chargé d’encadrer l’accès à l’information en vertu du Promotion of Access to Information Act, peut aider à améliorer le RM dans le secteur public. Plus précisément l’auteur constate que la mauvaise gestion des documents met à mal la protection des citoyens car il rend difficile l’accès aux archives. Il conclut en formulant un certain nombre de recommandations pour renforcer le rôle de l’IR afin d’établir des règles et des guides de bonnes pratiques en matière de RM, pour désigner un Deputy Information Officer dans les organismes publics, pour améliorer l’exercice du contrôle des National Archives and Records Service of South Africa (NARSSA) sur la gestion des archives dans le secteur public ou encore pour accroître les efforts en matière de formation. En effet, pour lui l’efficacité de l’IR réside dans son indépendance vis-à-vis du gouvernement contrairement aux NARSSA qui sont sous l’égide du ministère de la Culture.

Olefhile Mosweu, Donald Rakemane, « The role of records management in ensuring good governance in Africa impediments and solutions », p. 103-123.

Cet article juge les gouvernements africains au travers de leur gestion des archives. Après avoir dressé un portrait acerbe de la manière dont sont gouvernés les différents pays et face à l’impunité de certains dirigeants due au manque de preuves, les auteurs exposent les raisons qui attestent qu’une bonne gestion des archives peut être garante de l’État de droit. Pour lui, des lois archivistiques obsolètes – ou inexistantes pour ce qui concerne l’accès -, une accumulation d’arriérés ou encore un manque de formation constituent autant d’entraves à la gouvernance des sociétés. Le texte offre ainsi un ensemble de propositions pour remédier à cette situation : mise en place de politiques d’archivage, définition de stratégies en matière de rattachement tutélaire des institutions des conservations, traitements d’arriérés, opérations de sensibilisation à l’archivage, réglementation de l’accès aux archives.

Sidney Netshakhuma, « Preservation stratégies for student affairs records at the University of Venda in South Africa. A preliminary study », p. 124-132.

Article consacré aux dossiers des affaires étudiantes de l’université de Venda, université rurale fondée en 1982 dans la province du Limpopo en Afrique du Sud. Avançant l’argument que ces archives – pourtant précieuses d’un point de vue historiques – sont souvent en souffrance et ont suscité peu d’études, l’article restitue le résultat d’une enquête sur le records management à Venda. Les dix entretiens menés ont permis de pointer le manque de politique d’archivage pour les dossiers des affaires étudiantes dont la conservation incombe au service de la scolarité. Les raisons qui peuvent expliquer ce phénomène sont le vide juridique et réglementaire qui entoure la gestion des archives universitaires, le peu de collaboration entre le service des archives, rattaché à la bibliothèque, et les services fonctionnels de l’université, ou encore l’insuffisance de locaux dédiés. L’auteur plaide ainsi pour le développement d’une culture de l’archivage et pour la mise en œuvre de stratégies de conservation au sein du milieu universitaire.

Sarah Cadorel, Magalie Moysan et Édouard Vasseur

 

  1. Albert-Michel Luc et Louis-Gilles Pairault (éditeurs), Mémoires d’un officier de marine négrier – Histoire des services à la mer et dans les ports de Claude-Vincent Polony (1756-1828), La Geste, 2019 (ISBN 979-10-353-0430-0). []

S’il vous plaît, arrêtez d’employer le terme « archives » à tort et à travers. Plaidoyer d’un archiviste

Le magazine en ligne Perspectives on History de l’American Historical Association a publié le 22 janvier dernier un article d’humeur de B. M. Watson sur l’emploi des mots « archive » et « archives ». Comme ses préoccupations recoupent celles des contributeurs d’Archivalise(s), nous avons jugé intéressant d’en fournir ici une traduction, due à Édouard Vasseur.

Au cours des dernières décennies, divers « tournants archivistiques » disciplinaires ont incité à utiliser de manière excessive le mot « archives » comme raccourci pour désigner à peu près n’importe quoi. Si les historiens ne sont pas les plus à blâmer en l’espèce, cette tendance exaspérante a engendré un sentiment croissant de frustration et de marginalisation chez les bibliothécaires, archivistes, conservateurs et autres acteurs du patrimoine culturel, qui refusent de voir leur terminologie professionnelle cooptée de manière imprécise.

On pourrait s’attendre à voir les historiens être moins enclins à tomber dans le piège de ce raccourci, tant ils dépendent des archives pour leurs recherches et tant ils ont de relations avec les archivistes. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas – et je ne suis pas le premier à le faire remarquer.

En 1945, l’archiviste des États-Unis, Solon Buck, écrivait : « Une erreur fondamentale qui traverse la plupart de ces idées fausses est la supposition qu’un document isolé peut être une “archive” et que, par conséquent, un certain nombre de ces documents constituent des archives. »1 Près de quarante ans plus tard, son successeur Frank G. Burke déplorait que les historiens, « autrefois frères d’armes de l’archiviste », délaissassent les archivistes et fussent devenus « un parent qui s’est éclipsé et qui n’a plus donné de nouvelles depuis une décennie ou plus ».2

Plus récemment, Michelle Caswell, professeur d’archivistique, déplore cette tendance des historiens. Elle écrit : « Les chercheurs en sciences humaines semblent ignorer que les archivistes professionnels sont titulaires de maîtrises. […] Ils cantonnent les archivistes au domaine de la pratique, et leur travail est dévalorisé, leur expertise non reconnue ».3 D’autres ont depuis fait remarquer qu’une clé USB n’est pas une archive4 , qu’un site web n’est pas une archive5 et qu’Internet n’est pas une archive6.

Passant du métier d’historien à celui d’archiviste, j’ai d’abord été sensible à cette tendance. Comme beaucoup d’historiens, ma formation universitaire était dépourvue d’introduction à la littérature archivistique. En outre, le terme « archives » a un certain cachet. Comme me le faisait remarquer Hannah Alpert-Abrams, lors d’une conversation, il permet aux historiens des débats et des réflexions spécifiques et utiles sur le pouvoir et la mémoire historique. 

Cependant, à mesure que je me formais en archivistique, j’ai fini par partager la frustration que suscitait chez mes nouveaux collègues l’expression « l’archive ». Il ne se passe pas une semaine sans que des journalistes ressortent le cliché de l’historien qui a « découvert » ou « mis au jour » ou « trouvé » quelque chose de passionnant. La plupart de ces articles omettent le fait que le chercheur n’a trouvé quelque chose d’aussi passionnant que parce qu’une institution patrimoniale l’a identifié comme il fallait et l’a rendu accessible – la description et l’accès n’étant que deux des services fournis par les professionnels du patrimoine culturel. Ce fut le cas en 2019 d’un chercheur qui serait « tombé par hasard » sur un texte de Sylvia Plath – qui était identifié et disponible depuis des décennies7 . En juin dernier, des médias se sont émerveillés d’apprendre que l’original de l’ordre du jour de Juneteenth8 aurait été « exhumé » aux Archives nationales, et ont décrit l’archiviste allant le chercher sur une étagère grâce aux informations du catalogue9 . Or si les chercheurs peuvent découvrir des contenus jusqu’ici inconnus ou méconnus, ou établir entre eux de nouveaux liens, il est rare que ce soient les contenants eux-mêmes, documents ou livres, qui soient « sortis des ténèbres ».

Pour être honnête je dois souligner que mon propos ici est surtout de critiquer la tendance des médias à tout recadrer et simplifier à l’excès. Pourtant, presque chaque année, des maisons d’éditions ou des revues universitaires publient des recueils d’essais d’historiens réfléchissant sur « l’archive » et le rôle qu’elle joue dans le champ historique. La plupart de ces essais témoignent d’une incompréhension de ce que sont exactement les archives. Par exemple, un essai récent d’un historien des sciences soutient que l’archive originelle est la planète Terre elle-même et sous-entend que les archéologues sont les vrais historiens.

Il est dommage de se battre pour la terminologie, en particulier lorsqu’il existe un terme parfaitement exact et précis qui pourrait être utilisé : collections personnelles. Non seulement « collections personnelles » est plus exact, mais, d’après mon expérience, il attire également l’attention des étudiants sur un certain nombre de questions que ne leur inspire pas le terme « archives ». Lorsque j’évoque des collections personnelles ou spéciales avec des étudiants, ils commencent à poser des questions que le terme « archives » ne suscite pas, telles que : Collectées par qui ? Collectées pourquoi ? Dans quel but ? Ce sont justement ces questions que nous essayons d’enseigner en tant qu’historiens.

Beaucoup d’historiens, en utilisant actuellement le mot « archives », semblent supposer qu’une archive est l’état naturel dans lequel les sources primaires se rangent après avoir été jetées ou abandonnées par leurs créateurs. Cela donne la fausse impression qu’il n’y a que peu ou pas de travail pour mettre les sources primaires à la disposition des chercheurs et, ce qui est plus dangereux, que les archives sont même un espace neutre ou non modéré. Considérer ainsi comme interchangeables les documents tels qu’ils ont été produits et ce qu’ils sont devenus après archivage historique10 empêche de percevoir les lacunes dues à ce processus.

Pour les professionnels des bibliothèques et des sciences de l’information titulaires de diplômes universitaires (et de plus en plus de doctorats), ceci n’est pas simplement affaire de théorie ou de style : l’invocation des « archives » par les historiens met en œuvre un révisionnisme historique ironique qui réduit mon travail et celui de mes collègues (principalement des femmes11 ) à du mobilier de salle de lecture ou à des « obstacles » sur le chemin des historiens (principalement des hommes12 ). Les archivistes ont longtemps été caractérisés (et féminisées) comme les « servantes de l’histoire »13 , leur expertise a été rejetée comme étant l’opinion14  de non-experts15  et ils ont été caricaturés comme des ennemis actifs des historiens16.

L’enjeu est bien plus que terminologique. Cette propension à utiliser la terminologie professionnelle de manière incohérente a un impact sur la façon dont nous comprenons et travaillons avec la mémoire culturelle. Leah Richardson décrit le travail des professionnels du patrimoine écrit comme « une modalité sans présence », ce qui signifie que les bibliothécaires et les archivistes font fonctionner la machine, mais que (lorsqu’il est bien fait) ce travail est si proche de l’os du contenu d’un document et de sa simple existence qu’il est souvent rendu invisible17. Tellement invisible, en fait, que les archivistes, bibliothécaires et autres ne sont même pas cités dans les remerciements des publications rédigées grâce à leurs collections.

S’ils veillent à un usage précis et pertinent de la terminologie lorsqu’ils discutent du travail sur le patrimoine culturel, les historiens peuvent s’assurer que les étudiants, les lecteurs et les autres historiens ont une compréhension pleinement contextualisée de ce qui est présent, de ce qui pourrait manquer et pourquoi.

B. M. Watson

  1. American Archivist, 8, n° 2 (1945), p. 110 []
  2. American Archivist, 44, n° 1 (1981), p. 44 []
  3. Reconstruction, 16, n° 1,  (2016), §23 []
  4. Blog de Jessa Lingel, 5 novembre 2013 []
  5. Billet de Nick Thieberger sur le blog Endangered Language and Cultures, 17 novembre 2017 []
  6. BmoreArt, n° 8 (2019)  []
  7. Sarah Bahr, « “The opposite of lost”: IU library claps back at The New Yorker over Sylvia Plath story », IndyStar, 11 janvier 2019 []
  8. NdT Ordre du jour du général Gordon Granger, commandant les troupes fédérales au Texas, notifiant l’entrée en vigueur dans cet État de l’abolition de l’esclavage et signé le 19 juin 1865. Cette date, appelée Juneteennth par contraction de June et de Nineteenth, est devenue une journée de commémoration de l’émancipation des Noirs.  []
  9. Laurel Wamsley, « U.S. National Archives Unearths Original Juneteenth Order », 19 juin 2020, site de la NPR []
  10. NdT Nous traduisons par ces deux périphrases les termes archives et historical record employés par B.M.Watson []
  11. Enquête sur la profession d’archiviste aux États-Unis, publiée dans American Archivist, vol. 69, n° 2 (2006) []
  12. Robert B. Townsend, « What the data tells us about women historians », Perspectives on History, 12 avril 2010 []
  13. Jessica M. Lapp, « “Handmaidens of history”: speculating on the feminization of archival work », Archival Science, n° 19 (2019) []
  14. Tom Nesmith, « Archives from the Bottom Up: Social History and Archival Scholarship », Archivaria, n° 14 (1982) []
  15. Terry Cook, « The Archive(s) Is a Foreign Country: Historians, Archivists, and the Changing Archival Landscape », American Archivist, 74, n° 2 (2011) []
  16. Margaret Procter, « What’s an “Archivist”? Some Nineteenth-Century Perspectives », Journal of the Society of Archivists, 31, n° 1 (2010) []
  17. Beth DeBold, « Reconciling Professional Rifts.  Can Historians and Archivists Understand One Another Better? », Perspectives on History, 21 janvier 2021 []